Et maintenant, des Barbies voilées sur les cartables !

Publié le 10 juin 2008 - par
Traduire la page en :

Les signes religieux sortent par la porte de l’école pour entrer par la fenêtre avec la « bénédiction » de l’Inspection de l’Education Nationale.

Dans une école de la banlieue Grenobloise deux enfants sont venues en classe avec des cartables sur lesquels sont imprimés des Barbies voilées.
L’équipe enseignante a contacté l’Inspection de l’Education Nationale pour savoir quelle était la conduite à tenir devant ce cas de figure pour l’instant atypique. La réponse de l’inspection est restée très évasive en parlant de tolérance et de modération face à une nouvelle communauté ( !…. français depuis 4 générations, quand même…). Dans cette réponse émanant de l’inspection il fallait aussi comprendre que si les enfants participaient aux activités sportives et aux activités de natation, le signe religieux sur le cartable n’était pas un problème.

Les enseignants sont désormais au parfum quant à la position de l’inspection si le cas se reproduit et si la famille refuse de changer le cartable. Le règlement de l’école est pourtant très clair sur ce sujet : « L’école est laïque. Tout signe visible revendiqué comme étant d’ordre religieux n’est pas autorisé à l’école ». Règlement que l’inspection a tout simplement nié.

A quand Jésus-Christ ou d’autres sur les cartables ?

Que dire des mails émanant de l’inspection rappelant aux enseignants de ne pas faire de ségrégation religieuse envers les parents d’élèves ?

Les enseignants sont seuls face à l’entrisme religieux dans les écoles, souvent ni les collègues ni la direction ni l’inspection ne les soutiennent.

Le signal d’alarme est tiré mais personne ne veut l’entendre.

Diabolo

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi