1

Fatiha Boudjahlat, votre ennemi, ce n’est pas Marine, c’est l’islam

Cette femme extraordinaire, madame Fatiha Boudjahlat, parle de la gauche dévoyée, islamophile, et de ces bourgeoises gauchistes féministes.

Elle se veut d’une gauche qui n’existe plus, qui est ultraminoritaire, quasi groupusculaire et refuse cependant de voir « la droite », ou « l’extrême droite », comme elle dit, bien plus proche d’elle qu’elle ne le croit ! Le parti de Jean Pierre Chevènement est mort depuis que celui-ci a refusé de tenter sa chance aux présidentielles, seule élection qui vaille, et qu’il s’est laissé écraser par la machine socialiste ! 

Je partage absolument son analyse sociétale sur cet islam qui détruit les femmes, sur ce voile qui est, en fait, un des outils de propagande au service des religieux salafistes, du wahhabisme.

Son combat contre le voile est salutaire, sa volonté de refuser le voile dans les sorties scolaires est parfaite ! Son discours sur la France Insoumise qui trahit la laïcité est bon, mais je réfute pour autant son analyse binaire sur la salafiste qui a sévi dans l’assemblée régionale de Bourgogne, et sur Julien Odoul ! Celui-ci n’a fait qu’interpeller la présidente de la Région sur cette voilée.

Qu’aurait-elle fait à la place de Julien Odoul ? Pas grand chose, hormis un discours creux en disant qu’elle l’aurait interpellée, en lui faisant réaliser qu’elle avait de la chance d’être en France ! En oubliant le contexte, la géographie des lieux, la volonté de victimisation volontaire de cette voilée, etc. 
Ce sont les limites de ces militants qui se disent encore de gauche, tout en étant souverainistes et qui dans l’action sont, manifestement bel et bien coincés ! 

Coincés entre une prise de conscience de la réalité islamiste, de la gauche qui aura tout trahi, et celle de l’urgence à agir face à l’islamisme.

Le formatage socialiste est bien présent !  Ils n’arrivent pas à s’en sortir ! Par exemple, nous ressortir Jean Marie Le Pen aujourd’hui, comme repoussoir, n’est franchement pas d’actualité ! Ce sont des années de bourrage de crânes, et pour en arriver où ? À se faire agresser par un Arabe dans le métro parisien à 22 h 30, parce que femme, physiquement maghrébine, et devant être à la maison avec son mari et sa flopée de mômes ?(Source)

Qu’à droite et à l’extrême droite, il y a de sombres imbéciles antisémites, voire racistes, n’est pas une découverte, mais elle sait bien qu’à gauche, l’antisémitisme est patent sous couvert de l’antisionisme, le racisme est tout aussi évident, l’homophobie et le sexisme aussi, y compris dans des familles bourgeoises de la gauche bien-pensante, et chez des artistes qui appellent à la solidarité mais… chez les autres !

De même, se déclarer croyante, musulmane, et affirmer dans la même phrase, une vérité, à savoir que le Coran a été écrit par des hommes 200 ans après la mort de son prophète, reste une hérésie, un signe d’apostasie qu’elle ne semble pas réaliser. Les musulmans pensent dans leur grande majorité que le Coran est une révélation venu tout droit d’Allah, et parole de Dieu en ligne directe ininterprétable et vérité inchangeable jusqu’à la fin de l’humanité ! Aucun dignitaire musulman, aussi ouvert soit-il, ne soutiendra les propos de Fatiha Boudjahlat sur ce sujet bien précis !

Prise entre deux formatages, l’un religieux, l’autre la pauvreté, le monde ouvrier, le fait d’être née fille, de vivre dans une famille nombreuse où le mâle est roi, explique beaucoup de son engagement politique !

Elle peut dire à cette « bourgeoisie féministe blanche« , ainsi qu’aux bourgeoises issues de la classe riche africaine comme les Obono, Ndiaye, Diallo, à toute cette gauche islamophile, qu’elle sait ce qu’est la misère, et tout le travail qu’elle a fait pour s’en sortir, pour étudier et grimper les échelons de la société !

Mais clairement, elle n’arrive pas, comme beaucoup d’entre nous l’avons fait, à sortir de ses a priori basiques qui consistent à penser droite ou gauche, gentils et méchants, et particulièrement face à l’islam ! À Riposte Laïque par exemple, nous sommes d’origines politiques diverses et de milieux différents. Nous menons pour autant un combat contre l’islam qui est pour nous un fascisme islamique, et jamais nous nous trompons d’adversaire ! 

Nous avons avec cette femme bien plus de points communs qu’elle ne le pense, et je regrette ses condamnations contre ce qu’elle appelle l’extrême droite, ou la droite, alors même que nous partageons l’essentiel de son discours, mais pas, bien entendu, sa croyance religieuse !

Toutefois, je lui lève mon chapeau pour son courage et sa pugnacité, comme pour Zineb El Razoui

Gérard Brazon