Etudiant de Tolbiac victime de la BAC : les témoins avaient menti

Publié le 25 avril 2018 - par - 21 commentaires - 1 755 vues
Share

Eh bien, au final, on apprend que c’était une fake news. Une intox, quoi. Un bobard, si vous préférez. Une bête rumeur.

Quoi donc ?

L’info de l’étudiant, ou migrant, selon les sources, sauvagement blessé par les forces de l’ordre, gisant dans le coma sur son lit d’hôpital.

C’est un journal écolo en ligne qui s’en fait d’abord l’écho indigné. Sur la foi de deux témoins directs,  le 21 avril, Reporterre, écrit donc :

Les faits se déroulent aux alentours de 5h vendredi 20 avril, à la faculté de Tolbiac, occupée par le mouvement étudiant.

 Un petit groupe d’occupants – dont les témoins, des SDF qui participaient activement à l’occupation depuis une dizaine de jours – tente de fuir la police en s’échappant par l’arrière du bâtiment, via les terrasses, qu’une échelle relie à une rue adjacente, la rue Baudricourt. Des policiers de la Brigade anti criminalité (BAC) leur donnent la chasse. Tous les occupants parviennent à descendre dans la rue, sauf un. Au moment où ce dernier allait descendre, un agent de la BAC lui agrippe une jambe. L’occupant, déséquilibré, bascule tête en avant et s’écrase au moins trois mètres plus bas.

Des témoins affirment avoir vu le corps à terre. Un autre décrit le corps  avec du sang qui sort par le nez, la bouche et les oreilles.

Pourtant, les hôpitaux affirment qu’ils n’ont eu aucun blessé venant de Tolbiac, sauf un étudiant souffrant du coude et sorti dans la journée. L’enquête de voisinage ne confirme pas l’information : aucun riverain n’a vu ou entendu quoi que ce soit. Peine perdue ! La rumeur enfle !

Aucune trace de sang n’est visible sur le trottoir. Qu’à cela ne tienne! Les témoins ont une bonne explication volontiers complotiste à cela, que la presse relaie :

Toujours dans Reporterre :  Peu après, la police barre l’accès à la rue Baudricourt, lieu de la chute. À sept heures, les agents du nettoyage entrent dans la rue. Un des deux témoins directs les voit effacer les traces de sang au sol.

La police a nettoyé les traces de sang de la personne gravement blessée. Or, le Code pénal interdit « de modifier l’état des lieux d’un crime ou d’un délit soit par l’altération, la falsification ou l’effacement des traces ou indices »

https://reporterre.net/14605 

La Fédération CGT des services publics demande dans un tweet des éclaircissements sur l’éventuel nettoyage.

Marianne publie les déclarations de la représentante de l’UNEF.

Le Media, journal dirigé par Gérard Miller, aussi.

Juliette, l’étudiante de Tolbiac qu’on ne présente plus, soutient  l’info de la manière péremptoire  qu’on lui connaît maintenant, sur le plateau d’une chaîne d’information continue, sans que personne ne la remette en cause.

Les démentis de la police ne viennent que renforcer la suspicion des étudiants.

La foi est aveugle, sourde et inébranlable. Tout le contraire du savoir. Fâcheux pour des étudiants. Et fâcheux pour la presse qui se voit aujourd’hui tenue de démentir. En effet, le principal témoin à l’origine de la rumeur, avoue avoir menti. Et c’est Libération qui le dit : Leïla, l’une des trois témoins principaux cités par les medias ayant accrédité cette rumeur, nous a avoué avoir menti. Elle n’a jamais été un témoin oculaire direct de la prétendue scène.

Allez, ne jetons pas trop vite la pierre. Faute avouée est à moitié pardonnée. C’est si bon, si gratifiant, si valorisant, d’être l’annonceur d’une telle nouvelle, qu’il est difficile de résister. Souvenez-vous : au moment de l’affaire Clément Méric, des témoins affirmaient sur les plateaux télé en émoi qu’ils avaient vu Estebàn s’acharner sur sa victime. Il semble que ces témoins, eux aussi, n’aient vu que ce qu’ils voulaient voir.

Moralité : la  chasse aux intox a du bon, et il y a fort à parier qu’elle se retourne souvent contre leurs initiateurs, car si ma mémoire ne me trahit pas, il me semble qu’elle avait été lancée pour contrer les fausses rumeurs dont serait coutumière la fachosphère.

Eh bien voilà, le mensonge, puisque c’est bien de cela qu’il s’agissait, ne vient pas de la fachosphère mais de ces  petits  coquins de gauchos. On leur pardonne. Gérard Miller, d’ailleurs, a vite fait de s’absoudre. Dénonçant les « cris d’orfraie » des défenseurs de « l‘exactitude », il maintient contre vents et marées, que l’important est de « donner la parole aux étudiants traumatisés ». 

Même pour faire des faux témoignages ?

Chasse aux fake news, oui, mais pas aux fake news de gauche..

Florence Labbé

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Hasso

Il paraît que la future loi sur les « fake news » permettra de faire fermer des sites répandant des fausses rumeurs.
C’est l’occasion de faire un exemple, et même plusieurs, avec toute la presse gauchiste qui a repris ces conneries !
Allez, Macron, au boulot !

Amour de la POLICE

Soutient a la POLICE et au Forces de l’ORDRE .

Guy BRIAND

ALORS ON FAIT QUOI? Mais on lui donne la fessée à cette pauvre petite conne!

Guy BRIAND

<> Mais on lui donne la fessée à cette pauvre petite conne!

PANDRE

Alors, on fait QUOI? Au regard du code pénal, si je ne m’abuse, il y a clairement diffamation envers les forces de l’ordre, à savoir accuser ouvertement devant l’opinion nationale, celles-ci d’avoir tabassé et grièvement blessé soit disant un mec, alors que c’est totalement faux. Il faut que les mis en cause déposent plainte à l’encontre de la ou des personnes ayant publiquement propagé cette fausse information. C’est le minimum. C’est quand même pas du domaine de l’impossible. Que font les syndicats policiers??? Si ce sont des gendarmes, que font leurs responsables hiérarchiques???

dufaitrez

Macron veut punir les fausses nouvelles ? Qu’il commence avec celle là !
Elle serait venue de la Droite, ce serait déjà fait !
Même la Police, diffamée, ne bouge pas ! Alors ???
Rendons les clefs de la République !

Fomalo

Et comme d’hab.. le gaucho trostko écolo Ju Bayou qui vient apporter son grain de poivre aux débat! Est-cet lui qui est à l’origine du soulèvement des bleubites de Sciences- po de cette année par le tutorat des anciens « élèves »??

antécumé

Gérard Miller c’est un subtil mélange de gauchiste décadent et de psychanalyste psychopathe, une sorte de BHL en un peu moins con mais en plus pernicieux ou encore un Attali atteint par la limite d’age tel un vieillard cacochyme et grabataire.
Du beau monde, comme on dit!

Parlervrai

Mais, euh ! Les faykeuniouzes c’est qu’est-ce que les méchants fachos y mettent sur leurs blogs, c’est pas ce que disent les gentils militants de gaucheu !

Pierre Lesincère

Un faux témoignage est un acte très grave et doit être sanctionné avec sévérité.

Notons que ce genre d’acte vient TOUJOURS du clan des gauchiasses, ce qui prouve définitivement leur permanente mauvaise foi et l’erreur de fondement de leur jugement. Car dans le « bon droit », nul besoin de mentir, la sincérité est de mise, TOUJOURS de mise.

wika

Et la petite péteuse Juliette, elle va être poursuivie pour fakeniouse ???

CLV

Le gauchisme, la maladie mortifère de cette planète. Merci pour votre article pour dire les vérités et dénoncer une fois de plus la crasse médiatique gauchiste, ces animateurs de télé tout aussi complices, de cette cruche deJuliette qui doit être heureuse d’être sur des plateaux télé pour vomir les pires mensonges et ces pseudos intellectuels de foire. La crasse au service de la crasse. Soutien total aux forces de l’ordre.

Dorylée

Le fait que miller, l’homme à la tête de chiottes, accrédite une thèse suffit à démontrer qu’elle est fausse. Il est difficile d’immaginer que quelqu’un puisse encore écouter les élucubrations de ce gauchiste obtus.

patphil

j’attends donc la fermeture des sites et journaux qui ont propagés ces fakeniouzes (je peux rêver, non?)

Joël

Gérard Miller persiste et signe : même si c’est faux nous avons raison.
Fake news sur le blessé grave de Tolbiac : Gérard Miller, l’un des fondateurs du site Le Média, ne compte pas se « laisser impressionner par les cris d’orfraie des défenseurs de “l’exactitude” »
http://www.fdesouche.com/994907-fake-news-sur-le-blesse-grave-de-tolbiac-gerard-miller-lun-des-fondateurs-du-site-le-media-ne-compte-pas-se-laisser-impressionner-par-les-cris-dorfraie-des-defenseurs-de

Fifi

Gérard Miller a dit, je cite : « Le scandale, c’est l’offensive policière dans les facs, du jamais vu à cette échelle, pas cette info inexacte et vite corrigée. »

Alors que le vrai scandale, c’est ce collectif d’extrême-gauche qui a envahi l’université de Tolbiac, qui l’a occupée pendant 3 semaines et qui l’a dégradée à hauteur d’une estimation de 800 000 € de dégâts !

L’opération policière demandée par l’Etat a simplement permis de libérer cette université de ce collectif d’extrême-gauche. Les policiers ont libéré cette université ! (Même si elle a eu beaucoup de dégâts…)

Pastagoule

On va la voir dans pas longtemp comme resposable d un partie de gauche comme ils le sont tous ou même élue chez mélanchon .
La pauvre avec toutes les merdes qu’ elle veut faire entrer en France il certain qu’ elle n auras jamais de retraite car son salaire va de plus en plus baisser.

reuri

Les petites connasses blanches pro-migrant doivent laisser leur place à une rastaquouère, qu’elle s’applique à elle même son racisme antiblanc.
C’est marrant comme les ravages de l’américanisation de la France atteignent les facs , chez les facs US le parti démocrate a sélectionné des djeunes en les faisant passer à la tv, ils ont eu leur petit quart d’heure de célébrité régionale.
Quand on voit les facs françaises copier tout ce qu’il y a de plus débile chez les crétins US, on se marre .

renaldo jean

pas mal ,les jeunes cassent et les vieux payent , c’est scandaleux ,il ne faut pas investir pour ces racailles ,et en plus ces sont des menteurs

Allonzenfan

Moi qui me réjouissait déjà de la punition bien méritée d’un trotsko… Je trouve les keufs bien timorés depuis quelques temps ! :-))

le couperet de satan - Le retour

pour un faux baston, combien de vrais qui s’ignorent????