Est-il vrai que Sos Racisme interdit à ses membres de traiter le racisme anti-blanc ?

Nous n’avons pas une grande affinité avec le nommé Omar Djellil. Ce militant, qui se prétend musulman d’abord, et membre du Parti socialiste, a entamé, dernièrement, un dialogue fortement médiatisé avec un élu marseillais du Front national, Stéphane Durbec. Il nous fait le coup classique du bon islam de France, du musulman modéré, pour mieux nous faire accepter son idéologie moyen-âgeuse. Au nom du respect qui serait du à sa religion, il réclame ouvertement le retour du délit de blasphème, donnant raison à des intégristes catholiques qui ont détruit le fameux Piss Christ, à Avignon. Mais là n’est pas l’essentiel. Ancien membre de Sos Racisme, il affirme dans cette vidéo que la direction de l’association dite anti-raciste interdirait à ses membres de traiter le racisme anti-blanc. Cela corroberait les propos du vice-président, Samuel Thomas, qui niait cette réalité, et, plus récemment, du président, Dominique Sopo, qui, sur RMC, avait brutalement raccroché quand Eric Brunet et Jean Robin l’interpellaient sur cette question.
[youtube MX8SljhtqI4]
Il n’en demeure pas moins que les propos tenus par Omar Djellil, quels que soient les calculs politiques du personnage, méritent une réponse de la direction nationale de Sos Racisme. Soit ils sont faux, et il faut qu’ils trainent immédiatement devant les tribunaux l’auteur de telles diffamations. Soit ils sont vrais, et les pouvoirs publics sont directement interpellés. Peuvent-ils continuer à subventionner une association qui opére un combat anti-raciste à deux vitesses ?
Jeanne Bourdillon

image_pdfimage_print