Fares Karim, le gentil islam, cela n’existe pas

Publié le 24 juin 2015 - par - 1 372 vues
Share

bebemusulmanCher Monsieur Fares Karim,

Dans votre récent article sur le site Riposte Laïque ( http://ripostelaique.com/frustration-dun-musulman-de-france.html),  vous posez la question qui vous trouble par rapport à la fatigue que vous éprouvez face au spectacle que donnent ceux que vous qualifiez de « groupes extrémistes musulmans » :

« La question est,  pourquoi beaucoup comme moi, qui ont en horreur cette violence et ce terrorisme moral, se montrent pourtant enclins à accepter d’être victimes d’extrémistes qui ne souhaitent pas la paix, mais qui contrôlent nos esprits, notre mode de vie, notre religion, la politique et ainsi de suite ? »

La question mérite d’être posée tant elle contrarie en effet le bon sens ; qu’elle le soit par un musulman a d’autant plus d’intérêt.

On aurait pu s’attendre à une investigation intime sur les ressorts de votre identité musulmane malgré les horreurs revendiquées par des musulmans au nom de leur foi à travers le monde.

Votre réponse tient essentiellement dans la mise en cause de la confrérie des Frères Musulmans et de l’UOIF qui en est son antenne en France. Vous savez comme moi cette organisation attachée au projet politico-religieux d’instauration d’un califat et vous condamnez cette organisation aussi bien pour le mal qu’elle fait à votre pays qu’à celui qu’elle fait à votre communauté.

Je condamne avec vous les agissements de cette organisation musulmane mais ne tire pas les mêmes conclusions que vous quant aux responsabilités des uns et des autres.

Sans vouloir faire aucun amalgame parmi les musulmans vivant en France,  il me semble évident que si l’UOIF est considérée comme une organisation représentant des musulmans dans mon pays, c’est bien parce que nombre de musulmans vivant en France fréquentent librement les mosquées salafistes, inscrivent volontairement leurs enfants à des cours organisés par eux et achètent en toute connaissance de cause la nourriture halal dont vous dénoncez si bien l’utilisation des revenus.

En quelques mots, l’UOIF n’existe que parce que des musulmans répondent présents à ses appels, participent en masse à ses manifestations et exercent un lobby constant sur leurs frères en religion et sur la France en vue d’islamiser toujours plus les uns comme l’autre.

Les cas des musulmans dissidents dont vous nous parlez illustrent en négatif mon propos : combien de musulmans ont suivi ceux que vous citez et qui ont osé critiquer l’organisation de l’intérieur ? Quel mouvement de fond a eu lieu après les prises de risques considérables de ces musulmans dissidents ?

Si je mesure le courage des Soufiane Zitouni ou Mohamed Louizi, je suis au regret de constater que ces dénonciations n’ont pas abouti à une prise de conscience parmi les musulmans vivant en France : les mosquées UOIF continuent à pousser comme des champignons, des jeunes français continuent à vouloir partir en Syrie pour être formé à la guerre et à la torture au nom de votre religion, …

Je gage qu’en cette période de ramadan nombre de jeunes français seront recrutés par cette organisation, nombre de jeunes français s’interrogeront sur leur religion, nombre de jeunes français viendront à la mosquée et rencontreront les Frères Musulmans que vous abhorrez et nombre de jeunes français sortiront de cette période de ramadan avec une conception plus cohérente et plus offensive de leur religion.

Ma réponse à votre question n’est donc pas la même que la vôtre.

Si la confrérie des Frères Musulmans se renforce en France comme dans le monde ce n’est pas parce qu’elle s’adresse à des « victimes » comme vous l’écrivez mais parce qu’elle s’adresse à des musulmans et leur donne une cohérence et une fierté d’appartenance dont ils ont soif.

Car quoi Fares Karim, la vie du messager bien guidé par Allah ne s’est-elle pas terminée par l’instauration d’un kalifat islamique après l’éradication systématique des autres communautés religieuses de la contrée ?

Car quoi Fares Karim, le Coran, recueil des ordres de dieu à sa communauté, ne présente t il pas le combattant comme préféré par Allah à celui qui reste chez lui auprès des siens (4:95) ?

Pour rappel (et surtout pour les non musulmans), ci-dessous le verset 95 de la sourate 4 afin que nous sachions bien de quoi nous parlons :

« Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux – sauf ceux qui ont quelques infirmités – et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier de Dieu. Dieu donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Dieu a promis la meilleure récompense; et Dieu a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense; »

لاَّ يَسْتَوِي الْقَاعِدُونَ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ غَيْرُ أُوْلِي الضَّرَرِ وَالْمُجَاهِدُونَ فِي سَبِيلِ اللّهِ بِأَمْوَالِهِمْ وَأَنفُسِهِمْ فَضَّلَ اللّهُ الْمُجَاهِدِينَ بِأَمْوَالِهِمْ وَأَنفُسِهِمْ عَلَى الْقَاعِدِينَ دَرَجَةً وَكُـلاًّ وَعَدَ اللّهُ الْحُسْنَى وَفَضَّلَ اللّهُ الْمُجَاهِدِينَ عَلَى الْقَاعِدِينَ أَجْراً عَظِيماً

Ainsi pour moi Fares Karim, le succès des Frères Musulmans vient du fait qu’ils s’adressent à des musulmans.

Les mêmes qui viendraient recruter à la sortie d’une église ou d’une synagogue feraient un énorme bide car dans un cas comme dans l’autre,  des arguments théologiques contraires sont disponibles.

Nombre d’auteurs de Riposte Laïque montrent aussi que chez les athées les principes sont clairs.

Que les argumentaires s’appuient sur l’idée de nation ou sur celle de droits de l’Homme créée ou pas à l’image de dieu, ils sont forts et permettent de s’opposer au discours des Frères.

Il n’y a que parmi les musulmans qu’une telle idéologie peut avoir le succès que lui apporte le Coran illustré par la vie du prophète Muhammad.

En effet, sur quelles bases s’appuyer pour contredire les Frères Musulmans quand on se dit musulman et qu’on va chercher sa vérité dans un livre et un modèle moral qui ont préconisé tous les deux ce que l’on veut combattre ?

Récemment quelqu’un de mes connaissances me reprochait de condamner l’islam au motif qu’il connaissait un musulman homosexuel qui buvait du vin, ne fréquentait presque jamais la mosquée et s’était même opposé à un commerçant de son quartier qui ne vendait que du halal.

Si être musulman est bien s’inspirer du beau modèle du prophète Muhammad et se soumettre à la parole de dieu compilée dans le Coran, cet homme n’est pas plus musulman que moi (et que vous peut-être ?).

Comment se dire musulman tout en violant les principes de vie préconisés par la religion qu’on s’attribue ?

Comment vouloir se convaincre qu’on est musulman en reniant la shahada, credo de tous les musulmans, « il n’y a de dieu qu’Allah et Muhammad est son prophète » ?

Pour les puristes, quelques passages du Noble Coran (« guide pour les pieux » 2:2), qui s’opposent aux agissements de ce « musulman » auto proclamé :

– La condamnation de l’homosexualité est par exemple en 26:165-166 et en 25:54-55,

– La condamnation de la consommation de vin est en 2:219 et en 5:50 par exemple,

– La préférence à accorder à la prière publique dans une mosquée est en 2:125,

– L’obligation de prescrire le licite et de ne pas créer de discorde parmi les mahométans est par exemple en  3:102-105.

Ainsi la rencontre de ce « musulman » avec un Frère Musulman ne pourrait que :

– soit lui rappeler sa religion et le pousser à arrêter et à se repentir sincèrement de ce qu’il fit jusqu’alors et qui insulte son prophète et son dieu,

– soit lui faire découvrir qu’il n’a plus rien à voir avec cette idéologie politico religieuse qu’est l’islam.

Il en est pareil de vous et des musulmans qui critiquent ceux qui se conforment le mieux aux ordres du Coran et se rapprochent le plus de l’exemple de vie du prophète.

Je ne vous proposerai pas de vous convertir au christianisme ou d’ailleurs à une autre religion comme le fait Olivier Marot dans sa réponse mais seulement de prendre conscience que l’islam est loin de n’être qu’une religion et que s’en revendiquer est déjà en faire la promotion pour une partie crédule, mal informée ou manipulée de l’opinion française.

Comme au temps de la glorieuse URSS, les dissidents de l’islam n’ont comme choix que d’être récupérés de gré ou de force par le système islamique ou de s’y opposer clairement en condamnant avant tout les deux fondements de l’islam à savoir le Coran et l’image morale de son Messager.

Cette décision sans doute très difficile à prendre pour vous et souvent lourde de conséquences est néanmoins la seule cohérente.

Mais elle est avant tout à prendre dans votre for intérieur. Nombre de musulmans l’ont déjà prise mais répugnent à le reconnaître et à le faire connaître. Ce faisant, ils collaborent avec et font la promotion des forces qu’ils exècrent.

Il est vrai qu’ils sont en belle compagnie entourés de la plus grande partie de la classe médiatique et politique française qui s’acharne à nous présenter l’islam comme une religion de paix, de tolérance et d’amour constamment défigurée par des loups solitaires et des déséquilibrés ne jurant que par le Coran et son Messager.

Reconnaître la porosité ontologique entre les pratiques affichées comme les plus anodines de l’islam et les pratiques qui vous font horreur serait un grand pas dans votre lutte.

Rester dans l’entre deux permet, tout en le déplorant, d’accepter l’alimentation du méchant islam de l’UOIF par le gentil islam que vous dites vouloir vivre.

Juste pour information Fares Karim, dans cet islam pacifique et ouvert que vous aimeriez voir s’épanouir en France :

– Le voile (qui sépare les hommes des femmes, les femmes musulmanes des autres et parmi les musulmanes les pieuses musulmanes des autres) serait-il toujours imposé par le Coran aux femmes des croyants ?

– Le ramadan (qui permet l’auto contrôle de la communauté par elle même et la séparation des musulmans d’avec le reste de la société) serait-il toujours un des cinq piliers de votre islam ?

– Dans l’islam que vous dites avoir au coeur, la musulmane pourra t elle choisir librement le partenaire de son choix sans interdiction liée au sexe ou à la confession de l’élu/e ?

Reconnaissez qu’un islam sans ces quelques interdits (et il y en a encore beaucoup d’autres dans votre religion) n’aurait d’islam que le nom tant il contredirait le Coran, l’exemple donné par votre prophète et la pratique de l’islam dans les terres musulmanes depuis 1400 ans.

PS  : Tout en attendant ce coming out, je vous souhaite de continuer le plus efficacement possible la lutte contre les Frères Musulmans. Je sais que l’ouverture d’esprit de RL nous permettra de vous y lire si vous désirez exposer à nouveau votre approche de la lutte qui est la vôtre et dont je vous remercie humblement pour mon pays et pour l’humanité (musulmans compris bien sûr).

Selda

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.