États-Unis : le racisme est désormais noir !

Publié le 7 septembre 2020 - par - 7 commentaires - 792 vues

En cette période bien avancée de manifestations racistes aux USA et par contagion en France, dans une grande partie du monde entier, face à une propagande racialiste effrénée de tous côtés, il est plus que temps d’avoir une vision claire sur des faits bien établis.

Vous y trouverez argument à opposer à vos détracteurs.

La première preuve – et ce n’est pas l’EXTRÊME DROITE qui l’apporte, mais un article du MONDE de 2012 lui-même avec pour titre : “Qui tue qui aux États-Unis ?“.

Il se réfère pour cela à des données statistiques tenues par le Wall Street Journal.

https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2012/08/22/statistiques-qui-tue-qui-aux-etats-unis_5986814_4832693.html

Résumé : entre 2000 et 2010, les stats des meurtres aux USA révèlent que :

– les Blancs ont tué 4 157 Noirs ;

– les Noirs ont tué 8 062 Blancs.

Compte tenu des proportions des communautés noire (13 %) et blanche (64 %), un Noir a une probabilité de tuer un Blanc 10 fois supérieure à l’inverse…  (9,5 pour être plus précis).

Autre formulation, si les Blancs étaient aussi meurtriers que les Noirs, ils auraient tué de l’ordre de 40 000 Noirs en 10 ans.

Il n’y a pas photo !

En bon journal de propagande, le Monde a tout de suite la réponse, ce n’est pas dû au racisme mais c’est dû aux vols, en somme à la pauvreté de la population noire !

Comme en France, l’agression des Juifs parce qu’ils sont riches, idem pour les Chinois…

Une question tranchée par les tribunaux en France, l’argument est bien raciste !

La culture de l’excuse due à la pauvreté a du plomb dans l’aile, et par la suite vous en aurez un peu plus la preuve…

Des données plus récentes et plus fouillées confirment ce résumé.

Les statistiques sur la criminalité en 2018 aux USA du Department of Justice.

https://www.bjs.gov/content/pub/pdf/cv18.pdf
Difficiles à critiquer, d’autant que la répartition des juges se fait entre démocrates et républicains, au moindre écart avec la réalité, sûr que les « plus démocrates que les autres » monteraient au créneau !

Ces données ne peuvent se retourner contre ceux qui les utilisent correctement, ils ne peuvent être accusés d’exagération provocatrice comme cela est intervenu dans le débat politique…

Les USA, dans leur réalisme brutal, ont l’avantage de pratiquer les statistiques ethniques dont nous sommes privés sur nombre de sujets… sauf lorsqu’il s’agit d’opérations devant prouver que les Français ne sont pas des gens bien, en particulier qu’ils sont racistes. Ce qui fut tenté avec les CV anonymes… Chou blanc, la démonstration fut inverse… Les entreprises ayant accepté d’entrer dans l’expérience recrutaient plus de « diversité » avec des CV nominatifs et détaillés qu’anonymés… Inconsciemment, ces entreprises favorisaient certains à compétence égale… et ce n’était pas les « souche » !

Culpabilisation ? Volonté de montrer leur ouverture au vivre-ensemble ?

Pour revenir aux données US, deux tableaux sont explicites, le 12 et le 14.

Les pourcentages, avec un taux de confiance de ou proche de 95 %, pouvant être légèrement différents de l’exemple précédent et à huit années de différence.

 Répartition de la criminalité (tableau 12 Race/ethnicity) :

Les Blancs 62,3 % de la population :

– 50,2 % des auteurs d’actes criminels (==> 0,81*)

– 66,5 % des victimes (==> 1,07**).

*  rapport entre % auteurs actes criminels et % population

** rapport entre % victimes et % population

Les Noirs 12,0 % de la population :

– 21,7 % des auteurs d’actes criminels (==> 1,81)

– 10,8 % des victimes (==> 0,90).

Les Hispaniques 17,1 % de la population :

– 14,4 % des auteurs d’actes criminels (==> 0,84)

– 13,9 % des victimes (==> 0,81).

Les Asiatiques 6,3 % de la population :

– 2,5 % des auteurs (==> 0,40)

– 4,2 % des victimes (==> 0,67).

Les autres 2,4 % de la population* :

– 9,0 % des auteurs (==> 3,75)

– 4,7 % des victimes (==> 1,96).

* : Blancs ou Noirs non-hispaniques (non US sinon seraient intégrés dans les stats ?), Hawaïens ou autres îliens du Pacifique, Amérindiens et natifs de l’Alaska, métis… !

La première observation : les Blancs sont la SEULE communauté définie à avoir une proportion de victimes supérieure à son poids dans la société américaine !!!

La deuxième observation est l’extraordinaire assimilation des Asiatiques, comme en France !!!

Ce qui démontre que les USA sont une société ouverte aux autres…

Les Hispaniques, la 2e population des USA, s’assimilent assez bien et à terme devraient contribuer à une société harmonieuse.

Les Asiatiques et les Hispaniques migrants arrivent pauvres, sans grande maîtrise de la langue mais s’en tirent mieux que les Noirs natifs des USA. L’excuse de pauvreté des Noirs américains se confirme comme un faux argument…

Les Noirs sont indéniablement les plus délinquants, les Blancs les plus victimes…

Ils sont plus de 2 fois plus délinquants que les Blancs (1,81/0,81 = 2,23) et même que les Hispaniques (1,81/0,84 = 2,15)…

Par en rajouter, les Hispaniques ont pratiquement le même comportement que les Blancs, pourtant les tensions existent avec l’immigration actuelle…

Le tableau 14 précise la répartition de la criminalité entre communautés.

La criminalité est d’abord INTERNE à chaque communauté, sauf pour les Asiatiques.

Entre communautés :

Les Noirs (12 % de la population) effectuent 15,3 % des actes criminels contre les Blancs (3 581 360 X 0,153 = 547 948).
À l’inverse, les Blancs (62,3 % de la population) effectuent 10,6 % des actes criminels contre les Noirs (563 940 X 0,106 = 59 777).

Les Noirs qui sont 12 % de la population s’en prennent 9,1 fois plus aux Blancs 62,3 % que l’inverse…

Il n’y a encore pas photo !

S’il existe un racisme entre Noirs et Blancs, c’est d’abord celui des Noirs contre les Blancs. Obligé de conclure qu’il y a eu en 60 ans une inversion du racisme réputé de cette époque. Certes, il existe bien quelques Blancs racistes indécrottables contre les Noirs, mais ils sont minoritaires et peu violents…

Les Asiatiques (6,3 % de la population) sont particulièrement visés par les Noirs (182 230 X 0,275 = 50 113)*.

C’est la seule communauté où les crimes intracommunautaires sont inférieurs aux agressions noires.

À l’inverse, c’est moins de 0,1 % des agressions sur des Noirs. Autrement dit moins de 564 !

* : en France, les Asiatiques sont particulièrement visés aussi, on se souvient de leur manifestation (non sans le soutien de la Chine) suite à l’assassinat d’un Chinois. De même sont-ils visés car transportant souvent de l’argent. Pour rappel de cette Chinoise qui s’est vu arracher son sac par des chances lors d’un mariage asiatique, les jeunes Chinois partirent à leur poursuite. Les ayant rattrapés, ils les remirent à la police qui les a relâchés, ce qui faillit tourner très mal !

Les Hispaniques (17,1 % de la population) subissent des Noirs 15,3 % des actes à leur encontre (734 410 X 0,153 = 112 364).

À l’inverse, c’est 7,9 % des agressions sur les Noirs (563 940 x 0,079 = 44 551).

Les Hispaniques sont bien plus victimes des Blancs : 28,2 % ==> 207 103.

S’il y a un racisme des Blancs, c’est à l’encontre des Hispaniques (nouveaux arrivants).

Les Blancs devraient réfléchir à l’intérêt de bien assimiler les Hispaniques pour la stabilité de leur nation.

La catégorie “AUTRES” (2,4 % de la population) représente 9 % des agresseurs des diverses catégories, dont numériquement les Blancs en premier !

J’ai comme tendance à croire que les Blancs ou Noirs non hispaniques seraient des gens bien connus chez nous, des imitateurs de Momo le merveilleux prophète !

Passons en revue les arguments contraires vus par ailleurs…

– France Intox reprend aussi les statistiques du Department of Justice 2018 !

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/mort-de-george-floyd/mort-de-george-floyd-les-blancs-sont-ils-plus-victimes-de-crimes-interraciaux-que-les-noirs-comme-l-affirme-plusieurs-graphiques-sur-les-reseaux-sociaux_3995417.html

Elle essaie de démontrer que les Blancs ne sont pas plus victimes de crimes interraciaux que les Noirs.

La méthode consiste à mêler les crimes intracommunautaires à l’ensemble pour entraîner à la confusion dans les esprits.

Il est ainsi formulé qu’il est normal que les Blancs soient ceux qui représentent le plus de victimes, car plus nombreux et du fait de 62,1 % de criminalité entre les Blancs* (ce qui représente 41,3 % de l’ensemble des victimes).

* : Il est courant les crimes aient surtout lieu d’abord dans le milieu familial ou proche (pas le cas ici pour les Asiatiques et même les Hispaniques).

Reprenons complètement les données : les Blancs représentent 66,5 % des victimes au-delà de leur poids statistique de 62,3 % du fait d’un taux de criminalité interne de 62,1 %.

==>Inversement, 37,9 % sont le fait d’agressions externes à la communauté… soit 0,87 % de la population blanche.

 Appliquons le raisonnement aux Noirs qui représentent 10,6 % des victimes en deçà de leur poids statistique de 12 % de la population, avec 70,3 % de criminalité interne.

==>Inversement, 29,7 % sont le fait d’agressions externes à la communauté… soit 0,58 % de la population noire.

Pourquoi ne serait-ce pas l’inverse ? Une ethnie moins nombreuse plus agressée que son poids dans la population par l’ethnie la plus nombreuse, d’autant que cette ethnie blanche est par principe la plus raciste…

Si on applique le même raisonnement aux Hispaniques qui représentent 13,9 % des victimes pour 17,1 % de la population, avec un taux de criminalité interne de 45,4 %.

==>Inversement, 54,6 % sont le fait d’agressions externes à la communauté… soit 0,96 % de la population hispanique.

Eux ont de sérieuses raisons de se sentir visés !

Pour les Asiatiques, 4,7 % des victimes pour 6,3 % de la population, avec un taux de criminalité interne de 24,1 %.

==>Inversement, 75,9 % sont le fait d’agressions externes à la communauté… soit 1,10 % de la population asiatique.

Eux aussi ont de sérieuses raisons de se plaindre !

L’affaire est encore triplement pliée !!! Les Noirs sont les moins agressés par l’ensemble des autres communautés… et France Intox donne là l’exemple de l’exploitation dévoyée de données fiables.

L’argumentation d’une jeunesse noire plus importante pouvant expliquer un plus grande criminalité chez les Noirs

Or la population noire reste stable, voire diminue, aux USA, moins de jeunes que sous-entendu…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Démographie_des_États-Unis#Natalité_et_mortalité

Seule la population hispanique à un taux de fécondité légèrement supérieur à 2.

La croissance de population hispanique est cependant essentiellement due à l’immigration…
Les Hispaniques, plus jeunes en proportion, ne sont pas plus criminels que les Noirs, bien au contraire, avancer cet argument serait aussi fallacieux.

 Autre argument, le racisme de la police (blanche ! Pas que…) qui tue plus les Noirs que les Blancs.

https://www.statista.com/statistics/585152/people-shot-to-death-by-us-police-by-race/

Le calcul présenté est simple, plus de tués par million que les Blancs.

Les chiffres (2017, peu de tués indéterminés, plus fiables) ?

Les Blancs : 457 pour 171 millions = 2,67 par million.

Les Noirs : 223 pour 33 millions = 6,76 par million.

En tenant compte de la criminalité des Noirs supérieure à celle des Blancs (rappel : 2,23), on serait ramené à 3,02. Effectivement, mais pas de très loin !

Ce serait par contre plus net pour 2019…

Argument qui peut-être retenu… mais à tenir compte que les Noirs s’en prennent plus aux Blancs qu’à tout autre, on a vu 9,1 fois plus agressifs contre les Blancs que l’inverse. Quelle conséquence sur la police blanche, et même contre des Noirs « bounty », dans des provocations accentuées par la haine raciale ?

Qu’en est-il des Hispaniques (proportionnellement à peine plus de délinquants que les Blancs) plus victimes des Blancs que les Noirs ?

Les Hispaniques : 179 tués pour 47 millions = 3,8 par million.

On ne peut dire que la police fasse plus de cadeaux aux Hispaniques qu’aux Noirs, au contraire.

La conclusion

Le racisme a bien changé de sens aux USA, désormais c’est celui des Noirs à l’encontre des Blancs et des Asiatiques qui réussissent trop bien.

Le racisme blanc est d’abord à l’encontre des nouveaux arrivants, les Hispaniques, alors qu’ils devraient penser à les assimiler tant ils sont proches culturellement…

Jean-Paul Saint-Marc

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Monique

Le racisme envers ceux qui réussissent mieux qu’ eux.Complexe d ‘ inférioriténourit qui nourit une haine de ce qu’ ils seront jamais.

Patrick Marie

Merci pour cette remarquable étude très intéressante qui a dû demander un travail considérable.

FCC Cercle Légitimiste de France

Merci pour cette confirmation chiffrée démontrant ce que nous présumions déjà de manière empirique.

Rems

Vous êtes bien courageux de réaliser ce travail ! En fait, pas besoin d’arguments pour voir qui casse, qui pille, qui vole, qui viole qui squatte ! On ouvre les yeux et on sait en plus qui finance ces merdes et pourquoi !!!

Sboub

A JP Saint Marc
Hors sujet mais je ne sais pas comment vous joindre autrement. Merci
Auriez vous un rapport avec un homonyme que j’ai connu vers 1965 Au Lycée de Toul?
Cordialement

SAINT-MARC Jean-Paul

Non !
Beaucoup de “SAINT-MARC” et de “de SAINT-MARC” dans ma région, le SO !

Sboub

Merci pour la réponse.

Lire Aussi