Evry : une école coranique clandestine fermée… provisoirement !

Publié le 6 septembre 2016 - par - 7 commentaires - 971 vues

L’affaire a été révélée dans les colonnes du Parisien le 05/09/2016 : la ville d’Evry et l’Etat ont décidé la fermeture d’une école clandestine d’enseignement coranique gérée par une association nommée “Tous ensemble”.

Accueillant des dizaines d’enfants de tous âges habillés “comme s’ils allaient à la mosquée“, selon un témoin, cette école non déclarée enseignait le Coran, dans les étages d’une tour située rue Charles Baudelaire.

Détectée par hasard par la municipalité, au gré de la distribution de tracts publicitaires de l’association (bravo à nos services de renseignement), l’école clandestine a été fermée administrativement par arrêté de la mairie et de la préfecture, le temps… que soient réalisés des travaux de mise aux normes propre aux ERP (Etablissements Recevant du Public).

L’occasion pour l’association de lançer un appel aux dons depuis sa page Facebook en vue de réaliser les travaux… Une fois que ceux-ci seront effectués, l’association qui se présente comme dispensant des cours de français, d’anglais et d’arabe, pourra continuer ses activités d’enseignement religieux à des enfants sans être inquiétée.

Dénonçée par la présidente de l’association “La brigade des mères”, Nadia Remadna, l’existence de ce genre d’association tenue la plupart du temps par des salafistes est souvent connue du voisinage, et la radicalisation des jeunes qu’elle opère ne rencontre aucun obstacle alors même que les institutions sont alertées. Au point que Nadia Remadna n’hésite pas à parler, s’agissant des jeunes de 13-14 ans qui passent entre les mains de ces associations, de “bombes à retardement”.

Voir l’interview : http://www.europe1.fr/emissions/l-interview-verite/remadna-le-religieux-a-tout-remplace-les-enfants-sont-des-bombes-a-retardement-2810080

Ainsi, alors que l’opinion ne cesse de se voir asséner le discours selon lequel les pôles de radicalisation islamiques seraient avant tout la prison et internet, force est de constater qu’elle s’effectue le plus tranquillement du monde au quotidien dans des associations, avec, dans le cas d’Evry, pour seule réponse la demande de mise en conformité aux normes de sécurité des bâtiments !

La politique de l’autruche qui est pratiquée en la matière est irresponsable, et symptomatique de ce que le gouffre qui existe entre les déclarations publiques des dirigeants politiques et la réalité est vertigineux.

La guerre contre l’islamisme n’existe en France que dans les mots de ses dirigeants, qui laissent en réalité celles et ceux qui recrutent les “soldats” de l’islam et les préparent à nous combattre dès les plus jeune âge agir en toute impunité.

Nous ne savons pas, pour l’heure, qui se cache derrière l’association “Tous ensemble” d’Evry, mais à l’évidence il s’agit nécessairement des Frères musulmans ou des salafistes, les deux entités radicales qui ont pignon sur rue dans notre pays et dont le gouvernement refuse de dissoudre les instances représentatives, telles que l’UOIF ou le CCIF.

Sébastien JALLAMION

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de

il éxiste un même type d’école à Bagnolet, en face de la clinique de la Dhuys, dans le quartier des Malassis

Il éxiste également le même d’école à Bagnolet en face de la clinique de la Dhuys dans le quartier des Malassis

Arrêtons d’être faible avec l’islam, l’islamisme et les lèche-babouches tel que les gauchistes et la ligue des droits de l’homme. Ces derniers sont de véritables alliés volontaires ou involontaires de l’Etat islamique.

Heil Daesh

dominique

« Tous ensemble »…vers la charia en France!

TourN

Une école coranique, clandestine ou autorisée c’est le même enseignement
On leur apprend le coran….. la HAINE des mécréants !
Les élèves des clandestines disent ouvertement qu’ils veulent notre mort.
Les élèves de Belkasim disent la même chose mais ils ont des heures de cours supplémentaire de Taquiya

Jevek Kraké

A Paris, l’an dernier , à l’heure où ils auraient du être à l’école, j’ai vu un groupe d’enfants traverser le boulevard Brune, filles et garçons de 7 ou 8 ans environs ( fillettes voilées des pieds à la tête) menés par un barbu en kamiss .Vu la tête qu’ils faisaient ce ne devait pas être pour aller faire du sport .

Lou

Il me semble qu’avant pour pouvoir toucher les allocs,il fallait fournir un certificat de scolarité et si l’enfant était absent plusieurs jours,la CAF était prévenue et prenait les mesures.Mais ça c’était avant.Les CAFS maintenant sont complètement débordées et ne contrôlent plus rien.Et combien d’allons sont payés alors que les enfants sont au bled.D’ailleurs l’état ne contrôle plus rien.
Et combien d’autres qui n’ont pas encore été découvertes.L’autre jour une a été fermée à Sorgues dans le Vaucluse.

Lire Aussi