Esther Benbassa reprend le terme de « souchiens » et insulte les Français

Publié le 11 janvier 2010 - par - 2 524 vues
Share

Il fut un temps, où le futur grand rabbin, dont la famille venait de la lointaine Lituanie, (pays où les juifs arrivèrent avant même que les slaves ne soient christianisés), ex-poilu de Verdun, se faisait attaquer par la « lica » pour avoir commémoré la mémoire de ses compagnons d’armes morts pour la France, avec d’autres anciens combattants. Il fut un temps où ce même grand Rabbin, se rendait au début de l’année au Palais de l’Elysée, présenter ses vœux au Président de la République, au nom de la communauté juive (1).

Depuis des siècles et des siècles, dans toutes les synagogues de France et de Navarre et d’ailleurs, d’ailleurs, les juifs prient chaque samedi, pour la France. Car ainsi que le rappelait dès 1656 Menasseh Ben Israel : « …Jérémie, chapitre 29 « Recherchez la paix de la ville où je vous ai déportés et implorez le Seigneur en sa faveur ». Dans le Talmud, 4eme ordre, 4eme traité, Aboda Zarah, chapitre 1, il y a une prière pour la paix du Royaume, conformément à une coutume jamais interrompue chez les Juifs. Partout où ils se trouvent, le jour de chabbat et lors de leurs solennités annuelles, le ministre de la synagogue, avant de bénir la communauté juive, bénit à haute voix le prince du pays où ils vivent, de sorte que tous les Juifs puissent l’entendre ; et disent « Amen ».

Aujourd’hui c’est le Président de la République qui se rend à la Mosquée de Paris pour y baiser la main du recteur en s’inclinant devant lui ( moins que le Président des Etats unis devant le roi d’Arabie saoudite, mais cela semble n’être qu’une question de taille) et .. y rompre le jeûne musulman, ou qui se rend au diner annuel de l’ancienne œuvre de charité que fut le CRIF.

Aujourd’hui, une femme de famille juive, fraîchement arrivée de Turquie, émargeant au budget de la République pour son enseignement (2), joint sa voix à celle d’une autre, fraîchement débarquée d’Algérie, émargeant elle aussi indirectement au budget de l’Etat (3), pour qualifier les Français de « sou(s)chiens ». C’était à France-info le 4 janvier 2009. La phrase complête est : « “ regardez les populations parisiennes, y en a pas beaucoup qui sont des souchiens, je les appelle les sou(s)chiens, il n’y en a pas beaucoup” (et le journaliste de commenter « c’est un néologisme pour Français de souche »).

Jusqu’à présent Esther Benbassa s’en prenait plutôt aux juifs qu’aux Français, du moins directement.

C’est ainsi que l’historienne de la « dhimmitude », Bat Yé’or dut faire un procès pour obtenir la publication du droit de réponse suivant (4) : « Avec un esprit de caste un peu désuet, Madame Benbassa me reproche de ne pouvoir alléguer aucune légitimité scientifique ni universitaire. Malgré tous les titres dont elle se pare, Madame Benbassa semble ignorer que de célèbres savants et intellectuels furent des autodidactes. Comme le déplorait mon ami, feu le Professeur H.Z. Hirschberg, la contribution de l’université à la formation d’ânes savants n’est malheureusement pas négligeable. Cela ne vise évidemment pas Madame Benbassa, mais je me permettrais de lui faire remarquer respectueusement qu’en dépit de ses diplômes, elle confond étonnamment deux notions totalement différentes : la dhimma et la dhimmitude. Peut-être pourrait-elle réparer cette troublante lacune en lisant mes livres… Mon « arsenal » selon le style élégant de Madame Benbassa, est tout de même lu, commenté et étudié, notamment par les Chrétiens d’Egypte, du Levant, d’Irak, du Soudan, d’Indonésie, d’Arménie et des autres pays islamiques, gouvernés, ou influencés par la chari’a : ils y reconnaissent leur propre histoire et leurs expériences actuelles et m’écrivent avec gratitude. Le plus extraordinaire, c’est que Madame Benbassa, qui a contribué largement à alimenter la légende dorée des juifs et chrétiens heureux en terre d’Islam, compare à présent leur sort à la rouelle et aux ghettos imposés aux juifs en terre chrétienne. Après un aveu dont elle ne médite sans doute pas les conséquences, ses envolées à mon égard sont dénuées de toute justification rationnelle. Bat Ye’or ».

Esther Benbassa vient également de publier un livre au titre éloquent « Etre juif après Gaza » …

Rappelons également qu’elle pris fait et cause pour l’apologiste de l’islam qu’est Vincent Geisser (5), menacé d’un blâme par le CNRS pour avoir soutenu une femme voilé, mais n’eut pas un mot pour l’historien Sylvain Gougenheim, attaqué à la sortie de son livre « Aristote au Mont Saint Michel » (6) …

En entendant l’interview de Benbassa, on se retient de répondre par les bordées d’injures du capitaine Haddock, ou de se poser des questions sur le nom de famille de la dame (4) … mais il est difficile d’exprimer à quel point ces propos m’outragent. Ils m’outragent parce qu’ils sont des outrages à la mémoire de tous les morts pour la France, pas juifs ou juifs, de tous ceux qui ont voulu qu’elle vive, que les Français y soient libres et en paix, qu’elle soit « la douce France » (où au moyen-âge, Rachi de Reims faisait comprendre aux juifs le talmud …), ils outragent tous les Français qui depuis Henri IV tentent de faire en sorte que « Au diable guerres, Rancunes et partis, Comme nos pères,chantons en vrais amis, Au choc des verres, Les roses et les lys! Chantons l’antienne Qu’on chant’ra dans mille ans, Que Dieu maintienne, En paix ses descendants,. Vive la France, Vive le roi Henri! » (Chanson du Roi Henri) …

Ils m’outragent parce que je me sens impuissante devant toute cette haine immonde déversée sur un peuple sans doute trop doux aujourd’hui : du temps des combattants à la Kaplan, Kessel et Gary, pour ne citer que des juifs, (ou même du temps d’un Raymond Aron, descendant d’une vieille famille juive alsacienne) qui remettait à sa place le jeune BHL venant de sortir son pamphlet anti-français (8)) aurait on laissé de telles dames narguer et injurier ainsi impunément la France ou les aurait on illico déchues de la nationalité française et réexpédiées d’où elles venaient ? Même si Esther B. ne va pas aussi loin que Houria B. qui ricane de voir les Français souffrir devant une transformation de la France historique qui la conduit à la disparation (9) : quelle honte …

Comment se fait il que seule l’AGRIF ait intenté une action judiciaire contre Houria Bouteldja ? Faudra il qu’elle fasse de même contre Esther Benbassa ? Le CRIF et le grand Rabbin, qui se sont empressés de condamner les Suisses, au mépris de la souveraineté et du courage des Suisses, qui se sont empressés de reprendre le refrain de « PieXII-silencieux », renforçant encore un peu plus le camp de la haine de la France historique catholique, alors que l’encyclique « Mit brennender Sorge » rédigée par Pie XII en 1937 condamnait le nazisme et son culte de la race, (et alors que durant les années de guerre, la dernière chose à faire eut été d’attirer l’attention des Allemands sur les monastères et autres caches où les catholiques dissimulaient les juifs au péril de leur propre vie …), vont-ils s’empresser de dire leur confusion sinon leur honte, à entendre une intellectuelle juive se prévalant de sa lutte contre le racisme pour parler traiter les français de vieille souche (y compris les juifs) de sou(s)chiens ? C’est ce que je leur demande de faire. Mais peut être préfèrerons ils se faire par leur silence, les alliés des amis de Houria et successeurs de Izetbegovic, qui en Bosnie en 2009, interdisent les juifs de vote (10), ou les alliés des maîtres chanteurs algériens « gaz contre immigration » (11) …

Il est vrai que protester, parler et informer ne sert parfois à rien, même quand on a les moyens de le faire … Marcel Bleustein-Blanchet racontait son action militante d’avant guerre (12) : « Mein Kampf voulait la mort, l’extermination de tous les juifs. Nous nous sommes réunis quelques hommes de bonnes volonté, dont des hommes qui avaient fait la guerre de 14-18, à une quinzaine, pour qu’un éditeur publie le livre [ en français ]. Nous l’avons envoyé à tous les députés, les sénateurs : personne ne l’a lu. »

ELISSEIEVNA

(1) http://judaisme.sdv.fr/histoire/rabbins/kaplan/biog.htm Jacob Kaplan 1895 – 1994, 1914 : Mobilisé comme fantassin, simple soldat. 1916-1917 : Verdun (de mai 1916 à août 1917). 1916 : Blessé, cité et décoré de la croix de guerre. 1936 : En tant que rabbin de la synagogue de la rue de la Victoire et à la demande du Consistoire, prononce un discours aux cérémonies religieuses organisées par les Croix de feu à cette synagogue à la mémoire des anciens combattants juifs,attaqué par la Lica (Ligue contre l’Antisémitisme). En photo le 3 janvier 1980, à la sortie de l’Elysée, après avoir présenté les voeux de la Communauté juive de France.

(2) Esther Benbassa, Ecole pratique des hautes études

(3) Houria Bouteldja : contact commercial de l’Institut du Monde Arabe, fondation créée par la France et des Etats arabes http://www.imarabe.org/prat/locespaces/contact.html

(4) Debriefing : http://www.debriefing.org/16396.html

(5) Affaire Geisser : http://www.rue89.com/passage-benbassa/2009/06/22/le-cnrs-et-laffaire-geisser-la-liberte-du-chercheur-menacee?page=2

(6) Sylvain Gougenheim : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/que-devons-nous-aux-philosophes-arabes_510622.html

(7) Juif.org http://www.juif.org/go-blogs-19534.php

(8) Raymond Aron « Provocation » La polémique sur L’Idéologie française 07/02/1981.

(9) Houria Bouteldja : s’adressant à « « Aussi douloureux que cela puisse être ressenti par les écorchés du drapeau et les thuriféraires d’une France éternelle et gauloise : NOUS TRANSFORMONS LA FRANCE. En d’autres termes, elle aussi, S’INTEGRE à nous (…) La France ne sera plus jamais comme dans les films de Fernandel. Notre simple existence, doublée d’un poids démographique relatif (1 pour 6) africanise, arabise, berbérise, créolise, islamise, noirise, la fille aînée de l’église, jadis blanche et immaculée, aussi sûrement que le sac et le ressac des flots polissent et repolissent les blocs de granit aux prétentions d’éternité. (…) Cependant, il y a un cap que nous n’osons pas franchir : celui d’assumer cette situation comme un fait irrémédiable et d’avoir l’audace de revendiquer le droit de participer activement à l’avenir de ce pays et à la construction de son identité. Pire encore, nous n’osons pas aller à l’assaut du Pouvoir. Du moins prendre la part du pouvoir qui nous est due» http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=700

(10) Strasbourg – La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Bosnie de discrimination envers les Juifs et les Roms. Sarajevo a interdit aux Juifs et aux Roms de se présenter à certaines élections, dont la présidence de l’Etat. http://www.swissinfo.ch/fre/index.html?cid=7953004

(11) InfoSoir, 16.12.2009, http://www.infosoir.com/edit.php?id=107861 : Interrogé le 16 décembre sur les ondes de la chaîne III sur la conclusion d’un accord stratégique entre l’Algérie et l’Europe en matière d’énergie, le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Kheli a indiqué que l’Algérie n’y a pas encore adhéré parce qu’elle ne voit ce qu’elle va y gagner. La contrepartie attendue d’un tel accord ne consiste pas seulement dans la valeur du gaz, mais dans un acquis bien plus important tel que la libre circulation des personnes par exemple. «Notre pays devrait obtenir quelque chose qui lui soit très important : la libre circulation des personnes par exemple», a déclaré M. Khelil.

(12) Marcel Bleustein-Blanchet, mari de Sophie Vaillant et père d’Elisabeth Badinter : http://www.dailymotion.com/video/x1619n_bleusteinblanchet-part1_people .

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.