Exclusif : plongée dans le quartier de la Guillotière à Lyon, où prospèrent les salafistes

Autrefois était la rue Paul Bert à Lyon, en France
Autrefois était la rue Paul Bert à Lyon, en France

Il y a peu, alors que je me trouvais à Lyon, j’ai atterri par hasard dans le quartier de la Guillotière dans le 3e arrondissement, et plus précisément rue Paul Bert.

Bien entendu, l’occasion était trop belle et j’ai apprécié à sa juste valeur l’environnement constitué de kebabs, de boucheries islamiques, de bijouteries, de boutiques de djellabas, hidjabs, jilbebs et autres voilages, de librairies islamiques, barbiers halal, croisant divers spécimens à forte pilosité et des sœurs islamistes vertueuses affichant avec ostentation leur fierté d’être soumises.

Seule représentante de mon espèce en voie de disparition, qui plus est de sexe féminin, je prenais un plaisir tout particulier à répondre aux regards appuyés que je sentais réprobateurs quant à ma présence pour le moins incongrue dans un quartier manifestement réservé aux seuls musulmans, et particulièrement aux hommes qui tenaient le pavé.

Alors que je me pâmais de la joie de découvrir toutes ces merveilles enrichissantes et annonciatrices de ce que sera d’ici peu l’ensemble du pays qui était autrefois le mien et qu’on m’oblige à céder contre mon gré, j’ai été attirée par un son mélodieux venu de contrées lointaines. Tel un chant de sirènes irrépressiblement enjôleur, des récitations coraniques, des « anachid », me chatouillaient l’oreille jusque dans cette rue de France devenue, comme tant d’autres, enclave orientale.

Curieuse de voir de quoi il retournait, j’ai aussitôt dégainé mon arme fatale pour immortaliser les lieux, pénétrant dans le saint des saints, dans l’antichambre de la Mecque, une galerie marchande pompeusement dénommée « Dubaï Center » et tout entière dédiée à Allah.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=nk-bBX4vRmA[/youtube]

Quelle merveilleuse sensation que de me retrouver en ces lieux si pieux, avec des musulmanes entièrement bâchées, ces salafistes aux yeux si doux, et cette suave récitation du coran par le Sheikh Abdul Rahman Al Sudais-Douae. Ce saint homme, premier imam saoudien de la Grande mosquée de la Mecque, diplômé de charia avec mention « excellent » et qui connaissait le coran par cœur à l’âge de douze ans, est doctorant en charia islamique de l’université « Umm al-Qurah », université dans laquelle les « sœurs » musulmanes peuvent éventuellement être admises mais à la condition expresse qu’elles s’inscrivent avec leur mari. Sinon elles peuvent se brosser…

Pour la petite histoire, en visionnant une vidéo de ce saint homme, je suis tombée sur une publicité préalablement visible montrant une jeune femme impure aux jambes dénudées se passant langoureusement de la crème…

Sheikh-Abdul-Rahman-Al-Sudais-Douae

Pour en revenir au Dubaï Center, disons-le franchement, l’endroit n’est pas exactement à la hauteur de sa dénomination : il ne paie pas de mine, éclairage blafard, mauvais goût traditionnel avec des tableaux de la Kaaba en plastique doré dignes des meilleures solderies chinoises, cache-sexe facial pour femmes, tapis de prières avec boussole, accessoire parfaitement superflu dans la mesure où la terre étant ronde il est de toute façon impossible de se tourner réellement vers la Mecque. Encore faut-il être sûr que la terre est ronde et, je vous l’accorde, pour certains la chose n’est pas acquise.

Après m’être renseignée récemment sur ce lieu, j’ai appris que c’était notamment « un lieu de rencontre hallal salafi » et que les boutiquiers pouvaient jouer les entremetteurs pour peu qu’on leur achète de la marchandise. A l’origine, ce sont deux frères musulmans qui ont acheté tout d’abord un premier commerce pour en faire une librairie islamique, investissant peu à peu le quartier, rachetant ensuite d’autres commerces pour créer leur centre commercial. Au 1er étage se trouve une salle de prières où les clients peuvent se rendre après avoir regardé la chaîne islamique Iqra. Au 19 de la même rue se trouve également une mosquée alors qu’un peu plus loin une grande mosquée de 600m2 est – ou doit être ? – construite.

Quand on songe que Paul Bert était un fervent laïque anticlérical qui ne vénérait « ni dieu, ni maître », quelle baffe tout de même !

Trois-femmes-voileesniqabee-blindbarbu-blind

Une fois dehors, j’ai continué mon périple et suis tombée sur plusieurs magasins de pompes funèbres communautaristes réservés aux seuls musulmans, les non musulmans étant impurs et infréquentables, même dans la mort, comme chacun sait.

Pompes-funebres1

Pompes-funebres2

Je suis heureuse de vous avoir fait partager cette bonne adresse au cas où vous envisageriez une conversion prochaine. Quand on peut rendre service…

Caroline Alamachère

PS : ci-dessous, pour ceux qui pensent que l’islamisation de notre pays relève du fantasme, voici des photos du quartier prises sur Google Map.

Boucherie-halal

Boucherie-salam

Habitants-paul-bert
Restau-oasis
Royaume-Hanissa
Patisseries-orientales
        Entree-dubai-centerbarbier
habitants2
Le 19 rue Paul Bert, au-dessus se trouve une mosquée
Le 19 rue Paul Bert, au-dessus se trouve une mosquée
Fenêtres condamnées à l'emplacement de la mosquée
Fenêtres condamnées à l’emplacement de la mosquée
 Dar-al-muslim2
 Riad-oasis
Palmeraie Boufarik
restau-du-soleil
Boucherie-Hocine
Coiffeur-ez-zahra
patisserie-tunisien
Richbond
Kebabs-et-drapeau-algerien
Orient-bazar
Association-nouveau-Maghreb
Boucherie-de-casa
grande-boucherie
image_pdf
1
0