Fabien Engelmann, le parcours atypique d’un homme qui ne s’est pas renié

Publié le 25 avril 2014 - par
Share

attachmentC’est un parcours étonnant que celui de Fabien Engelmann, parti de la gauche de la gauche, ancien cégétiste, pour devenir cadre du Front National, le parti stigmatisé par Mitterrand pour lui servir de faire-valoir en lui assurant la victoire que l’on sait.

Sans jamais se renier, celui qui est entré en politique par amour de son prochain, après avoir pris la défense des animaux et s’être engagé auprès de personnes en difficulté, a beau avoir eu un parcours étonnant et à première vue contradictoire, il n’a jamais cessé d’être lui-même en toute cohérence.

Fabien Engelmann rapporte son cheminement à la logique imparable. La défense des opprimés se faisait savoir à gauche, c’est donc là qu’il s’est engagé, auprès d’Arlette Laguiller, qu’il dit toujours admirer pour sa droiture et son honnêteté politique.

La découverte d’un islam s’installant dans une France pourtant habituée à la liberté et qui n’avait de cesse de se hisser jusqu’à atteindre l’égalité des sexes, a quelque peu fait dériver sa ligne de vie. La lecture d’articles de Riposte Laïque lui a fait prendre conscience que quelque chose allait de travers, que le statut des femmes dégringolait dangereusement, en même temps que des acquis concomitants d’une démocratie digne de ce nom.

Le constat des changements sociétaux et de traditions inhérentes à notre pays et à notre peuple, et dont nous n’avions jamais imaginé qu’elles pourraient aussi rapidement nous être enlevées, ne s’est pas fait sans torture morale, sans une certaine culpabilité. Ses amis d’alors fustigeaient ses propos, ses idées nauséabondes. La CGT qu’il servait depuis des années lui a craché dessus, au sens propre comme au figuré, le renvoyant à coups de pieds au derrière après l’avoir passé sur le grill, lui et les militants de sa section. Selon ses statuts, le syndicat a l’obligation de passer outre les opinions politiques de ses membres, mais dans les faits, ceux-ci doivent néanmoins voter à gauche sous peine d’exclusion.

Pourtant sûr de n’être pas un mauvais garçon, Fabien a su finalement assumer ses idées, adaptant le chemin de sa vie pour le rendre plus conforme à ce qu’il était.

Quittant cette fausse gauche préoccupée seulement de préserver ses prérogatives, il a préféré passer de l’autre côté, le côté qui lui paraissait le plus juste somme toute, non sans avoir pesé le pour et le contre, après s’être informé, avoir posé des questions et écouté les discours. Fabien a rejoint les rangs du FN après s’être assuré que l’image qu’on en donnait ne reflétait pas la réalité, après avoir acquis la certitude qu’il n’y était pas question de racisme mais seulement d’une défense du pays où l’on est né, pour ne pas que ce pays disparaisse sous un magma mondialiste destructeur, au nom d’un consumérisme effréné, d’un nouvel esclavagisme qui ne veut pas dire son nom mais qui utilise à ses fins une immigration débridée en même temps qu’un délitement généralisé de tout notre socle commun, éducatif, sociétal, culturel, etc.

Fabien Engelmann est resté lui-même sans jamais se renier malgré son itinéraire atypique, il est resté le sympathique garçon devenu végétarien à 13 ans par amour des animaux, il a toujours à cœur de rendre service, d’être attentif à tous, sans pour autant faire de concessions sur l’inadmissible. Fabien aime la France, comme tout un chacun dans le monde a le droit d’aimer son pays. D’aucuns voudraient nous faire croire que ce serait répréhensible et condamnable… Cette bonne blague !

Caroline Alamachère

Du gauchisme au patriotisme, itinéraire d’un ouvrier élu maire d’Hayange, par Fabien Engelmann

Préface : Itinéraire d’un esprit libre, par Pierre Cassen

Chapitre 1 : La prise de conscience de la souffrance animale

Chapitre 2 : Ma découverte de Lutte ouvrière et d’Arlette Laguiller

Chapitre 3 : La candidate voilée de NPA et ma rencontre avec Riposte Laïque

Chapitre 4 : Exclu de la CGT pour crime de patriotisme

Chapitre 5 : Le monde ouvrier, les abandonnés de la gauche

Chapitre 6 : Mon premier bureau politique au Front national

Chapitre 7 : Tour d’horizon de l’actualité

Chapitre 8 : La campagne municipale d’Hayange

Epilogue : La victoire du 30 mars, par Caroline Alamachère

COMMANDER LE LIVRE

18 euros, frais de port compris :

Paypal : http://ripostelaique.com/acheter-nos-livres/

Chèque à l’ordre de Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.