Et si les commerçants chassés s’appelaient Mokhtar ?

Publié le 2 juillet 2013 - par - 3 848 vues
Share

Petite histoire bouchère à l’intention des Gentils et des Modérés de tout poil :

Il était une fois Mokhtar, un jeune Tunisien qui tenait une boucherie halal dans un centre commercial de la Goulette près de Tunis, comptant une quinzaine d’autres commerçants halal comme le sien. Mokhtar vendait sa viande à ses clients et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et puis un jour le boucher a constaté que l’environnement changeait, que sa clientèle se modifiait, que les tenues vestimentaires s’occidentalisaient, les conversations se tenaient le plus souvent dans une langue étrangère, les regards se faisaient plus hostiles, la pression plus forte. Mais Mokhtar ne disait rien, il subissait en silence, pensant que tout se passerait pour le mieux et qu’il fallait bien accepter ces changements puisqu’on lui répétait à longueur de temps qu’ils étaient bons pour lui et pour son pays.

Puis Mokhtar a commencé à subir des menaces de la part de gens récemment arrivés dans son pays, des gens qui lui disaient que leur religion était la meilleure et qu’il devait s’y soumettre. Ces types se sont mis à lui casser régulièrement sa vitrine, inscrivant sur sa porte des « mort à toi Mokhtar, on va te saigner comme un mouton ! ». Ils réclamaient que le boucher halal cesse de faire cuire son mouton les jours de carême et exigeaient qu’il le cuise à une autre période de l’année sinon ils le tueraient. Les policiers alertés n’avaient pas bougé. Le boucher s’était rendu coupable de s’être plaint de ces agressions réitérées envers lui et tous prenaient collégialement la défense des nouveaux venus pour l’enrichissement qu’ils apportaient à la culture détestable et rancie de la Tunisie.

Cette situation inacceptable avait rapidement alerté les autorités, les politiques s’en étaient mêlés et même les instances internationales. Obama lui-même avait parlé de son cas lors d’un discours moralisateur. Les médias se relayaient pour diffuser dans leurs colonnes ce fait d’une xénophobie insupportable, chacun montrant un zèle remarquable à dénoncer Mokhtar pour son manque de tolérance vis-à-vis du remplacement de population pourtant salutaire et pour son racisme affiché.

Mokhtar lassé et à bout de forces a fini par baisser les bras. Il a revendu sa boucherie halal rachetée depuis par un des néo-naturalisés, tout comme une dizaine d’autres commerces du centre commercial avant lui, obligés d’aller s’installer ailleurs, plus loin, de faire leurs valises et de quitter leur propre pays d’où ils étaient chassés à coups de battes et de couteaux dans la carotide.

Tout est mal qui finit mal dans cette histoire.

Vous êtes choqué ? Oui, forcément car c’est très choquant. Mais ce n’est pas grave, me direz-vous, puisqu’ayant bien noté le « il était une fois » d’introduction vous pouvez vous rassurer en vous disant que cette histoire est fausse.

Détrompez-vous, elle est vraie. A une nuance près, c’est qu’elle ne se passe pas à la Goulette mais à Rennes et que le boucher n’est pas halal, qu’il se prénomme Jérôme.

C’est à Jérôme que des musulmans ont fait la promesse de le tuer s’il continuait à vendre du porc et à cuire ses galettes aux saucisses le vendredi, jour de prière, le condamnant à se lever plus tôt le samedi matin pour les faire cuire en cachette pendant que les musulmans du quartier dorment encore.

C’est sur la porte de Jérôme que des musulmans ont inscrit la promesse de faire couler son sang et le sang des Français : « A mort les porcs, on vous saignera ».

Ce sont les multiples plaintes de Jérôme que les policiers ont préféré ne pas prendre, sans doute pour préserver la fameuse paix sociale, refusant même de se déplacer alors qu’ils sont payés pour le protéger.

C’est à Jérôme d’accepter de se faire insulter, agresser, menacer, d’accepter de se laisser violenter et dépouiller au nom des sacro-saints bienfaits du vivre ensemble importés sur notre sol par ceux que nos dirigeants, européistes, mondialistes, associatifs diversitaires lui imposent.

C’est Jérôme qui, saturé par la situation et l’inaction de la police, vient de jeter l’éponge et d’abandonner sa boucherie reprise depuis par un boucher musulman halal, comme sont en train de le devenir plusieurs des quinze commerces restants.

C’est dans ce centre commercial de Rennes devenu zone de charia que des milices islamiques font régner la terreur, interdisant la vente de porc et d’alcool… en territoire français !!!

Alors maintenant que vous avez été outré par le sort injuste subi par le faux boucher halal Mokhtar, que pensez-vous du sort du vrai boucher traditionnel Jérôme ?

Caroline Alamachère

http://www.rennes.lemensuel.com/actualite/article/2013/06/28/alerte-au-communautarisme-a-italie-14647.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.