Exclusif : 100 terroristes libérés chaque année de prison, et après ?

Une fois libérés des prisons françaises, beaucoup d’anciens détenus reprennent leur première vie, le terrorisme.

 

« Les terroristes islamistes qui sortent de prison sont plus nombreux que ceux qui y entrent. » explique Laurent Ridel, directeur des services pénitentiaires, interrogé par téléphone. L’homme résume bien la problématique du système français. Et les probables attentats à venir. Car depuis 2019, près de 100 détenus condamnés pour terrorisme sortent de prison chaque année après avoir purgé leur peine, ou une partie de leur peine. Comment s’assurer qu’ils ne vont pas récidiver sans pour autant les empêcher de se réinsérer ? Un défi pour la justice, la police… et toute la société. Que deviennent ces sortants ces sortants hors normes ?

Dans La Croix l’Hebdo de ce vendredi, deux consoeurs, Marie Boëton et Marianne Meunier, ont aussi enquêté sur ce sujet hyper sensible que la quasi-totalité des médias français refusent de traiter, oubliant au passage la déontologie de l’information. Les deux journalistes du groupe Bayard Presse révèlent le cas d’un terroriste récidiviste et écrivent : « Le 29 novembre, les renseignements appréhendent deux jeunes djihadistes en région parisienne. Âgés de 23 ans, ils ont fait connaissance sur les réseaux sociaux et partagent une même ambition : attaquer au couteau des passants dans la rue, dans des centres commerciaux… et mourir en martyrs sous le feu de la police.

« Le projet, qui fait l’objet d’échanges entre les deux hommes, parvient jusqu’aux oreilles de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Il s’annonce « sérieux et imminent ». Vite, il faut mettre les suspects hors d’état de nuire. L’un d’eux se révèle bien connu des services : libéré en 2020, il avait été condamné auparavant à quatre ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

« Pour les autorités, il fait partie des anciens « TIS », le sigle que les attentats ont imposé pour désigner les terroristes islamistes. Incarcérés en masse dans les années 2010 (la France est le pays qui a le plus « écroué »), ils sont nombreux, désormais, à recouvrer la liberté : 70 en 2020, 84 en 2021 et une centaine d’ici à la fin de l’année…. ». Ces chiffres donnent froid dans le dos, surtout aux proches des familles des victimes d’attentats, Bataclan et autres.

Trop souvent, les médias se sont focalisés sur les terroristes de retour de Syrie. Mais le plus grave danger ne se situe pas là. Mais bien dans les prisons françaises qui ouvrent leurs portes pour faire sortir des terroristes bien plus dangereux, qui vont se répandre dans la nature. Sans emploi à la clé, endoctrinés, islamisés à fonds, ils constituent des bombes vivantes pour la population civile française. « Ces chiffres n’ont pas vocation à diminuer dans les années à venir », affirme un magistrat du Parquet national antiterroriste (Pnat), contacté ce 8 septembre par téléphone. Et ce sont eux le grand défi des autorités aujourd’hui : non plus les revenants de Syrie, mais les sortants de prison. « Les terroristes islamistes qui sortent de prison sont plus nombreux que ceux qui y entrent », confirme le patron de l’administration pénitentiaire, Laurent Ridel.

Alors plusieurs journalistes responsables, ceux de La Croix et de Riposte Laïque posent la bonne question : « Pourquoi cette déferlante ? ». La réponse est apportée par un juge anti-terroriste joint par téléphone : « Ceux qu’on libère actuellement ont, pour la plupart, été condamnés pour être partis en Syrie dans les années 2014, 2015Ils ont écopé de peines intermédiaires allant, en gros, de cinq à huit ans de prison. » Et il surenchérit : « Les mêmes faits commis à partir de 2016 – après le Bataclan – ont été plus lourdement sanctionnés. Ces TIS-là sortiront plus tard. »

Certains condamnés sont des fous furieux

Prenons l’attentat de Nice de 2016 commis par un terroriste isolé et fasciné par la violence. Radicalisé sur le tard, sans lien direct avec Daech, Mohamed Lahouaiej Bouhlel est passé à l’acte sans laisser de message de revendication. L’enquête a mis en évidence une personnalité instable et sa grande violence, en particulier envers sa femme.

Entre récidive et réinsertion, portraits de sortants de prison pour terrorisme

Le système judiciaire français n’est pas à l’abri de la récidive. Alors pourquoi libère-t-il des types aussi dangereux pour la société sans suivi, sans garde-fou ? Une réponse Monsieur Eric Dupont-Moretti ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

image_pdfimage_print
13

9 Commentaires

  1. après ? ils prennent contact avec le porc puant ducont maserati et darmalin ,,,vous savez le violeur innocent !!!!

  2. ben quoi, ils vont simplement remplacer les flics « qui ne peuvent rien faire » ; l’ennemi pour nos dirigeants n’est pas le peuple en son ensemble, ce sont SEULEMENT LES BLANCS, vous savez, ceux qui osent s’emparer de la rue sans encadrement syndical, pas les autres, les poc à qui l’on permet absolument TOUT ce qu’ils ont toujours interdit aux Premiers. c’est mme pas mathématique, c’est juste arithmétique.

  3. Les terroristes libérés et les nouveaux arrivants recevront leurs ordres d’attentats (tout comme en 2016 et avant) de la part de « qui-vous-savez », qui pourra ainsi (encore) étendre sa dictature et les suppressions de libertés que nous aimons tant…..

  4. A une certaine époque, un certain ministre de l’intérieur voulait terroriser les terroristes. Aujourd’hui les choses ont changé, ce sont les terroristes qui vont nous terroriser. On appelle ça le progrès…

  5. Arrêtez de dire terroridtes islamistes ce sont des terroriste musulmans qui suivent scrupuleusement le beau modèle( mohamet) idolâtrè par des milliards de musulmans à travers le monde.

    • Tous les jours, des francais sont égorgés par des disciples de Mohamerde. Entendez vous un émoi dans la presse ?
      Si un seul des burnous était également attaqué, nous verrions tous les islamo-collabos nous parler de ratonnades.

  6. libérés apres prison, pour respecter les décisions de justice
    Mais ce sont des ennemis, qui se déclarent comme tels, alors pourquoi les garder sur le sol français ? si double nationalité, arrêt de la nationalité française, si fds mais converti à l islam, perte de la nationalité française, desormais il fait parti de l oumma et s il est apatride, ou est le pb ? est ce qu il va se soucier plus tard de la patrie de ceux qu il enverra dans une boite en sapin ? puis direct dans un avion vers un pays ou ils sera plus heureux sans…mécréants Et s il revient par la fenêtre, tribunal militaire…

Les commentaires sont fermés.