Euthanasie : et si on discutait du droit de tuer les assassins ?

Publié le 8 avril 2021 - par - 35 commentaires - 877 vues
Traduire la page en :

Il s’agit d’un sujet extrêmement complexe : le droit de choisir de mourir dans la dignité.

Mon âge, que j’ai la chance inestimable d’atteindre sans avoir eu à me poser de telles questions, mais question que j’ai, hélas, eu à me poser pour un être qui m’était très cher et que les circonstances m’ont appris que nous n’avions peut-être pas retenu la plus souhaitable, m’autorise à me prononcer sur ce débat, qui s’ouvre en une période où pour sauver le plus grand nombre de vies on en sacrifie tant d’autres.

Actuellement, à l’Assemblée nationale, les parlementaires discutent et débattent sur l’euthanasie, c’est-à-dire : soit la décision de mettre fin à la vie d’une personne dans l’impossibilité de dicter son choix, soit le droit d’assister une personne à mettre fin à ses jours, avec son plein consentement, puisque le suicide n’est pas interdit par la loi et qu’on a le droit de « mettre fin à ses jours » volontairement.

La vie, la mort ? Tu t’endors un soir et tu ne te réveilles pas le lendemain, tu es mort et tu ne t’en es même pas aperçu !

Est-ce que la vie vaut la peine d’être vécue quand on a perdu tous ses repères :  la mémoire, les souvenirs, qu’on ne reconnaît plus les siens, qu’on ne pense plus, ne lit plus, n’écrit plus, que l’on végète tout simplement ?

Est-ce que c’est le souhait d’un être humain qu’on le maintienne en vie des mois, des années, quand il n’est plus là, qu’il n’est plus qu’un corps sans connaissance, sans esprit, sans âme, en phase terminale irrémédiable ? Même s’il ne peut plus exprimer sa volonté d’en finir !

Pourquoi ne pas aider quelqu’un à mourir, si telle est sa volonté, puisqu’il souffre terriblement et que ni la médecine, ni la science, ne peuvent l’empêcher de souffrir ?

Pourquoi ne pas aider quelqu’un à mourir s’il sait que sa fin est irrémédiable, que sa maladie est incurable, et qu’il va partir soit dans la souffrance, soit dans une sorte de coma artificiel irréversible !

Ne réalise-t-on pas l’irréalité d’un tel débat sur « le droit ou non d’aider à mourir » des êtres humains innocents, qui n’ont pas, hélas, choisi le triste sort qu’ils subissent, alors que l’on ne se pose pas la question sur le « droit d’éliminer » ceux qui se sont volontairement attribuer « le droit de tuer » d’autres êtres humains sans leur consentement, de les assassiner ?

Ne devrait-on pas commencer par discuter et débattre sur « le droit de tuer » ceux qui le méritent, c’est-à-dire les assassins en série, les « récidivistes », ceux dont on est sûr et certain qu’ils ont tué et qu’ils ont avoué avoir tué, par exemple les Michel Fourniret, Patrick Tissier, Guy Georges, Manuel Ribeiro Alves da Cruz, et quelques autres, pourquoi auraient-ils le droit de vivre, même « enfermés » à vie ? Alors que tant d’innocents n’ont pas ce même droit et qu’ils ont « ôté » ce droit de vivre à tant d’innocents ?

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Nadia Furlan

0-
Ronan Le-Crom
Apr 9, 2021 at 11:11 am
Je suis parfaitement contre la légalisation de l’euthanasie (actuellement en débat à l’Assemblée) et je sais exactement pourquoi je suis contre : parce que je connais les vices, les habitudes et la fourberie des gens qui promeuvent cette loi.

J’ai vu ces gens à l’œuvre avec l’avortement : initialement cela ne devait concerner que les cas spéciaux, rares et médicaux, avec des délais de réflexion, des clauses spéciales et quelques sécurités de cette nature.

Nadia Furlan

1- Puis les délais ont été allongés sans cesse, puis les clauses de sécurité ont été abolies, puis les femmes ont pu avorter sans justification, sur simple demande, sur une volonté capricieuse parfois, et résultat cette loi qui devait ne concerner que quelques cas spéciaux aux origines permet aujourd’hui entre 200 000 et 250 000 avortements par an.

J’ai vu ces gens à l’œuvre avec le PACS, qui avait été vendu comme n’ayant aucun rapport avec une future légalisation du mariage homosexuel. Puis, nous avons eu le mariage homosexuel, qui a quant à lui été vendu comme n’ayant aucun rapport avec l’adoption par des couples homosexuels, aucun rapport avec la GPA, et nous voyons pourtant se dessiner déjà les contours de ces futures lois inévitables.

Nadia Furlan

2-
Leur loi sur l’euthanasie, je sais exactement ce qu’elle deviendra dans quelques années : à savoir une loi sur le suicide assisté notamment. Et si cette loi est très encadrée, ne vise que des cas spéciaux, rares et médicalement très particuliers, je sais exactement que plus tard les critères seront revus à la baisse, et là où aujourd’hui pour être euthanasié il faut avoir douze cancers incurables et être en soins intensifs, dans cinq ans, dans dix ans, dans vingt ans inévitablement ils proposeront, autoriseront, encourageront l’euthanasie pour les cas moins graves. Et ainsi de suite jusqu’à avoir totalement normalisé la mort comme solution pratique au moindre pépin de santé.

Nadia Furlan

3- Ils ont procédé de cette manière avec toutes leurs innovations sociétales. Ils recommenceront avec celle-là, c’est écrit dans le marbre et je n’ai rigoureusement aucun doute là-dessus. Ces gens sont fous, dangereux, totalement en roue libre et par conséquent incontrôlables.

Voilà l’effroyable projet auquel finalement ils aspirent : convaincre les femmes de tuer leurs bébés dans leurs ventres et leurs grands-parents dans leurs EPHAD. Comprenez que pour eux une femme vraiment épanouie est une femme qui aurait commis ces deux crimes.

Ces gens, c’est Satan sur la Terre.

Jonathan Sturel

Didier Labaune

Oui au rétablissement de la peine de mort… Guillotine en place publique…
Économies incroyables en vue : combien coûte à la France l’ordure en photo ci-dessus ?
Dites-moi zzzinn peu ?

Non à l’euthanasie, surtout si les décisions impliquent les familles des mourants… Gare aux abus que j’appelle tout simplement par leur nom : meurtres… Que la décision appartienne aux médecins ?? Attention ! minute ! le bordel coronavirus nous a appris le dévouement extrême des uns et les errances des autres..

Patapon

” Il est l’heure de mourir lorsqu’il y a plus de mal que de bien a vivre.Que de conserver notre vie à notre tourment et incommodite,c’est choquer les règles mêmes de Nature.” Montaigne.

Phoenix

Toujours excellent dans ses raisonnements.
Supprimer les assassins permettrait, en plus, de faire de substantielles économies.

hello

le droit de choisir sa fin de vie associé au respect des directives anticipées est un droit fondamental qui devrait être inscrit dans la constitution – quant aux monstres tueurs d’enfants il y a longtemps qu’ils auraient dû rejoindre l’enfer d’où ils viennent : les laisser en vie est une régression sans précédent de l’Etat

anamorphose

PARCEQUE LA VIE PEUT ETRE PIRE QUE LA MORT voir prison du dauphin noir russie ou film papillon de toutes facons vous n y ferez pas de vieux os comme les prisons usa 150ANS EFFECTIF

Forceetjustice

Ils n’oseront jamais à faire un référendum sur le sujet…ils ont trop peur pour eux !

wika

👍👍👍

Anton

Et bien sûr pour toutes ces questions primordiales, avortement, peine de mort pour les assassins, suicide assisté, pas de proposition de referendum, surtout pas ! Les comités dits d’ “éthique” décident pour nous…et nos braves députés godillots suivent …

zéphyrin

je vous comprend manuel, mais les techniques policières et pire la justice sont à l’origine de bien des erreurs judiciaires .
l’infaillible n’est jamais certain…quoi de plus horrible que d’être assassiné au nom du peuple quand on est innocent.
outreau, c’était hier…patrick dils aussi….

CLORIC

On refuse le droit à mourir pour des personnes condamnées n’ayant plus aucun espoir et qui le veulent, et à côté de ça on tue des milliers d’enfants à venir avec l’IVG.

Niula

Enfin du bon sens !!!

Castor485

Comment comprendre qu’on refuse de donner la mort à des personnes qui le demandent et donner la mort à des futurs enfants qui n’ont rien demandé.

Paoli

Non à l’euthanasie …à cause des futures dérives …et il y en aura ….par contre une piqûre pour les assassins dEstelle …je trouverai cela très juste …et nécessaire …

Filouthai

C’est une bonne question !
Que faire avec les dégénérés qui euthanasient les vieux en Ehpad ? Avec les pedophiles qui agressent blés jeunes (garçons ou filles) de 15 ans ?

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Entendu sur Cnews pro après Face à l’Info hier soir Françoise Hardy en état de santé en grand péril faire notamment l’éloge du suicide assisté et elle dénonçait le fait de devoir partir à l’étranger pour bénéficier de cette méthode.
À cela, je pose la question suivante : Pourquoi de telles personnes ayant encore toute leur lucidité et toute leur mobilité motrice ne mettent-elles pas fin elles-mêmes à leurs souffrances au lieu d’appeler à cette responsabilité à d’autres ? Manque de courage propre ? Dernier sentiment de soulagement avant le grand départ de ne pas être responsable de cette décision au final techniquement prise par autrui ? Tout cela en même temps ?

Marc Paringaux

Essayez de vous suicider sans assistance, vous verrez que ce n’est pas si facile

Patapon

La crainte de se rater,certainement,et la difficulté à se procurer les substances letales,interdites en France.

Patrick Verro

Bonne question soulevée ? U-aura-t-il un député courageux et lucide pour proposer un amendement allant dans ce sens ?

Procureur Guignol

Il est évident que si on interdit la peine de port, ce qui peut se comprendre d’un point de vue philosophique, la guerre, le droit de mourir ou l’avortement n’ont pas lieu d’être.
La réintroduction de la peine de mort est bien une priorité , pour faire face a une idéologie mortifère !

katarina

vous avez tout dit dans votre phrase, si l’avortement existe, le droit d’envoyer des bombes sur des habitants d’un pays,(civils) qui nous on rien fait eux! la Syrie, le rivotril dans les ehpads, et pas que cela, vous avez 60 ans, vous faites une crise grave d’angoisse, vous allez à l’hosto, le personnel vous injecte un produit pour vous tuer, oui! sans vous le demandez, ni à votre femme, pourtant cet homme n’est pas un légume, et personne de sa famille n’a autorisé cela, ni le médecin de famille, cet homme était en pleine forme!

Leroux

La peine de porc c est une préconisation
De la charia 😂?

Gigi

Nous n’étions pas assez civilisés alors le camp du bien nous a supprimé la peine de mort.
Comme ça on économise de la racaille du bougnoule et du.négre.

Astérix

Vous devriez aller dormir. Vous perdez vos nerfs.

Galice

Tiens bougnoule j’ai dit Bougnoule et nègre, comme c’est intelligent la France nationalistes a besoin de gens comme vous pour faire triompher la cause, en sont temps Jean Marie avait plein de spécialistes en bougnoulie , résultat les indécis fuient le campde des patriotes ,ou vote pour l’ennemis , et tout ça grâce à tout les savant en bougnoulie . Finalement les gens comme vous sont un peu les idiots utiles des islamistes.

ringard

Ne vous laissez pas impressionner par les commentaires (à la con) d’Astérix et Galice. Laissez-la « novlangue » aux crédules et continuez à exprimer vos ressentis avec vos propres mots. Certes, de nos jours, il eut mieux valu parler de « la racaille des maghrébins et des hommes de couleur ». Il ne faut pas en vouloir aux idiots utiles qui crient que les mots sont racistes, c’est le résultat du bourrage de crâne qu’ils ont subi depuis les années 1970. Ils ne se rendent pas compte qu’en réduisant le vocabulaire, ils gênent, voire empêchent, toute pensée et au passage tentent de vous culpabiliser.
Au lieu de nègre, j’utilise « homme de couleur (colored man) » non sans une certaine malice, car je pense « nègre ». Savent-ils que ce mot était courant, accepté et utilisé même par les « hommes

Astérix

La peine de mort ne me choque pas.
Pas plus d’ailleurs que l’IVG ou l’euthanasie.

kabout

le fourniret je te l’aurai foutu dans une cellule avec des balaises afin qu”il prenne une branlée magistrale afin de révéler ce qu”il sait ou des injections de produits type serum de vérité ou tout simplement la torture,rien a foutre de LDH,CEDH et autres conneries,Tu parle ou tu te fait défoncer le gueule et autre chose tant qu’a faire,pas de cadeaux pour ces truies de tueurs d’enfants,et quand il a fini de révéler ce qu”il sait….un arbre et une bonne corde.

Joël

Quand cette ordure était encore en pleine possession de ses moyens, on aurait dû lui arracher les ongles à la pince. Il y a longtemps qu’on aurait su où était enterrée la petite Estelle.

Domisoldo Dièz

L’usage judicieux de la lampe à souder c’est bien aussi…..

Laurent Pothion

Exact Domisoldo c’est excellent pour une totale épilation et surtout gratos ! 👍

ROGER

BIEN!!!
Enfin du bon sens!
Soutien.

Lire Aussi