Face à tous les minables, pourquoi ne pas essayer Marine durant sept ans ?

Publié le 21 novembre 2011 - par - 1 624 vues
Share

Vous l’aurez certainement remarqué en tant qu’observateur assidu de la vie politique et médiatique française, lorsque des déclarations de personnalités politiques « importantes » sont annoncées, elles sont retransmises en direct, puis commentées par un aréopage de commentateurs médiatiques et politiques de tous bords, réunis spontanément sur les plateaux, afin de distiller leur science sociologique au bon peuple.

On notera que pour Marine Le Pen, aucune retransmission en direct et aucun aréopage de commentateurs sur des plateaux. Seul le net pour s’informer en direct et c’est tant mieux. Je ne cesse de le dire, vive le net. Que ferions-nous sans ?

Ce jour, Marine Le Pen, est intervenue durant une heure entière et, ensuite, pas silence, mais organisation médiatique obligée et minimale. Un peu limite pour une personnalité de son envergure et de son charisme, candidate à la présidentielle. Un nouvel affront qui lui est fait. Après son intervention, aucun savant commentateur pour faire son métier de commentateur. Son discours est brièvement mentionné par les annonceurs dans les JT d’heure en heure. Nous le constatons, la machine à broyer les existences ou l’importance de certains leaders politiques non conformes à l’UMPS est en marche et le bourrage de crâne qui va avec. Ça promet. Cela vaut particulièrement pour Marine qui fait toujours face comme si elle se trouvait chaque fois autour d’une table de poker, ou le gagnant, forcément, montre une face impassible. Quel talent. J’aurai perdu patience depuis longtemps. Et, c’est bien en ce quoi elle me rassure quant à ses compétences de se mettre aux manettes de ce pays décomposé. Comme personne n’est parfait, j’avoue que je n’aime pas le son de sa voix. Ce n’est qu’un détail.

Je ne veux pas commenter le contenu du discours de Marine Le Pen auquel j’adhère en grande partie, sauf sur la sortie de l’euro, mais sur la forme. Cette femme est décidément impressionnante. Des accents gaulliens même. Et, semble-t-il une maîtrise des dossiers qui me la rend compétente. Contrairement à ce que les esprits chagrins prétendent. Ses remarques sur la politique étrangère devraient rassurer le monde qui nous observe. Israël est soutenu par la Marine, tout en exigeant un état palestinien. Elle redonne un relief à une France oubliée depuis plus de trente ans. En ce quoi, elle est gaullienne et je la crois sincèrement, habitée par l’amour de son pays. On entend la gôche en coulisses ricaner …, elle sera balayée, la gôche !

Très sincèrement, je trouve que cette « bonne femme » a des « couilles » face à une  bienpensance onctueuse généralisée et culpabilisante pour ceux qui ne pensent pas conforme. Rien que pour cet aspect-là, je n’ai aucune honte à la soutenir ouvertement. Et, je dénie à quiconque de me dire ce que je dois penser ou non ! « MERDE « ALORS. Et, malgré ce que veulent bien faire entendre les médias, il n’y a pas que les classes ouvrières qui sont sensibles à ses idées, mais bel et bien les bourgeois et grands bourgeois. J’en connais une tonne. Et je dis aux non couillus de ma connaissance que :

J’emmerde tous ceux qui me regardent de travers lorsque j’ai des propos élogieux sur Marine.
J’emmerde tous ceux qui agressent cette femme par idéologie funeste. Joffrin, Fourest et les « résistants » de pacotilles que sont les Drucker et Ruquier.
J’emmerde tous ceux, dans les salons, qui prononcent son nom en cul-de-poule, l’air dégoûté le doigt en l’air (mauvaise éducation que le doigt en l’air)
J’emmerde tous les avocats du « tout ce vaut ».
J’emmerde tous ceux, d’accord avec elle et qui n’osent pas le dire, ce qui signifie que
J’emmerde tous les lâches et les couilles molles.
J’emmerde tous ceux qui injustement la traite de « fasciste »
J’emmerde tous ceux qui déclarent, sans y croire, qu’elle n’est que la prolongation maquillée de son père.
J’emmerde les médias, valets de tous les pouvoirs qui retourneront leur veste le temps venu. C’est d’ailleurs déjà visible.
J’emmerde tout le monde, misanthrope que je suis, face au spectacle quotidien de la décomposition française mise en scène par l’UMP, le PS, le MODEM et autres insignifiants.

A la vue du spectacle que nous offrent ces funestes organisations politiques, à la vue du cinoche du tribun populiste, tonitruant, Mélenchon et le spectacle sans odeur sans saveur du MODEM, je le dis ici, au risque de changer d’avis, d’ici le jour des élections, pour cause d’une éventuelle déception, il ne faut pas hésiter de donner le pouvoir à Marine. Elle préconise un mandat de 7 ans non renouvelable. Soulignant que l’élu Président, n’a qu’une seule obsession durant son premier mandat, c’est de se faire réélire pour un second mandat. Sarkozy en est la preuve vivante. Qu’il n’ait donc fait ce qu’il préconise aujourd’hui redevenu candidat … Je n’aime pas être prise pour une conne. C’est pourtant ce que fait Sarkozy en ce moment même, en déclarant qu’il mettra en œuvre, tout ce qu’il n’a pas réalisé durant son premier mandat, programme pour lequel il a pourtant été élu. Sarkozy est un escroc. Merci Monsieur d’être venu, on vous rappellera … Ce qui signifie que Marine est certaine de pouvoir faire mieux que les autres en 7 ans. Donnons lui le quitus. Si elle échoue au bout de 7 ans, et bien, nous irons vers quelqu’un d’autre. C’est à ça que sert la démocratie. Marine veut rentrer dans l’histoire en cette crise mondiale aiguë. C’est à sa porté. En tant que femme doublée d’une personnalité politique au charisme indiscutable. Elle est enfin la seule à défendre la laïcité sans aucune ambiguïté. Et, ce fait me semble même le plus important, tant il implique de facteurs et de valeurs de la vie de notre nation.

Sylvia Bourdon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.