Famines : faut-il donner plus d’aides aux Africains ou les laisser se débrouiller ?

Publié le 20 septembre 2019 - par - 45 commentaires - 3 644 vues
Share

Un enfant éthiopien assis sur les genoux de sa mère au camp de réfugiés de Wad Sherife au Soudan, près de la frontière éthiopienne, sur cette image du 13 mars 1985. Une grande partie de ce qui s’est passé en Éthiopie à cette époque n’a jamais été rapportée dans les médias occidentaux.

Cet article de Kevin Myers, journaliste et éditorialiste irlandais, publié le 22 juillet 2008, n’a pas pris une ride. Voilà pourquoi une petite traduction s’imposait en 2019.

L’Afrique contient une centaine de bombes démographiques qui menacent de provoquer de gigantesques tsunamis migratoires et d’engloutir le monde entier et en premier lieu l’Europe. Les premières déflagrations ont touché le Vieux Continent avec la crise des « réfugiés » qui dure depuis 30 ans, mais a connu une vive accélération en 2015 avec le « Migrants Welcome » et l’ouverture des frontières par Merkel.

Si le flux de tiers-mondistes n’est pas stoppé très vite ET si une remigration n’est pas mise en place, la France et toute l’Europe occidentale bisounours ethnomasochiste deviendront à leur tour des pays du tiers-monde violents et miséreux, incapables de progrès social, scientifique et technique, de beauté architecturale, de douceur de vivre et de grandeur civilisationnelle.

Ce que j’aurais dû écrire des années plus tôt sur l’Afrique

Le 10 juillet, alors que la famine approchait à nouveau, je me suis demandé s’il était sage d’acheminer encore plus d’aide à l’Éthiopie. (Voir l’article « À part le Sida, l’Afrique ne nous apporte rien » reproduit juste après). Depuis la grande famine du milieu des années 80, la population éthiopienne est passée de 33,5 millions à 78 millions.

Mais attention, je n’écris pas de rapports pour les Nations unies ; j’écris une chronique dans un journal et j’ai délibérément fait preuve d’une grande fermeté dans mon langage, comme je l’avais d’ailleurs fait lorsque j’ai rédigé des reportages en Éthiopie au plus fort de cette terrible famine.

J’étais sûr que ma chronique susciterait une certaine hostilité : mes inquiétudes se sont intensifiées quand j’ai vu le gros titre : « L’Afrique n’a donné au monde que le Sida. » Ce qui n’est pas tout à fait ce que j’ai dit – le fait que le mot « presque » a été enlevé a des conséquences ; et de toutes façons, mon article concernait l’aide au développement, pas le Sida.

Comme cette chère vieille Irlande peut assez souvent ressembler une foule prête au lynchage en place publique, je me suis préparé au pire : et bien sûr, les emails sont arrivés. Trois cents le premier jour, et bientôt plus de 800 : mais, étonnamment, plus de 90 % me soutenaient, et surtout de la part de personnes déconcertées, décentes et inquiètes. La minorité qui m’a attaqué était risiblement prévisible, s’exprimant avec une supériorité morale vindicative et sans appel. (Pourquoi tant de ceux qui prétendent aimer l’humanité détestent-ils tant les gens ?)

Il y a un quart de siècle, en Éthiopie, nous avons fait plus que sauver des enfants d’une mort terrible par famine : nous avons aussi sauvé un système social maléfique, misogyne et dysfonctionnel. En supposant que la moitié de la population (disons 17 millions) qui existait au milieu des années 80 soit aujourd’hui morte de causes non liées à la famine, la population ajoutée totale depuis cette époque est d’environ 60 millions, dont environ la moitié de femmes.

Autrement dit, l’Éthiopie a effectivement gagné l’équivalent de toute la population du Royaume-Uni depuis la famine. Mais au moins 80 % des filles éthiopiennes sont circoncises, ce qui signifie que pas moins de 24 millions de filles ont subi ce sort, généralement sans anesthésie ni antiseptique. L’Onu estime que 12 millions de filles meurent de septicémie, de « convulsions rachidiennes », de traumatismes et de pertes de sang après circoncision, ce qui signifie probablement qu’environ trois millions de petites filles éthiopiennes ont été massacrées depuis la famine, soit à peu près le même nombre que les femmes juives mortes pendant la Shoah.

Quelle est donc la justification morale pour sauver un bébé de la mort par la faim, afin de lui donner une mort encore plus douloureuse, presque sacrificielle, à huit ou treize ans ? Cette pratique aurait pu être éradiquée, avec une volonté politique suffisante, comme l’a déjà été le sati en Inde. Et les féministes occidentales n’auraient jamais permis qu’une telle aide inconditionnelle soit apportée à une société aussi méchante et brutale si elle avait été dirigée par des hommes blancs.

Mais, au lieu de cela, l’État était dirigé par des hommes noirs, auxquels s’applique apparemment une dispense spéciale de race et de sexe : ainsi les deux péchés les plus politiquement incorrects de notre époque – le sexisme et le racisme – par un processus moral mystérieux, semblable aux mathématiques du double négatif, s’annulent mutuellement, et produisent une vertu positive incontestée, appelée Éthiopie.

Je ne suis pas innocent dans tout ça. Le peuple irlandais est resté dans l’ignorance de la réalité africaine à cause de journalistes lâches comme moi. Lorsque je suis allé en Éthiopie il y a un peu plus de 20 ans, j’ai vu beaucoup de choses que je n’ai jamais rapportées, comme l’effet menaçant des gangs de jeunes hommes avec des Kalachnikovs partout, alors que les femmes faisaient tout le travail. Au milieu de la famine et de la mort, les hommes passaient leur temps à boire la gnôle locale dans des bistrots en tôle. À côté se trouvaient des bordels miteux, où les buveurs se rendaient de temps en temps, pour se soulager brièvement dans l’orifice cicatrisé d’une misérable prostituée (que Dieu préserve et protège).

J’ai vu tout cela et je ne l’ai pas rapporté, ni la colère des travailleurs humanitaires irlandais face à l’incontinence sexuelle et à l’insensibilité des hommes éthiopiens. Pourquoi ? Parce que je voulais écrire une prose violette, acclamée et tirant des larmes, sur des enfants aux yeux larges et infestés de mouches, et non des accusations froides, impopulaires et même « racistes » de culpabilité des hommes africains.

Suis-je capable de réfuter des gens bons et honorables comme John O’Shea, qui nous avertit maintenant qu’une fois de plus, nous devons nourrir les enfants éthiopiens affamés ? Non, bien sûr que non. Mais je suis émerveillé par les terribles options qui s’offrent à nous. C’est le plus grand dilemme moral auquel le monde est confronté. Nous ne pouvons pas laisser mourir les enfants affamés d’Éthiopie.

Pourtant, les enfants aux yeux écarquillés de 1984-1986, sauvés par les médicaments et les produits alimentaires occidentaux, ont contribué à déclencher la plus grande explosion démographique de l’histoire de l’humanité, qui portera la population éthiopienne à 170 millions en 2050. D’ici là, le Nigeria comptera 340 millions d’habitants (contre seulement 19 millions en 1930). Il en va de même pour une grande partie de l’Afrique.

Nous nous dirigeons donc vers un holocauste démographique, avec un potentiel de pertes en vies humaines prématurées dépassant de loin celui de toutes les guerres du XXe siècle. Cette terrible vérité ne peut être ignorée.

Mais de retour en Irlande, il y a des groupes d’activistes moralisateurs qui aspirent à empêcher la discussion, et même à emprisonner ceux d’entre nous qui tentent, même imparfaitement, d’exposer la vérité sur l’Afrique.

Traduction : Julien Martel

https://www.independent.ie/opinion/columnists/kevin-myers/writing-what-i-should-have-written-so-many-years-ago-26463692.html

À part le Sida, l’Afrique ne nous apporte rien

Kevin Myers - The Irish Independent - Africa is giving nothing to anyone -- apart from AIDS(Africa is giving nothing to anyone — apart from AIDS)

Article paru dans “The Irish Independent”, le 10 juillet 2008.

par Kevin Myers, journaliste et éditorialiste irlandais.

« Alors même que les États africains refusent de prendre des mesures pour restaurer un semblant de civilisation au Zimbabwe, il nous faudrait de nouveau faire l’aumône, à l’Éthiopie cette fois. L’Éthiopie était déjà au centre de l’actualité il y a près de 25 ans, avec la campagne contre la faim de Bob Geldof. Et durant ce laps de temps, la population du pays a bondi de 33,5 à 78 millions d’habitants…

Pourquoi diable devrais-je de nouveau encourager la croissance démographique catastrophique de ce pays ? Où est la logique ? Il n’y en a aucune. Et deux choses me disent que la logique ne compte pas dans cette affaire.

Africa's peoples are outstripping their resources, and causing catastrophic ecological degradation, writes Kevin Myers. A sick child waits in line to be screened at Giara Clinic, Southern EthiopiaLa première, c’est ma conscience. La seconde, c’est l’image, une fois de plus, d’un de ces enfants qui, une fois de plus, fixe l’objectif, de ses yeux une fois de plus grand ouverts, illustrant une fois de plus la tragédie qui une fois de plus, etc.

Désolé mais moi, j’ai parcouru ce pays. À pied et financièrement. Contrairement à beaucoup d’entre vous, je suis allé en Éthiopie. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai craché au bassinet pour les bonnes œuvres qui là-bas luttent contre la famine. L’enfant aux yeux grand ouverts que nous avons sauvé il y a 20 ans est désormais cet homme en rut, arborant une Kalachnikov et procréant comme bon lui semble au gré de ses poussées hormonales.

Il y a sans doute de bonnes raisons pour prolonger ce système économique, social et sexuel détraqué et destructeur. J’ignore lesquelles. Et il y a sûrement toutes les bonnes raisons du monde de ne pas écrire le présent article.

Ces lignes ne me rallieront à coup sûr aucune amitié. Elles provoqueront le courroux indigné des lecteurs bien-pensants, une catégorie qui ne manque jamais une occasion de pervertir le débat public irlandais de ses persiflages et de ses injonctions morales. (…) Qu’importe…

Mais par pitié, vous, les représentants des ligues de vertu bien-pensantes, épargnez-moi les allusions à « Notre Famine » et les analogies trop faciles [NDLR : allusion à la Grande Famine irlandaise entre 1845 et 1852, dont les effets se feront sentir de longues années]. Il n’y aucune comparaison possible. En 20 ans de famine, la population de l’Irlande a été réduite de 30 %. Durant ce même laps de temps, grâce à l’aide alimentaire occidentale, aux semi-remorques Mercedes à dix roues et aux avions Hercules, la population de l’Éthiopie a plus que doublé.

Hélas, ce pays dévasté n’est pas isolé dans sa folie… Quelque part, dans ce continent merveilleux, se trouve la Somalie ; un autre charmant pays bien pourvu en fainéants perpétuellement en rut, brandissant des Kalachnikovs, mâchonnant du khat et excisant les filles. C’est désormais un continent pratiquement entièrement peuplé d’indigents sexuellement hyper-actifs, et des dizaines de millions de personnes ne survivent que grâce à l’aide internationale.

Cette dépendance n’a pas encouragé la prudence politique, ou le simple bon sens. La sottise vaudou semble constamment gagner du terrain et le prochain Président d’Afrique du Sud est persuadé qu’un peu d’eau du robinet sur un pénis post-coïtal est un bon moyen de prévenir les infections. En outre, cela va sans dire, la pauvreté, la faim et l’écroulement social n’ont pu prévenir des guerres ineptes au Tigré, en Ouganda, au Congo, au Soudan, en Somalie, en Érythrée, etc.

Une situation dépeinte à grands coups de crayon, certes. Mais c’est ainsi que l’histoire a souvent dépeint ses épisodes les plus sordides, les plus décisifs aussi. Le Japon, la Chine, la Russie, la Corée, la Pologne, l’Allemagne, le Vietnam, le Laos, le Cambodge… ont eu à surmonter des épreuves bien plus dures que celles que doit endurer l’Afrique. Tous ces pays aident aujourd’hui ce continent, y investissent, alors que l’Afrique, avec ses vastes savanes et ses opulents pâturages n’apporte pratiquement rien à personne, si ce n’est le Sida.

Pendant ce temps, les populations africaines épuisent leurs ressources, et provoquent des dégâts écologiques catastrophiques. En 2050, la population de l’Éthiopie sera de 177 millions : l’équivalent de la France, de l’Allemagne et du Benelux réunis, mais situés dans les zones arides et dévastées de la Vallée du Rift, où l’on trouve de moins en moins de sources de protéines.

Quel sens cela a-t-il d’encourager activement l’augmentation de la population adulte d’un pays déjà surpeuplé, à l’environnement dévasté et économiquement dépendant ? En quoi est-il moral de sauver un enfant éthiopien de la faim aujourd’hui, et lui permettre de survivre dans un contexte de circoncision brutale, de pauvreté, de faim, de violence et de sévices sexuels, qui résultera en une autre demi-douzaine d’enfants aux grands yeux, dont les perspectives seront tout aussi réjouissantes ? Cela vous permettra sans doute de vous sentir mieux, ce qui est la raison principale d’une charité aussi abondante. Mais ce n’est pas suffisant.

Cette charité intéressée est l’un des fléaux de l’Afrique. Elle a permis de maintenir en place des régimes politiques qui se seraient effondrés autrement. Elle a prolongé de 10 ans la guerre entre l’Érythrée et la Somalie. Elle a inspiré à Bill Gates un programme d’éradication de la malaria, alors qu’en l’absence quasi complète d’auto-discipline, cette maladie est actuellement l’une des formes les plus efficaces de contrôle des populations.

Si ce programme réussit, se vante-t-il, des dizaines de millions d’enfants qui seraient morts en bas-âge parviendront à l’âge adulte. Très bien, et ensuite ? Hmm… je sais. Qu’ils viennent tous ici. En voilà une riche idée.

Kevin Myers
Titre original : Africa is giving nothing to anyone — apart from AIDS
http://www.independent.ie/opinion/columnists/kevin-myers/africa-is-giving-nothing-to-anyone–apart-from-aids-1430428.html

Somalie, 1993, opération « Restore Hope » (Restaurer l’espoir) : un soldat américain est accueilli en héros par la foule enthousiaste.

Voir aussi tous les articles listés sur le site SITAMNESTY :

« Migrants welcome ! » qu’ils disaient

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Helix

je suis pour le fait d’aider ces gens mais, dans leurs pays, pas dans le notre. Pour certains peuple, ce sont encore des sauvages qui n’ont pas évolué et, ils représente un réel danger pour nous

Eric Fletcher

Je viens de relire : « L’Afrique-Noire est mal partie » de René Dumont. Pas grand chose a rajouter depuis….1962 ! Il y a aussi « L’Empire-du-Bakschich » qui est excellent !

Mjolnir

L’heure n’est plus à l’empathie mais à la Survie.
# si on les aide cela leur donnera plus les moyens de pulluler et………..nous envahir.
## on ne peut civiliser le non-civilisable
Anecdote d’un consultant en pompes il y a 30 ans « on leur donne des graines et ils les bouffent ! »

Emile

Il faut cesser immédiatement toutes les aides …..y compris les médicaments
Il faut que s’instaure une sélection naturelle pour que la démographie puisse se stabiliser….
Et nous devons d’urgence ériger un cordon sanitaire autour de l’Europe
Il faut arrêter les sensibleries humanitaristes et chrétiennes et penser à sauver notre peau de blanc et la civilisation que nous avons construite

Pascal Olivier

Selon Stephen Smith l’aide au développement contribue à favoriser les migrations vers l’Europe et n’aide pas vraiment les pays africains.

kabout

il faut en tout premier leurs envoyer au plus vite pilules contraceptives et préservatifs a foison,!!!

ASCAL

Bonjour,
Vous pouvez lire le livre: l’Afrique à désintoxiquer de Kakou Ernest TIGORI

Soazig

Très bon article..
J’ajoute qu’il faut leur distribuer pilule et bromure..

Merci pour cet excellent document de Kevin Meyers.
Pour schématiser, grosso modo – acheter du gaz à la Russie, c’est la Russie qui profite horriblement de l’Europe de l’Ouest, on lui fait un pied de nez en faisant passer le gazoduc par le Caucase/Ukr ou la Turquie, on installe des fusées pershing braquées sur elle; quand l’Europe achète des minerais à l’Afrique, elle pille l’Afrique, pdt que toute l’Afrique déboule chez nous. Nous pillons leurs ressources (pêche) mais depuis qu’ils sont ici, les stocks de poissons sont épuisés; plus d’usines nucléaires pour chauffer les millions d’Africains qui rentrent ici (danger nucl), l’homme est un animal tropical; Et la monnaie, monnaie d’échange, qu’est-ce qu’ils en font? Cherchez l’erreur. il faudrait être logique.

Pierre Lesincère

Il faut les laisser macérer dans leur caca afin qu’ils retournent dans leurs arbres comme avant la prodigieuse présence des colons qui ont commencé à faire de l’Afrique le continent le plus riche.

Mais ces crétins (Q.I. moyen de 70 pour ceux qui sont éduqué) ont tués ou chassés les blancs et se sont ainsi précipité dans la merde. Qu’ils y restent.

zéphyrin

il faut inverser les choses: « ils » ne viennent pas se former en France pour squatter nos hôpitaux, et nos médias, sauf avec un contrat à durée déterminée et retour au pays pour les vacances. Ils signeront le contrat qui stipule que leurs formations ne seront pas valide en France.
par contre « on » va les former sur place en leur précisant qu’une natalité incontrôlée va ruiner leurs efforts, et stopperait toute aide pour les ressortissants de ces pays La seule aide matérielle étant réservée au matériel hi tech pour lequel il leur faudra du temps pour le disséminer et l’entretenir.
un visa touristique ne fâcherait personne, et discriminer nos propres enfants devrait être aboli sauf besoin de « cerveaux » que nous n’avons pas dans certains domaines

POLYEUCTE

Ah ! S’il était permis de sourire après ce constat !
Depuis le temps que j’affirme ici :
Que la Démographie mène le Monde : la Cause !
Que les Ecolos ne voient que les Effets irréparables, voulant dominer une Nature qu’ils ne maitrisent pas. Bla Bla….
Que bientôt les10 Mds de « parasites » que nous sommes, et tout récents à l’échelle de la Terre, se boufferont entre eux avant 2.100… !
La Survie passera inévitablement par les Armes !

Jean-Louis

Magnifique article qui résume tout ce que je pense. La menace, la vraie, ce n’est pas le prétendu « réchauffement climatique » mais la démographie catastrophique des africains qui menace l’humanite toute entière. Problème majeur étouffé par les « biens pensants » occidentaux et tous les clones de la dingo Thurnberg. Oui, l’aide a l’Afrique a été une colossale erreur qui a enrichit des despotes africains et l’aide médicale occidentale a donné la tragique explosion démographique et les flux migratoires fous que l’ont connaît aujourd’hui. Les « humanistes » et « biens pensants » occidentaux ont créé un enfer qu’ils ne maîtrisent plus désormais !

gilou le mécano

La colonisation était hélas un « mal nécessaire » car depuis l’indépendance, livrés à eux mêmes ils sont incapables de s’assumer, de ne pas s’entre tuer entre eux via des guerres tribales et autres aliénations qui les caractérisent, ajouté la paresse chronique des mâles dépourvus de toute moralité, la natalité galopante, le cancer islam sectaire pourrissant l’ensemble, la corruption, un dictateur en chasse l’autre, la civilisation n’étant pas jamais passée par chez eux en toute évidence, ces pays sont à vomir !

amril

En réponse à Wika:
L’ennui est que Nadine appartient toujours au parti des traîtres qui avec leurs amis gauchistes détruisent et ruinent notre pays tout en vomissant sur le parti s’opposant depuis quarante ans à cette trahison.
Parler c’est bien agir c’est mieux.
LR pas crédibles.

laurent barre

Les Africains et plus souvent les maghrébins se plaignent que la France pille l’Afrique. Il y a donc des merveilles en Afrique. Pourquoi donc les Africains du nord ou du sud n’exploitent-t-ils pas ces richesses ? Sont-ils incapables ? Sont-ils fainéants ?

SAINT-MARC Jean-Paul

Le vrai napalm, c’est de leur dire la réalité.
Commencez par contrôler votre natalité explosive que vous ne pouvez assumer !
Comptez sur vous et ne demandez pas rien aux autres.
Le racisme entre africains est pire que celui que vous attribuez aux européens.
Corruption est islam sont deux autres des plaies de l’Afrique.

Wika

Je partage l’avis de Nadine Morano qui disait que nous déversons depuis des décennies des milliards sur l’Afrique sans vérifier dans quelles poches va cet argent. Puis les Africains viennent chez nous pour des raisons économiques et nous leur payons le RSA, l’AME, etc , argent qu’ils envoient à leur famille. Donc l’Europe paie deux fois pour ces populations.
Elle réclamait des commissions de vérification pour contrôler où va l’argent.

Gegé

La compagnie Ethiopienne : Ethiopian Airlines est une des plus grandes compagnies aérienne mondiale, avec une flotte d’avions récente. Son aéroport est devenu un important HUB où les vols partent sur tous les continents. Addis Abebba est une capitale prospère et le pays travaille. Effectivement il existe encore des tribus ou peuples premiers ou des groupes politiques qui sont assez roots, mais dans l’ensemble le pays se développe, malheureusement d’ailleurs avec l’aide de la Chine qui s’empare des ressources naturelles.
Ne pas confondre Ethiopie (chrétienne) et Somalie (musulmane), qui n’ont pas du tout la meme histoire et la même population, ni culture.

Boadicea

Il faut aussi savoir que les adultes ont priorité chez les africains. Quand vous donnez un sac de riz c’est dans l’estomac des anciens qu’il va. Les enfants sont les premières victimes de la mentalité africaine et ne servent qu’à faire pleurer dans les chaumières et à engraisser les ONG de tous bords.

Et hop

Laissons l’evolution naturelle faire son oeuvre. .. S’ils doivent mourir a la pelle NATURELLEMENT, c’est que cela doit etre…
Aller contre na nature est mauvais pour la planete et pour ceux qui ont tout inventé et crée.

rene.gerard58@outlook.com

Le pire ennemi de la RACE (*) blanche, c’est le Blanc lui-même ! Après avoir atteint un bon niveau de civilisation, comme tout phénomène qui atteint son apogée, vient ensuite le déclin. Et l’homme de RACE (*) blanche malgré son instruction, y aura rudement contribué. On lui a tout pris au Blanc. On lui a dit que ses allocations de chômage, l’avilissaient, dans un état peu glorieux d’assistanat. Et pourtant il y a cotisé, le Blanc, à sa Sécu. Et plus on lui retirait des droits acquis, plus il donnait, ce Con ! Une émission larmoyante à la télé, hop, il file des biftons. Un reportage sur la faim en Afrique, hop, on file du blé. Ses retraités crèvent la dalle… au mieux le Blanc se fendra d’une pétition. Au pire, il s’en tape ! Le Blanc est le pire ennemi de lui-même.
(*) Pour faire chier la bienpensance.

Marnie

Plus d’aide ne leur apportera rien. Cela fait très longtemps que l’Afrique est aidée pour un résultat désolant. Les causes : démographie galopante, corruption et surtout aucun désir de s’en sortir. Toute aide financière devrait être accordée pour un projet précis et supervisée par le donateur. Tout chantage doit être puni en donner lieu au retrait de l’aide. Etc.

Anne Lauwaert

donner aux Africains l’accès à la contraception et à la stérilisation volontaire comme nous l’avons, tant masculine que féminine

amril

Preuve que l’assistanat n’est pas la solution.
‘Aide-toi et le ciel t’aidera’.

Alsace

Malgré les chouineries de l’Afrique endémique laquelle n’arrive pas à se développer en raison des gouvernements escrocs qui s’en mettent plein les poches je considère que ce n’est pas un peuple battant , vivant dans les combines culturelles je considère que le seul outil qui fonctionne c’est le pénis ( pour être polie ) !
Depuis qu’ils vivent d’aides il est grand temps qu’ils se sortent les doigts du fondement ! Il y a longtemps que je ne donne plus rien aux associations humanitaires qui vivent grassement de la misère des gens et qu’ils leur apprennent à se prendre en charge

J’imagine que c’est la course au monopole des matières premières dont regorge l’Afrique qui explique la raison de l’aide humanitaire sans contre-partie de régulation des naissances, car les grandes compagnies internationales se fichent pas mal des Africains. La colonisation d’hier est considérée comme méprisable, alors même qu’elle comportait un programme civilisationnel ; que dire de celle d’aujourd’hui, exclusivement économique ? L’abandon de l’Afrique n’entraînerait-il pas un brusque arrêt du progrès technologique, et ce dans un contexte de gueŕre économique impitoyable ? Il faut pouvoir regarder le cynisme en face.

Christine B

Si la nature dans sa grande sagesse n’a pas fait en sorte que certains puisse se prémunir contre ses maux ce n’était pas à nous d’aller lui casser le travail; si nous avions un peu de bon sens et si, surtout, l’économie et l’avidité financière ne gouvernaient pas le monde ( l’aide dite humanitaire , les vaccins, les médicaments etc ça rapporte ) nous rendrions ces gens à la nature dont personne n’aurait jamais dû les sortir.

Jill

La meilleure aide qu’on pourrait leur apporter : distribution massive de préservatifs.

Joël

Et on continue à favoriser les futurs migrants :
Afrique : la France a donné 5,3 milliards d’euros pour la santé depuis 2002.
http://www.fdesouche.com/1263921-afrique-la-france-a-donne-53-milliards-deuros-pour-la-sante-depuis-2002
Bizarre, ça correspond à ce qui manque chez nous pour les retraites.
En fait, on les soigne pour qu’ils puissent prendre le bateau en bonne santé.

Gégédu66

Il n’y a rien à ajouter . Tout est dit . Au train ou sont parties les choses un jour ils seront tous ici pour finir de manger ( bouffer ) ce qu’il y a de bon chez nous ; puis de se bouffer entr’eux ( ce qu’ils font chez eux ) et là…..il nr restera qu’une solution: partir chez eux et faire là bas ce qu’ils sont incapables de faire….trouver de l’eau ; cultiver ; construire ; bref faire une civilisation constructive….Quand..?

a.hourquetted'are

Que cela soit à grande échelle comme l’Afrique ou dans notre quotidien, il y a toujours des humains parasites, des éternels fauchés, déprimés etc…à trop les aider, on ne les aide pas mais en plus ils nous tirent toujours vers le bas!

Morgane

Déjà réduire la natalité dans ce pays !!!!! Même cadavérique, ils arrivent à faire des gosses…

Celtillos

l’afrique est un puis sans fond, un tonneau des Danaïdes, on peut envoyer des dizaines de tonnes d’aide cela ne sera jamais assez, car sur 100 envoyé a peine 5 arrive a destination et est gâché,
les 95 disparus sont détournés par les potentats locaux, les « officiels » en place qui amassent des fortunes en revendant tout cela. il ne sert a rien d’envoyer quoi que ce soit si on veut les aider il suffit de stériliser les trois quart des mâles a la naissance, et les femmes au troisième enfants, après cela, et seulement après on pourra voir a les éduquer, mais la bon courage!

patphil

ils nous rendent de plus en plus fermés à l’autre.

Guy BRIAND

Mais, d’après A2, il y a des tas de millionnaires en Etiophie!!!

François Desvignes

La France (donc l’Europe) n’est que blanche
La France n’est que de culture chrétienne
La France n’est que métropolitaine
La France n’est que francophone
Et la France n’est que francophile

La race
La religion
Le territoire
La langue
Et l’estime de sa généalogie
sont les seuls fondements de la nation

Et il faut qu’elle le reste et que toute nation conserve ses caractères et ces fondements pour que :

L’Afrique noire reste noire
L’Afrique reste animiste
L’Afrique reste en Afrique
L’Afrique reste africanophone
L’Afrique reste africophile

La preuve :

Si l’Afrique n’est que noire et tous les non noirs en sont chassés,
Alors, la loi naturelle chassera tous les non blancs d’Europe, afin que l’Afrique reste l’Afrique et l’Europe, l’Europe.

Esprit critique

Des populations qui pour des raisons religieuses, traditionnelles, culturelles ou autres, se reproduisent comme des lapins, (c’est ici un euphémisme), en pays semi désertiques ou l’on ne peut strictement rien prévoir de ce que l’on va trouver a bouffer l’année suivante, il est con et criminel de leur livrer de sacs de riz. le seul effet et d’augmenter le nombre de mort et les souffrances les années suivantes.
C’est vérifié et facile a comprendre. l’aide consiste a agir pour l’autonomie, apprendre a se passer d’aides, tout le reste n’est que spectacles destinés uniquement et strictement mettre en valeur les guignols avec le sac de riz sur le dos.

BERNARD

Comme je l’avais écrit à « ccfd ver solitaire », leur proposant d’envoyer du caoutchouc plutôt que de l’argent, il faut savoir que presque tous les jeunes africains débouleront sur l’Europe quelques années plus tard.
En fait, en les aidant, on creuse notre tombe. Même les animaux savent limiter leur reproduction en cas de manque de bouffe, en les nourrissant et en les soignant, quelque part, on joue contre la nature, et d’après les écolos jouer contre la nature n’est pas bon pour la PLANETTTTT !

BobbyFR94

La submersion par le nombre, mais cela, Kevin MEYERS ne l’a pas vu de suite, mais son article est brûlant car tellement d’actualité !!!

NON !!! nous n’avons pas « vocation » à nourrir l’afric !!! que ces gens commencent par VIRER les occidentaux et autres qui viennent faire des affaires avec leurs dirigeants corrompus – comme les nôtres par ailleurs – de leurs pays !!!

Question : Pourquoi les pays muzzs du Golfe n’aident-ils pas les pays muzz d’afric ?

Réponse : parce qu’ils veulent se servir de la masse pour NAZISLAMISER le monde, à commencer par l’Europe entière !!!

Mais ils n’en veulent pas, ils savent ce que sont ces merdes, ces parasites, muzz l’arabie, mais pas « folle » au point d’avoir des abrutis illettrés chez eux, et qu’ils devront prendre en charge toute leur vie durant !!!

https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/exclusif-des-centaines-de-rohingyas-sont-emprisonnes-indefiniment-en-arabie-saoudite

https://journals.openedition.org/eps/7088

Jill

Le problème :ceux qui nous envahissent ne sont pas les plus nécessiteux ;en les aidant çà ne changera rien, à part qu’on paiera deux fois.

butterworth
SAINT-MARC Jean-Paul

Tout aide aide les africains à ne pas s’aider eux-mêmes !

kinns

Vu l’image que j’ai vu , l ‘aide que je leur accorde c’est le napalm