Est-il normal que Corbière, avec ses revenus, bénéficie d’un logement social de la Ville de Paris ?

Publié le 14 novembre 2011 - par - 3 946 vues
Share

Tel le dragon de St Georges anéantissant tout par son souffle dévastateur et putride, Môssieur Corbière se la joue dragon policier en décrétant ce qui doit être et ce qui ne doit pas. Là où Alexis passe, la liberté d’opinion trépasse.

Ce fervent pourfendeur de la démocratie et des libertés et adorateur de Mélenchon qu’il ne manque jamais de bichonner dans ses articles surprend par son hyperactivité, car outre ses activités d’adjoint au maire du 12e, il est également Membre du Front de Gauche, Conseiller de Paris, secrétaire national du Parti de Gauche, enseignant dans un lycée professionnel. De quoi bien remplir son temps et sa bourse. Accessoirement il rédige aussi des articles sur son blog et tient une page facebook où il se dépeint comme « de bonne compagnie, souriant, sérieux, travailleur et modeste ». Se revendiquer soi-même comme modeste c’est un peu paradoxal mais Alexis n’est pas à un paradoxe près.

En mai dernier, il avait été accusé sur le site Agence Bretagne Presse d’occuper abusivement un logement social de la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris qui se présente comme « Ethique à travers nos actions guidées par les principes de transparence, d’équité et de respect du droit. Nous nous préoccupons de nos locataires les plus fragiles et des générations futures »…) alors qu’il gagne 4 000 euros mensuels pour son seul poste d’adjoint sans compter ses autres emplois, et que son épouse Raquel Garrido est avocate en droit international et gagne donc bien sa vie a priori.

Le sieur Corbière s’était défendu en arguant de la précarité de son statut d’élu et de la difficulté à se loger quand on gagne si peu « Aujourd’hui je reçois de la ville 4 000 euros par mois mais mon mandat sera-t-il renouvelé en 2014 ? Ma famille et moi aurons alors toujours besoin d’un toit ». Mais tout emploi est par définition précaire, un mariage est précaire, la santé est précaire, la vie elle-même est précaire ! Le Président de la République pourrait-il prétendre refuser de quitter l’Elysée après son quinquennat au prétexte que le poste occupé est précaire ?

Le soldat de la morale Corbière, qui trouve indignes les parasites opportunistes et décrète par ailleurs qui a le droit ou non de participer à un salon culturel qui ne le concerne en rien et n’a même pas lieu dans sa circonscription, n’hésite pas à se lamenter dans son blog du manque de logements sociaux « notre pays manque cruellement de logements sociaux : plus de 1 700 000 demandeurs attendent un logement social ! […] financer avec nos impôts les riches pour loger des riches. C’est Robin des Bois à l’envers, prendre aux pauvres pour donner aux riches ! » (1). Que n’applique-t-il ses paroles !

A croire qu’il pense réellement faire partie des pauvres gens, à moins que ce ne soit que de la malhonnêteté comme tendrait à le prouver l’article de Fabien Lécuyer (2) du 7 mai 2011 qui précisait que l’épouse de M. Corbière, ancienne figure de SOS Racisme, possédait une société de production musicale, Misty productions, produisant sa propre sœur Tatiana alias Mistysa. Les époux Corbière-Garrido avaient démenti avec vigueur l’information « cette information est une invention pure et simple ». Or après recherches il apparait que la société en question a été radiée en urgence le 10 mai, soit 3 jours après la sortie de l’article !

Voilà qui fait un peu désordre pour celui qui prétend défendre la veuve et l’orphelin, les plus pauvres des pauvres et qui brandit l’étendard de l’honnêteté. Quand on se fait passer pour sérieux et modeste et qu’on occupe un logement social revenant de droit aux petites gens, qu’on ment éhontément sur ses revenus, est-on digne d’occuper un poste d’adjoint au maire ? Est-on habilité à juger de qui est autorisé à faire quoi ? Est-on légitime à donner des leçons de démocratie et de morale ?

Le dragon au souffle pestilentiel de la légende a heureusement été terrassé par Georges qui lui a coupé la tête. Bien sûr on n’en demande pas tant mais si l’on pouvait juste lui couper la chique, ce serait déjà bien.

Caroline Alamachère

(1)     http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2010/11/15/Des-farces-de-Christine-Lagarde-au-logement-social-a-Paris

(2)     http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=21959

Share

Les commentaires sont fermés.