Et si on profitait des vacances pour approfondir certains débats sur les violences urbaines…

Dans l’édito du numéro 211, Cyrano nous proposait de profiter des vacances pour approfondir certains débats, notamment sur l’extrême droite. (1) Nous entendons, après les émeutes de Londres, permettre un véritable débat sur ces événements. Sans nier les injustices du système britannique, nous refusons le discours dominant des médias, selon lequel l’explication principale serait sociale. Nous refusons le discours de l’excuse qui domine dans les interventions de tous les sociologues qui se précipitent, en plein été, sur les plateaux de télévision. Dès le début des émeutes, nous avons porté à la connaissance de nos lecteurs le chapitre 7 des « Dessous du voile », écrit en 2009, où Rosa Valentini décrivait la situation anglaise, et les conséquences du multiculturalisme et de l’islamisation de la Grande-Bretagne dans la vie quotidienne des Britanniques.

Alors que des bonimenteurs nous racontent que la France est préservée des explosions anglaises, comme si 2005 n’avait pas existé, comme le rappelle Roger Heurtebise à Christophe Barbier, là encore, il n’est inutile de porter à la connaissance de nos lecteurs quelques débat qui ont animé les violences de novembre 2005. Dans un échange très vif entre Catherine Kintzler, philosophe de l’Ufal, et Mimouna Hadjam, porte-parole de l’association Africa 93, on retrouve tous les clivages qui peuvent opposer une lecture républicaine de la société (même si nous ne partageons pas l’intégralité du discours de Catherine Kintzler) ) à une vision compassionnelle des émeutiers. Nous craignons que les émeutes anglaises, qui ressemblent aux émeutes habituelles des périphéries urbaines françaises portent en elles les germes d’affrontements ethniques au sein de nos pays.

A une époque où la situation marseillaise montre quotidiennement les conséquences de l’abandon de l’état de droit dans de plus en plus de secteurs de la vie quotidienne, nous publierons prochainement le chapitre V des « Dessous du voile ». Dans ce chapitre, Brigitte Bré Bayle nous décrivait une situation marseillaise effrayante, que la poursuite d’une immigration sans intégration, essentiellement islamisée, en période de chômage de masse, ne peut qu’aggraver. Dans ce numéro, Robert Albarèdes nous explique les mécanismes qui ont conduit à cette situation, et surtout les défis qui attendent tout gouvernement qui aurait enfin envie de prendre le taureau par les cornes. 

Ce que décrit notre journal depuis quatre années se confirme hélas jour après jour. Roger Heurtebise ne résumait-il pas la situation, quand il écrivait, il y a quelques jours, qu’hyper-délinquance et extrême crise économique (qui s’aggrave de jour en jour) nous menaient à la guerre civile ? (2)

D’où, en plein mois d’août, la sortie de ce numéro spécial Grande-Bretagne, qui, nous l’espérons, changera nos lecteurs de ce qu’ils entendent à la télévision… 

Lucette Jeanpierre

(1) http://ripostelaique.com/et-si-on-profitait-des-vacances-pour-approfondir-certains-debats-notamment-sur-lextreme-droite.html

(2) http://ripostelaique.com/hyper-delinquance-et-hyper-crise-economique-nous-menent-a-la-guerre-civile.html

 

image_pdfimage_print