Excellent documentaire d’Arte : les routes de l’esclavage

 

J’ai regardé, mardi soir, l’excellent documentaire émis par la chaîne Arte « les routes de l’esclavage ». (Visible sur Arte en replay)

 

Je n’y ai personnellement rien trouvé à redire, à part peut-être l’oubli de l’utilisation des

guerres tribales, dans le système de « fabrication » des esclaves.

À la suite  de cette émission, de fil en aiguille, ma réflexion m’a amené à passer de l’esclavage des Africains à ce qui nous préoccupe aujourd’hui .

Parce que ce passé a forcément un impact sur notre façon de voir d’aujourd’hui.

Cette manière de voir essentiellement façonnée par les médias.

Car, si ce documentaire était honnête, tout est fait dans les médias pour que nous soyons   culpabilisés par ce «  qu’on leur a fait ! »

Dans les conversations ordinaires reviennent régulièrement ces termes : on leur a fait ci, on leur a fait ça.

Comme si nous étions solidaires d’un lointain passé dans lequel en réalité très peu de gens ont été impliqués.

Car, ce « on », c’était très peu de monde.

C’était une minorité de marchands, de spéculateurs, d’aventuriers, de mercantis et c’était   aussi le pouvoir qui les soutenait.

Le « on » ne pouvait pas être, pour la plupart de nos ancêtres, les millions de paysans affamés, décrits par les contemporains des rois de l’époque, pas plus que les ouvriers de la révolution industrielle du XIXe siècle.

Dans un passé récent, je rappelle qu’en France, quasiment tous les habitants  n’avaient pas  vu de Noirs avant 1945 et ne savaient rien de ce qui se passait «  aux colonies » à part ce qu’ apportait la propagande qu’on leur livrait sur l’Empire français et la mission civilisatrice de la France. Les rares voix disant le contraire étaient inaudibles.

Et cette propagande continue, car elle n’est que l’utilisation cynique de l’ignorance du   passé. Ce sont les descendants directs et fortunés (par exemple les banques) des profiteurs de l’esclavage de l’époque qui nous culpabilisent pour nous faire accepter l’inacceptable.

Ce sont eux qui communautarisent ce pays et instrumentalisent les différents groupes dans une stratégie de tension permanente, avec comme devise : « diviser pour régner »… Toutes les forces politiques devraient s’opposer à ce projet et en particulier le camp dit progressiste. Quand, je vois monsieur Mélenchon se mettre à genoux devant des voyous, je me dis qu’il ne comprend rien.

Ce sont donc les descendants des prolétaires blancs, dont les enfants travaillaient dans les mines et les filatures à cinq ans qui devraient s’agenouiller devant d’éventuels descendants d’esclaves ? S’agenouiller ?

Monsieur Mélenchon devrait quand même se rappeler les paroles de l’Internationale : « Ni Dieu, ni César, ni tribun ».

Et, de toutes façons, nous ne devons nous mettre à genoux devant personne, hormis Dieu pour ceux qui y croient.

Mais, comment faire comprendre au camp qui propose cela, celui dit du «  progrès », aveuglé par de grands idéaux, censé défendre le peuple, mais qui refuse de voir la réalité des violences infligées par la diversité à ce même peuple ?

Et comment faire comprendre aux autres partis que la soupe antiraciste qu’on nous sert à grandes louches n’existe que pour nous diviser et empêcher toute révolte future ?

Luis Bravo

image_pdfimage_print

26 Commentaires

  1. Excellent article Luis, bravo ! (Bon d’accord, je sors 😄)

    Moi je crois qu’y faut même pas essayer de leur faire comprendre quoi que ce soit, quand on est imprégné de connerie à ce point, y’a pas de rémission possible.

    Par contre, leur pourrir la vie à chaque fois qu’on peut le faire est la meilleure solution et surtout ne pas laisser passer le moindre détail qui les emmerde.

    En rabâchant sans arrêt, ça finit par rentrer, y z’ont bien réussi eux, à nous maintenant !

  2. arte commet parfois des documentaires moins idéologiques que d’habitude; serait ce un doc allemand?

  3. Vous n êtes pas capable de montrer que les racistes et les criminels c est eux!

  4. L’esclavagisme africain et arabe n’a pas Été évoqué que je sache ;et c’est pourtant le pire.
    Les négriers européens n’ont finalement acheté que ce qui était à vendre.
    Les noirs gagneraient à la fermer.

      • Je n’ai pas visionné l’émission jusqu’au bout mais dans la partie que j’ai vue, il a bien été question du commerce « négrier » qui a succédé à celui des blancs. Cette objectivité de la part d’Arte m’a d’ailleurs énormément surprise, connaissant comme vous le dîtes si bien son collaborationnisme/ immigrationniste.

        • il y a d’excellents documentaires sur Arte. A ne pas confondre avec leurs journalistes.

      • J’ai vu le reportage en question, et ayant pas mal bourlinguer , en Afrique, entre autres , il criant d’actualité !!

    • Vous êtes sûr d’avoir regardé ce documentaire? A vous lire il semble que non.Prenez la camomille après la programme, pas avant.

  5. Enfin ! J’attendais avec impatience qu’un contributeur de RL évoque ce documentaire. J’ai apprécié l’objectivité des commentaires. Au fil du récit, ce qui a émergé, c’est l’expansion de l’Islam au fil des siècles. Et il est crucial de comprendre pourquoi et comment l’Islam s’est développé de manière aussi tentaculaire dans les pays que les Arabes ont soumis : ces esclavagistes notoires ont exporté massivement des populations de toute l’Europe, dès la fin de l’Empire Romain, pour finir par concentrer leur commerce de chair humaine vers l’Afrique, si on fait exception des razzias opérées conjointement sur nos côtes. Tout ça pour dire que ces populations soumises aux pires sévices n’ont eu d’autre solution, si elles voulaient échapper à leurs bourreaux, que de se convertir à l’islam !

    • Olivia :ce que vous dites est faux .Sauf très rares personnes qui ont bien voulu se convertir à l’islam, tous les autres, tous les peuples ont combattu ce fléau ,justement pour ne pas se soumettre à cette religion de merde .Vous oubliez que les pays de l’est de l’Europe ont combattu pendant 500 ans les musulmans malgré leur règne provisoire sur certaines terres et malgré la terreur qu’ils ont répandu à chaque incursion pendant laquelle viols, assassinats, enlèvements , incendies, pillages étaient de rigueur . Non,les peuples les ont combattus au prix de leur sang, n’ont pas voulu se soumettre- contrairement et honteusement à nous aujourd’hui. Les occidentaux sont des lâches mais à l’est ils n’ont pas oublié. C’est pour ça qu’ils n’en veulent pas.L’Autriche en a fini au XIX ème siècle.

      • Finance : sans doute me suis-je mal expliquée… J’ai voulu parler de tous les pays du Moyen Orient, initialement aux mains des chrétiens, qui sont devenus des territoires arabes. Le documentaire a bien mentionné que les musulmans ne rendaient/ne rendent pas esclave un autre musulman. Ainsi, parmi les nombreux européens, importés de force au Moyen Orient, certains ne se sont convertis à l’Islam que pour échapper à l’esclavage. Cet apport, au fil des siècles, a contribué à l’expansion de l’islam au Moyen Orient. Donc, on peut considérer que de nombreux musulmans d’aujourd’hui, sont descendants d’esclaves et ils devraient apostasier pour rendre justice à leurs ancêtres qui n’ont adopté cette religion que pour sortir de la servitude !

        • Olivia : Vous oubliez que les esclaves hommes étaient émasculés de façon systématique. Les descendants d’esclaves ne sont pas nombreux. Les mères étaient esclaves mais nous savons bien qu’une femme n’a que peu de valeurs dans l’islam.

  6. (suite) Ainsi, les musulmans d’aujourd’hui devraient prendre conscience que leurs ancêtres, ont été contraints, pour échapper à l’esclavage, d’embrasser une religion qui n’était pas la leur à l’origine. L’Islam ne doit sa propension qu’à la peur, la soumission, souvent une immense souffrance. Cela devrait les amener à réfléchir, ne serait-ce que pour rendre justice à leurs ancêtres, esclaves devenus mahométants pour fuir la servitude.

  7. LES FOUTEURS D’AMBIANCE
    Dans ma petite commune du sud bruxellois, il y a quelques Congolais. Ils sont soit cathos soit je-m’en-foutistes. Ils ne savent pas qui est Léopold II et ne se considèrent pas comme esclaves. Les idéologues récupérateurs #BLM n’ont fait que focaliser inutilement l’attention sur leur teinte cutanée (j’ai bon là , Mme Avia ?)

    LES FOUTEURS DE M**DE
    Au nord de ma petite commune du sud bruxellois, il y a quelques muzz. Ils ne savent pas qui est Léopold II et ne se considèrent pas comme esclaves des valeurs républicaines mais bien coraniques.

  8. Dans la vraie Vie, chacun est l’Esclave de qq’un. Surtout de l’Etat.
    Il y a toujours plus Kon et moins Kon que Soi….
    La Question actuelle est de savoir, si, au nom de nos Valeurs déchues, l’Autre deviendra supérieur à Moi ?

  9. On ne peut juger le passé en fonction des réflexions du présent. Il est extremement probable que si nous avions vécu a ces époques, la plupart d’entre nous aurions des esclaves. C’était la norme, cela l’a été a toutes les époques de l’histoire de l’humanité. Ibn Khaldum, philosophe musulman du 11-12 siècle disait:  »le passé et le présent se ressemble comme deux goutte d’eau celui qui connaît le passé, comprend le présent », j’ajoute comme réflexion personnelle…. »et peut avoir une bonne idée du futur.. »

  10. Le documentaire est correct, par exception chez ARTE par contre l’article de Luis Bravo a des relents de marxisme, l’idéologie des immigrationnistes qui importent leur lumpen électorat musulman

  11. Bravo pour cet article habilement écrit pour éviter la censure
    Espérons que les lecteurs sauront bien l’interpréter

  12. ARTE. Présenté de bonnes emissions, qualité supérieure aux t v ordinaire, sauf la 5…MAIS. ARTE sait. Aussi faire des interviews à caractère…gauchiasse…

    • Qui a vu le film « Racines » et lu le livre rediffusé mardi 15 chaîne 23 RMC, esclavage très bien expliqué, c’était les chefs noirs qui vendaient leurs frères, allez faire un tour a Gorée : Sénégal, tout l’historique est très bien expliqué, son surnom : l’ile aux esclaves.

  13. J’ai trouvé que pour les musulmans les adjectifs ont été très succincts et peu conforme à la réalité, par contre, pour les européens le vocabulaire était très fleuri et appuyé.
    J’ai été surprise de n’avoir pas vu Tidiane N’Dyae, dont le livre, « Le génocide voilé », était très bien documenté et référencé.
    Les producteurs de cette série ont été très gentils avec l’islam et les musulmans

Les commentaires sont fermés.