Etre laïque c’est être intolérant, et j’en suis fier !

Depuis quelques temps, on associe laïcité et tolérance, comme si ces deux mots étaient synonymes. Non ! La laïcité, c’est l’intolérance, et je suis fier d’être laïc. La laïcité, c’est ne pas tolérer qu’une religion vienne s’ingérer dans les affaires publiques. La laïcité, c’est ne pas tolérer que les religions sectaires (pléonasme) s’immiscent dans l’enseignement public.

La laïcité, c’est ne pas tolérer qu’on enseigne des inepties du genre : « l’homme est apparu sur terre en 5763 avant J.C. » ou « la terre est plate » ou encore « c’est le soleil qui tourne autour de la terre ». La laïcité c’est protéger les enfants, leur épargner d’être obligés de croire de telles imbécillités, c’est leur apprendre à raisonner librement de manière déductive, c’est leur apprendre qu’ils n’appartiennent à personne, ni à leurs parents, ni à une quelconque entité, imaginaire de surcroît, que certains appellent Dieu, c’est leur apprendre qu’ils n’appartiennent qu’à eux-mêmes. Même dans le giron familial, les parents ne sont pas libres de dire n’importe quoi à leurs enfants. Tolère-t-on que des parents soient pédophiles avec leurs progénitures ? Non, évidemment. Il en va de même dans l’éducation, on ne peut pas tolérer que des parents imposent à leurs enfants des pratiques malsaines comme par exemple leur apprendre à tuer des animaux pour le plaisir, les obliger à bouleverser leurs pratiques alimentaires dans un but obscur, les empêcher de dormir le minimum dont ils ont besoin, etc.

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de développer plus avant cette conception de la laïcité, elle est officielle en France depuis des lustres, et c’est pourtant ce que certains essaient de combattre de plus en plus.

Toutefois, j’aimerais compléter ce billet. Il y a quelques années, j’allais dans la rue le visage masqué par un masque de carnaval. Un policier m’arrête et me dit qu’en France, il est interdit d’aller dans la rue le visage masqué, ce sont les malfaiteurs et les brigands qui font cela, pour ne pas être reconnus. En période festive, comme carnaval, cela est toléré, mais c’est tout, cela reste interdit. Le tout est de savoir si l’intention est de s’amuser ou de se cacher pour ne pas être reconnu. Ainsi, lorsqu’on voit un individu caché sous un tchador (a priori, je ne sais pas que c’est une femme), on doit appeler la police et pour vérifier que l’intention est bien festive, je préconise de faire cracher l’individu sur une icône, je pense que la preuve sera vite faite.

Gérard Geiger

Mayotte

image_pdf
0
0