1

Excuse de minorité pour la racaille qui a massacré à vie Marin : ordures !

Rien de nouveau sous le soleil en ce début mai 2018, qui ressemblerait comme deux gouttes d’eau aux précédents, si ce n’est une très nette accélération dans l’inique « deux poids, deux mesures », qui règne désormais dans une majorité de prétoires, dû à n’en pas douter à l’infect Macron, président se targuant de légitimité alors que son score ne s’appuie que sur une misérable minorité de votants, mais qui n’a de cesse de démontrer à quel point il hait la France et les Français, mettant tout en œuvre pour s’en débarrasser.

D’une part les drastiques répressions des citoyens osant user de leur liberté d’expression pour clamer leur amour de la Patrie, tels les méprisables et incessants procès (et verdicts) intentés contre Pierre Cassen fondateur de RL, Christine Tasin présidente de RR, Eric Zemmour… et tant d’autres lanceurs d’alertes… uniquement pour des « mots », déplaisant à l’insipide mais si vaniteux monarque décisionnaire de nos destinés.

De l’autre le scandaleux laxisme quand il s’agit de juger et punir l’immense communauté de racailles de tous ordres, infligeant à l’ensemble des citoyens sans histoires, de véritables « maux » allant si souvent jusqu’à la mort, ou encore le handicap !

Ainsi le bouleversant et si injuste verdict qui vient de tomber, envers celui que les médias se suffisent à nommer « l’agresseur », du jeune Marin, frappé avec une sauvagerie inouïe à l’aide d’une béquille, (instrument hyper solide devenant arme redoutable dans les mains d’un fou furieux) pour avoir volé au secours d’un couple attaqué par plusieurs racailles… simplement pour s’être embrassés en public !

Les islamo-collabo-journaleux pourront user de tous les subterfuges possibles pour cacher la provenance de ces individus, ce simple détail semble en dire bien plus long…

Reste le fait que le mystérieux agresseur sans nom, était mineur au moment des fait (17 ans et 8 mois), et pourtant connu pour de multiples infractions, il faisait l’objet d’un suivi judiciaire depuis des années, après un parcours de vie chaotique marqué par de grandes difficultés familiales !

Sauf que cette « minorité » lui vaudra une ignominieuse indulgence se basant, contre l’avis de l’avocat général réclamant 15 ans de réclusion, sur une ancienne ordonnance prévoyant qu’une peine soit diminuée de moitié pour un mineur.

« L’agresseur de Marin, jugé depuis mercredi devant la cour d’assises des mineurs de Lyon pour “violences avec usage ou menace d’une arme suivies de mutilation permanente”, a été condamné à 7 ans et demi de prison. L’excuse de minorité, prévue par l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante, a finalement été retenue en faveur de celui qui avait roué de coup le jeune étudiant le 11 novembre 2016, à la Part-Dieu ».

« https://www.lyoncapitale.fr/justice/l-agresseur-de-marin-condamne-a-7-ans-et-demi-de-prison/

Les nombreuses réactions à ce scandaleux verdict ne manquent pas à la suite du tweet LCI, mettant en évidence que bien peu de citoyens sont encore dupes de la simili justice qui se joue dans les tribunaux où officient des magistrats indignes.

https://twitter.com/LCI/status/992461454346539008/photo/1

Peu importe les longs mois de souffrance de Marin, le fait que son avenir soit définitivement détruit par l’inexcusable agression, puisque manifestement diminué physiquement et mentalement, il devra subir toute sa vie les douloureuses séquelles mettant irrémédiablement fin à un devenir brillant et heureux …

                                                                                                                         

Peu importe que l’immonde fripouille, dont une nouvelle fois on souligne « de grandes difficultés familiales » pour faire pleurer dans les chaumières… sans d’ailleurs jamais punir les parents défaillants dans ce genre de drame, aurait donc eu bien besoin d’être mis dans l’impossibilité de nuire à des innocents pendant de longues années, et qui méritait donc une peine exemplaire, apte à faire réfléchir les nombreuses graines de racailles dont le très jeune âge n’empêche aucunement de singer les plus débiles de leurs ainés dégénérés, à l’image de ce que devient une société devenue versatile au point souvent de ne plus avoir démêler le bien du mal.

« La valeur n’attend pas le nombre des années » écrivait Corneille vantant le courage de son héros ; hélas de nos jours, la veulerie, la cruauté, la sauvagerie et l’imbécillité, non plus, et ce d’autant plus qu’il y a toujours quelques crétins patentés se voulant humanistes au grand cœur, qui leur trouvent chaque fois des excuses, en commençant par minimiser les souffrances des victimes et de leurs proches, pour mieux s’émouvoir des prétendus malheurs de dangereux excités ne présentant au contraire aucune circonstance atténuante !

Comme s’il était suffisant que Gérard Collomb, grotesque et inutile ministre de l’Intérieur, ait osé un an après le drame décorer Marin, victime du laxisme de l’état socialiste, de la « Médaille d’or pour actes de courage et de dévouement », sans doute dans le but de faire oublier que Hollande n’avait daigné porter son auguste postérieur au chevet de blessé, réel agressé, alors qu’il s’était précipité auprès de l’affabulateur Théo n’ayant jamais été sodomisé par les policiers.

https://ripostelaique.com/collomb-decore-marin-victime-du-laxisme-de-letat-socialiste-fallait-oser.html

Eric Zemmour, condamné en appel à 5000 euros d’amende pour des propos jugés anti-musulmans.

L’agresseur anonyme de Marin, condamné à seulement 7 ans et 6 mois pour s’être acharné sur lui, le laissant pour mort, le crâne défoncé à coup de béquilles… et qui après le jeu des remises de peine (pour bonne conduite sans doute !) en fera à peine la moitié !

N’y aurait-il que ces deux exemples, pour démontrer l’inadmissible dysfonctionnement de notre prétendue « justice », ce serait déjà largement insupportable… Or il faut hélas désormais régulièrement constater la dérive des juges rouges, obéissant à leur stupide idéologie bien avant la déontologie d’un si beau métier, qu’ils s’acharnent à souiller de leurs verdicts arbitraires

Plus que jamais, si les citoyens persistent à ne pas réagir, il faudra bientôt songer à modifier notre devise nationale dont les vrais patriotes étaient si fiers :

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression