Et si l’on demandait aussi aux détenus de mettre la main à la poche ?

Publié le 2 août 2017 - par - 25 commentaires - 1 087 vues
Share

Pensez-vous qu’il soit normal que la communauté nationale prenne en charge le coût du séjour en prison des détenus ? En cette période de restrictions budgétaires où chacun est invité à se serrer la ceinture, il est temps de demander aux personnes incarcérées de prendre en charge tout ou partie de leurs frais de détention.

L’idée n’a rien d’incongru ni de scandaleux. Elle serait même plutôt dans l’air du temps. Puisque le gouvernement cherche de l’argent partout, opérant des coupes sombres dans les budgets des ministères, à commencer par celui des armées, qu’il remet en cause les indécents avantages et privilèges de nos chers députés, qu’il va jusqu’à amputer scandaleusement de 5 euros le montant de l’APL, et qu’il s’apprête à rogner le pouvoir d’achat des retraités avec la hausse de la CSG, il serait inconcevable qu’il laisse le coût financier de la population carcérale entièrement à la charge du contribuable.

Aux Pays-Bas, depuis mai 2015, les détenus doivent payer leur séjour en prison. L’administration leur réclame une participation forfaitaire de 16 euros par jour d’incarcération. La somme est plafonnée à deux ans maximum, soit un total de 11680 euros que les prisonniers, ou leur famille s’ils sont mineurs, doivent régler dans un délai maximum de six semaines. Une contribution destinée à payer une partie des frais de justice et d’incarcération, mais également les dépenses liées à l’investigation des crimes qu’ils ont commis, jusqu’au dédommagement de leurs victimes. Une mesure qui rapporte chaque année 65 millions d’euros au budget du ministère Néerlandais de la justice.

Une proposition de simple bon sens

Qu’attend-on pour faire la même chose en France ? Une proposition de loi en ce sens avait bien été déposée en juin 2015 par Eric Ciotti et soutenue par plusieurs députés de l’UMP. Elle s’appuyait sur le rapport du sénateur Jean-René Lecerf pour le budget 2015 de l’administration pénitentiaire qui estimait le coût journalier moyen d’un prisonnier en France à 106 euros (chiffre 2013) soit 36500 euros par an. «Il n’est pas approprié que les détenus qui ont des moyens financiers soient intégralement entretenus par la société » soulignaient les députés proposant que « le montant de la participation (soit) proportionnel à leurs ressources et à leur patrimoine ».

Une proposition de simple bon sens. Certains détenus -on pense notamment aux proxénètes et aux trafiquants de drogue- ont du patrimoine, des revenus et un train de vie conséquent. Est-il normal qu’ils soient logés, nourris et soignés aux frais de la princesse ? Mais avec une Christiane Taubira au ministère de la Justice, cette proposition de loi était d’avance vouée à l’échec.

Le moment est venu de la relancer. Avec une population carcérale en constante augmentation qui atteint désormais 70 000 détenus, le gouvernement doit de toute urgence se pencher sur cette question de la participation financière des prisonniers à leurs frais de détention. Outre le fait que ce serait faire œuvre de justice et d’équité vis-à-vis des honnêtes gens qui, même en situation de précarité, doivent payer leur loyer, leur nourriture et les consultations chez le médecin, la menace de sanctions pécuniaires aurait, on peut l’espérer, un effet dissuasif sur les mineurs délinquants, car ce sont les parents qui devraient s’acquitter de leurs frais de séjour en prison s’ils venaient à être écroués.

Inciter les détenus à travailler

Toucher au porte-monnaie contribuerait, n’en doutons pas, à responsabiliser toute la famille.
Une mesure qui aurait aussi pour effet d’inciter les détenus à travailler. Selon une étude de l’observatoire international des prisons, le taux d’activité des personnes emprisonnées serait de l’ordre de 25%. Or le travail est une condition importante dans le processus de réinsertion des détenus dans la société. Il y a aurait donc tout à gagner à voir augmenter ce taux d’activité.

Cette contribution financière demandée aux détenus aurait aussi, sans doute, une répercussion sur la population carcérale. En France, on sait que les prisons sont surpeuplées. Le problème ne date pas d’hier. En 2006 il y avait 50 207 places de prison pour 60771 écroués. Dix ans plus tard on compte 58 587 places pour 68253 détenus. Autant dire qu’on n’arrive pas à résorber cette population carcérale en surnombre en dépit des alternatives à la détention prévues pour les peines inférieures à deux ans.

Construire toujours plus de prisons n’est pas une solution. Dans un entretien au Figaro du 17 février dernier, le candidat Macron affirmait vouloir construire 15 000 places supplémentaires pendant son quinquennat. Un coût de plus de trois milliards d’euros qui viendrait alourdir la dette de plus de six milliards contractée ces dernières années pour construire de nouvelles maisons d’arrêt. La parole est désormais à celui qui tient les cordons de la bourse France. Nul doute qu’il saura convaincre son banquier de patron de l’utilité d’une opération qui offre d’intéressants retours sur l’investissement.

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BALT

Tout à fait de votre avis. Il faut faire payer la famille et saisir leurs biens et leurs salaires.

berdeilh

cette décision serait la bienvenue et totalement compréhensible car ces malfaiteurs doivent beaucoup à la société

Clamp

Oui, c’est une très bonne idée mais je ne comprends ni le plafonnement à deux ans ni le délai de 6 semaines. Qu’ils paient leur loyer de bout en bout et qu’on leur accorde toutes facilités de paiement pour y parvenir.

Par contre je suis en désaccord complet avec l’auteur qui prétend que la construction de prisons supplémentaires n’est pas la solution. On pourrait ajouter 150 000 places supplémentaires que ça ne me dérangerait pas plus que ça. N’oublions pas en effet que l’un des prétextes récurrents du laxisme judiciaire chronique et meurtrier est l’absence de place en prison. Leur confort, je m’en fous, mais leur mise hors d’état de nuire, ça j’y tiens beaucoup.

dufaitrez

Prisons, AME, Allocs migrants, Solidarité Nationale ? Mon oeil !
Tout a un prix ! même les hébergements en Formule 1 ! Centres de « déradiculation » !

patphil

idem pour la sécu qui ponctionne de 1€ chaque visite au médecin et de 50centimes chaque boite de médicament, mais en sont exonérés les assurés cmu et ame (étrangers en situation irrégulière)

screamer

La prison, on y distribue les cotorep et autres aah.
Ce sont des détenus qui ont craché sur la société et auxquels on n’exige pas d’exemplarité envers envers la société (pour moi tu chies sur la société, la société arrête de te verser l’argent des travailleurs) donc, en prison on continue de recevoir ses aah…
C’est un système de cantines où les produits vendus sont bas (système de centrale) et la différence payée par… le contribuable…
Et l’insalubrité dénoncée, elle vient des dégradation des pensionnaires.
La prison, c’est celui qui est en bleu qui subit le système, il est celui qui est prit au piège de la violence, de l’insulte, du crachat, du jet d’excréments, des menaces de mort, il est en première ligne mais il n’y a rien de coercitif pour rétablir l’ordre.

hoplite

Quand ils sont dehors, ils ne bossent déjà pas…alors en taule!!!

hathoriti

je suis ravie de lire enfin qu’il n’est pas nécessaire de construire de nouvelles prisons ! depuis le temps que je le dis aussi ! et l’idée est excellente de faire payer aux détenus leur séjour en taule, et leur nourriture ! et puis quoi encore ? ils sont abrités, chauffés, soignés, nourris et tout ça, à nos frais ! des parents dont les enfants ont été tués par ces ordures doivent payer pour leur entretien ! non ! les détenus doivent payer leur bouffe (halal?) leur « chambre, leurs soins et s’ils ne peuvent pas, pain sec et eau fraîche, pas de tévé, ni ordi, ni internet, ni téléphone ! on assume ses actes !

Clamp

@ hathoriti

C’est 500 000 personnes qui sont en liberté dans nos rues alors que leur place est en taule, on ne va pas non plus les mettre en cage aussi serrés les uns sur les autres que des chiens coréens destinés à l’abattage pour consommation quand même.

JEAN PN

« Et si l’on demandait aussi aux détenus de mettre la main à la poche ? », rien de plus normal. Ce n’est pas nous qui les avons forcés à se faire mettre en prison.
Ma retraite n’a pas été réévaluée depuis 5 ans et eux sont logés, nourris et soignés gratis !
Moi j’attends la révolution car nous sommes devenus des esclaves !!!

anonyme

les prisonniers du civiles sont payez a ne rien faire et a leurs sortie ils ont un pécule , a supprimez . Et si par le plus grand des hasards le gouvernement hollande ( macron y compris ) et toutes sa clique aller faire un tour en prison , pourraient très bien payez eux même , car la plupart de leurs gros sous viennent de ce qu’ils ont voler aux citoyens , alors pas de pitié pour ces gens là , en -ont-ils pour nous ? non

jan le Connaissant

Nous sommes dans une société capitalise et la seule loi du capitalisme , c’est la rentabilité, le profit
La prison, c’est un immense hypermarché avec 70 000 clients chaque jour ! Pas question donc de toucher aux profits que cela génèrent pour certaine sociétés !
Rappelons aussi que le détenu a droit au minimum ordinaire – par exemple petite collation matin + 2 repas jour , midi , soir – mais que s’il veut améliorer son ordinaire, il faut qu’il le paye. ( télé , gâteaux, bloc papier , réchaud gaz ou micro onde pour cuisiner etc ,etc ,)
Donc le détenu paye déjà une partie de ce qu’il consomme au profit de société qui fournissent les biens
Ceci dit, je suis d’accord avec les propositions de l’article

ruello

bien vu !

hathoriti

vous êtes trop indulgent !

jan le Connaissant

Ce n’est pas de l’indulgence, hathoriti, je décris simplement la réalité. Ca se passe ainsi. Le règlement est ainsi…

Haggar Dunor

Savez-vous que les détenus peuvent maintenant « cantiner » à des prix inférieurs à ceux du marché ? À tel point qu’ils en arrivent même à approvisionner leurs familles à des prix plus avantageux qu’au supermarché !
Et qui paye pour ces conneries, à votre avis ?

jan le Connaissant

Et comment ils approvisionnent leur familles ?…..

Haggar Dunor

Le parloir…

GenPe Plus

Les frais médicaux sont à leur charge comme tout citoyen ;
Les frais d’incarcération sont prélevés automatiquement sur leur compte, à défaut leurs biens sont saisis, si cela ne suffit pas le prélèvement s’effectue sur leur conjoint, en dernier ressort sur la totalité des gains de leur travail forcé.

A leur sortie, pas de RSA ou d’aide quelle qu’elle soit …

GenPe Plus

De plus, afin de réduire les coûts : Aucune prise de courant ou de lumière dans les cellules, elles bénéficieraient d’un vitrage leur offrant la lumière naturelle (le jour évidemment, la nuit est faite pour dormir et non pour faire la fête). Ceci procurant une économie substantielle en consommation électrique et en coût de construction.
De plus :
– Pas de salle de restauration, on leur glisse le plateau repas à travers un passe-plats ;
– Ils restent normalement dans leur cellule 24/24, exclue de tout biens personnels.

Pourquoi devraient-ils être mieux chouchoutés que les clochards ?

hathoriti

d’accord avec vous Genpe Plus ! pas de pitié ! ils n’en ont pas eu, eux !

GenPe Plus

Pfff, il y a longtemps que je le dis !
Pour comparer : les personnes hospitalisées ont un forfait journalier hospitalier à leur charge, les frais de TV et Tél. en sus car elles sont soit-disant logées-nourries. Donc pourquoi pas les prisonniers ?
Je leur ferai grâce des TV et tél. car ils n’ont auraient pas accès, n’oublions pas qu’ils sont privés de liberté ; Ils auraient tous droit au même costume, orange avec un n° perso, bien sûr à leur charge ; Pas de salle de sport, cours de récré. Ils sont là pour réfléchir et non pour se maintenir en forme ; Pas de visite non plus, excepté pour leur seul avocat à travers un hygiaphone dans une salle commune ; Pas de transfèrement occupant inutilement les forces de l’ordre, mais une vidéoconférence avec le juge dans une salle dédiée.

cirrus

La diminution de la population carcérale doit aussi passer par la réinstauration de la peine de mort pour les crimes les plus graves.

cirrus

absolument d’accord ! La prison permet à ces délinquants de faire des économies par rapport aux charges de Français pauvres qui vivent la prison toute leur vie… car la prison n’est plus le bagne depuis belle lurette. A saint-Benoît (86), petite ville tranquille en temps normal près de Poitiers, une octogénaire a été jetée à terre pour lui voler son sac à la sortie de le messe, par deux hommes lâches de 26 et 46 ans, ils n’ont pris que 18 mois de prison ! Le délit pénal est de facto lucratif car la plupart du temps, on ne retrouve pas les responsables. Il faut que la peur change de camp !

Wika

Non seulement on doit leur imposer de participer financièrement mais on doit leur mettre des truelles et des pinceaux dans les mains pour restaurer les prisons
Tout le monde se plaint de la vétusté des prisons, mais il ne vient à l’esprit de personne que c’est à eux et non au contribuable de remettre en état les locaux