1

Face aux agressions, la peur doit changer de camp !

Comme elle le fait depuis des années, une dame promène son chien, le soir. Près d’une école primaire. Soudain deux hommes surgissent, et crient : « Toi tu viens avec nous ! ». Sans doute pas pour lui conter fleurette. Mais l’affaire va prendre un tournant inattendu pour les agresseurs car le fait a lieu, non pas en France où la racaille règne dans l’indulgence gouvernementale, mais aux Etat-Unis, précisément à Lancaster, dans l’Ohio.
C’est là que Dinah Burns, 62 ans, sort son arme à feu dissimulée dans une de ses poches. Surprise pour les deux voyous dont l’un est armé d’une batte de base-ball.
Comme ils ne s’imaginent qu’elle puisse avoir le cran de leur tirer dessus ils commencent à s’approcher d’elle. Mais la promeneuse est tellement déterminée dans son dernier avertissement : « J’ai ça… et je n’ai pas peur de m’en servir ! » qu’ils s’enfuient.
Il faut dire que Dinah Burns, ne comptant pas sur son petit animal de compagnie pour la défendre, vient tout juste d’obtenir son permis de port d’arme. Une nécessité par les temps qui courent. La preuve.
« Où serait Dinah si elle avait quitté sa maison ce soir-là sans son arme à feu ? Dissimulée dans un buisson quelque part ? Violée ? Battue ? En sang ? Agonisante… sans aucune aide sur son parcours ? » C’est la réflexion de Jeff Anderson (étudiant permanent de ce qu’il nomme les « arts de survie » et de formation militaire).
De cette tentative d’enlèvement échouée, Jeff Anderson, tire trois certitudes 
« Comme l’a dit le célèbre Jeff Cooper : « La première règle de la défense armée… c’est d’avoir une arme. »
Si vous en possédez une, obtenez votre permis pour la porter. Si vous avez un permis de port d’arme dissimulée, portez-la ! Fin de la discussion. »
«  Les gens baissent naturellement la garde dans des lieux qui leur sont familiers. Après tout, c’est tranquille depuis 10 ans, pourquoi ce soir serait différent ? Jusqu’à ce que ce soit différent !
Dinah promenait son chien comme à son habitude depuis plus de 26 ans, sur un parcours familier, et sans jamais un seul incident. Sur 26 années il a suffi d’une seule soirée qui aurait pu la traumatiser à tout jamais – ou lui ôter la vie en un instant. »
« Dans cette histoire, les deux hommes ne craignaient pas la confrontation avec une femme. Ils ont considéré Dinah, plus âgée, seule, et physiquement plus faible, comme une cible facile, ce qui lui a donné le temps d’atteindre son arme à feu… »
Et de préciser : « nous avons étudié plus de 200 fusillades réelles et établi un rapport gratuit sur la réalité, brutale et sans concession, de ce qu’il convient de faire vraiment pour stopper avec votre arme un agresseur violent.
Si vous ne suivez pas ces principes, vous vous préparez à un réveil potentiellement traumatisant… et qui pourrait vous coûter la vie. »
La suite sur : https://www.contrepoints.org/2018/04/23/314627-une-femme-arme-vaut-deux-agresseurs-3-lecons-a-retenir
La morale de cette histoire est que outre-Atlantique, l’honnête citoyen peut compter sur le 2ème amendement de la Constitution US pour défendre sa peau. En France il peut compter sur les pompes funèbres Macron pour saluer son courage de victime.
Un océan entre points de vues.
https://ripostelaique.com/les-pompes-funebres-macron-vous-souhaitent-un-joyeux-quinquennat.html
https://ripostelaique.com/les-pompes-funebres-macron-continuent-a-tuer-la-france.html
https://ripostelaique.com/securite-pour-un-citoyen-acteur-et-un-permis-de-port-darme-de-poing-dissimulee.html
https://ripostelaique.com/au-nom-de-la-liberte-de-defendre-sa-peau-celle-de-ses-proches-et-ses-biens.html
https://ripostelaique.com/vichy-va-neutraliser-ses-delinquants-avec-des-armes-non-letales.html
Jacques CHASSAING