Eurabia pour finir Auschwitz

Publié le 19 mars 2012 - par - 1 533 vues
Share

À propos d’ « Eurabia », l’entente contractée entre l’Europe et le pays Arabes en 1975, et ses conséquences pour l’Europe.

Le blog drzz. vient de publier un document éclairant,  sur l’apparente absurdité de la politique d’immigration massive de populations arabo-musulmanes en Europe occidentale.

http://www.dreuz.info/2012/03/7-juin-1975-le-jour-ou-leurope-a-ete-vendue-au-monde-arabe-par-bat-yeor/

Les dirigeants européens ont donc signé , avec les États Arabes, une entente devant assurer, à l’Europe, sa prospérité et son rayonnement. Les États Arabes étaient perçus comme puissants, par l’étendue de leurs territoires, leur population nombreuse, leur richesse en pétrole et leur pouvoir de nuisance.

En contrepartie, l’Europe devait accepter une immigration arabo-musulmane massive, et l’État d’Israël devait être savamment diabolisé, afin de l’affaiblir suffisamment pour qu’il puisse être éradiqué sans coup férir par les États Arabes.

En clair, les dirigeants européens ont une politique, depuis une quarantaine d’année, qui consiste, au nom des intérêts européens, à permettre aux Puissances arabos-musulmanes d’envahir progressivement l’Europe et d’exterminer la population juive d’Israël, soit six millions d’âmes environ.

Si la deuxième contrepartie du plan, la destruction d’Israël, réussissait, la conscience des peuples européens serait présentée comme intacte, puisque cette politique aura été menée sans consultation officielle de ces peuples.

La conscience des dirigeants serait présentée comme intacte, puisqu’Israël n’aura jamais pris de risque majeur pour la paix, n’aura jamais eu foi en la paix, n’aura jamais espéré en l’humanité, au point de renoncer à la puissance, à la puissance des armes et à la puissance que représente des conquêtes territoriales.

Les dirigeants européens tentent de faire croire aux Juifs d’Israël que, s’ils sont extrêmement généreux avec leurs adversaires, ces derniers seront pacifiques avec eux.

La majorité des Juifs ne croient pas à cette thèse, ou n’y croient plus. Ils pensent qu’il vaut mieux être le plus fort possible dans un monde régi par des rapports de force.

Une telle obstination des Israéliens à ne croire qu’à la puissance, à l’instar des Nazis, permet aux dirigeants européens de les comparer à eux, voire de les assimiler à eux.

Les Juifs ne formeraient donc pas un peuple d’ humanistes, puisqu’ils ne placent leur confiance qu’en la force. Ils ne croient pas que d’autres homme les sauveront. Ils ne croient pas que leur Dieu ou un autre les sauvera. Les ceinturons de Tsahal ne portent ni profession de foi, ni talismans, comme ceux des forces nazies en étaient ornées, Gott mit uns Dieu est avec nous.

Ainsi, les dirigeants se sentent vertueux, alors qu’ils ne sont qu’aliénés par leur perversité à l’égard d’Israël.

De la même manière que celui qui inoculerait la rage à son chien penserait pouvoir le tuer en préservant sa conscience, les dirigeants européens accuse les Juifs israéliens de se battre avec une force disproportionnée, alors que c’est les Européens qui ont appris aux Juifs à se battre avec une force disproportionnée. Le cours a duré 2000 ans, la dernière grande leçon était à Auschwitz.

Les dirigeants européens pensent que l’Europe est et a été vertueuse, ils se sentent lavés de ce que leur conscience les accuse, ils pensent même que le « crime sans nom«  n’en était pas un, puisqu’à la lumière de ce qu’Israël montre aux Nations aujourd’hui, il leur apparaît que c’est un peuple mécréant, un peuple qui ne croit ni en l’homme ni en Dieu, donc un peuple en dehors de l’humanité, qui a été quasiment éradiqué en Europe, au vingtième siècle.

Les peuples européens autochtones se sentent maintenant trahis par leurs dirigeants, au vu des méfaits de la première contrepartie du plan, l’immigration qui se révèle une invasion, et qui pourrait bien signifier la destruction de l’Europe.

Cependant, ces mêmes dirigeants, en instaurant la folie, comme Eurabia, en suggérant que les Juifs sont les Méchants qui ont été, sont et seront justement punis, ont réussi à apaiser les consciences, ils ont préservé un sentiment de paix durant toutes ces années. Cela ne répondait-il pas au désir profond des Européens?

Philippe Grimberg

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.