1

Exclusif : premières impressions après quatre jours passés dans le Donbass

D’abord une précision : je ne peux dévoiler précisément les lieux où je me trouvais durant ces 4 jours, ni, bien entendu, les raisons de mon déplacement. Et il n’y aura pas de photos 🙂 Mon équipe et moi étions sous la protection des forces russes l’ensemble de ces 4 jours, « au Donbass et dans ses environs ». Un important dispositif avec couverture aérienne par hélicos.

Première chose qui frappe : un véritable déluge d’artillerie s’abat en permanence sur les forces ukrainiennes qui, si elles répliquent, ne le font que très mollement. Des faits font état de rupture d’approvisionnement en munitions, d’une part car les forces russes ont la maîtrise des voies de communication, d’autre part tout simplement car les stocks sont épuisés. Et malheureusement les Ukrainiens préfèrent bombarder les civils comme en particulier à Donetsk qui reçoit des tirs chaque jour.

Ensuite j’ai vu de mes yeux de très nombreuses redditions de soldats ukrainiens qui, pour la plupart, se rendent avec un évident soulagement aux forces russes. Les captifs ukrainiens sont relativement bien traités par rapport à la situation et beaucoup, lors de leurs interrogatoires, déclarent avoir été envoyés au front quasiment sans matériel… et sans officier sur place ! Une douzaine d’hommes, par exemple, se sont rendus, commandés par un caporal-chef qui a déclaré que son officier était « loin, c’est tout ce que je sais » !

Les forces russes récupèrent énormément de matériel occidental, armement et transmissions. Ce matériel est immédiatement remis en circulation du côté des forces russes et des républiques de Donetsk et Lugansk.

La population est dans l’ensemble sinon heureuse, du moins satisfaite. À Mariupol par exemple, la vie a repris quasi normalement : transports, magasins et marchés fonctionnent. De très nombreux produits russes sont en vente, à des prix inférieurs à ceux de Moscou pour ce que j’ai pu observer. Dans les villages, l’arrivée de notre convoi est saluée par les habitants avec des drapeaux russes. Alors bien sûr, il y a sans doute des mécontents, mais nous sommes loin, très loin d’un état d’ « occupation » ou l’occupant est détesté par les locaux ! La population civile, en fait, est satisfaite, d’une part que le calme soit revenu, et d’autre part qu’un « avenir russe » soit envisageable. De très nombreuses personnes décrivent les exactions des forces ukrainiennes qui, lors de leur fuite devant les forces russes, tirent sur les immeubles d’habitation, écoles etc., pour qu’ensuite les médias occidentaux puissent parler des « destructions russes ».

Certains quartiers et villages ont des dégâts très importants. Ceci est dû au fait que les forces ukrainiennes ont l’habitude de se positionner dans des quartiers d’habitation, voire des écoles et hôpitaux. Les forces russes sont alors bien forcées de riposter où elles se trouvent.

Dans les territoires contrôlés par les forces russes, les stations services sont approvisionnées. Mais dans les territoires (encore…) sous contrôle ukrainien, c’est la pénurie quasiment totale. Les rares stations ouvertes sont prises d’assaut et les automobilistes en arrivent à se battre pour une place dans la file d’attente. Les prix ont explosé et les quantités rationnées. Dans une importante ville ukrainienne (que je ne peux pas citer) les magasins sont à moitié vidés de marchandises et les prix sont 3 à 4 fois plus élevés qu’ « avant ».

On sent un abattement général de la population, d’autant plus que la police ukrainienne « chasse » littéralement les hommes en âge de combattre pour les enrôler de force. Hommes à partir de 16 ans dorénavant… Et Zelensky vient de signer un décret ordonnant que les femmes à partir de 18 ans soient également mobilisées.

Voilà ce que j’ai observé.

Je vous encourage à vous abonner à mes chaînes Telegram: @boriskarpovblog diffuse une sélection d’informations, et @boriskarpovrussie est une compilation de 10 chaînes russes traduites automatiquement en français.

Quelques mots maintenant sur la situation générale : Il y a quelques points de résistance où les Ukrainiens résistent à l’armée russe, mais ils sont très minoritaires et là aussi, selon les informations sur le terrain, les Ukrainiens approchent de la rupture du stock de munitions. Selon un des responsables des opérations sur place, la majorité du Donbass devrait passer aux mains des Russes « très prochainement ». Le but est non seulement, bien entendu, de mettre les Ukrainiens hors du Donbass mais aussi de les mettre dans un tel état qu’ils ne seront plus capables de s’opposer à un éventuel déferlement russe sur l’Ukraine.

Des informations en provenance de l’état-major ukrainien (eh oui, certains « informent »…) semblent indiquer que les pays occidentaux pourraient lâcher l’Ukraine, pas ouvertement du moins, mais en ne lui livrant plus que très peu de matériel. La raison ? Ils se rendent compte que leur plan initial qui était d’ « abattre la Russie » non seulement ne fonctionne pas mais est en train de se retourner contre eux, les pays occidentaux !

Et une bonne nouvelle pour terminer : 3 premiers mercenaires (2 Anglais et un Marocain) ayant été faits prisonniers par les forces russes, ont été condamnés à mort par un tribunal de Donetsk. Car si les combattants réguliers sont parfaitement bien traités en « prisonniers de guerre », les mercenaires sont passibles de la peine de mort. Selon le Code pénal de la DNR, la peine peut être commuée en une peine de 25 ans d’emprisonnement. Mais… !

Boris Guenadevitch Karpov
https://boriskarpov.tvs24.ru