Esprit libre, j’aime Eric Zemmour, et méprise la lâcheté de ses détracteurs

Publié le 29 mai 2012 - par - 3 116 vues
Share

Hommage à l’ami Eric Zemmour, au risque de me faire arrêter pour mauvaise fréquentation

Comme Churchill, Malraux, Voltaire, Goethe, Montesquieu, Victor Hugo, Lamartine, Nietsche, tant d’autres personnalités incontestables, ou dernièrement Fedorovski sur BFM, Michel Poniatowski serait trainé devant les tribunaux pour avoir publié ce texte ci-dessous. Zemmour le fut déjà. Et maintenant, il est éjecté de RTL pour avoir critiqué le Ministre de la Justice.

En France, tout est phobie en ce 21ème siècle et je déteste çà. La distorsion intellectuelle, la malhonnêteté, la lâcheté généralisée, l’électoralisme puant ont contribué à la situation que nous connaissons partout en Europe, que Poniatowski (1) décrit plus bas et que Eric Zemmour avait souligné dans sa Mélancolie Française.

Bouffer du curé c’est facile et sans danger. On en meurt pas. Théo van Gogh assassiné, çà vous dit ? Pim Fortuyn, vous vous souvenez ? Trucidé.  Robert Redecker, obligé de vivre caché, çà vous plait ? Parce qu’il a osé critiquer l’islam dans les colonnes du Figaro. Geert Wilders qui est un mort vivant, c’est normal ? Wafa Sultan, Ayan Irsi Ali, obligée de s’exiler aux USA c’est juste ? Qu’un irresponsable politique Néerlandais, Bolkenstein, déclare que les juifs ne sont plus en sécurité en Hollande et doivent partir pour des cieux meilleurs, vous approuvez ? Approuvez-vous les manifestations sur le sol de France dont les participants brandissent le drapeau du Hamas et crient, chez nous, en France, sur le pavé parisien: « A mort les juifs !  » ? Et que bientôt l’on ne puisse plus blasphémer au risque de se retrouver devant les tribunaux, çà vous plait ? L’air devient irrespirable non par cette emprise de plus en plus puissante qui pourrait être arrêtée, mais par la lâcheté sans fond de ceux qui sont aux manettes, tous partis confondus. Et, ceux qui osent critiquer ces calamités sont insultés, traités de racistes, de xénophobes, de fascistes et ultime et dernière insulte, être d’extrême droite ! Je ne suis pas intimidée par ces fossoyeurs de l’occident. Si je dois me battre contre eux, je le ferais, même au risque de ma vie. Je n’ai pas peur moi ! J’ai prouvé par ma carrière, certes atypique, mes engagements contre le racisme et l’antisémitisme. Je n’ai de leçons à recevoir de personne et surtout pas de ceux qui ont un cerveau lobotomisé. C’est comme les cons, « on est cerné », comme le lançait le Général.

J’aime à croire que je suis une personne sophistiquée qui aime les belles et bonnes choses de la vie que sont la musique, les arts, l’écrit, la liberté d’expression, le vin, la bonne table de toutes sortes et origines. Je refuse de vivre dans le silence, comme c’est le cas dans ma chère Arabie que je respecte profondément. L’Arabie vit comme elle l’entend et lorsque je me trouve sur son sol, je m’intègre et me fond dans le Royaume. La femme que je suis est bien accueillie. Avec respect et attention. Contrairement aux idées fausses véhiculées en France, un grand nombre de femmes sont au manettes d’institutions comme la Chambre de Commerce de Riyadh, dans les affaires, l’éducation bien sur, au gouvernement. Je ne vais pas faire un cours sur le Royaume. Cependant, je constate que le Roi fait avancer son peuple vers la modernité. Alors qu’en occident, nous nous précipitons dans l’obscurantisme. Ne critiquez pas mes courtes phrases, les sujets sont importants et méritent des livres entier. J’essaye de faire court.

Je demande que tous ceux qui foulent le sol de France, de l’Europe et de l’Occident tout court s’intègrent à nos usages et valeurs. Ils ne sont pas obligés de rester sur notre sol.  Je demande la réciprocité et l’arrêt des persécutions d’autres religions que l’islam en pays d’islam. Je demande que le funeste projet de Terra Nova, qui consiste à remplacer la population de souche française par une autre, en provenance d’Afrique et du Maghreb par un crapuleux calcul électoral cesse. Les classes ouvrières ayant abandonné les calamiteux promoteurs de ce projet. Je demande une grande réflexion sur une autre Europe que celle qu’elle est devenue et pour laquelle je me suis battue en organisant la plus belle opération de communication sur la monnaie unique.  L’idée de François Mitterrand fut-elle la bonne ? Une Europe des Nations. Celles des Anglais serait-elle judicieuse ? Une simple Europe du libre marché ? Celle des Suisses, ou l’on propose à referenda tous grands sujets de société ? Un mélange de tout cela pourrai faire l’affaire. Il suffit de le vouloir.

Je suis laïque et choquée par la place qu’une religion obscurantiste drapée dans un dogme politique prenne autant d’ampleur dans notre vie quotidienne. Par résistance à cette soumission, alors que je ne crois pas en Dieu, je me revendique chrétienne, puisque c’est grâce à la chrétienté que la laïcité existe. Je me revendique même papiste, ayant apprécié le discours du Professeur Ratzinger à Regensburg, sur lequel il est lâchement revenu face aux pressions de ce fascisme vert. Personne ne me dira ce que je dois penser. Il faudra me mettre devant un peloton pour que je me taise.  Je veux m’exprimer librement. Pouvoir débattre librement, sans pour cela me faire insulter ou agresser.  Ni verbalement, ni physiquement. Etre islamo-critique est étranger au racisme. J’aime les Arabes que j’apprécie, avec lesquels je travaille. Je souligne qu’Israël a des accords avec l’Arabie en cas d’attaque de l’Iran. Israël protègerait l’Arabie. Cela doit être connu. J’aime les Chinois, les Japonais, les Occidentaux, les Africains, les Sud-Américains. Tous apportent, lorsque les échanges sont sereins leurs différences. Cependant je refuse que l’on m’impose SA différence. Et c’est le dessein de l’islam. Contre les « penseurs » et le terrorisme intellectuel, je déclare qu’il n’y a aucune différence entre islam et islamisme. Je veux bien être trainée devant les tribunaux de la pensée conforme du nouveau polit bureau pour être d’accord avec chaque mot de ce texte de Michel Poniatowski et de tous les autres précités. Je vois les insultes fuser. Peut-être certains amis déserteront cette page, pensant de s’y  trouvent, est une caution à mon texte. Je m’en fous. Je préfère avoir raison seule que tort avec tout le monde.

Sylvia Bourdon

(1) La prémonition PONIATOWSKI

L’ancien ministre giscardien, Michel PONIATOWSKI, écrivait dans son livre testament une conclusion, dont on ne voit pas quelle ligne on pourrait changer 21 ans plus tard.

Voici cette conclusion :

« Cette âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluriethnique et

pluriculturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer.

Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) Ces pages peuvent apparaître cruelles,

mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane.

Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du « cher et vieux pays » dont parle le général de Gaulle, et celui du « campement avancé du tiers monde africain ». Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours.

Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite

sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées. Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes.

Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un

effort d’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression. Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux. Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux l’ont affaibli,

les socialistes l’ont détruit. Où sont les grandes tâches dévolues à l’État, la Justice, l’Armée, l’Éducation nationale,

la Sécurité, la Police, notre place en Europe ? En miettes.

La France est à l’abandon et en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’État. »

 

Michel PONIATOWSKI

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.