Evra frappe un supporter : pour le rappeur Rost, c’est la faute au racisme…

Le coup de pied de Patrice Evra à un supporter marseillais  était bien sûr l’objet du débat de l’émission sportive de Pascal Praud sur CNews.

Ne revenons pas sur les faits:  lors de son entraînement avant le match contre l’équipe de Guimaraes, quelques supporters marseillais  chambrent  Evra sur sa piteuse saison à l’OM. Ce dernier  répond  façon Cantona. Le foot n’est pas précisément un sport de gentleman.

Plus que l’attitude des supporters et du footballeur, ce qui intéresse ici en l’occurrence est la teneur du débat lors de cette émission.

Sur le plateau, on condamne  le geste d’Evra à l’unanimité. A l’unanimité ? Non. Evra a trouvé un irréductible défenseur en la personne du rappeur, auteur, président d’une association pour les jeunes des banlieues, et omniprésent chroniqueur TV, Rost.

Dans le désordre : le rappeur exige d’avoir la parole ce que nul ne lui conteste – il est au contraire le seul à pouvoir en placer une – ,  quitte brusquement le plateau, on le supplie,  il reste, en appelle à la liberté d’expression,  à la contextualisation.

On attend, le souffle court,  la vérité qui va sortir de la bouche de cette Pythie des temps modernes. De quelle contextualisation peut-il bien vouloir parler ?  C’est à cause du racisme. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Comment avons-nous pu ne pas y avoir pensé. Ou plutôt, comment avons-nous pu penser que Rost pouvait dire autre chose.

Les propos tenus par le supporter marseillais n’étaient pas racistes, objecte quelqu’un. En fait, il semble que les supporters aient plutôt raillé la manie du footballeur de donner des leçons de morale antiraciste, cela va de soi, dans ses vidéos : retourne faire tes vidéos sur internet, ou ses maigres prestations sur la pelouse : dégage t’es nul.

Qu’importe. Contextualisation,  répète Rost, qui tient là le sésame, la clé du Graal.

Le rappeur s’explique. Selon lui, quand on a toute sa vie entendu des injures racistes à son encontre, forcément un jour on en a ras l’bol,  sans que l’on sache très bien si ce « on » s’applique nommément à Patrice Evra ou à tout noir vivant au contact d’un Occident par essence, nature et définition mauvais  pour les siècles des siècles.

Consternation quasi générale sur le plateau après ce qui se voulait une puissante analyse.

On se demande d’ailleurs pourquoi. Rost n’est pas journaliste sportif, pas davantage ancien joueur de foot. Rost est en effet dans son rôle de représentant de cette nouvelle fonction qu’est la diversité à la télé, preuve que l’immigration peut être créatrice d’emplois.

Rost, donc, fait le job : il  défend la diversité, ou plutôt dégaine le même argument si éculé que pas grand monde sur le plateau ni parmi les téléspectateurs n’y croient: c’est la faute au racisme.

Argument éculé, certes, mais qui occupe du temps d’antenne et pendant ce temps-là, on ne parle pas de la conduite des supporters marseillais, uniques en leur genre puisqu’ils insultent leurs propres joueurs,  ou de celle du  footballeur professionnel qui à son âge ne sait pas se maîtriser et n’a, semble-t-il, pas retenu les leçons de Knysna en 2010.

Cela rappelle cette phrase que l’on attribue, apparemment à tort,  à Staline : traite ton adversaire de fasciste, le temps qu’il se justifie, etc.

Avec Rost, on n’a même pas l’impression qu’il s’agisse de stratégie oratoire mais bien plutôt du monologue autiste victimaire de qui n’a jamais envisagé que l’explication puisse être ailleurs : par exemple qu’on puisse être noir, vivre en Occident,  et avoir tort, tout simplement.

Puisqu’il a la parole, Rost ne la lâche plus et sans craindre de se contredire, n’oublie pas  de préciser que son attitude ne relève pas du communautarisme. Comme il ne craint pas davantage les clichés, il n’hésite pas à préciser qu’il est contre la violence. C’est sa mission éducative auprès des banlieues. On est rassurés. C’est aussi beau que du Miss France.

Et en attendant,  personne ne dit  que pour nous, c’est la double peine : on doit subir le comportement de voyou du joueur et en plus être accusés d’en être responsables.

Florence Labbé

image_pdf
0
0

27 Commentaires

  1. Évra « islamo racaille » élèvé dans la religion catholique, et dans cette scène il ne peut y avoir de racisme car un arabe insulte un noir… bah oui c’est bien connu tout les arabes aiment/respectent les noirs. Avec ce genre de raccourcis on pourrait penser que tout les laïcs sont racistes, et que tout les racistes sont stupides.

  2. Evra, islamo-racaille notoire,serait « victime » de racisme (de la part d’un maghrébin, au fait) ?
    N’est-ce pas par racisme que ce même Evra a mené la persécution de Gourcuff (rare blanc) par les musulmans de l’équipe en Afrique du Sud en 2010 ? Comme il avait fomenté la révolte musulmane.
    Si vous voulez un autre « défenseur » des « divers », regardez parfois l’équipe 21. Un « journaliste » algérien, nabil djellit, déverse sa haine racialiste contre les non-musulmans avec hargne et agressivité. Il pourfend tout ce qui ne glorfifie pas les footballeurs musulmans, algériens notammant qui sont les meilleurs du monde, évidemment (benzema, benarfa, nasri, etc). On se demande pourquoi l’algérie n’a pas gagné au moins 10 fois la coupe du monde. Mais jamais personne ne le remet en place.

  3. Hélas, il ne changera pas…S’il ne supporte pas qu’on lui dise la vérité il n’a qu’à rester chez lui

  4. Même pas lu ! Assez entendu dans les médias de toutes sortes, en tête de gondole !
    Ce jour, un jogging planétaire… Rien contre, mais…
    Ramadan et Weinstein mobilisent…
    Pauvres Médias !

  5. Je me soivient de nos grande éqipes de Foot , Reims , St Etienne…. et de grand footbaleurs étrangers , Piantoni , Kopa , les freres Révélli…. Aujoud’hui le foot et entre les mains des Antis France , il n’y a qu’a regarder la couleurs et les origines de notre équipe de France … De plus je pense que la grande majorité des joueurs et suporteurs ont comme les « Romains se rendant aux jeux du cirque  » un camendert a la place du cerveaux !

  6. Ce que je remarque sur la photo c’est que c’est un noir qui frappe un arabe. C’est tout et c’est déjà pas mal , alors nous on s’en fou complètement.

  7. Excellent article.Au-delà de la réflexion, cela m’a bien fait rire.Merci Florence Labbé.

  8. Zidane,aussi stupide,et en finale de coupe du monde qui plus est,fît l’objet d’une indulgence émouvante …On imagine le foin si l’auteur du coup de boule avait été un joueur catalogué à droite,et pire,au FN .

  9. C’est drôle,il ne faut pas grand-chose pour que ces gens redeviennent à l’état sauvage .
    L’ADN est impitoyable .

  10. L’OM est devenu un club afro-maghrebin qui est composé de joueurs afro-maghrebins avec des supporters afro-maghrebins donc il est logique que les joueurs et les supporters se comportent de la même manière que dans les cités racailleuses de toutes les grandes villes de France. Deux racailles qui s’insultent et qui se mettent sur la gueule, moi ça ne me pose aucun problème. La seule solution pour ne plus assister à ce genre de scène et retrouver un football propre est la même que pour éliminer la délinquance, la criminalité et le terrorisme: REMIGRATION, et le plus vite possible.

  11. Boycottons ces émissions sur le foot, c’est la solution pour ne plus entendre ce genre d’ abruti !!! Mais l’ idéal serait comme chez nous de boycotter la télé !!!!!

  12. Le football sport intellectuel et violent, je renvoie mes enfants à l’école de rugby

  13. Chapeau pour ce mouvement de « sport de combat », boxe thaïlandaise? Kung fu ? Le problème est autre part : regardez les visages des « sportifs » ils ont des expressions d’une violence extrême, ça n’a plus rien de sportif = ce sont « des tueurs »… Même Federer a des expressions d’une violence effrayante ! Alors vous voulez quoi ? on en fait des tueurs mais pas trop ?

    • Kung-fu version Sanda, à mon avis, d’après la forme de corps. Lol, non j’en sais rien et on s’en fiche d’ailleurs.

      • Aucune chance que ce soit du Kung-fu. Il faut être bien dans sa tête pour pratiquer.

    • Bonjour Anne,
      C’est un assez joli coup de « mawashi-geri » de l’école classique de karaté shotokan , qui vise la tête latéralement , la tempe surtout. Ces gens-là ne savent faire que ça : se battre, danser, baratiner, harceler, menacer et … pleurnicher à cause des sales raaaacistes !
      J’ai pratiqué 10 ans à Bordeaux, dès qu’ils commençaient à perdre dans un combat , ils arrêtaient tout pour palabrer, expliquer , faut pas faire ça etc…. Des archinuls, quoi ….

  14. Racisme ? Ces gens sont définitivement des crétins pitoyables… Parce que moi, si je me fie à la photo, le type qui se prend le coup de pied dans la gueule n’est pas un Blanc… c’est même tout sauf un Blanc… Il s’agirait donc de racisme d’un Noir, ou du moins d’un basané, envers un autre Noir ? Cela porte un autre nom que le racisme, des Noirs qui ne s’aiment pas entre eux: le TRIBALISME.

  15. Un noir insulté par un métisse d’Af nord : où est le racisme? Seule la connerie humaine dûe à l’l’inculture est fautive dans ce cas précis .

  16. Tactique habituelle muzs, crier au racisme du matin au soir et jouer à la victime. Fort heureusement, ce petit jeu ne prend plus.

    • C est la définition de :Ismaël leur ascendant qui veut dire Dieu écoute, la tactique de ces descendants d’Ismaël les pauvres opprimés,… Responsable pas coupable.

  17. Au vue de la photo celui ou celle qui prend le pied d’evra dans sa tronche n’est pas un blanc ou une blanche! Donc ou est le racisme la dedans/

  18. Comme pour le bien connu des juges (car multirelaxé) Farid, qui film et post son lancer de chaton contre un mur. Chaton forcement raciste…

      • 🙂 Bon d’un autre cotè …Jeanne D’Arc n’a pas eu besoin de « baloches » 🙂
        Sauf peut être pour son usage perso , mais là je ne veux pas entrer dans son intimité !? Quoique à la réflexion …:-)

Les commentaires sont fermés.