Face aux capitulards de l’UMPS, il n’y a que Marine…

Publié le 3 juin 2015 - par
Share

Marine LePenMarine Le Pen n’est peut-être pas le Churchill ou le de Gaulle qu’il faudrait pour sauver le pays du naufrage, mais la mettre dans le même sac que les capitulards de l’UMPS, comme le font certains, c’est la condamner sans preuves. Un soupçon d’objectivité serait le bienvenu. Car si son programme ne fait pas l’unanimité, notamment au plan économique, reconnaissons au moins qu’elle n’est aucunement responsable du désastre actuel vu qu’elle n’a jamais gouverné.

Ce n’est pas Marine Le Pen qui a bradé la nationalité française, ouvert les frontières comme jamais, fermé les yeux sur les prières dans la rue, sur la polygamie, sur les mariages blancs, sur l’abattage rituel, sur l’islamisation des écoles, dangers qu’elle a toujours dénoncés pendant que les ténors de l’UMPS au pouvoir feignaient de ne rien voir quand ils n’étaient pas carrément les artisans de la montée des communautarismes et de l’islamisation de la sphère publique. Leur complicité coupable est impardonnable. Ce n’est pas Marine Le Pen qui a supprimé la double peine pour les délinquants étrangers mais Nicolas Sarkozy, ce n’est pas Marine Le Pen qui a vidé les prisons mais François Hollande.

Certains lui reprochent de caresser l’électorat immigré dans le sens du poil et de s’accommoder d’un islam de France au sein de la République. Mais comment faire autrement quand on sait que six millions de musulmans vivent dans notre pays et sont Français pour la plupart ? Marine Le Pen n’aura d’autre choix que de prendre la France en l’état, c’est-à-dire accepter l’héritage légué par ses prédécesseurs qui, depuis trente ans, ont fait du renoncement permanent et de la capitulation tous azimuts un mode de gouvernance généralisé.

Ri7Marine-MarianneLa tâche sera rude mais au moins saura-t-elle restaurer l’autorité de l’Etat, notamment celle des policiers et des enseignants que droite et gauche ont lâchement abandonnés par manque de courage. Suppression du droit du sol et de la double nationalité sont devenues des mesures urgentes face à la déferlante migratoire venue de Méditerranée. Et à l’heure où le pays n’est plus gouverné, où les coutures de la République lâchent de tous côtés sans la moindre réaction salutaire de l’UMPS, ne faisons pas le procès d’une femme courageuse et patriote,  qui entend défendre notre identité, nos racines judéo-chrétiennes, notre culture gréco-latine, notre histoire et toutes nos valeurs républicaines que nos dirigeants irresponsables n’ont cessé de bafouer depuis des décennies, laïcité en tête.

Ne faisons pas le procès de celle qui veut rétablir l’ordre républicain et la sécurité, ce droit élémentaire des citoyens dans toute démocratie digne de ce nom. Voilà trente ans que droite et gauche ont fait la preuve de leur incompétence, de leur lâcheté et de leur mépris du peuple. Voilà trente ans que nos élus détruisent l’avenir des générations futures en semant les germes d’un climat insurrectionnel porteur de lendemains tragiques. En 2017 les citoyens n’auront que deux choix possibles. Voter à nouveau pour ceux qui ont échoué depuis trente ans, ou donner sa chance à celle qui veut redonner au peuple la maîtrise de son destin. Ce qui va se jouer c’est l’avenir de nos enfants.

Jacques Guillemain

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.