Exclusif : le décret intégral pris par Trump contre la censure Internet

Publié le 2 juin 2020 - par - 19 commentaires - 1 495 vues
Share

Original et traduction du décret pris par Donald Trump sur la prévention de la censure en ligne (par Jacques Chassaing).

Avertissement :

–  à différents moments de la traduction (via Google, croisée avec d’autres logiciels de traduction), on constate quelques variantes d’interprétation

– à la relecture de l’ensemble, j’ai surligné des passages de texte importants pour la similitude des problèmes de censure rencontrés en France

Bonne lecture laborieuse de ce qui suit et dont un bon préambule pourra être :

« La croissance des plateformes en ligne au cours des dernières années soulève d’importantes questions sur l’application des idéaux du premier amendement aux technologies de communication modernes. Aujourd’hui, de nombreux Américains suivent l’actualité, restent en contact avec leurs amis et leur famille et partagent leurs points de vue sur les événements actuels via les médias sociaux et d’autres plateformes en ligne. En conséquence, ces plates-formes fonctionnent à bien des égards comme l’équivalent du XXIe siècle de la place publique.

Twitter, Facebook, Instagram et YouTube possèdent un pouvoir immense, sinon sans précédent, pour façonner l’interprétation des événements publics ; censurer, supprimer ou supprimer des informations ; et contrôler ce que les gens voient ou ne voient pas.

En tant que Président, j’ai clairement exprimé mon engagement en faveur d’un débat libre et ouvert sur Internet. Un tel débat est tout aussi important en ligne que dans nos universités, nos mairies et nos foyers. Il est essentiel au maintien de notre démocratie… »

JC

Lire aussi l’actualité liée : 

Mark Zuckerberg critiqué par ses collaborateurs

Les employés de Facebook sont en désaccord avec Mark Zuckerberg de ne pas désapprouver Trump : https://siecledigital.fr/2020/06/02/mark-zuckerberg-critique-par-ses-collaborateurs/

https://www.nextinpact.com/brief/facebook—tourmente-interne-face-a-l-inaction-du-reseau-sur-les-messages-de-donald-trump-12597.htm

https://siecledigital.fr/2020/05/31/la-bataille-de-donald-trump-contre-twitter/

Vidéos : https://www.europe-israel.org/2020/05/trump-signe-un-decret-pour-proteger-la-liberte-dexpression-de-la-censure-pratiquee-par-les-reseaux-sociaux-zuckerberg-reconnait-quils-manipulent-la-verite-video/

YouTube censure des commentaires hostiles au régime chinois

Publié le 31 mai 2020  par Jacques Chassaing  https://ripostelaique.com/youtube-censure-des-commentaires-defavorables-au-regime-chinois.html

Executive Order on Preventing Online Censorship

May 28, 2020

By the authority vested in me as President by the Constitution and the laws of the United States of America, it is hereby ordered as follows:

Section 1.  Policy.  Free speech is the bedrock of American democracy.  Our Founding Fathers protected this sacred right with the First Amendment to the Constitution.  The freedom to express and debate ideas is the foundation for all of our rights as a free people.

In a country that has long cherished the freedom of expression, we cannot allow a limited number of online platforms to hand pick the speech that Americans may access and convey on the internet.  This practice is fundamentally un-American and anti-democratic.  When large, powerful social media companies censor opinions with which they disagree, they exercise a dangerous power.  They cease functioning as passive bulletin boards, and ought to be viewed and treated as content creators.

The growth of online platforms in recent years raises important questions about applying the ideals of the First Amendment to modern communications technology.  Today, many Americans follow the news, stay in touch with friends and family, and share their views on current events through social media and other online platforms.  As a result, these platforms function in many ways as a 21st century equivalent of the public square.

Twitter, Facebook, Instagram, and YouTube wield immense, if not unprecedented, power to shape the interpretation of public events; to censor, delete, or disappear information; and to control what people see or do not see.

As President, I have made clear my commitment to free and open debate on the internet. Such debate is just as important online as it is in our universities, our town halls, and our homes.  It is essential to sustaining our democracy.

Online platforms are engaging in selective censorship that is harming our national discourse.  Tens of thousands of Americans have reported, among other troubling behaviors, online platforms “flagging” content as inappropriate, even though it does not violate any stated terms of service; making unannounced and unexplained changes to company policies that have the effect of disfavoring certain viewpoints; and deleting content and entire accounts with no warning, no rationale, and no recourse.

Twitter now selectively decides to place a warning label on certain tweets in a manner that clearly reflects political bias.  As has been reported, Twitter seems never to have placed such a label on another politician’s tweet.  As recently as last week, Representative Adam Schiff was continuing to mislead his followers by peddling the long-disproved Russian Collusion Hoax, and Twitter did not flag those tweets.  Unsurprisingly, its officer in charge of so-called ‘Site Integrity’ has flaunted his political bias in his own tweets.

At the same time online platforms are invoking inconsistent, irrational, and groundless justifications to censor or otherwise restrict Americans’ speech here at home, several online platforms are profiting from and promoting the aggression and disinformation spread by foreign governments like China.  One United States company, for example, created a search engine for the Chinese Communist Party that would have blacklisted searches for “human rights,” hid data unfavorable to the Chinese Communist Party, and tracked users determined appropriate for surveillance.  It also established research partnerships in China that provide direct benefits to the Chinese military.  Other companies have accepted advertisements paid for by the Chinese government that spread false information about China’s mass imprisonment of religious minorities, thereby enabling these abuses of human rights.  They have also amplified China’s propaganda abroad, including by allowing Chinese government officials to use their platforms to spread misinformation regarding the origins of the COVID-19 pandemic, and to undermine pro-democracy protests in Hong Kong.

As a Nation, we must foster and protect diverse viewpoints in today’s digital communications environment where all Americans can and should have a voice.  We must seek transparency and accountability from online platforms, and encourage standards and tools to protect and preserve the integrity and openness of American discourse and freedom of expression.

Sec. 2Protections Against Online Censorship.  (a)  It is the policy of the United States to foster clear ground rules promoting free and open debate on the internet.  Prominent among the ground rules governing that debate is the immunity from liability created by section 230(c) of the Communications Decency Act (section 230(c)).  47 U.S.C. 230(c).  It is the policy of the United States that the scope of that immunity should be clarified: the immunity should not extend beyond its text and purpose to provide protection for those who purport to provide users a forum for free and open speech, but in reality use their power over a vital means of communication to engage in deceptive or pretextual actions stifling free and open debate by censoring certain viewpoints.

Section 230(c) was designed to address early court decisions holding that, if an online platform restricted access to some content posted by others, it would thereby become a “publisher” of all the content posted on its site for purposes of torts such as defamation.  As the title of section 230(c) makes clear, the provision provides limited liability “protection” to a provider of an interactive computer service (such as an online platform) that engages in “‘Good Samaritan’ blocking” of harmful content.  In particular, the Congress sought to provide protections for online platforms that attempted to protect minors from harmful content and intended to ensure that such providers would not be discouraged from taking down harmful material.  The provision was also intended to further the express vision of the Congress that the internet is a “forum for a true diversity of political discourse.”  47 U.S.C. 230(a)(3).  The limited protections provided by the statute should be construed with these purposes in mind.

In particular, subparagraph (c)(2) expressly addresses protections from “civil liability” and specifies that an interactive computer service provider may not be made liable “on account of” its decision in “good faith” to restrict access to content that it considers to be “obscene, lewd, lascivious, filthy, excessively violent, harassing or otherwise objectionable.”  It is the policy of the United States to ensure that, to the maximum extent permissible under the law, this provision is not distorted to provide liability protection for online platforms that — far from acting in “good faith” to remove objectionable content — instead engage in deceptive or pretextual actions (often contrary to their stated terms of service) to stifle viewpoints with which they disagree.  Section 230 was not intended to allow a handful of companies to grow into titans controlling vital avenues for our national discourse under the guise of promoting open forums for debate, and then to provide those behemoths blanket immunity when they use their power to censor content and silence viewpoints that they dislike.  When an interactive computer service provider removes or restricts access to content and its actions do not meet the criteria of subparagraph (c)(2)(A), it is engaged in editorial conduct.  It is the policy of the United States that such a provider should properly lose the limited liability shield of subparagraph (c)(2)(A) and be exposed to liability like any traditional editor and publisher that is not an online provider.

(b)  To advance the policy described in subsection (a) of this section, all executive departments and agencies should ensure that their application of section 230(c) properly reflects the narrow purpose of the section and take all appropriate actions in this regard.  In addition, within 60 days of the date of this order, the Secretary of Commerce (Secretary), in consultation with the Attorney General, and acting through the National Telecommunications and Information Administration (NTIA), shall file a petition for rulemaking with the Federal Communications Commission (FCC) requesting that the FCC expeditiously propose regulations to clarify:

(i) the interaction between subparagraphs (c)(1) and (c)(2) of section 230, in particular to clarify and determine the circumstances under which a provider of an interactive computer service that restricts access to content in a manner not specifically protected by subparagraph (c)(2)(A) may also not be able to claim protection under subparagraph (c)(1), which merely states that a provider shall not be treated as a publisher or speaker for making third-party content available and does not address the provider’s responsibility for its own editorial decisions;

(ii)  the conditions under which an action restricting access to or availability of material is not “taken in good faith” within the meaning of subparagraph (c)(2)(A) of section 230, particularly whether actions can be “taken in good faith” if they are:

(A)  deceptive, pretextual, or inconsistent with a provider’s terms of service; or

(B)  taken after failing to provide adequate notice, reasoned explanation, or a meaningful opportunity to be heard; and

(iii)  any other proposed regulations that the NTIA concludes may be appropriate to advance the policy described in subsection (a) of this section.

Sec. 3.  Protecting Federal Taxpayer Dollars from Financing Online Platforms That Restrict Free Speech.  (a)  The head of each executive department and agency (agency) shall review its agency’s Federal spending on advertising and marketing paid to online platforms.  Such review shall include the amount of money spent, the online platforms that receive Federal dollars, and the statutory authorities available to restrict their receipt of advertising dollars.

(b)  Within 30 days of the date of this order, the head of each agency shall report its findings to the Director of the Office of Management and Budget.

(c)  The Department of Justice shall review the viewpoint-based speech restrictions imposed by each online platform identified in the report described in subsection (b) of this section and assess whether any online platforms are problematic vehicles for government speech due to viewpoint discrimination, deception to consumers, or other bad practices.

Sec. 4.  Federal Review of Unfair or Deceptive Acts or Practices.  (a)  It is the policy of the United States that large online platforms, such as Twitter and Facebook, as the critical means of promoting the free flow of speech and ideas today, should not restrict protected speech.  The Supreme Court has noted that social media sites, as the modern public square, “can provide perhaps the most powerful mechanisms available to a private citizen to make his or her voice heard.”  Packingham v. North Carolina, 137 S. Ct. 1730, 1737 (2017).  Communication through these channels has become important for meaningful participation in American democracy, including to petition elected leaders.  These sites are providing an important forum to the public for others to engage in free expression and debate.  Cf. PruneYard Shopping Center v. Robins, 447 U.S. 74, 85-89 (1980).

(b)  In May of 2019, the White House launched a Tech Bias Reporting tool to allow Americans to report incidents of online censorship.  In just weeks, the White House received over 16,000 complaints of online platforms censoring or otherwise taking action against users based on their political viewpoints.  The White House will submit such complaints received to the Department of Justice and the Federal Trade Commission (FTC).

(c)  The FTC shall consider taking action, as appropriate and consistent with applicable law, to prohibit unfair or deceptive acts or practices in or affecting commerce, pursuant to section 45 of title 15, United States Code.  Such unfair or deceptive acts or practice may include practices by entities covered by section 230 that restrict speech in ways that do not align with those entities’ public representations about those practices.

(d)  For large online platforms that are vast arenas for public debate, including the social media platform Twitter, the FTC shall also, consistent with its legal authority, consider whether complaints allege violations of law that implicate the policies set forth in section 4(a) of this order.  The FTC shall consider developing a report describing such complaints and making the report publicly available, consistent with applicable law.

Sec. 5.  State Review of Unfair or Deceptive Acts or Practices and Anti-Discrimination Laws.  (a)  The Attorney General shall establish a working group regarding the potential enforcement of State statutes that prohibit online platforms from engaging in unfair or deceptive acts or practices.  The working group shall also develop model legislation for consideration by legislatures in States where existing statutes do not protect Americans from such unfair and deceptive acts and practices. The working group shall invite State Attorneys General for discussion and consultation, as appropriate and consistent with applicable law.

(b) Complaints described in section 4(b) of this order will be shared with the working group, consistent with applicable law. The working group shall also collect publicly available information regarding the following:

(i) increased scrutiny of users based on the other users they choose to follow, or their interactions with other users;

(ii) algorithms to suppress content or users based on indications of political alignment or viewpoint;

(iii) differential policies allowing for otherwise impermissible behavior, when committed by accounts associated with the Chinese Communist Party or other anti-democratic associations or governments;

(iv) reliance on third-party entities, including contractors, media organizations, and individuals, with indicia of bias to review content; and

(v) acts that limit the ability of users with particular viewpoints to earn money on the platform compared with other users similarly situated.

Sec. 6Legislation.  The Attorney General shall develop a proposal for Federal legislation that would be useful to promote the policy objectives of this order.

Sec. 7.  Definition.  For purposes of this order, the term “online platform” means any website or application that allows users to create and share content or engage in social networking, or any general search engine.

Sec. 8.  General Provisions. (a)  Nothing in this order shall be construed to impair or otherwise affect:

(i)    the authority granted by law to an executive department or agency, or the head thereof; or

(ii)   the functions of the Director of the Office of Management and Budget relating to budgetary, administrative, or legislative proposals.

(b)  This order shall be implemented consistent with applicable law and subject to the availability of appropriations.

(c)  This order is not intended to, and does not, create any right or benefit, substantive or procedural, enforceable at law or in equity by any party against the United States, its departments, agencies, or entities, its officers, employees, or agents, or any other person.

https://www.whitehouse.gov/presidential-actions/executive-order-preventing-online-censorship/

Traduction

Décret exécutif sur la prévention de la censure en ligne

28 mai 2020

Par l’autorité qui m’est confiée en tant que Président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, il est ordonné comme suit :

Section 1. Politique. La liberté d’expression est le fondement de la démocratie américaine. Nos pères fondateurs ont protégé ce droit sacré avec le premier amendement à la Constitution. La liberté d’exprimer et de débattre des idées est le fondement de tous nos droits en tant que peuple libre.

Dans un pays qui chérit depuis longtemps la liberté d’expression, nous ne pouvons pas permettre à un nombre limité de plateformes en ligne de choisir à la main le discours auquel les Américains peuvent accéder et transmettre sur Internet. Cette pratique est fondamentalement anti-américaine et anti-démocratique. Lorsque de grandes et puissantes sociétés de médias sociaux censurent des opinions avec lesquelles elles ne sont pas d’accord, elles exercent un pouvoir dangereux. Ils cessent de fonctionner comme des tableaux d’affichage passifs et doivent être vus et traités comme des créateurs de contenu.

La croissance des plateformes en ligne au cours des dernières années soulève d’importantes questions sur l’application des idéaux du premier amendement aux technologies de communication modernes. Aujourd’hui, de nombreux Américains suivent l’actualité, restent en contact avec leurs amis et leur famille et partagent leurs points de vue sur les événements actuels via les médias sociaux et d’autres plateformes en ligne. En conséquence, ces plates-formes fonctionnent à bien des égards comme l’équivalent du XXIe siècle de la place publique.

Twitter, Facebook, Instagram et YouTube possèdent un pouvoir immense, sinon sans précédent, pour façonner l’interprétation des événements publics ; censurer, supprimer ou supprimer des informations ; et contrôler ce que les gens voient ou ne voient pas.

En tant que Président, j’ai clairement exprimé mon engagement en faveur d’un débat libre et ouvert sur Internet. Un tel débat est tout aussi important en ligne que dans nos universités, nos mairies et nos foyers. Il est essentiel au maintien de notre démocratie.

Les plateformes en ligne se livrent à une censure sélective qui nuit à notre discours national. Des dizaines de milliers d’Américains ont signalé, entre autres comportements troublants, que les plateformes en ligne « signalaient » le contenu comme inapproprié, même s’il ne violait aucune des conditions de service énoncées ; apporter des changements inopinés et inexpliqués aux politiques de l’entreprise qui ont pour effet de défavoriser certains points de vue ; et la suppression de contenu et de comptes entiers sans avertissement, sans justification et sans recours.

Twitter décide désormais de manière sélective d’apposer une étiquette d’avertissement sur certains tweets d’une manière qui reflète clairement les préjugés politiques. Comme cela a été signalé, Twitter ne semble jamais avoir placé une telle étiquette sur le tweet d’un autre politicien. Pas plus tard que la semaine dernière, le représentant Adam Schiff continuait d’induire ses abonnés en erreur en colportant le canular russe de collusion, longtemps réfuté, et Twitter n’a pas signalé ces tweets. Sans surprise, son officier en charge de la prétendue « intégrité du site » a affiché son parti pris politique dans ses propres tweets.

Dans le même temps, les plateformes en ligne invoquent des justifications incohérentes, irrationnelles et sans fondement pour censurer ou restreindre autrement le discours des Américains ici au pays, plusieurs plateformes en ligne profitent et promeuvent l’agression et la désinformation propagées par des gouvernements étrangers comme la Chine. Une entreprise américaine, par exemple, a créé un moteur de recherche pour le Parti communiste chinois qui aurait mis sur liste noire les recherches sur les « droits de l’homme », a caché des données défavorables au Parti communiste chinois et a suivi les utilisateurs jugés appropriés pour la surveillance. Il a également établi des partenariats de recherche en Chine qui offrent des avantages directs aux militaires chinois. D’autres sociétés ont accepté des publicités payées par le gouvernement chinois qui diffusent de fausses informations sur l’emprisonnement de masse des minorités religieuses en Chine, permettant ainsi ces violations des droits de l’homme. Ils ont également amplifié la propagande de la Chine à l’étranger, notamment en autorisant les responsables du gouvernement chinois à utiliser leurs plateformes pour diffuser des informations erronées sur les origines de la pandémie de Covid-19 et pour saper les manifestations pro-démocratiques à Hong Kong.

En tant que nation, nous devons favoriser et protéger divers points de vue dans l’environnement de communications numériques d’aujourd’hui où tous les Américains peuvent et doivent avoir une voix. Nous devons rechercher la transparence et la responsabilité des plateformes en ligne, et encourager les normes et les outils pour protéger et préserver l’intégrité et l’ouverture du discours américain et la liberté d’expression.

Seconde. 2. Protections contre la censure en ligne. a) Les États-Unis ont pour politique de favoriser des règles de base claires favorisant un débat libre et ouvert sur Internet. Parmi les règles de base régissant ce débat figure l’immunité de responsabilité créée par l’article 230 (c) de la Communications Decency Act (article 230 (c)). 47 U.S.C. 230 c). La politique des États-Unis consiste à clarifier la portée de cette immunité : l’immunité ne doit pas s’étendre au-delà de son texte et de son objet pour protéger ceux qui prétendent offrir aux utilisateurs un forum pour la liberté de parole et la liberté d’expression, mais en réalité, l’utilisation leur pouvoir sur un moyen de communication vital pour s’engager dans des actions trompeuses ou prétextuelles étouffant le débat libre et ouvert en censurant certains points de vue.

L’article 230 (c) a été conçu pour répondre aux premières décisions de justice jugeant que, si une plateforme en ligne restreignait l’accès à certains contenus publiés par d’autres, elle deviendrait ainsi un « éditeur » de tout le contenu affiché sur son site à des fins de délits tels que diffamation. Comme le titre de l’article 230 c) l’indique clairement, la disposition offre une « protection » à responsabilité limitée à un fournisseur de services informatiques interactifs (comme une plate-forme en ligne) qui se livre à un « blocage bon samaritain » du contenu préjudiciable. En particulier, le Congrès a cherché à fournir des protections aux plates-formes en ligne qui tentaient de protéger les mineurs contre les contenus préjudiciables et visaient à garantir que ces fournisseurs ne soient pas découragés de retirer du matériel préjudiciable. Cette disposition visait également à faire avancer la vision expresse du Congrès selon laquelle Internet est un « forum pour une véritable diversité de discours politique ». 47 U.S.C. 230 a) 3). Les protections limitées prévues par la loi doivent être interprétées en tenant compte de ces objectifs.

En particulier, le sous-alinéa c) (2) traite expressément des protections contre la « responsabilité civile » et précise qu’un fournisseur de services informatiques interactifs ne peut être tenu responsable « en raison » de sa décision de « bonne foi » de restreindre l’accès au contenu qu’il considère comme « obscène, obscène, lascif, sale, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible ». Les États-Unis ont pour politique de veiller à ce que, dans toute la mesure permise par la loi, cette disposition ne soit pas faussée pour protéger la responsabilité des plates-formes en ligne qui, loin d’agir de « bonne foi » pour supprimer le contenu répréhensible, s’engagent à la place dans des actions trompeuses ou prétextuelles (souvent contraires à leurs conditions de service déclarées) pour étouffer les points de vue avec lesquels ils ne sont pas d’accord. L’article 230 n’était pas destiné à permettre à une poignée d’entreprises de devenir des titans contrôlant des voies vitales pour notre discours national sous prétexte de promouvoir des forums ouverts pour le débat, puis de fournir à ces mastodontes une immunité globale lorsqu’ils utilisent leur pouvoir pour censurer le contenu et le silence points de vue qu’ils n’aiment pas. Lorsqu’un fournisseur de services informatiques interactifs supprime ou restreint l’accès au contenu et que ses actions ne répondent pas aux critères du sous-alinéa c) (2) (A), il se livre à une conduite éditoriale. Les États-Unis ont pour politique qu’un tel fournisseur devrait correctement perdre le bouclier de responsabilité limitée du sous-alinéa c) (2) (A) et être exposé à une responsabilité comme tout éditeur et éditeur traditionnel qui n’est pas un fournisseur en ligne.

  1. b) Pour faire avancer la politique décrite au paragraphe a) de la présente section, tous les ministères et organismes exécutifs devraient veiller à ce que leur application de l’article 230 c) reflète correctement le but étroit de l’article et prendre toutes les mesures appropriées à cet égard. En outre, dans les 60 jours suivant la date de la présente ordonnance, le secrétaire au commerce (secrétaire), en consultation avec le procureur général et agissant par l’intermédiaire de la National Telecommunications and Information Administration (NTIA), déposera une demande de réglementation auprès du gouvernement fédéral. Communications Commission (FCC) demandant à la FCC de proposer rapidement un règlement pour clarifier:

(i) l’interaction entre les sous-alinéas c) (1) et (c) (2) de l’article 230, en particulier pour clarifier et déterminer les circonstances dans lesquelles un fournisseur d’un service informatique interactif qui restreint l’accès au contenu d’une manière non spécifiquement protégé par le sous-alinéa c) (2) (A) peut également ne pas être en mesure de demander la protection en vertu du sous-alinéa (c) (1), qui stipule simplement qu’un fournisseur ne doit pas être traité comme un éditeur ou un orateur pour avoir fait un tiers le contenu disponible et n’adresse pas la responsabilité du fournisseur pour ses propres décisions éditoriales ;

(ii) les conditions dans lesquelles une mesure restreignant l’accès ou la disponibilité de matériel n’est pas « prise de bonne foi » au sens du sous-alinéa c) (2) (A) de l’article 230, en particulier si des mesures peuvent être « prises en bonne foi » s’ils sont :

(A) trompeuses, prétextuelles ou incompatibles avec les conditions de service d’un fournisseur ou

(B) prise après avoir omis de fournir un avis adéquat, une explication motivée ou une occasion valable d’être entendue

(iii) tout autre règlement proposé que la NTIA conclut peut être approprié pour faire avancer la politique décrite au paragraphe (a) de la présente section.

Seconde. 3. Protéger les dollars des contribuables fédéraux contre le financement des plateformes en ligne qui restreignent la liberté d’expression. (a) Le chef de chaque département exécutif et agence (agence) examine les dépenses fédérales de son agence en publicité et marketing versées aux plateformes en ligne. Cet examen doit inclure le montant d’argent dépensé, les plateformes en ligne qui reçoivent des dollars fédéraux et les autorités statutaires disponibles pour restreindre leur réception de dollars publicitaires.

  1. b) Dans les 30 jours suivant la date de la présente ordonnance, le chef de chaque agence fait rapport de ses conclusions au directeur du Bureau de la gestion et du budget.

(c) Le ministère de la Justice examine les restrictions de discours basées sur les points de vue imposées par chaque plateforme en ligne identifiée dans le rapport décrit au paragraphe (b) de la présente section et évalue si des plateformes en ligne sont des véhicules problématiques pour le discours du gouvernement en raison de la discrimination des points de vue, tromperie envers les consommateurs ou autres mauvaises pratiques.

Seconde. 4. Examen fédéral des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs. a) Les États-Unis ont pour politique que les grandes plateformes en ligne, telles que Twitter et Facebook, en tant que moyens essentiels de promouvoir la libre circulation des idées et des paroles aujourd’hui, ne devraient pas restreindre la parole protégée. La Cour suprême a noté que les sites de médias sociaux, en tant que place publique moderne, « peuvent fournir les mécanismes les plus puissants à la disposition d’un simple citoyen pour faire entendre sa voix ». Packingham c. Caroline du Nord, 137 S. Ct. 1730, 1737 (2017). La communication par ces canaux est devenue importante pour une participation significative à la démocratie américaine, y compris pour adresser des pétitions aux dirigeants élus. Ces sites offrent au public un forum important permettant à d’autres de s’engager dans la liberté d’expression et de débat. Cf. PruneYard Shopping Center c.Robins, 447 États-Unis 74, 85-89 (1980).

(b) En mai 2019, la Maison Blanche a lancé un outil de rapport sur les biais technologiques pour permettre aux Américains de signaler les incidents de censure en ligne. En quelques semaines, la Maison Blanche a reçu plus de 16 000 plaintes de plateformes en ligne censurant ou prenant des mesures contre les utilisateurs en fonction de leurs points de vue politiques. La Maison Blanche soumettra ces plaintes reçues au ministère de la Justice et à la Federal Trade Commission (FTC).

(c) La FTC doit envisager de prendre des mesures, comme il convient et conformément à la loi applicable, pour interdire les actes ou pratiques déloyales ou trompeuses dans le commerce ou affectant le commerce, conformément à l’article 45 du titre 15 du Code des États-Unis. Ces actes ou pratiques déloyales ou trompeuses peuvent comprendre des pratiques d’entités visées par l’article 230 qui restreignent le discours d’une manière qui ne correspond pas aux représentations publiques de ces entités sur ces pratiques.

(d) Pour les grandes plateformes en ligne qui sont de vastes arènes de débat public, y compris la plate-forme de médias sociaux Twitter, la FTC doit également, conformément à son autorité légale, examiner si les plaintes alléguent des violations de la loi qui impliquent les politiques énoncées à l’article 4 ( a) de cette ordonnance. La FTC devra envisager d’élaborer un rapport décrivant ces plaintes et de le rendre public, conformément à la loi applicable.

Seconde. 5. Examen par l’État des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs et des lois anti-discrimination. a) Le procureur général crée un groupe de travail sur l’application potentielle des lois des États qui interdisent aux plateformes en ligne de se livrer à des actes ou pratiques déloyaux ou trompeurs. Le groupe de travail élaborera également une législation type pour examen par les législatures des États où les lois existantes ne protègent pas les Américains contre de tels actes et pratiques déloyaux et trompeurs. Le groupe de travail invitera les procureurs généraux des États pour discussion et consultation, selon qu’il conviendra et conformément à la législation applicable.

(b) Les plaintes décrites à l’article 4 (b) de la présente ordonnance seront partagées avec le groupe de travail, conformément à la loi applicable. Le groupe de travail recueille également des informations accessibles au public concernant:

(i) une surveillance accrue des utilisateurs en fonction des autres utilisateurs qu’ils choisissent de suivre ou de leurs interactions avec d’autres utilisateurs;

(ii) des algorithmes pour supprimer le contenu ou les utilisateurs sur la base d’indications d’alignement politique ou de point de vue;

(iii) des politiques différentielles permettant un comportement autrement inadmissible, lorsqu’elles sont commises par des comptes associés au Parti communiste chinois ou à d’autres associations ou gouvernements anti-démocratiques ;

(iv) le recours à des entités tierces, y compris des sous-traitants, des organisations de médias et des particuliers, avec des indices de parti pris pour examiner le contenu ; et

(v) les actes qui limitent la capacité des utilisateurs ayant des points de vue particuliers à gagner de l’argent sur la plate-forme par rapport à d’autres utilisateurs situés de manière similaire.

Seconde. 6. Législation. Le procureur général doit élaborer une proposition de loi fédérale qui serait utile pour promouvoir les objectifs de politique de cette ordonnance.

Seconde. 7. Définition. Aux fins de cette commande, le terme «plate-forme en ligne» désigne tout site Web ou application qui permet aux utilisateurs de créer et de partager du contenu ou de s’engager dans les réseaux sociaux, ou tout moteur de recherche général.

Seconde. 8. Dispositions générales.

(a) Rien dans la présente ordonnance ne doit être interprété comme portant atteinte ou autrement affectant :

(i) l’autorité conférée par la loi à un département ou organisme exécutif, ou à son chef ; ou

  1. ii) les fonctions du directeur de l’Office de gestion et du budget relatives aux propositions budgétaires, administratives ou législatives.

(b) La présente ordonnance sera exécutée conformément à la loi applicable et sous réserve de la disponibilité des crédits.

(c) La présente ordonnance n’est pas destinée à créer et ne crée aucun droit ou avantage, substantiel ou procédural, exécutoire en droit ou en équité par une partie contre les États-Unis, ses départements, agences ou entités, ses dirigeants, employés ou des agents ou toute autre personne.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Multikulti

La qualité de traduction de google est horrible.

Merci d’utiliser Deepl.com dont les traductions sont parfaites.

https://deepl.com

Chassaing Jacques

à Multikulti
Et je vous adresse la facture d’abonnement?

Marc

Trump est une chance pour les natifs américains. Que les électeurs ne se trompent pas en novembre. Voter démocrate signera l’acte de leur effacement. À la seule différence entre nous, ils pourront se défendre avec leurs armes mais jusqu’à quand, face au nouvel ordre mondial ?

Anne-Marie G

Je n’ai pas encore lu l’article, je compte bien le faire. Mais quelle combattivité de ce président, septuagénaire tout de même, qui ne cesse d’être critiqué, pire persécuté, harcelé, lynché médiatiquement, calomnié, diffamé et qui reste toujours fier, égal à lui-même. Quel homme !

Jacques CHASSAING

à Anne-Marie G
Pour avoir évidemment passé beaucoup de temps à décortiquer ce décret, les plateformes ont du souci pécuniaire et pénal en vue.
De nombreux arguments et moyens juridiques identiques peuvent être exploités en France pour lutter contre la même censure et contre la loi Avia.

ISWT

Un décret s’annule aussi facilement qu’il se prend.

Jacques CHASSAING

à ISWT
Tiens, on dirait que ce décret vous contrarie. Vous vous démasquez toujours un peu plus et vous êtes éventé.

ISWT

Je souligne juste la réalité des faits.

plouc

je l’adore Trump !!!! si j’étais lui je m’occuperais de Tweeter en les taxant à mort !!!!

Winston

Et nous on a Avia !

POLYEUCTE

Depuis le temps que je défends ici l’idée de ne pas confier la Justice à des Privés, de plus étrangers !
Trump est un Grand Président !
La République … « en Marche arrière » !
Macron, et son essence Avia, sa Belloubette muette qui parlent de… Souveraineté ?
Banni d’un réseau (ne pas le nommer !), j’en sais qq chose !

Antécumé

Je pense que vous avez fait une faute d’orthographe, même si les fautes d’orthographe n’existent pas sur des noms propres, ce n’est pas « Belloubette » mais « Belleboulette »!
Enfin moi ce que j’en dis….

lucien

Au final les réseaux sociaux vont se manger une méga taxe sociale pour être passer de diffuseurs passifs à éditeurs de contenus.

Gillic

Espérons que nos pieds nickelés de la politique lisent cet article !!!

reuri

Un président qui travaille pour son peuple, pas étonnant qu’il soit haï par toute l’administration française.

philpat

il est temps que trump crée un site non censeur
ou que les gaulois le fassent , diffusé sur RT comme le sont les vidéos quotidiennes de pierre cassen

V.P

PAS SUR RT MAIS SUR TVS.24

Rems

Un vrai président qui défend la Liberté pas comme les salops de politiciens français ( ou presque) qui pondent toutes les lois liberticides depuis 40 ans et maintenant la loi avia par ce traitre assassin macron qui se cache derrière l’autre tarée avec son verbiage fumeux .

Theodore

Twitter, Facebook, Instagram et YouTube possèdent un pouvoir immense, sinon sans précédent, pour façonner l’interprétation des événements publics ; censurer, supprimer ou supprimer des informations ; et contrôler ce que les gens voient ou ne voient pas./ dixit

BRAVO TRUMP!