1

Et si Mike Pence, face à la trahison des juges, était l’arme fatale de Trump ?

https://www.leparisien.fr/resizer/1CxRLixqFpW_nR_bR6fB1EZ-Lbw=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/YHS4LHXYUC6LCPYQCQJBEMURP4.jpg

C’est un excellent article que nous livre Guy Millière, qui résume parfaitement l’ahurissante machination orchestrée par les Démocrates pour truquer  les élections et voler la victoire de Trump. Une fraude électorale élevée à une échelle industrielle ! Du jamais vu dans l’histoire des États-Unis.

Coup d’état aux Etat-Unis : Donald Trump ne fléchira pas

Plus personne au monde ne peut contester la réalité de cette fraude, puisque les vidéos et les 2000 témoignages sous serment en attestent. Mais les forces du Mal, c’est-à-dire les ayatollahs du mondialisme, ont décidé de nier les faits envers et contre tout.

Politiques, juges et médias occidentaux ont monté une formidable coalition planétaire, une arme machiavélique qui s’acharne sur Trump pour lui voler sa victoire, au mépris de la démocratie et en interdisant au peuple américain de décider de son propre avenir.

Quelles que soient les preuves, aussi flagrantes qu’incontestables, les juges pourris les rejettent systématiquement.

Ce qui se joue en Amérique, c’est l’avenir du monde occidental. On assiste à une hallucinante négation de la démocratie, à la trahison du vote populaire, dans un pays totalement livré à la dictature des mondialistes, qui ne veulent plus de frontières, plus de patrie, plus de nation, plus d’identité des peuples.

En un mot, le mondialisme, c’est la destruction des racines et de l’héritage culturel du monde occidental.

Tout ce que dit Trump sur les turpitudes de Joe Biden et du camp démocrate est vrai. L’Amérique est menacée de désintégration si les tricheurs l’emportent.

Dans ces conditions, Trump est-il définitivement battu ? Les forces du Mal et les tricheurs ont-ils définitivement gagné ?

Non ! Il reste un espoir et Trump va se battre jusqu’au bout.

Aujourd’hui, 8 décembre, les résultats doivent être certifiés par les États. Et le 14 décembre, les grands électeurs se réuniront dans chaque État pour élire le futur président des États-Unis.

Mais ce n’est que le 6 janvier que le Congrès se réunira pour recompter les voix  des grands électeurs et c’est Mike Pence, le Vice-Président, qui devra annoncer officiellement le nom du vainqueur.

Mais si Mike Pence, fidèle parmi les fidèles du Président Trump, estime que la fraude rend cette élection illégitime, et refuse le 6 janvier de valider le vote des États, alors Biden ne sera jamais Président.

https://www.20minutes.fr/elections/2926519-20201207-presidentielle-americaine-donald-trump-va-acharner-encore-longtemps-devant-justice

Dans ce cas, parfaitement légal, Trump demandera au Congrès de voter et de désigner le vainqueur, un vote avec une seule voix par État.

Les Républicains étant majoritaires dans une trentaine d’États, c’est Trump qui raflera la mise.

Les tricheurs auront enfin été  vaincus, de la manière la plus légitime et éclatante qui soit, par un vote de la Chambre des représentants, tel que le prévoit la Constitution !

Souvenez-vous de la réponse narquoise de Mike Pompeo à un journaliste qui lui demandait quand se ferait la transition en douceur du pouvoir ?

« Nous allons faire une transition en douceur… vers un deuxième mandat de Donald Trump » !

Extrait :

« Estimant qu’il y a eu des fraudes dans plusieurs États, Donald Trump considère certains grands électeurs illégitimes et leurs votes, de fait, illégaux. Il pourrait, par la voix de son vice-président, refuser de reconnaître les grands électeurs et leurs suffrages, craint le spécialiste : « Si on assiste à ce scénario, l’équipe Trump va demander au Congrès de régler la question par un vote de la Chambre des représentants. C’est un vote qui se fait sur la base d’une voix par délégation d’État. Et en termes d’États, Donald Trump est majoritaire : il y en a 30 qui lui sont favorables, 17 pour Joe Biden et 3 à égalité. » « Son pari, c’est d’aller devant le Congrès. Les recours déposés, c’est juste une stratégie pour bloquer la machine et laisser le Congrès trancher, car il sait qu’il sera gagnant », décrypte Jean-Eric Branaa. S’il est juridiquement possible, ce scénario reste néanmoins très peu probable, selon le spécialiste. »

De son côté la presse française jubile et parle de Bérézina judiciaire pour le camp Trump, sans attendre le coup de sifflet final de l’arbitre.

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/07/elections-americaines-la-berezina-judiciaire-de-donald-trump_6062433_3210.html

Mais méfiance, car Trump n’a pas encore tiré sa dernière cartouche !

Jacques Guillemain