État de droit ou État dépravé ?


« Dupond-Moretti s’est fendu d’un tweet le 5 août 2021 à 10:00 PM et je cite : « non, nous ne sommes pas dans une dictature, mais dans un État de droit ! Ceux qui hurlent après le Conseil constitutionnel pour sa décision sur le #PassSanitaire l’auraient encensé s’il les avait confortés. Contrairement à leurs convictions le droit, lui, ne peut être manipulé. » Ce genre de rhétorique fleure bon la droiture, l’équité, l’intégrité, l’éthique ! Un État de droit… Sonnez buccins et trompettes !

La réalité est tout autre. Au vu du nombre de casseroles – des chaudrons pour certains – que se traînent pratiquement tous les politiques, et au vu du fait qu’un casier judiciaire vierge ne soit toujours pas exigé pour être député, – alors que pour ouvrir un restaurant, c’est une obligation -, l’équité, la droiture et tout le flonflon ont déjà du plomb dans l’aile.
15 janvier 1990 : Michel Rocard, alors Premier ministre de la Ve République fit voter la loi d’amnistie pour les délits et crimes liés au financement des partis politiques et des campagnes électorales, dans le cadre d’un projet de régulation du financement de la vie politique française. Le début de la fin. (1)

Mais au fait, qu’est-ce qu’un État de droit ?
« Le concept d’État de droit s’oppose à la notion de pouvoir arbitraire. Il désigne un État dans lequel la puissance publique est soumise aux règles de droit.
Le concept d’État de droit est théorisé par le juriste Hans Kelsen au début du XXe siècle qui le définit ainsi : un « État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées de telle sorte que sa puissance s’en trouve limitée ».

L’État de droit implique une hiérarchie des règles de droit, l’égalité devant la loi et la séparation des pouvoirs.

Le respect de la hiérarchie des normes
La hiérarchie des normes implique que chaque norme juridique est rédigée sur le fondement d’un droit qui lui est supérieur. Par exemple, en France, au sommet de la hiérarchie des normes figure le bloc de constitutionnalité (composé de la Constitution de 1958 et de plusieurs textes tels que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ou le Préambule de la Constitution de 1946). Viennent ensuite les traités internationaux, les lois et les règlements. À la base de la hiérarchie des normes figurent les décisions administratives ou les conventions entre personnes de droit privé.

L’égalité devant la loi
L’égalité des sujets de droit constitue la deuxième condition essentielle d’un État de droit. Cela implique que les personnes et les organisations reçoivent la personnalité juridique, en tant que personnes physiques pour les personnes, en tant que personne morale pour les organisations. L’État est lui-même considéré comme une personne morale.

La séparation des pouvoirs
Pour être effectivement appliqué, l’État de droit suppose la séparation des pouvoirs qui vise à éviter la concentration du pouvoir dans les mains d’un despote. Le pouvoir est distribué entre des organes indépendants et spécialisés :
– Le pouvoir de voter la loi (pouvoir législatif) ;
– Le pouvoir d’exécuter les lois et pour ce faire d’édicter des règlements (pouvoir exécutif) ;
– Le pouvoir de rendre la justice (pouvoir judiciaire). (2)

Le quatrième pouvoir ne figure pas dans ce texte, mais il existe : la presse. Contrôlée par une clique de milliardaires issue du CAC 40 et aux ordres de l’État, elle est un organe de propagande assurant que le pouvoir reste dans les mêmes mains.
Sur le papier, un État de droit paraît être le garant du peuple. En réalité, un Président possédant la majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat est le maître du pays. Étant donné aussi que les membres des Conseils d’État et constitutionnel sont souvent des anciens ministres, la boucle est bouclée. Un État de droit n’est pas différent d’un pouvoir arbitraire.

L’imposition de la loi concernant le passe sanitaire le démontre. Emmanuel Macron et ses ministres en voulaient l’instauration. Votée la nuit en commission mixte le 25 juillet 2021, et entérinée par le Conseil constitutionnel en ce 5 août 2021, – jour funeste pour la démocratie -, cette loi inique prouve bien que l’État de droit français ressemble plus à une république d’opérette qu’à une institution bienveillante censée protéger le peuple.

L’instauration du passe sanitaire privant les citoyens du droit le plus élémentaire qui est la libre circulation, prouve indubitablement que nous sommes vraiment en dictature.
Il n’y a aucune différence entre un État de droit tel que nous le subissons depuis trop longtemps et un État arbitraire soumis au bon vouloir d’un souverain.
De plus en plus de Français sont dans la rue pour dire « Non » au passe de la honte. En plein mois d’août, le nombre de manifestants présents est un record. Mais ne vous y fiez pas, combattre le passe sanitaire ne représente que le sommet de l’iceberg.
Une refonte totale de nos institutions est urgente. Il est plus que nécessaire de sortir de l’Europe, de faire le ménage, et d’avoir enfin des politiciens intègres prenant soin des citoyens.

Claude Janvier

Ecrivain, polémiste. Co-auteur avec Jean-Loup Izambert du livre « Le virus et le Président« . IS édition.

https://www.is-edition.com/actualites/parution-le-virus-et-le-president-jean-loup-izambert-claude-janvier/
Notes :
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Amnistie_parlementaire
(2) Extrait de vie publique : – publié de 1er juillet 2020 – https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/270286-quest-ce-que-letat-de-droit

image_pdf
0
0

18 Commentaires

  1. Un état mafieux mondialiste anti France pour des droits aux racailles (drogue, kalash et autres surins de leur criminalité importée).
    Il y a bien une justice politiK arbitraire qui viole les droits des Autochtones Français Européens.
    Ducon-moretti fait dans la provoc bien dans l’air du temps des corrompus d’un état criminel liberticide.

  2. Qu’est ce qu’il fout encore là le Yéti ?
    -Quand le gouvernement viole les droits du peuple l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs … (Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793 )…….
    Avant de la ramener le Yéti devrait lire la déclaration des droits de l’homme . ça lui permettrait de la mettre en veilleuse ! …. On attend toujours sa démission a ce plouc !

  3. ce ministre inique, infâme et immonde de la justice pour les racailles et les vermines
    est un assassin au même titre que le criminel-incendiaire de la cathédrale de Nantes
    et assassin d’un prêtre en Vendée à qui il a donné la liberté de continuer a accomplir
    ses délits et ses crimes et qu’est ce migrant Rwandais !

  4.  » Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec la couleur de la justice. » MONTESQUIEU.

  5. Dupont Moretti ferme la et va faire ta déclaration d’impôts

  6. richar Bounty

    nice : 50 000 manifestants (mais 17 000 à paris, quelle blague !)

    un capitaine de gendarmerie s’inquiète :
    le gouvernement parle des antis pass comme étant des —-ennemis— de la démocratie et non des opposants ou des contestataires !
    dans ce scénario un usage de l’armée ou des armes contre le peuple se prépare !

    ce n’est pas une erreur dit il : chaque mot est choisi , conseillé par une armée de psy et de manipulateurs pro qui préparent ceux ci.

    la propagande d’état vise à convaincre le peuple que les anti pass sont des ENNEMIS qu’il faudra un jour …abattre !

    https://www.twitch.tv/launetv2

    • notez la différence de langage avec les musulmans qui nous envahissent, nous assaillent, nous tuent, nous violent, remplace les lois républicaines par les lois de leur charia, imposent leurs coutumes barbares (abatage des animaux), ont pris possession de 750 zones de non droits et j’en passe …

      ce sont des Chances Pour La France
      nos amis de la diversité qui est enrichissante (qui nous ruine , oui)
      ce sont nos « fraires »

  7. Plus qu’un état, c’est une civilisation qui mute …les mutants sont à l’honneur actuellement. On peut nommer cela aussi une décadence.
    Mais aussi décadents puissions nous être, le flot qui nous menace et nous remplace , ne se tarira pas de sitôt….C’est l’effet boule ne neige qui roule , une « neige » qui colore fortement déjà nos écrans et nos radios.
    Une bonne guerre par là dessus et hop ! on partagera nos territoires avec les fils de tous les damnés de la terre. Répétez après moi : « le Liban c’est excitant, le Kosovo, c’est rigolo »

  8. Il fut un temps, où les mis en accusation, ou mis en examen démissionnaient. Ca c’était un autre temps. Quand ces gens-là avaient encore de l’honneur. Quand ils travaillaient pour la grandeur de la France.
    Aujourd’hui, ils ne pensent tous qu’à mettre le peuple, sous coupe réglée, et faire passer devant « les victimes ».
    La macronie c’est la quintessence de cette décadence, du pouvoir politique, et des élites.

  9. Conseil constitutionnel, état de droit, président du conseil constitutionnel avec de sacrées casseroles au derrière encore tâchées de sang contaminé et pas très reluisantes, tout çà fleure bon la France et la dictature.

  10. « état de droit », une autre appellation de leur Raie Publique…

  11. dupont moretti, celui qui déclarait que le france n’était pas un coupe gorge
    l’état de droit , égalité devant la loi , etc. fadaises : la fontaine l’avait bien dit au 17è siècle, suivant que vous soyez puissant ou misérable …

  12. Dupont , sa devise c’est plutôt : Fric, pouvoir et coke (cocaine) !
    On comprend qu’il approuve un système qui lui permet d’atteindre ses objectifs !

  13. Objection, Votre Honneur ! En France, la justice n’est pas un pouvoir mais une simple « autorité ». Voir notre Constitution de 1958, titre VIII : « De l’autorité judiciaire » (articles 64 à 66.1).

  14. Le Yéti faiseur de morale qui préfère des criminels en Liberté et les gens non vaccinés en Taule…

Les commentaires sont fermés.