Et le génocide cambodgien, c’est la faute à la France, M. Macron ?

Publié le 13 avril 2019 - par - 56 commentaires - 9 730 vues
Share

(AP Photo/Christoph Froehder)

Et le génocide cambodgien, monsieur Macron ?

« J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie…  La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité. Ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes… »                                             (Emmanuel Macron, le 14 février 2017)

Monsieur Macron, vous êtes né en décembre 1977 ; vous êtes encore jeune !

Vous ne portez pas, dites-vous, le « poids de la colonisation ». Pour ma part, je ne savais pas que « l’épopée coloniale de la France », si bien narrée  par Arthur Conte, et que je vous invite à lire pour éviter de raconter n’importe quoi(1), était un fardeau. Moi, j’ai plutôt la nostalgie d’une époque où la France, pourtant battue et humiliée, en 1870, par la défaite de Sedan, redevenait une nation « riche, conquérante et qui dominait le monde »(2). Car, contrairement à vous, j’aime la France et je n’ai aucune envie de la voir disparaitre – affaiblie, endettée et envahie – dans le magma européen dont vous rêvez d’être le président.

                Vous avez adopté, contre votre pays, le même discours de réprobation, voire de haine, que Frantz Fanon (1925-1961), cette belle conscience de gauche,  pro-FLN, qui déclarait :

« Pour le colonisé, la vie ne peut surgir que du cadavre en décomposition du colon. »(3)

Je ne vous reproche pas de méconnaître NOTRE histoire. Vous vivez tourné vers l’avenir (et c’est surtout votre propre devenir qui vous préoccupe). Le passé ne vous intéresse pas.

Vous pérorez au dîner du CRIF(4) ; vous avez un avis sur tout ; vous tenez, lors des réunions du « Grand débat », des palabres de plusieurs heures qui rappellent celles de Fidel Castro…

Et vous parlez, de façon sentencieuse, d’évènements survenus bien avant votre naissance.

Vous venez de décréter la commémoration du génocide… arménien. On se demande bien pourquoi ?

Puis du génocide… rwandais. Là encore, pourquoi (sinon pour salir l’armée française)?

                A l’époque des massacres ethniques au Rwanda, vous aviez 17 ans et vous étiez plus soucieux de draguer lourdement votre prof de français (et de théâtre) – la sémillante Brigitte Auzière, née Trogneux, qui avait l’âge d’être votre mère – que du sort des Tutsis massacrés par les Hutus.

Mais vous n’avez pas, semble-t-il, d’avis tranché (voire, pas d’avis du tout !) sur d’autres massacres  impliquant pourtant la France, de façon plus ou moins directe.

Je pense au « populicide » vendéen commencé en 1793, aux tueries de masse de nos Harkis au lendemain des accords d’Evian (19 mars 1962), et surtout au plus épouvantable et au plus récent de tous : le génocide cambodgien. Durant  quatre ans, de 1975 à 1979, les « Khmers rouges », de Pol-Pot, dirigeant du « Kampuchéa démocratique », ont soumis la population cambodgienne à une épouvantable dictature qui fera plus de 3 millions de morts, sur une population de 7,8 millions d’habitants. Et ce drame atroce concernait indirectement la France.

Je ne vous expliquerai pas comment le Cambodge est devenu protectorat français en 1863. Je ne vous raconterai pas la belle histoire de « notre » Indochine, que vous ne comprendriez pas.

Retenons, pour faire simple, que la « Fédération indochinoise », fondée en 1887, regroupait, jusqu’en en 1954, des entités dominées par la France en Extrême-Orient.  Trois pays d’Asie du Sud-Est : le Viêtnam, le Laos et le Cambodge (5). « Les trois Ky » – Tonkin, Annam et Cochinchine –  parlent encore au cœur de ceux qui ont combattu, de 1946 à 1954, pour protéger du Communisme, des populations amies. Les Soviétiques, les Chinois et les Américains(6), pour des raisons différentes que je n’entends pas développer ici, ont tout fait pour nous chasser d’Extrême-Orient.

Le 7 mai 1954, l’héroïque garnison de Diên-Bîen-Phu, sacrifiée par la France (7) pour mettre fin au conflit indochinois, déposait des armes après 56 jours d’un combat à dix contre un.

Les accords de Genève marquaient la fin de la guerre d’Indochine (officiellement signés le 20 juillet 1954, puis ratifiés le 21 juillet 1954.) Nous abandonnions là-bas des gens qui nous faisaient confiance, comme nous abandonnerons plus tard nos Harkis.

Puis les Américains nous ont remplacés en Extrême-Orient.                                                                                                                                                       -2-

Les USA, à coups de bombardements à l’aveugle sur des populations civiles, de napalm, de défoliant (l’« agent orange » qui continue encore aujourd’hui à faire des victimes) ont mené une guerre de 20 ans et, pendant 20 ans, le pire ennemi de ses « boys » n’était pas le Viet mais la drogue, la crasse, l’indiscipline et les maladies vénériennes attrapées dans les bordels de Saïgon.

Ils ont mené une guerre « de riches » ; guerre qui leur a coûté 60 000 morts, majoritairement par imprudences, méconnaissance du terrain ou accidents d’armes.

De 1946 à 1954, notre Corps Expéditionnaire d’Indochine a mené des combats héroïques avec des moyens très limités: une guerre de pauvres, une guerre de gueux !

Ce conflit nous a coûté entre 60 000 et 70 000 tués, trois fois plus que la guerre d’Algérie.

Or, personne n’évoque cette page d’histoire. Nous ne devrions pourtant en ressentir aucune « repentance » mais une fierté ô combien légitime ! Le « Roy Jean » de Lattre de Tassigny n’a-t-il pas dit, au sujet de cette guerre, qu’elle était: « Notre combat le plus juste depuis les croisades » ?

En 1975, nos intellectuels, nos « élites », tous de gauche(8), applaudissaient à la victoire du Communisme au Vietnam et au Cambodge.

Au matin du 17 avril 1975, les soldats des « Forces armées populaires de libération nationale du Kampuchéa » (FAPLNK) entrent dans Phnom-Penh. Dans l’après-midi, l’évacuation de la capitale commence: les soldats passent de maison en maison et annoncent aux habitants qu’ils vont devoir quitter leurs maisons « pour deux ou trois jours seulement ». Sous la menace, les habitants de la capitale (environ deux millions de personnes) doivent quitter leurs logements, dans l’urgence et dans des conditions désastreuses. Plus de 20 000 malades sont tirés des hôpitaux ; certains sont poussés sur la route par leurs familles, sur leurs lits à roulettes. Ceux qui ne sont pas en état de partir, sont achevés à l’arme blanche. Le cortège des évacués progresse vers le sud sous un soleil de plomb, dans des conditions désastreuses. Les cadres de l’ancienne armée de Lon Nol et de la police sont conduits dans les rizières et exécutés. 30 000 personnes trouvent la mort lors de l’évacuation de Phnom-Penh.

Pol Pot, chef du« Kampuchéa démocratique », impose un plan d’évacuation de la population de toutes les villes ; la sécularisation des moines bouddhistes et leur mise au travail forcé dans les rizières ; l’exécution des  anciens dirigeants du régime et l’expulsion de la minorité vietnamienne du Cambodge. Toutes les villes du Cambodge sont évacuées dans les semaines qui suivent.

Charrettes, vélos et voitures sont confisquées ; les civils doivent se rendre à pieds jusqu’aux coopératives rurales qui constituent leur nouvel habitat.

Pol Pot met la population dans une situation proche de l’esclavage.

Des repas communautaires obligatoires sont instaurés, ainsi que des restrictions rigoureuses de la vie de famille. La politique du « Kampuchéa démocratique » prive les Cambodgiens de trois des piliers de leur mode de vie : la terre, la famille et la religion.

La population du pays devient une main-d’œuvre corvéable à merci et… non payée.

Les Cambodgiens perdent toute liberté. Le comportement individuel est soumis à des règles strictes, les démonstrations d’affection et de colère étant interdites.

Les « Khmers rouges » font tout pour tuer les liens familiaux. Les familles, au hasard de la déportation, sont séparées. Les structures traditionnelles sont détruites : les parents se voient retirer leurs enfants, et les maris leurs épouses. On peut être condamné à mort pour avoir giflé son fils.

Aucun appareil judiciaire n’existe au « Kampuchéa démocratique » : la moindre infraction ou maladresse — casser un verre, mal maîtriser un buffle pendant les labours — peut être punie de mort. Les rapports sexuels hors mariage sont également punis de mort.

Le pays connaît des famines meurtrières provoquées par l’incompétence de l’administration khmère. Mais certaines sont sciemment provoquées comme moyen de pression sur la population.

On persécute le bouddhisme (theravāda), religion majoritaire au Cambodge. La hiérarchie du clergé bouddhiste est victime de purges ; plusieurs « vénérables » sont exécutés. Les moines sont évacués de leurs monastères et mis au travail forcé avec le reste de la population. Les moines bouddhistes sont contraints à défroquer, ceux qui refusent sont éliminés (9).

La communauté catholique, très minoritaire, est l’une des plus touchées.

-3Le nombre de Catholiques « disparus » est évalué à 50 %. La mort, en camp de travail, de Mgr Chhmar Salas, évêque  de Phnom-Penh, avec d’autres prêtres en est un symbole fort(10).

Le « Kampuchéa démocratique » ne compte officiellement pas de prisons. Le pays se couvre néanmoins de « centres de rééducation », souvent installés dans d’anciens temples ou d’anciennes écoles. Les Cambodgiens peuvent être arrêtés sous le moindre prétexte, allant du vol (ce qui inclut le chapardage ou la cueillette de fruits pour échapper à la faim) aux propos « subversifs »…

La torture est généralisée. Le centre de détention le plus connu est « Tuol Sleng ». Ancien lycée, il est sous le contrôle de Kang-Kek-Ieu (alias Douch). 20 000 personnes, dont 1 200 enfants, y trouvent la mort.

Le nombre de victimes imputable au « Kampuchéa démocratique » varie entre 2 500 000 et 3 100 000 morts pour la période allant d’avril 1975 à janvier 1979 : plus d’un tiers de la population du pays (7 890 000 habitants à l’époque). Le régime « khmer rouge » a été chassé de Phnom-Penh, au début de 1979, par l’invasion vietnamienne du Cambodge

Pol Pot, mis en détention par ses propres hommes en 1997, est mort l’année suivante sans avoir eu à répondre de ses crimes. Et ce n’est qu’à partir de 2004 que les tribunaux cambodgiens ont été chargés de juger les responsables « khmers rouges ». Le premier à passer en jugement a été Kang- Kek-Ieu alias « Douch », condamné en 2010 à 30 ans d’emprisonnement. Il a fait appel de sa condamnation et a été à nouveau condamné le 3 février 2012, mais à la prison à vie.

Le 16 novembre 2018, Nuon Chea et Khieu Samphân, seuls accusés encore en vie, sont condamnés à la perpétuité, cette fois officiellement pour génocide. Et, dans la foulée, la qualification de génocide est – enfin ! – reconnue par la justice internationale pour qualifier les atrocités commises par les « Khmers rouges ». Pourquoi a-t-on mis si longtemps ? Mystère !

Pourquoi les crimes commis par la « peste rouge » (Staline, Mao-Zédong , Fidel Castro, Che Guevara, Hô-Chi-Minh, Pol-Pot etc…) n’ont-ils  jamais, aux yeux de nos dirigeants, la même gravité que ceux imputables à Franco ou Pinochet ?

Et vous, monsieur Macron, pourquoi ne condamnez-vous pas le génocide cambodgien ?

Eric de Verdelhan

1)- « L’épopée coloniale de la France » d’Arthur Conte ; Plon ; 1992.

2)- Je fais allusion à la période appelée « deuxième colonisation », la précédente n’impliquait pas la république mais la monarchie.

3)- On se souvient qu’avant d’être « exfiltré » au Conseil Constitutionnel, Alain Juppé avait envisagé de donner le nom de Frantz Fanon à une avenue bordelaise.

4)- CRIF : Conseil Représentatif des Instituions juives de France.

5)- Ainsi qu’une portion de territoire chinois située dans l’actuelle province du Guangdong.

6)- N’oublions pas les atrocités commises par les Japonais en 1945 !

7)- Diên-Biên-Phu mobilisait à peine un cinquième des troupes françaises en Indochine. J’en parle dans mon livre « Au Capitaine de Diên-Biên-Phu » (SRE-éditions ; 2011).

8)- Car, c’est bien connu, il n’y a, à droite, que des brutes au front bas.

9)- D’après l’historien Gerhard J. Bellinger, ce serait l’intégralité des nonnes et moines bouddhistes cambodgiens qui aurait été exterminée.

10)- La cathédrale de Phnom-Penh a été totalement rasée par les « Khmers rouges ».

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
le Franc

pourquoi les meurtres de masses rouges ne sont ils jamais évoqués pour uniquement vitupérer sur ce qui aurait été fait « à droite » ?
-réponse :-parce qu’ils sont prêts à recommencer la même à la première occasion qui se présentera -« quand les conditions objectives du matérialisme historique seront réunies ! ».

Francis

« La population du pays devient une main-d’œuvre corvéable à merci »

Tiens donc ce n’est pas ce que Ces Eurocrates ou Eurodéputés crados veulent faire de l’Europe avec leurs avalanches de migrants barbares plein de haine et non civilisés?

Pour concurrencer la Chine communiste peut-être? ou les USA ultra libéraliste capitaliste jusque dans les excés.

Francis

Division et oligarchie comme à Berlin Cuba etc..pendant la guerre froide…

Et je ne parle pas du président Tching Tchang Chiping qui fait de Karl Marx un héros d’anime pour la jeunesse.

Francis

Le communisme l’ennemi de la liberté fondamentale et des droits de l’homme donc normal que ça dégénère partout où elle fait son nid EN PLUS C’EST ENCORE L’OEUVRE DE LA GAUCHE.

La gauche dégénéré liberticide mondialiste qui répand la corruption et le sataniste.partout dans le monde

UltraLucide

Oui, et je repense à deux choses:
1-Et le génocide arménien, nié par le dictateur Erdogan et presque tous les turcs, c’était pas un crime contre l’humanité?
2-Quand les Khmers rouges sont entrés à Pnom-Penh, je me souviens très bien des éditoriaux enthousiastes et répétés du socialiste »progressiste » Jean Daniel dans l’Obs célébrant la libération du sud-est asiatique de l’impérialisme occidental. Il n’a jamais fait acte de contrition, en bon progressiste convaincu, malgré 2 millions et demi de morts.

senechal

Les quelques millions d’imbéciles qui votent pour Mélanchon ne savent pas que cette pourriture s’il arrivait au pouvoir en France, ferait pire que Pol Pot, Staline ou Mao réunis!. heureusement que tous ces tocards ont aidé Macron pour accéder au trône pour le deuxième tour des présidentielles!.
Mon grand père me disait toujours: « faut mieux être bourré que que con, çà dure moins longtemps ».

Vital

Merci beaucoup à Éric de Verdelgan !

Vital

Merci à la personne qui nous offert ce longue texte de la génocide du gentil peuple Kmer 😇

Vital

Merci à la personne qui nous a présenté ce longue texte reflétant le déroulement de la génocide du gentil peuple kmer

Paulette

Merci pour avoir publié ces mots. Je me suis fait la même réflexion lors de l’annonce qu’un jour de commémoration consacré au génocide rwandais aurait lieu chaque année. N’oublions pas les autres génocides, l’occident a aussi fourni des mines anti personnel pendant les conflits en Asie du Sud Est et ces mines jonchent le sol encore aujourd’hui, quantité de personnes sont handicapées à vie si elles ne sont pas décédées. Chaque nation a droit à la même reconnaissance et chaque victime de génocide a droit au même hommage en Asie aussi bien qu’en Afrique.

wika

Macron n’évoquera pas la tragédie cambodgienne parce qu’on ne critique pas ce qui est de gôôche.
Nos intellectuels et certains acteurs comme Yves Montand avec sa bonne femme ont soutenu le communisme en Russie.
Tout ce qui est de gauche est forcémént bien, tout ce qui est de droite est forcément mal parce qu’assimilé à l’extrême droite. Encore que j’attends que quelqu’un me donne une définition intelligente de l’extrême droite.

Une patriote

Avec ce connard, on se demande de quoi la France et les français ne sont pas responsable ? Les autres pays aussi ont colonisés. A part pour nous rabaisser, humilier, ruiner, empocher notre pognon, il a fait quoi depuis 20 mois ce trou du cul ???????????

Garcias

Je viens de découvrir sur ce génocide deux DVD que je recommande : « S21 la machine de mort khmère rouge » et « L’image manquante ». Le réalisateur, Rithy Panh, a connu, enfant, les camps de travail dans lesquels il a vu mourir ses parents.
A quelques jours du 17 avril, nous pouvons faire mémoire de ce crime de masse qui débuta à Phnom Penh un certain 17 avril 1975. Jean-Pax Méfret en a fait une très belle chanson : »La musique s’est arrêtée » :
« Les hommes en noir sont arrivés,
Le Cambodge a cessé d’exister ».

patrick boissy

Bravo lire aussi les tambours de bronze de larteguy

Dorylée

Excellent article. En Indochine, l’armée française avait gagné le peuple indochinois mais a du rendre les armes face aux politicards français, aux communistes français qui sabotaient le matériel militaire français et détournaient au profit du vietmihn, les médicaments destinés aux soldats français et avec la complicité ACTIVE des Chinois communistes également. Il n’y a que les cocos et un imbécile pour prétendre le contraire. Offrez vous  » Par le sang versé  » de Paul Bonnecarère.

Jill

C’est vrai… Et quand on parle de la victoire de Giap à Dien-Bien-Phu, il faut peut-être relativiser. Les viets laissérent 10 000 morts sur le terrain contre
2000 aux  » vaincus ». En fait les Français succomberent, épuisés et à bout de potentiel.
Même pas un avion pour les ravitailler.
Ils furent abandonnés par les politicards.

cadichon

Les chiffres que vous énoncez sont fantaisistes. Si il y a eu 3 millions de morts alors qu’il y avait 7,5 millions au début, comment expliquez vous qu’aujourd’hui le Cambodge ait plus de 16 millions d’habitants?

François BLANC

les 4,5 M restant ont dû faire des petits en 40 ans
Mais moins prolifiques que les juifs qui étaient 2 M en 1940 dans les territoires occupés selon le FBI et dont 6 M sont morts en camps de concentration mais qui sont quand même parvenus à peupler Israël

Carter

Sur une population de 8 millions en 1975, il y a très bien pu avoir 2 millions de morts. Cela laisse 6 millions de survivants en 1979 et aujourd’hui on est quand même 40 ans plus tard. Je ne connais pas la démographie du Cambodge, mais si les 3 millions de Cambodgiennes survivantes ont eu 3 ou 4 enfants chacune, cela nous donne 6 millions de survivants + 9 millions d’enfants depuis 40 ans, on arrive déjà à 15 millions.

Paulette

Le génocide a eu lieu en 1975…. La démographie a évolué partout dans le monde depuis cette date !!!

debaia

Parcequ’ils font des enfants…6 a 7 par famille….

UltraLucide

Cherchez-vous à démontrer que c’était en fait un petit génocide négligeable?

Pasabaco

Même si je ne garde pas Monsieur Macron dans mon coeur, juste parce que je ne suis pas liberal…Je ne peux que saluer ses propos anti-racistes et contre l’antisémitisme
Votre post pue de la gueule
Voilà un français colonialiste sans états d’âmes
Monsieur vous avez pris votre ticket pour l’enfer
Vous et vos amis y serez au chaud.
Moi je comprends Franz Fanons et sa colère plus que justifier.

Paskal
François BLANC

PASABACO
D’évidence vous confondez l’internationalisme est le libéralisme qui est la suppression des boulets de l’Etat qui tuent les entreprises
macron est Enarque donc il ne peut être ni libéral ni compétent

patrick boissy

Bien vrai

geronimo

ou tu vois qu’il est un colonialiste sans etats d’ame ??? Eric cite des faits, et des actes….donc une histoire, vérifiable. tu le voue aux gémonies, mais qui es tu toi ? la France n’a pas à rougir de ses colonies, elle a toujours respectez les peuples colonisés, bien plus que TOUTES les autres nations colonialistes (angleterre, portugal, hollande, espagne, ameriques, turc, arabe…) le vietnam est devenu un pays merdique, et pas à cause de nous, mais , cause des amerloks et des chinois…si on etait resté la bas, ce serait resté un beau pays…alors mollo sur la hargne !!!!

Eric de Verdelahn

.D’habitude, je ne réponds pas aux commentaires sur mes écrits, qu’ils soient élogieux ou critiques…Mais, en effet je suis admiratif de l’œuvre française dans la monde. Pour avoir étudié, (et visité) notre ex empire, j’assume mes écrits et mes livres et mes articles sont signés de mon nom. Pas d’un « pseudo » anonyme (qui rappelle les « corbeaux » qui dénonçaient les Juifs sous l’Occupation.) Vous avez raison, je suis sans doute voué à l’enfer. Vous c’est le paradis qui vous attend, car comme dit l’évangile : »Heureux les simples d’esprits car le royaume des cieux leur appartient » or votre dialectique insultante et haineuse… lire la suite

Giroud

Le pire, avec la complicité passive de la Chine, qui comme des criquets, avalent tout. Le Cambodge avec eux a changé en 10 ans d’une façon incroyable, avec des gratte ciel à Siem Reap ! Et maintenant au tours du Laos, d’où je reviens. Effarant.

Paulette

Effectivement les cambodgiens sont condamnés encore une fois par un gouvernement qui vend le pays aux plus offrants. Les anciens quartiers sont rasés pour permettre la construction d’appartements ou de palaces réservés aux riches chinois et auxquels les cambodgiens n’ont pas les moyens d’avoir accès. Que va-t-il leur rester ? La souffrance continue

Paskal

D’une certaine façon, la France a sauvé le Cambodge sur le point de devenir une sorte de condominium vietnamo-siamois (le Siam avait déjà fait main basse sur Angkor et Battambang). Mais dire que c’était par amour du peuple khmer serait peut être téméraire !

Lek Laurent

Je veux savoir , pourquoi la France coupait d’une grande partie du Cambodge Prey Nokor (Saïgon) pour le Vietnam ? Vous savez, çà c’est la grande erreur de Français,le mal la douleur ce sont des cambodgiens et le plus mauvais ce qu’ils vivent comme le clandestins sous régime communiste Vietnam et actuellement il y a 8 millions de cambodgiens.merci.

Janssen marie

Je reviens d’un périple au Cambodge, quelle tristesse sur le visage de la population , et vous ne parlez pas du gouvernement , tenu à 99% par d’anciens khmer rouge , donc la population vit toujours sous le joug de ceux qui les ont décimés.
J’ai visité un marché , la viande est rare, mais on vous répond que tous ce qui court est mangé, rat, cafard ,j’en passe et des meilleurs.
Bon appétit .
Sur ce , ils essaient de faire bonne figure devant les touristes , mais le sourire est triste .

Rico

Exactement !!

geronimo

ouais et je te parle même pas de la crasse et de l’etat des villes et des immeubles que NOUS avons construit la bas…..comme en algerie d’ailleurs….la même merde !!!

Marnie

Tous ces énarques puent de la gueule : Ils nous font payer les décisions prises par d’autres gouvernants. Mais pas qu’eux malheureusement et notamment les lobbies et les conseillers.

patphil

c’est quand même vrai que la france aurait du accorder l’autonomie que réclamait ho chi minh en 1945, à défaut de l’indépendance!
c’est vrai aussi que l’algérie devait être indépendante
mais la trahison des zélites est une constante , louis15 a bien bradé le canada aux anglais, les minorités engagées par l’armée tant en indochine qu’en algérie ont été abandonnée , mais là pas de repentance de la part de certains!

senechal

Pol Pot avec ses cantines me fait penser à un autre tartuffe communiste, notre méluche national qui dans sa dernière campagne pour les présidentielles voulait également mettre en place des cantines gratuites!.
C’est bien beau cette gratuité, mais si il n’y a rien à mettre dans les assiettes et qu’elles restent vides, à quoi bon?.

senechal

Macron ne connait même pas l’histoire de France aussi bien contemporaine pas plus que l’histoire ancienne, ne lui en demandez pas autant, ce type est aussi fin connaisseur également de la géographie, car ne disait-il pas que la Guyane était une île?. Ses discours, (auxquels il ne faut porter aucune attention) sont écrit à l’avance par ses « conseillers » trotskistes, car Macron malgré sa verve qui peut amuser un public pendant des heures, est inculte et ne débite que des discours en langue de bois!. Nous sommes bien loin des discours éloquents d’un De Gaulle, (que je n’aimais pas) ou encore… lire la suite

bernard

Article très bon mais trop long ici, comme d’hab’…Relisez l’histoire : elle regorge d’invasions, massacres, génocides, esclavagistes, tortures avec le record inégalé des musulmans depuis quatorze siècles: env. 300 millions de morts… Dans ce sinistre catalogue figurent tous les peuples et tous les pays depuis la légendaire conquête de Canaan par Josué…

pauledesbaux

depuis que nous n’apprenons plus l’HISTOIRE il est souhaitable, comme l’a fait Monsieur de Verdelhan de remonter aussi loin pour connaître les tenants et les aboutissants, merci Monsieur de rappeler? tout au moins à ceux qui l’ont déjà apprise ?cette Histoire qui nous tient à coeur et SURTOUT D APPRENDRE QUelQUE CHOSE D AUTRE QUE LE THEATRE (dont il se sert tous les jours sans se géner dans le domaine de la COMEDIA DEL ARTE)au président de la REPUBLIQUE FRANCAISE dont il ne connaît RIEN

BobbyFR94

Et qui a tué et continue à tuer le plus de muzzs en 2019 ?

Sans compter toutes les victimes non-muzzs, idem qui les tue le plus ?

François bLANC

Encore un exemple du bienfait du marxisme, faut vraiment être débile pour se dire de gauche même après avoir subi le formatage de l’école marxiste de la république

Paskal

Qu’est ce que le marxisme vient faire là dedans ?

François BLANC

selon vous les Kmers rouges seraient de droite, décidemment votre formatage vous rend aveugle

Paskal

C’étaient des ultranationalistes qui, au moins implicitement, revendiquaient les territoires perdus par l’Empire khmer (de gauche ?) notamment la Cochinchine, anciennement Kampuchéa Krom.
De droite, je ne sais pas mais disons que « les prolétaires n’ont pas de patrie », c’était pas trop leur optique.

JEF

Pol Pot et ses petits camarades se revendiquaient ouvertement d’une forme de marxisme, effectivement assaisonnée d’une très forte xénophobie. comme pas mal de leurs « coreligionnaires » nationaux-gauchistes asiatiques, ils étaient venus se former en France entre les deux guerres mondiales.

Carter

Ce qui s’est passé au Cambodge durant cette période est le paroxysme de l’horreur. S21: 21000 internés, 7 survivants… Le livre de François Bizot « Le Portail » est édifiant sur ce sujet.

Louise guersan

Extrêmement intéressant. Il est bon de rappeler les réalités de l’Histoire que nos Macron et Cie balaient si impunément, sciemment autant que par crasse ignorance. Merci pour ce formidable rappel.

CLOVIS

Vous pensez bien que le micron ne va pas lire votre article au demeurant excellent ! – Et… Raz le bol de la repentance, Algérie en première ligne… « Le passé est une lanterne qui éclaire l’avenir »… Rien de plus !

Blackjack

Et pour cause ces grosses merdes ont étudiés en France, la meilleurs école du monde pour faire des dirigeants SS.

andrea

Non seulement nos zélites « intellectuelles » et politiques ne considèrent pas avec la même gravité les crimes des régimes communistes (qui par ailleurs, ont une amplitude en nombre et en durée largement supérieurs à tous les régimes d’extrême-droite réunis), mais combien les ont soutenu, continuent de les soutenir et se réclament même de divers courants cette idéologie? En fait, on peut à la fois avoir été un soutien ou être ou admirateur d’un Staline, Mao, Pol-pot, Trotsky, Che Guevara,Fidel,etc., se faire passer pour le Camp du Bien, s’ériger en donneur de leçons…et continuer à supprimer la liberté d’expression par diabolisation avec… lire la suite

Allobroge

Vous avez entièrement raison et même ces tenants des dictatures communistes nous assènent à présent que les crimes du dit communisme ont été commis par des gens qui « n’ont rien compris au communisme », voir qu’ils n’étaient pas communistes sinon vous pensez bien qu’ils n’auraient pas agit ainsi ! Donc « pas d’amalgame » eux sont dans le camp du Bien naturellement ! Ça va de soi ! Donc eux ne font pas de repentance ça serait incongru, par contre les autres se doivent de battre leur coulpe !

Paskal

Staline, Mao, Pol-pot, Trotsky, Che Guevara, Fidel communistes ? Le mot pris dans un sens très large !
https://www.elperiodico.com/es/internacional/20071002/el-che-se-paseo-por-madrid-tres-veces-durante-el-regimen-franquista-5485836

Jill

Pol pot adulé bien sûr par nos gauchos, dont certains pérorent encore, les salauds. J’en ai entendu qu’un seul faire amende honorable :
Jean Lacouture, au Monde à l’époque.