Etats-Unis : en route vers le chaos ?

Dans une interview donnée le 8 décembre au New York Post, l’ancien conseiller du FMI et membre du conseil économique de l’administration Clinton, Nouriel Roubini (photo) est revenu sur ces thèmes de prédilection. L’économiste estime que la crise économique et financière à laquelle sont actuellement confrontés les États-Unis est la conséquence directe de la politique monétaire irresponsable menée par Washington, fondée sur des taux directeurs ultra-bas et l’usage immodérée de la planche à billets – monnaie numérique -. Une politique de quantitative easing – massivement utilisée depuis la crise des subprime de 2008 – qui a pour conséquence une tendance inflationniste très marquée, ce qui dévalue le dollar et menace son statut de monnaie de réserve, et fait chuter le revenu réel des Américains dont beaucoup sont menacés de paupérisation.

***

Seule solution : une augmentation substantielle des taux directeurs de la Federal Reserve. La Banque centrale américaine vient d’augmenter ses taux directeurs (taux de dépôt, taux de refinancement, taux de facilité de prêt marginal), les fixant autour de 4,5% : des taux nettement insuffisants pour juguler l’inflation, estime M. Roubini. Problème : une augmentation des taux directeurs à un niveau adéquat entraînera une augmentation significative des coûts du service de la dette, tant pour les particuliers et les entreprises que pour les États de l’Union. Le pays sera rapidement confronté à une crise économique à grande échelle, car des millions d’Américains ne seront plus en mesure de rembourser leurs dettes. Une avalanche de faillites balayera alors le pays, provoquant un krach boursier de grande ampleur.

« Selon le Congressional Budget Office, les intérêts sur la dette nationale dépasseront les dépenses de défense avant la fin de la décennie », alerte Nouriel Roubini.

L’expert souligne que les États-Unis se noient sous le poids de leur propre dette. La longue période pendant laquelle les Américains baignaient dans des flots d’argent bon marché et vivaient sur leur dette aux dépens du reste du monde a pris fin. Cela a changé lorsque le marché obligataire américain a décliné rapidement et que le coût énorme du service de la dette a commencé à augmenter. Cela entraînera non seulement une baisse de la confiance dans le dollar, mais aussi d’énormes problèmes aux États-Unis. Les principaux fonds des programmes sociaux, tels que le fonds de soins de santé ou le fonds de sécurité sociale, sont déjà confrontés à d’énormes déficits. Le défaut de financement du déficit de ces fonds par le budget fédéral peut provoquer une véritable explosion sociale aux États-Unis, estime M. Roubini. Déjà, à l’heure actuelle, la situation de nombreux Américains est précaire. C’est ainsi que le bureau du maire de Los Angeles – Californie, l’un des Etats les plus riches de l’Union – a déclaré l’état d’urgence dans la ville en raison du grand nombre de sans-abri qui ont inondé les rues, plus de 60.000 selon les autorités.

« Le gouvernement fédéral, les gouvernements des États et les entreprises ont d’énormes dettes. En raison de la hausse des taux, de nombreux ménages ont été pris au piège alors que les paiements hypothécaires augmentaient. Les gens ont acheté des propriétés à des prix gonflés et à des taux d’intérêt bas. Dans le même temps, les revenus réels des Américains sont en baisse en raison de la forte inflation. L’Amérique ne retrouvera jamais sa prospérité passée. » a conclu l’expert.

***

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le sombre avenir que l’expert entrevoit pour les Etats-Unis est aussi celui de l’Union européenne, la BCE augmentant ses taux directeurs dans les mêmes proportions que la Fed. Par ailleurs, la maîtrise de l’inflation ne se réduit pas à une simple bidouille des taux directeurs par les banques centrales. lesquelles ne sauraient maîtriser l’explosion du coût des matières premières et de l’énergie, très inflationniste. L’avenir, de part et d’autre de l’Atlantique, est donc un mélange d’inflation et de récession, spécialement détonnant en termes de chômage et de paupérisation de masse…

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 

image_pdfimage_print
15
2

4 Commentaires

  1. Le sort des amerloques m’indiffère au plus haut point. Avec le conflit Russo-Ukrainien j’ai pu mesurer à sa juste valeur le pouvoir de nuisance de ce pays qui a entraîné l’Europe dans une impasse pour la ruiner sinon l’appauvrir pour des dècennies. On ne peut que souhaiter une rivalité conséquente du rouble pour mettre fin à la suprémacie du dollar. Ne renonçons pas â cette grande europe imaginée par le Général de Gaulle de Brest à l’oural ce qui nous évitera de rester les pantins utiles de l’oncle Sam.

  2. mais si à moyen terme la dédollarisation advient, il n’en reste pas moins vrai qu’ils ont des matières premières et des carburants, eux

Les commentaires sont fermés.