1

Face à l’invasion migratoire, l’UE n’a qu’un objectif : mettre au pas le groupe Visegrad !

Brexit et immigration au menu du sommet de l’UE, cette semaine à Bruxelles.

En matière d’immigration, sujet qui mériterait un sommet d’envergure à lui seul, cette réunion des 28 n’est qu’une vaste fumisterie, un monument d’hypocrisie.

On y voit un ramassis d’incapables, totalement dépassés par les événements et dont le seul objectif n’est pas de  protéger l’UE du tsunami migratoire dévastateur, mais au contraire de mettre au pas le groupe Visegrad, qui a l’audace de vouloir défendre son identité et ses racines chrétiennes ! Un sacrilège.

Ce sommet, c’est le procès de la Hongrie, de la République tchèque, de la Pologne et de la Slovaquie.

L’accusation est menée par Bruxelles, Berlin et Paris.

A la défense : personne !

Merkel veut des quotas en pourcentage, mais des quotas illimités en nombre.

Une politique d’asile commune, mais sans limitation des entrées !

Chaque pays, en fonction de sa situation économique et de son poids démographique, devra accepter un pourcentage annuel de migrants.

Dès qu’un pays atteint son quota, supposons 10%, on déverse le surplus chez les voisins, jusqu’à “remplissage” complet des 27. Les vases communicants.

Si l’Europe accueille 1 million de migrants, ce pays prendra donc 100 000 migrants.

Mais si 200 000 migrants supplémentaires se présentent, il devra en accueillir 20 000  de plus, soit 120 000.

Il va de soi que le bloc de l’Est est vent debout contre cette politique délirante.

Emmanuel Macron, en parfait petit vassal de Bruxelles, soutient la Commission Junker qui envoie devant la Cour de Justice de l’UE la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, qui refusent toute soumission et ont refusé leur quota depuis 2 ans.

Un sursaut identitaire que la France juge intolérable !

C’est l’unanimité pour taper sur le groupe Visegrad.

Haro sur les patriotes. A bas ceux qui refusent l’anéantissement de la civilisation occidentale, en toute connaissance de cause.

Car les Hongrois connaissent la musique, avec 12% de musulmans et des siècles sous le joug ottoman, ils ont déjà donné….et pas question de remettre ça !

Mais pour stopper l’invasion, c’est la débandade généralisée au sein de l’UE.

Pas question de verrouiller les frontières. On compte sur la Turquie et la Libye pour limiter les dégâts ! C’est tout dire !

Quant à la situation française, c’est la brasse coulée. Collomb se réjouit du chiffre des expulsions, qui ont augmenté de 13% en 2017. Quel culot !

Car en 2016, elles avaient baissé de 16% !

Voici les vrais chiffres ( source Ministère Intérieur et Figaro )

2010, 52 000 demandeurs d’asile

2017, 100 000 !

2012, 36822 expulsions.

2017, 28000 !

On le voit, au delà des beaux discours, il n’y a aucune volonté d’agir.

Quand les demandes d’asile augmentent de 92%, le nombre d’expulsions diminue de 24% !! C’est dire l’efficacité de la politique d’expulsion !

L’hébergement d’urgence est saturé avec 120 000 places occupées.

En 2010, 19 000 étrangers étaient logés à l’hôtel.

En 2017, 43 000 !

Soit 206% d’augmentation.

Coût de l’hébergement d’urgence, hôtel + centres = 3,5 milliards !

Ajoutons que les seuls mineurs isolés, ils sont 20 000 cette année, coûtent 1 milliard aux départements.

Le coût de l’asile explose alors que cette année la France va encore emprunter 180 milliards pour rembourser sa dette et financer son déficit chronique de 80 milliards !

L’immigration fait exploser les comptes sociaux. Et tout empire.

Voici deux preuves qui montrent bien la mauvaise foi du gouvernement quand il affiche un discours de fermeté vis à vis des clandestins. Il ment.

Primo, il refuse d’abroger la circulaire Valls de 2012, qui a fait exploser les régularisations de clandestins de plus de 30% en 5 ans.

Secundo, il refuse d’abroger la loi de 2016, abaissant de 72 à 48 heures le délai accordé aux policiers pour étayer les dossiers d’expulsion des illégaux.

Résultat :

Avant la loi, seulement 6% des clandestins étaient libérés dans les 72 heures de rétention.

En 2017, 20% des clandestins sont libérés dans les 48 heures, faute de temps suffisant accordé aux policiers pour ficeler le dossier d’expulsion.

C’est ce laxisme coupable qui a permis au terroriste tunisien Ahmed Hanachi, clandestin et délinquant multirécidiviste, demeuré illégalement en France depuis 12 ans, d’assassiner sauvagement Laura et Mauranne à Marseille.

Elles avaient 20 ans et n’auraient jamais dû mourir !

Encore combien d’innocents devront payer de leur vie  l’ignoble renoncement des autorités face à l’immigration sauvage qui déferle sur la France ?

Combien d’Ahmed Hanachi errent dans nos rues prêts à frapper ?

Jacques Guillemain