1

Et si nous parlions de ce nouveau fascisme : le politiquement correct…


Que signifie la locution « Politiquement correct ? »

« Manière très stéréotypée de parler, penser ou agir, pour ne déplaire à personne.
Dérivée de l’anglais politically correct, cette expression a fait son apparition en français à la fin du XXe siècle. Elle désigne une façon de parler, d’agir ou de penser très consensuelle, pour ne pas prendre le risque de déplaire. On peut apparenter cette technique à la langue de bois, en donnant à entendre à un public uniquement ce qu’il a envie d’entendre, afin de ne pas se rendre impopulaire.
 »

https://www.linternaute.fr/expression/langue-francaise/14453/politiquement-correct/

« Les mots considérés comme offensants ou péjoratifs sont remplacés par d’autres exempts de préjugés et le recours à l’euphémisme, à des périphrases, à des circonlocutions.
Le langage « politiquement correct » est utilisé, par exemple, en matière de races, d’ethnies, de cultures, de religions, de sexes, d’infirmités, de classes sociales, de tendances sexuelles…
 »

https://www.toupie.org/Dictionnaire/Politiquement_correct.htm

« Le politiquement correct (anglicisme de politically correct ou political correctness, souvent abrégé PC en anglais) ou rectitude politique (au Québec) désigne, principalement pour la dénoncer, une attitude qui consiste à policer excessivement ou modifier des formulations parce qu’elles pourraient heurter certaines catégories de personnes, notamment en matière d’ethnies, de cultures, de religions, de sexes, d’infirmités, de classes sociales ou d’orientation sexuelle.
Les locutions et mots considérés comme offensants ou péjoratifs sont remplacés par d’autres considérés comme neutres et non offensants. Le langage politiquement correct utilise abondamment l’euphémisme, les périphrases, les circonlocutions, voire les créations de mots et de locutions nouvelles.
 »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Politiquement_correct

Maintenant qu’on a bien regardé ce qu’en dit le web, on va pouvoir travailler… !

Dans un premier élan, je dirais, pour ma part, que le politiquement correct c’est l’art de parler pour ne rien dire.
C’est l’art d’aligner des mots qui sont tellement vidés de toute substance syntaxique qu’ils en ont la saveur dialectique de l’eau la plus pure.
C’est aussi une façon d’endormir une personne ou un public en lui assénant des vérités plates et sans contenu pour lui faire prendre des vessies pour des lanternes.

Les définitions précitées indiquent aussi que le but est de ne déplaire à personne, de ménager son auditoire, de ne pas choquer, de ne pas heurter, de ne pas déranger, de ne pas réveiller, de ne pas se rendre impopulaire, en évitant d’être offensant pour quiconque et en faisant appel à des artifices linguistiques qui finissent par retirer tout sens à son discours. Cela rejoint un peu la diplomatie…
Emmanuel Macron est une illustration parfaite du discours politiquement correct. Il peut parler une demi-heure sans que l’on sache, ni ne comprenne vraiment ce qu’il a voulu dire.
Mais personne n’a jamais fait avancer le monde en parlant pour ne rien dire. Les grands hommes, les grands inventeurs, les grands découvreurs ont toujours affronté les avis de ceux qui ne voulaient précisément pas que l’on vienne bousculer l’ordre établi et menacer leurs petites vies tranquilles de dictateurs de la pensée.

Le politiquement correct est une attitude, une mode et surtout l’apanage de ceux qui n’ont rien à dire d’utile ou de remarquable, tout en se donnant des airs affranchis de connaissance d’un sujet.

C’est le langage de ceux qui ont pour mission de faire changer les choses qui ne vont pas et qui sont impuissants à le faire, mais qui en parlent tout le temps pour noyer le poisson de leur incompétence.

Tout le monde aura compris que derrière ce politiquement correct se profile surtout le discours d’un groupe humain que l’on appelle généralement « la gauche » qui passe son temps à parler pour ne rien dire et dont les actions les plus magistrales consistent à ne rien faire…
« Pas de vagues » est leur devise, leur slogan et leur leitmotiv…

De nombreux Français pensent qu’il n’existe plus de partis de droite et estiment qu’il ne reste que la gauche (socialistes) et l’extrême gauche (communistes et fascistes).

La gauche est née de la Révolution française et de la fin de la monarchie dans la volonté et l’attente d’un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
Elle a ensuite trouvé son essor dans de nombreux pays et en URSS, à travers l’avènement de nombreuses dictatures sanglantes dans le monde, dans lesquelles la volonté du peuple par le peuple et pour le peuple s’est trouvée réduite à peau de chagrin, avec son cortège d’interdictions et de contraintes despotiques, « dans l’intérêt du peuple… »
On peut évaluer ces bienfaits pour les peuples à quelques 200 millions de morts, très approximativement.

Puis il y eu 1968 et cette étrange révolution étudiante et ouvrière qui a décrété qu’il était « interdit d’interdire » et que la gauche devait prendre le pouvoir et tenir les rênes de la nation dans le but sous-jacent d’interdire elle-même plutôt que de subir les interdits des autres… !

Elle n’y est pas réellement parvenue, car elle ne représentait pas vraiment ce qu’attendaient les Français au vu de tout ce qui se passait dans le monde sous des régimes gauchistes.
Elle a alors changé de stratégie.

La gauche a alors décidé de se donner une autre apparence en dissimulant ses vrais desseins et en tentant de se faire passer pour une œuvre humanitaire, démocratique et presque chrétienne (en s’inspirant dans ses discours de certains aspects des valeurs morales chrétiennes).
Elle s’est donc déclarée Bisounours, le Camp des Gentils, le Camp du Bien et celui de la Bien-Pensance… Tout un programme.
Les meetings gauchistes étaient devenus de vraies messes.

Si le peuple stupide pouvait gober ce genre de fadaises, les dirigeants, eux, se disaient qu’il valait mieux être la tête pensante et se sont organisés pour que le pouvoir ne leur échappe pas.
Pour cela, il fallait que la masse des gauchistes bêlants soient heureux et satisfaits de leur sort.
L’idéologie gauchiste s’est insinuée dans tous les rouages de la société privée et des sphères de l’État, en particulier l’administration.

Il fallait tout bétonner. Que tous les fonctionnaires soient de gauche et véhiculent le discours gauchiste.
De la sorte, grâce à un discours « bien-pensant » et surtout rien qui puisse faire de vagues, la gauche a gouverné le pays en souterrain et a détruit tout ce qu’elle touchait, toute l’administration, dont l’Éducation nationale qui permettait de former les enfants et les étudiants à venir, jusqu’aux plus hauts sommets universitaires, à devenir de bons gauchistes crétins et soumis.

Le but était de pouvoir remettre un jour un gauchiste à la tête du pays pour qu’il puisse faire bénéficier la gauche de ses largesses sur un budget très attrayant.
Ainsi, chaque fois que la droite gouvernait et faisait des économies et des réserves d’argent, la gauche nouvellement élue s’empressait de vider les caisses.

On l’a vu avec Mitterrand, celui qui se prenait pour Dieu et avec Hollande qui se prenait pour un Roméo moderne, allant voir en scooter sa Juliette, par des itinéraires souterrains mystérieux…

À la tête de la gauche et de l’État, il y a eu des tas de gauchistes particulièrement malfaisants, comme Jack Lang, Jacque Attali (le pire cancer de ce pays) et bien d’autres, la liste est longue…
Tous ont été mouillés dans des affaires louches, beaucoup ont eu des démêlés avec la justice et pas mal ont été condamnés pour des délits de corruption variés, fréquemment liés à l’argent public ou à des trafics d’influence et prises illégales d’intérêts.

Lorsqu’on se rend compte du niveau intellectuel d’une femme gauchiste comme Anne Hidalgo, maire d’une des plus grandes, belles et prestigieuses capitales du monde, on a de quoi prendre peur…
(Études : maîtrise de sciences sociales du travail obtenue – sans doute par protection pour une étrangère espagnole possédant toujours la double nationalité – à l’université Jean-Moulin-Lyon-III et un DEA de droit social et syndical…)
Cette femme a complètement perdu la boussole et a fait de Paris un cloaque, une décharge à ciel ouvert et une ville dangereuse minée par la violence, les trafics de drogue et d’armes et des quartiers perdus de la République où nul ne se hasarde à se rendre.
En tant que maire de Paris, elle est dangereuse, totalement incompétente et probablement corrompue.

Aujourd’hui, on assiste à une chose assez étonnante, c’est que la droite se délite et ne représente plus rien, car beaucoup sont passés à gauche, sans le reconnaître, parce qu’être de gauche est plus porteur pour accéder au pouvoir, à l’argent public facile et sans fatigue (un député ou un sénateur travaillent, parfois, les bons jours, deux ou trois heures par jour), aux honneurs et aux ors de la République…

La gauche, ce sont des millions de Français qui représentent un potentiel électoral important. C’est ce que j’appelle souvent une nébuleuse, un clan qui n’aime pas la France, qui ne veut pas de cette France, qui veut une France socialiste ou communiste et qui fera tout pour l’avoir.
C’est pourquoi elle la détruit de l’intérieur mieux que ne le ferait une nation ennemie avec son armée.
La gauche utilise tous les dissidents, les crétins et les zombies qu’elle peut ramasser au bord de la route, les écolos, les musulmans, les étrangers de toutes sortes et les taulards. Le fait qu’elle ait totalement noyauté et soumis l’enseignement public, donc l’Éducation nationale de la maternelle à l’ENA lui permet d’influer sur le mental et la formation politique de ces millions d’écoliers et d’étudiants.
Elle est trop nombreuse, trop puissante et trop nocive et toxique.

La gauche a réussi à empoisonner l’eau du robinet de toute la France et à contaminer tout le pays.

Pour arriver à ses fins, elle œuvre dans l’ombre avec l’islam et l’immigration, en les défendant à outrance, pour profiter de leurs crimes et de la guerre qu’ils font à la France et dont elle espère retirer les bénéfices par leurs suffrages.
Ce qu’elle ignore peut-être c’est que lorsqu’on traite avec les musulmans, lorsque la victoire arrive, on se fait éliminer.
« Jacques Julliard : « Qu’est-ce que l’islamo-gauchisme ? »
Pourquoi et comment une poignée d’intellectuels d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias et dans la mouvance des droits de l’homme, ont-ils imposé une véritable sanctuarisation de l’islam dans l’espace politique français ?
https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/26/31001-20160826ARTFIG00315-jacques-julliardqu-est-ce-que-l-islamo-gauchisme.php

« Près de 7 Français sur 10 estiment qu’il existe un problème « d’islamo-gauchisme » en France, selon notre sondage. »
https://www.francetvinfo.fr/politique/jean-castex/gouvernement-de-jean-castex/pres-de-7-francais-sur-10-estiment-quil-y-existe-un-probleme-dislamo-gauchisme-en-france-selon-notre-sondage_4309587.html

La gauche pousse à la roue pour faire entrer en France de plus en plus d’immigrés, faisant ainsi le jeu de Macron.
La gauche est européiste parce que l’UE est gauchiste et a abandonné la démocratie.
Dans les manifs patriotes, elle envoie ses troupes de la mort, ses fachos d’extrême gauche, gantés, cagoulés, encapuchonnés et tous vêtus de noir, avec leurs sacs à dos, leurs masques à gaz, leurs battes de base-ball, leurs pinces-monseigneur etc., dans le but de casser, de détruire, d’incendier et de tabasser, à l’occasion.

Et lorsque ces bandes de voyous (souvent étrangers), de pillards et de saccageurs passent devant les forces de l’ordre, policiers, gendarmes ou CRS, la consigne est « Pas de vagues », on ne touche pas aux casseurs.

« 50 personnalités de gauche » :
http://ymobactus.miaouw.net/labo-top-politiques.php?mode=followers&liste=personnalites&tendance=Gauche

Les Gentils, le Camp du Bien et la Bien-Pensance devraient changer un peu de disque et arrêter la fumette.
Ils n’ont pas la lumière à tous les étages…

Laurent Droit