Explications d’Al-Azhar : Islam et islamisme pour les nuls

Publié le 26 décembre 2016 - par - 13 commentaires - 1 868 vues
Share

L’utilisation des mots, dans une société démocratique, libre et adulte, ne doit pas être une source d’ambiguïté. Les mots que nous utilisons devraient avoir la même signification, pour ceux qui les utilisent et ceux qui les entendent. C’est une condition fondamentale, pour avoir des débats honnêtes et transparents.

Malheureusement, dès qu’il s’agit de l’islam, les mots n’ont plus de signification précise. Les termes : djihadistes, salafistes, radicaux, extrémistes, fondamentalistes, ont été inventés par nos « spécialistes, chercheurs, professeurs Sciences-Po » et autres manipulateurs, pour créer la confusion.
Commençons par deux termes utilisés quotidiennement par les médias, les responsables politiques et tous les intellectuels qui s’autoproclament : Intelligentsia.

Il s’agit des termes islam et islamisme. Il est légitime de poser cette question toute simple : qu’est-ce qui différencie l’islam de l’islamisme.

La définition qui consiste à dire que l’islamisme c’est l’islam politique, n’a aucun sens. Depuis son instauration par Mahomet, l’islam est politique. Mahomet, le fondateur de l’islam, a conquis le pouvoir politique par les armes.

Il a lancé les conquêtes que ses disciples ont poursuivies. Ces conquêtes militaires leur ont permis d’instaurer le Califat, en empire théocratique qui s’étendait de l’Afghanistan jusqu’à l’Espagne.
Durant ces conquêtes, Mahomet et ses disciples ont commis des massacres immenses. Ils ont réduit à l’esclavage sexuel les femmes et les filles de leurs victimes. Tout cela a été réalisé en conformité totale avec les préceptes du Coran.

Depuis sa fondation, l’islam est politique

Mahomet, le fondateur de l’islam, a conquis le pouvoir politique par les armes. La violence liée à la conquête et la domination des peuples, est consubstantielle à l’islam.
Par les razzias, les embuscades, les meurtres, le pillage et l’esclavage sexuel, Mahomet a conquis une grande partie de la Péninsule arabique. Il a formé une armée puissante. Ce qui lui a permis de lancer les guerres de conquêtes contre les nations, au nom d’Allah. Ses disciples ont poursuivi ces guerres pour soumettre et coloniser des nations entières.
Abou Bakr, disciple de la première heure, et père d’Aïcha, femme de Mahomet, poursuit les guerres pour soumettre l’ensemble de la péninsule arabique.

Les tribus arabes pensaient que leur allégeance à l’islam se terminerait avec la mort de Mahomet, conformément à la tradition de l’époque. Abou Bakr répond à ces tribus que tout a changé avec l’islam qui est une idéologie totalitaire à laquelle on doit se soumettre pour l’éternité. Refuser cette soumission revient à devenir un apostat de l’islam. Abou Bakr déclare la guerre de l’apostasie contre ces tribus qui n’ont d’autre choix que la reddition, la mort ou l’esclavage.
Comme Abu Bakr, son successeur Omar est un disciple de la première heure. Il est également le beau-père de Mahomet, à qui il a donné sa fille Hafsa, en mariage.

Omar lance les guerriers musulmans contre les nations situées au nord de l’Arabie : Syrie, Palestine Mésopotamie, Empire perse, Égypte et Cyrénaïque. Ces nations subissent les massacres, l’esclavagisme et la colonisation, conformément aux préceptes du Coran.
Le successeur d’Omar, Uthmane était le gendre de Mahomet, puisqu’il a épousé sa fille Ruqaya. Il poursuivit les conquêtes et élargit la domination de l’islam aux confins de l’Afghanistan à l’Est, à l’Arménie au Nord et à la Cyrénaïque à l’ouest.

Ainsi, les conquêtes militaires, lancées par Mahomet et ses disciples, ont permis à l’islam naissant, d’instaurer le Califat. Ce Califat est en fait un empire théocratique qui va étendre sa domination de l’Afghanistan jusqu’à l’Espagne. Cet impérialisme s’imposa à des nations entières, qui furent colonisées et réduites à la condition de dhimitude qui en fit des êtres humains de seconde catégorie, conformément aux préceptes du Coran.

Mahomet et ses disciples ont lancé des armées immenses contre des nations qui avaient une histoire millénaire. Durant ces conquêtes, Mahomet et ses disciples ont commis des massacres immenses. Les musulmans ont pillé les nations conquises Ils se sont accaparés les richesses. Ils ont réduit à l’esclavage sexuel les femmes et les filles de leurs victimes. Tout cela a été réalisé en conformité totale avec les préceptes du Coran.

Il est donc, tout à fait légitime de se poser cette question toute simple : Mahomet, Abu Bakr, Omar Uthmane, Ali peuvent-ils être considérés comme des musulmans modérés ou des extrémistes islamistes ? Ces fondateurs de l’islam ont pillé, massacré, égorgé et commis des viols de masse. Il est donc normal de constater que les barbares de Daesh s’inspirent de l’exemple donné par ces Salafs, les fondateurs de l’islam.

Devant cette réalité historique, il fallait réagir d’une manière massive pour sauver l’islam de sa responsabilité accablantes dans les crimes immenses qu’il a commis. Nos responsables politiques, d’Obama à Hollande en passant par Merkel et les décideurs de l’Union Européenne, ont mobilisé les ressources de nos nations pour cette tâche urgente et vitale : sauver à tout prix l’islam ! Il fallait à tout prix exonérer l’islam de ses crimes. Les universitaires étaient chargés de donner une forme pseudo-scientifique à ce choix politique. Et les médias dominants devaient matraquer cette propagande à grande échelle, pour incruster cette « vérité » inventée de toutes pièces, dans l’esprit des citoyens.
Ainsi, nos chercheurs et universitaires, se sont attelés à trouver quelque chose pour détourner le regard du peuple et sauver l’islam du naufrage total. Ils ont alors créé des monstres qu’ils ont baptisés « islamisme », « extrémisme », « salafisme », « radicalisme », « wahhabisme » et autres termes en « isme », pour les donner en pâture au bon peuple. En créant ces monstres qui n’auraient rien à voir avec un prétendu islam, « religion de paix, d’amour et de tolérance », ils créent la confusion dans les esprits. Et pendant ce temps, ils mènent une propagande à grande échelle destinée à exonérer l’islam de sa responsabilité accablante dans les horreurs qui endeuillent quotidiennement la planète.
En fait, si on analyse la signification du terme « islamisme », on constate cette vérité toute simple : il est totalement faux de prétendre que l’islamisme est politique, et que l’islam n’est pas politique. C’est contraire à la vérité des textes fondateurs de l’islam et à la vérité historique. C’est un mensonge total qui n’a qu’un seul but : exonérer l’islam de ses crimes.

La réponse d’Al Azhar

Pour étayer cette constatation, réessayons de voir ce que nous dit Al Azhar, la plus prestigieuse autorité de l’islam sunnite. Cet institut représente l’islam sunnite, soit les 85 % de l’ensemble du monde musulman.
Toutes nos autorités politiques se font un devoir de rencontrer le directeur de cet institut millénaire, l’imam At-Tayeb.

Dans la vidéo, cet imam confirme que l’islam ne pourra jamais s’accommoder des principes de liberté et d’égalité tels qu’ils sont acceptés par le reste de l’humanité. Pour illustrer cette obsession islamique de soumettre et dominer l’être humain, nous allons prendre trois exemples qui montrent comment l’islam fixe ses principes fondamentaux.

Commençons par le principe de liberté religieuse. Dans ce domaine, on constate que la liberté de choisir sa religion ou de changer de religion, est bafouée dans le monde musulman.
C’est donc des états musulmans, et non plus quelques minorités d’extrémistes, qui imposent ces lois liberticides et discriminatoires. Alors que les non musulmans peuvent « embrasser l’islam » en toute liberté, les musulmans qui veulent changer de religion et quitter l’islam, sont qualifiés d’apostats. Ils prennent de grands risques, et subissent des persécutions : dislocation de leur famille, exil, torture par les coups et la flagellation, emprisonnement et souvent condamnation à mort.

Regardons maintenant l’application de la charia dans les pays musulman. On constate que les pays arabes dans leur grande majorité, appliquent la charia. On peut y ajouter l’Iran, le Pakistan, l’Afghanistan et l’Indonésie. Ainsi, les préceptes de la charia sont appliqués à environ un milliard d’êtres humains nés en terre d’islam.

Cette population est privée des droits humains, tels qu’ils sont reconnus dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Alors que les citoyens sont libres de choisir d’une manière démocratique, les lois qui les gouvernent, il en est différemment dans le monde musulman. Des pays musulmans continuent à baser leurs lois sur la Charia, comme une législation divine imposée pour l’éternité, par Allah dans le Coran et la Sunna de Mahomet. Si certains pays limitent l’application de la Charia au statut personnel (mariage, divorce, héritage, adoption, filiation, tutorat masculin sur la femme ou inégalité en droit entre la femme et l’homme), d’autres pays appliquent la Charia dans son intégralité, en incluant dans leur législation des lois moyenâgeuses, comme l’amputation, la flagellation et la lapidation.

En dernier lieu, regardons les persécutions qui touchent les chrétiens dans le monde.
On fait deux constations majeures :
⦁ Tous les pays musulmans font partie des pays qui exercent des persécutions sur les minorités chrétiennes.
⦁ Mais en plus, les musulmans se distinguent par de nombreuses discriminations qui s’ajoutent aux persécutions, ce qui rend très difficile la vie des communautés chrétiennes.

Et on oublie très souvent que les chrétiens du Moyen-Orient, sont les vrais habitants de ces pays. Leurs pays ont été occupés et colonisés par les musulmans, et ont été réduits à des minorités persécutées. Si on prend le cas de l’Anatolie, les grecs byzantins ont été parmi les premiers chrétiens. Et Byzance, a été un empire chrétien pendant plus de mille ans. Aujourd’hui, les turcs musulmans ont fait totalement disparaître les chrétiens (entre autres Byzance et l’Arménie) : de la Turquie moderne. Et la Turquie refuse d’assumer ce génocide, humain, religieux et culturel.
Et pour conclure, nous citons ces propos du directeur d’Al Azhar, l’imam At-Tayeb : « Vous, les Occidentaux ! Vous avez mis l’homme au-dessus de la religion. Mais l’islam restera toujours au-dessus de l’homme. »

En clair : l’islam est une idéologie politique totalitaire, dictatoriale, dominatrice et conquérante. Quant à la prétendue différence avec l’islamisme, elle est destinée à créer la confusion dans les esprits pour exonérer l’islam de sa responsabilité accablante dans les horreurs qui ensanglantent quotidiennement la planète.

Zohra Nedaa Amal

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BALT

Très convaincant article de Zohra Nedaa Amal

catherine

L’islamISME , c’est le naziSME vert! Relisons l’Histoire ! La réponse est la solution Nucléaire !Eradiquation de ce cancer qui est entrain de mener nos sociétés libres vers l’enfer et le nihilisme total de toutes vies !

Berger

Donc Islam = Nazisme

kunfupanda

Alors je serai le dixième, bravo pour cet excellent texte. Plus aucune confusion dans ma petite cervelle entre islam et islamisme, donc cette pathologie doit être rapidement traitée et renvoyée d’ où elle vient (et si possible à coups de pompes là où je pense) !

léon

Voila un texte réaliste,sensé,intelligent qui, de plus, réalisé par une apostate. Texte clair et compréhensible par tout le monde.
Il convient de diffuser au maximum cette « démonstration » pour les « nuls ».
Obligation de lecture à tous nos politicards jusqu’au « par coeur ».
Cordialement.

Cuisses de porc

L’argent-pétrole du désert coule a flot pour nos élites Occidentale, ils leurs suffit de fermer les yeux !

Harmonie

Ceux qui nous les imposent ;se croient à l’abri ??

A mon avis ,ils se trompent , les islamistes les traiteront comme la population ,même s’ils ont des accords secrets ,les muzzulmans sont des manipulateurs ,ne jamais leur faire confiance!

Quant au peuple ,la plupart des gens ,ne se sont pas informés et compte sur les autres pour les défendre le jour ou tout va basculer ,et bien non ,y’aura une sélection de groupe ,ceux qui ont laissé faire et ceux qui y sont préparés!

Catherine Ségurane

Il n’y a qu’une seule chose à savoir : l’Islam, c’est de la merde ! Et comme disait le regretté Sacha Guitry, « c’est mon opinion et je la partage »… :-)

Patrick granville

Mille fois bravo et mille merci pour cette analyse éclairante entre islam et islamisme. Qu’elle belle leçon à été donnée à nos juges à nos politique à tous les lèches babouches de ce monde ingrat et soumis à la dictature de l’islam. Les vrais démocrates c’est vous.

Théo Lusein

Merci de rappeler clairement et simplement le sens des mots, qui après les enfumages de toutes origines perturbent certains et font douter d’autres. Il est utile de rappeler quelques vérités : l’islam prescrit le meurtre, l’assassinat de tous ceux qui ne sont pas musulmans (juifs, chrétiens, mécréants, apostats, etc) ! L’islam accepte et organise le principe des « razzias » et de partage du butin ! L’islam considère la femme comme inférieure à l’homme, etc. De quel droit, avec de telles prescriptions, accorde-t-on le statut de religion à ce corps de doctrines ? Les religions ne prescrivent pas dans leurs textes fondateurs… lire la suite

Torpillator

L’islam est en effet une secte criminelle puisque l’apostasie y est punie de mort (rien que ça !) … Cette merde d’islam est donc déjà interdite « par nature » dans tous les pays civilisés du monde !
Il ne reste plus qu’à démanteler tout le réseau des mosquées d »Europe et d’expulser sans ménagement n’importe quel crasseux barbu qui s’en offusquerait.
ZERO CHARIA DE LA HONTE EN EUROPE.

butterworth

voir videos wafa sultan il n y pas pas d islamisme MAIS L ISLAM C EST UNE EVIDENCE tapez images christians killed by muslims sur web lien dans images AH BELLE RELIGION DE PAIX ETERNELLE

Ulysse

Merci Zohra, magnifique argumentaire, et tellement simple à utiliser lorsqu’on se retrouve face à ceux qui refusent de comprendre.