Face à la révolte populaire, ils sont grotesques

les bonnets rougesAu lendemain des sifflets qui ont accompagné le Chef de l’Etat (ou ce qu’il en  reste) des Champs-Elysées à Oyonnax à l’occasion des commémorations de  l’armistice, nous sommes comme à l’accoutumée submergés par les commentaires  outrés et les postures outragées des habituels vigiles de la bien-pensance qui  rivalisent pour condamner les « ligueurs » ayant eu le toupet de manifester à cette occasion. Si le choix du lieu et de la date peut effectivement être discuté, l’emballement médiatico-politique à vilipender dans l’heure les auteurs  de ces sifflets et autres slogans anti-Hollande apparait une fois de plus  grotesque et masque mal la panique, voire la paranoïa qui s’est emparée des  pouvoirs (institutionnel, politique, presse…) à la vision de la rébellion d’une partie du peuple qui refuse enfin de se laisser spolier et d’écouter les belles promesses anesthésiantes.

En dépit des grossières tentatives de salir le mouvement populaire des bonnets  rouges, accusés à demi-mots dans les éditos et autres chroniques des « faiseurs  d’opinion », d’être manipulés par le patronat voire la si fantasmée et si pratique « extrême droite » mise à toutes les sauces, la colère bretonne résonne dans tout le pays et pourrait être contagieuse comme l’illustrent les  « évènements » d’hier…

TAXER LES NULSTétanisés, l’Elysée et Matignon, battent le rappel de tous leurs supplétifs pour hurler avec les loups contre la menace brune tapie dans l’ombre. Ces gesticulations ne trompent heureusement plus personne et le Ministre de  l’Intérieur a beau s’égosiller en direct contre le fascisme menaçant la République en soulignant la présence de « militants du Front National » sur les Champs-Elysées, sa démonstration tombe à plat et illustre l’incurie de son gouvernement réduit à procéder à des dizaines d’interpellations préventives de siffleurs à l’aide d’un cordon de policier impressionnant, méthode que ne dénigreraient pas la majorité des dictatures encore en place dans le monde…

Si « la patrie des droits de l’homme » en est à embastiller quelques manifestants pacifistes pour ne pas troubler la quiétude de son Président et ainsi ne pas gâcher les belles images commémoratives et rassembleuses, le désarroi est grand ! Mais le pire n’est il pas l’absence totale de commentaires sur ces méthodes que les mêmes observateurs, posant en défenseur de la liberté d’expression, auraient jugées inacceptables sous Sarkozy ? Le comble de la malhonnêteté intellectuelle n’est elle pas atteinte par les commentaires réjouis et satisfaits des gardiens du politiquement correct à la vue de l’interpellation virile de quelques dizaines de patriotes chantant la Marseillaise en cri de ralliement mais qui
n’ont rien volé, brûlé, pillé alors que les mêmes se taisaient en juin dernier lorsque des milliers de vandales-casseurs issus de la diversité de nos banlieues « fêtaient » le titre de champion du Psg en saccageant les principales artères du Trocadéro à l’Etoile en toute impunité ? A cet égard, une prochaine date sensible ne semble pas avoir été anticipée et pourrait nous rappeler la pleutrerie de nos dirigeants et le laxisme criminel dans lequel nous évoluons désormais : le 19 novembre 2013, des milliers de « jeunes chances pour la France » pourraient déferler à nouveau sur les Champs-Elysées comme en 2010 et tout
casser pour célébrer la qualification de l’Algérie pour la prochaine Coupe du monde si leur équipe s’impose contre le Burkina-Faso (dans le cas contraire aussi d’ailleurs !).

Il sera alors intéressant de scruter les fines analyses de nos adorateurs du multiculturalisme qui nous expliqueront sans doute que ces débordements « festifs » ne sont en rien agressifs et anti-français…  Nul doute que l’indignation sélective de nos élites auto-proclamées a encore de beaux jours devant elle… Néanmoins que celles-ci se méfient, le temps du réveil des Français face à la multiplication des injustices pourrait venir plus
rapidement qu’elles ne se l’imaginent.

Bertrand du Guesclin

image_pdfimage_print