1

Et si Jean-Pierre Pernaut était mort du vaccin contre le covid ?

Et si Jean-Pierre Pernaut était mort du vaccin ?… J’entends d’ici ceux qui vont me qualifier de complotiste. Mais voilà : j’aimais bien Jean-Pierre Pernaut. Je ne l’écoutais pas souvent, mais une des dernières fois où je l’ai écouté, levant les yeux de son sempiternel petit papier, il a dit dans un sourire exactement ce que je pensais, une petite pique (pas très méchante sinon il aurait eu des ennuis), contre la clique qui nous gouverne.

Petites phrases certainement partagées par beaucoup de monde car Jean-Pierre Pernaut avait une qualité : il disait tout haut les vérités simples que beaucoup pensaient tout bas. C’est pour cela que les gens l’aimaient bien.

Plusieurs journaux font état des propos de son épouse, qui se pose des questions.

VIDEO Mort de Jean-Pierre Pernaut : ce qu’il demandait à Nathalie Marquay depuis son hospitalisation – Voici

Dans cet article, on explique que Jean-Pierre Pernaut a pris sa retraite en 2020. En 2021, il a annoncé se battre contre un cancer du poumon. Une collègue, Isabelle Morini-Bosc, a pris la parole sur RTL et expliqué qu’il était guéri de ce cancer.

Donc les journaux et journalistes qui affichent qu’il est mort de son cancer du poumon, soit mentent, soit sont mal renseignés, soit encore écrivent sur ordre ce qu’on leur a ordonné d’écrire.

On ne va quand même pas demander aux journaleux de dire la vérité ? Il ne faut pas inquiéter le bon peuple.

En fait Jean-Pierre Pernaut connaissait un enchaînement d’autres problèmes de santé.

Jean-Pierre Pernaut a eu une opération à cœur ouvert en février, dont il se remettait bien. Mais son épouse dit autre chose encore : « En janvier dans « Touche pas à mon poste », Nathalie Marquay confiait : “Depuis janvier, […] Jean-Pierre a fait quatre mini-AVC depuis qu’il a fait le vaccin”.

Ces propos de Nathalie Marquay sont confirmés par plusieurs journaux, La dépêche, Le Midi libre, l’Express, le Figaro… qui là se décident soudain à dire la vérité.

Nathalie Marquay-Pernaut à Didier Raoult dans «TPMP» : «Jean-Pierre a fait quatre mini-AVC depuis le vaccin» (lefigaro.fr)

C’est clair après ces propos de son épouse : Jean-Pierre Pernaut est mort des suites du vaccin contre le covid.

Que désignent ces mots « le » vaccin ? A-t-on jamais parlé ainsi des « autres » vaccins ? C’est un peu comme si le vaccin contre le covid était un vaccin pas comme les autres. En effet. Voire au dessus des autres puisqu’il suffit de l’évoquer pour savoir de quoi il s’agit. Un vaccin tabou, un vaccin idéologique, un vaccin stigmatisant puisqu’il sépare la population entre vaccinés et non vaccinés.

Une sorte de sésame, de totem, de trophée distribué par des gouvernants devenus des demi-dieux puisqu’ils pouvaient foudroyer ou non les citoyens, les récompenser ou les punir, leur ouvrir ou non les portes de l’enfer ou du paradis.

Jean-Pierre Pernaut a dû se sentir obligé de recevoir une troisième dose comme pas mal de Français pour recevoir un passe vaccinal, probablement pour se faire soigner. C’est confirmé par Nathalie Marquay : « Je suis pour la vaccination. Jean-Pierre aussi. On suit comme des petits moutons, on fait les vaccins pour continuer de vivre ».

Tout le monde a en mémoire l’histoire de cette jeune femme qui, refusant le vaccin, n’était donc pas autorisée à se faire soigner de son cancer et même, avait été refusée par l’hôpital qui la traitait.

Tout le monde sait que beaucoup de gens ont renoncé à des soins soit par peur d’aller dans des lieux à risques, soit par refus des tests ou du passe.

Tout le monde sait effectivement que la vie des non vaccinés a été suspendue, comme mise entre parenthèses. Il faut une certaine résistance pour le supporter.

D’autres bien entendu ont reçu le vaccin pour conserver leur emploi.

Nathalie Marquay d’ajouter enfin que pour elle, les problèmes cardiaques de Jean-Pierre Pernaut seraient liés à la vaccination : « Quand je suis à l’hôpital et que je dis aux médecins : « C’est quand même bizarre parce qu’on fait tous les examens possibles sur Jean-Pierre pour trouver d’où viennent ces mini-AVC et on ne trouve pas ». Je leur demande s’il y a un rapport avec le vaccin qu’il a fait huit jours avant. Et tout de suite, ils me disent : « Surtout pas ». »

Tout de suite évidemment, pour ces médecins aux ordres et éloignés d’Hippocrate, il faut tuer la polémique dans l’œuf. Ce « tout de suite » est en lui-même suspect. En médecine, on n’a jamais rien « tout de suite ». 

Nathalie Marquay joue de malchance avec « le » vaccin : son propre père a fait un zona juste après le vaccin. Elle-même a carrément eu le covid juste après. Sa fille aussi.

On espère, maintenant que l’irréparable est arrivé, que Nathalie et les enfants de Jean-Pierre Pernaut vont aller jusqu’au bout de leurs questions et se battre. Demander une autopsie (à condition que celle-ci ne soit pas truquée.) Poursuivre l’État pour quasi-obligation de recevoir une substance, nocive au point d’occasionner le décès de l’injecté. Grave mise en danger de la vie d’autrui. Donner la mort avec ou sans intention de la donner.

Et Jean-Pierre Pernaut n’est ni le premier ni le dernier dans ce cas.

Sophie Durand