Et maintenant, la dictature bancaire

Il n’est pas besoin de grandes analyses pour démontrer que d’année en année, une dictature aux multiples facettes s’abat peu à peu sur les peuples des nations occidentales notamment : la dictature médiatique, la dictature dans l’enseignement, la dictature sanitaire, par exemple, sont désormais des réalités que tout observateur attentif peut constater.

Une dictature d’un genre nouveau se met insidieusement en place depuis la fin du siècle dernier : il s’agit de la dictature bancaire. Avant les années 1980, le fonctionnement des banques reposait sur un principe simple et sain : servir le mieux possible les clients, qu’il s’agisse de particuliers, d’entreprises ou autres. La folle dérégulation financière des années 1980 et 1990 a totalement transformé le paysage bancaire. Désormais, le cœur de métier des banques devenait la banque dite d’investissement, ce nouveau métier pouvant s’assimiler à une sorte de casino géant, permettant de gagner ou de perdre des sommes considérables, en quelques secondes quelquefois. La très emblématique affaire Kerviel a révélé qu’un modeste employé de la Société Générale pouvait, en quelques heures, faire perdre des milliards d’euros à son employeur. Cela n’a pas du tout ébranlé le système financier, qui, plus que jamais, a continué d’agir comme un casino géant, spéculant nuit et jour à l’échelle mondiale.

Il est donc assez logique que les banques en général, et les banques françaises en particulier, considèrent depuis des années les entreprises et les particuliers comme de la piétaille, qu’il faut bien traiter, puisque la réglementation l’impose, tant bien que mal, mais désormais plutôt mal que bien. Or, elles se sont trouvé une nouvelle fonction.

Totalement intégrées à l’empire économique mondial, et soucieuses de le servir au mieux, elles se réservent désormais le droit de juger leurs clients sur la base de critères politiques, culturels ou moraux. Il apparaît notamment, depuis un certain nombre d’années, qu’elles surveillent de façon pointilleuse les moindres mouvements de fonds concernant les milieux de la Résistance au Système, et vont régulièrement dénoncer à Tracfin, l’organisme chargé de traquer ce que l’on appelle couramment « l’argent sale », des personnalités qui mènent leurs affaires de façon totalement transparente, mais qui ont le défaut considérable de s’opposer à la dictature mondiale ambiante.

C’est ainsi que le très réputé et très redouté Charles Gave, économiste et homme d’affaires de renom, dont les analyses implacables égratignent depuis des années le système politico-médiatico-économique, vient de se faire fermer son compte bancaire ouvert depuis 1972 au Crédit du Nord, parce qu’il venait de consentir un prêt, dans des conditions totalement légales, à l’association des amis d’Éric Zemmour.

Il est évidemment inutile de traiter sur le fond une décision aussi lamentable prise par une banque qui est, cerise sur le gâteau, filiale de la Société Générale qui a su, en son temps, s’organiser de telle façon qu’un modeste employé a fait perdre, en quelques heures, des milliards d’euros à son employeur. La décision du Crédit du Nord révèle simplement que nous sommes entrés dans une ère de dictature bancaire, aboutissant au contrôle systématique de tous nos mouvements bancaires, contrôle pouvant aboutir à créer des difficultés financières importantes à des clients cloués au pilori par des établissements bancaires s’étant auto-transformés en tribunaux financiers populaires. Plus que jamais, les élections présidentielles de 2022 s’annoncent comme étant un évènement capital…

François Billot de Lochner

https://libertepolitique.com/

image_pdf
0
0

23 Commentaires

  1. Il est nécessaire de séparer banques de dépôt et banques d’affaires.Ce sont deux métiers différents selon moi antinomiques.

  2. hallucinant : la dictature à tous les niveaux qui se cache sous les oripeaux de la « démocratie » : BIGPHARMA BIGDATA BIG FINANCE tous se tiennent par la barbichette pour empêcher le grain de sable d’enrayer leur belle machine totalitaire servie par les élites des états, dont la macronie et ses soutiens en france

  3. Et après, ceux qui accusent les banques de faire partie d’une oligarchie, d’un « système » aux yeux duquel l’intérêt des Français ne compte pas sont qualifiés de complotistes !

    Ce n’est pas pour rien que les banques ont progressivement été reprises en main, depuis quelques décennies, par les politiciens et la haute administration – à moins que ce ne soit l’inverse. Ils sont au service les uns des autres. Et nous et nos libertés sommes une variable d’ajustement. Nous nous enfonçons, lentement mais sûrement, dans la dictature.

  4. Cet état est une dictature macron suit sa feuille de route écrite par les milliardaires qui l’ont mis au pouvoir pour eux s’enrichir et détruire la France.

  5. Les banques ne respectent rien ! essayez de changer de banque et vous constaterez la façon dont ils gèrent le « mobilité bancaire » pourtant imposée par la loi.
    Pour un virement de 2000€ à un fournisseur, la Banque Postale m’a fait remplir un questionnaire pour justifier la provenance de la somme disponible sur mon compte courant.

  6. Comment les petits Français, miséreux, gueux, riens, peuvent ils rester passifs devant ces méthodes dignes d’une pure dictature ! FRANCAIS OUVREZ LES YEUX !!!
    La mafia au pouvoir ne peut supporter que Monsieur GAVE, 1er économiste Français, puisse soutenir Eric ZEMMOUR qui en cas d’élection de celui ci pourrait devenir le meilleur ministre de l’économie que le pays n’ait jamais connu.

  7. Voici deux milles ans, la Bible a prédit ce qui est en train d’arriver sur terre. Il n’y a pas que l’aspect bancaire, il y a aussi la dictature mondiale qui est en train de se metrre insidieusement en place avec un recul progressif des libertés au travers du système financier mondial. En Apocalypse 13 on peut lire:
    16-Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 17-et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. 18-C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

  8. Dictature bancaire… quel joli pléonasme. Moi, je n’ai jamais eu le sentiment que les banques étaient des associations caritatives qui faisaient dans l’humanitaire… enfin, sauf pour les plus riches.
    Les banques, c’est plutôt : ce qui est à toi est à moi et ce qui est à moi… est à moi.

  9. societe generale : le bien etre a sa banque qu ils disaient ! beaucoup de gens ignorent que les banques FRANCAISES ne font plus des placements surs en bons peres de famille mais speculent comme des fous avec l argent de ceux qui ne sont rien . il faut noter que la societe generale , c est bon pour nous mais que ceux qui ont de tres grosses fortunes vont plutot chez rotschild qui investira dans les domaines que les politiques privilegieront . ainsi , par exemple , un coursier de leur maison pousse vers les energies renouvelables ! vous avez dit bizarre ? moi aussi ! la ce n est plus du delit d inities mais de la manipulation d hommes politiques aux ordres … AVEC COMS ET RETROCOMS … pandora papers ? paradis fiscaux ?

  10. Les banques devraient être démantelées à commencer par ces incapables du Crédit Agricole

  11. Kerniel n’a jamais ait incognito ! La SG et ses dirigents sont des pourris.
    Les autres traders ne pouvaient ignrer les achats et les ventes de Kerviel.
    La SG quand elle gagnait avec Kerviel un calcul de téte ultra rapide sur le montant des gains donne les montants « Joués ».
    La SG est aujourdh’ui aux mains, le jouet des crapules d’etat qui lui ont sauvé la mise en faisant portetr le chapeau a Kerviel.
    Ceci explique cela !

  12. tout est dit : société générale !
    remarquer le Cdit mutuel est encore pire….
    reste le liquide, tant que l’on pourra

    • « avant » Société générale était dans le métier signe de professionnalisme.
      Mais, c’était avant. Le crédit mutuel ? le président Mr Denis perçois 1,5 millions d’euros par an et vit dans son domaine de Relecq-Kerhuon.
      Sa femme mme Denis pantoufle au CSA mais ne vient que quelques jours par semaine étant donné qu’elle vit dans son domaine du Relecq-Kerhuon. Vous avez dit parasites et prédateurs ? et en plus, ça se veut chic !!!!!

    • Le liquide perdurera pour la simple raison de l’argent qui circule en valise diplomatique et autres vers des paradis fiscaux. (J’en ai vu passer personnellement)

    • Méthode Coué ? Alcoolisme ? Coup de folie ? Provocation ?
      Et humour involontaire ?

  13. Pas de problème : super Zemmour, une fois élu, nous sauverait de tous les malheurs et nous préserverait de toute menace virale, économique ou migratoire.

Les commentaires sont fermés.