Et que croisse la juste colère des Français !

Publié le 27 mai 2013 - par - 2 374 vues
Traduire la page en :

Les sanglantes agressions contre des militaires, à Londres comme à Paris, sont des actes de guerre. Tout simplement.

L’Europe étant désignée comme terre de conquête, il n’est besoin d’aucun ordre donné, d’aucune directive supplémentaire, pour que le plan concocté par les stratèges de la nébuleuse musulmane soit exécuté.

A man with bloodied hands and knives appears in a still image from amateur video that shows the immediate aftermath of an attack in which a man was killed in southeast LondonÀ ce jour et à cette heure, tout musulman présent sur une terre qui n’est pas encore celle, sacrée, de l’Islam, est appelé à se lever pour que triomphe, à la manière qu’il considérera comme la plus pertinente, la parole d’Allah. Certains le font, et le feront, machette en main, l’esprit parfaitement clair et pacifié.

Le reste n’est que littérature, aimables échanges sous les lumières des plateaux, poudre aux yeux, leurre.

Le “loup solitaire” contestant l’insolence du maître des lieux, la culpabilité de l’ancien colonisateur, la nécessaire refonte du creuset social français et européen dans la pâte multi-culturelle, le droit de l’étranger, le respect de l’autre, la grande fraternité des croyants, toute cette fantasmagorie est le rideau désormais ouvert sur la scène de crime. Citoyen, on t’égorge pour cela et si tu cherches encore un peu d’air avant de trépasser, dis-toi qu’une main parfaitement compatriotique pèsera sur ta nuque pour t’enfoncer un peu plus vite dans la fange qui t’a vu naître.

Car tel est la donne en cette seconde décennie du siècle.

Qui change, cependant. Face au Chamberlain-Cameron anglais prosterné, soixante-dix ans plus tard, aux tibias des égorgeurs, se montrent des Churchill, des pilotes de Spitfire, des Mac Arthur pour l’instant confinés mais dont le peuple infantilisé, consumérisé, accablé, entend la voix. À Stockholm, derrière le paravent si typiquement protestant de la soumission de l’individu au groupe, voici que l’individu, cet absent, ce zombie, renacle et se fait entendre. Ici même, en France, la soupe d’une profonde et historique colère bouillonne sous la fonte du non-dit, de la couardise, de la vente des biens familiaux au plus offrant. Ami, entends-tu le cri sourd du pays qu’on enchaîne?

Certes, les Anglais ont besoin d’un Churchill, et nous d’un de Gaulle mais, plus encore, d’un Jean Moulin. Des de Gaulle, il y en a pléthore en France en temps de paix. Manque un fédérateur des énergies face à la guerre, une férule fraternelle sous laquelle joindre les forces, un de ces personnages capables de se sacrifier et de pousser les autres à le faire, dont notre Histoire même magnifiée n’est en principe pas avare.

La Nation se disperse, le peuple s’interroge sur son devenir, le pays se fragmente au gré des humeurs de gens qui n’en n’ont strictement rien à faire. Sur ce terreau gagné par la moisissure, l’obscurité religieuse remplace jour après jour le ciel bleu des poètes, des paysans et des aventuriers. Sous ces nuées, les Français envoient à leurs gouvernants un signal que l’on refuse encore d’entendre : à défaut d’une Jeanne ou d’un Jean, à l’heure où la police de la République s’acharne sur les meilleurs d’entre eux dans Paris, ils prendront eux-mêmes le gouvernail du navire. Encore un peu de lâcheté, d’aveuglement et de compromissions, et c’en sera fait de cette obstination de leurs élus et non-élus à se soumettre.

Ils le feront, ces Français-là, au nom de ce qui se nomme salut public.

Alain Dubos

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi