Fatima aux César : le cinéma français célèbre le voile

Publié le 27 février 2016 - par - 33 commentaires - 4 943 vues
Share

Fatima

Fatima: Le César du meilleur film que l’on n’attendait pas, titre le Huffington Post.

Fatima, sacré meilleur film à la surprise générale, dit en écho le Figaro.

Fatima, César surprenant du meilleur film, selon le site avoir-alire.com

Et toute la presse de décliner ses variantes sur le même thème: O surprise,  Fatima obtient le Cesar du meilleur film 2016.

Qui donc est surpris? On pourrait dire même que c’était couru d’avance tant le cinéma français peine à montrer autre chose que des films dans lesquels des migrants ou immigrés récents donnent aux Français de souche des leçons de vie ou de courage. On se contentera de citer Intouchables dans lequel comme chacun sait, même ceux qui n’ont pas vu le film, un jeune de banlieue avec son culot et sa gouaille, redonne le goût de vivre à un bourgeois des beaux quartiers, vivant seul dans son riche appartement, devenu handicapé par la pratique d’un sport à haut risque, figure emblématique du destin qui attend l’homme blanc.

On passera sous silence les Vincent Lindon, Catherine Frot et autre Miou-Miou (la liste serait longue…) qui ont incarné cet homme blanc, seul, hargneux, mal aimé et mal aimant, qui (re)trouvera un sens à sa vie en rencontrant l’Autre, peu importe qui, pourvu qu’il vienne d’outre-Méditerranée ou de par-delà les montagnes du Caucase, lequel lui donnera une leçon de vie et de générosité qui lui fait si cruellement défaut. En effet, quand il n’est pas barbare, l’homme blanc est égoïste.

Aussi, pour moi, est-ce sans surprise aucune si la 41° Cérémonie des César consacre Fatima, le film de Philippe Faucon.

L’histoire est si convenue qu’elle ressemble à une parodie: une Algérienne arrivée en France et abandonnée par son mari, élève seule ses deux filles en faisant des ménages. L’aînée commence ses études de médecine tandis que la plus jeune, plus rebelle, donne quelque fil à retordre à sa mère.

On sent tout de suite l’histoire édifiante d’une mère  courage qui  se sacrifie pour ses filles. Et mon dieu pourquoi pas. Sauf qu’une mère seule se sacrifiant pour élever ses enfants n’est en aucun cas une exclusivité de la population immigrée. On en trouve beaucoup, et de plus en plus, dans la population d’origine à laquelle notre cinéma s’intéresse moins, semble-t-il, ou alors pour la moquer façon Famille Tuche dont le père se proclame chômeur et fier de l’être. Les vrais chômeurs apprécieront.

Certains le qualifient  de documentaire, tant pour la critique le film dépeint un aspect de réalité sociale et ethnologique quotidienne.

Au mieux, le film serait anachronique. En fait, il montre moins la réalité actuelle de l’immigration que le fantasme des années 80 où l’on voulait croire encore à l’intégration sinon à l’assimilation et où l’on pensait que l’immigration maghrébine serait, peu ou prou, semblable aux immigrations européennes qui l’avaient précédée. La situation décrite dans le film, qui a suscité l’émoi de la salle frémissante du Châtelet, éperdue d’autosatisfaction, ne correspond en rien à la réalité des banlieues que celle-ci ignore.

Loin d’être un documentaire, le film qui enchaîne les images d’Epinal, montre au spectateur l’histoire qu’il voudrait croire. Fatima a deux filles. C’est souvent le cas dans nos productions. Notre cinéma abonde en filles maghrébines soucieuses de s’émanciper. Ce sont les opprimées des opprimés, les damnées des damnés de la Terre. On  exalte ainsi l’émancipation que ces femmes rechercheraient et que la France est censée leur apporter. On justifie ainsi l’immigration tout en s’octroyant un satisfecit. Non, en banlieue, les filles ne sont pas vêtues à l’européenne, elles ne font que très rarement des études de médecine, et si, à l’inverse, on y trouve bien des rebelles, ce n’est pas du modèle patriarcal qu’elles veulent s’affranchir, mais du modèle français et républicain, pour reprendre le mot dont gauche et droite usent et abusent. Quant au foulard, que Fatima porte en toutes circonstances même chez ses employeurs, il est davantage un symbole de conquête que la marque d’humilité dont ce personnage est pétri.

A la suite d’une chute et immobilisée chez elle, Fatima tient son journal intime. Si elle ne sait ni lire ni écrire en français, elle lit et écrit l’arabe. Théoriquement, cela est possible. Dans la réalité, les immigrés illettrés en français le sont aussi dans leur langue d’origine. Pourquoi cette invraisemblance, ou si l’on veut, cette ficelle narrative un peu trop visible?  Parce que cela donne une note intimiste au personnage qui en devient plus touchant. Soit. Peut-être parce que cela permet de montrer, en plan rapproché, la si délicate calligraphie arabe, note exotique que notre  gauche Marrakech affectionne tant.

Pour compléter ce portrait édifiant, le cinéaste n’oublie pas, bien sûr, l’aspect pieux de l’humble personnage qui admoneste ainsi sa fille cadette: Tu as à manger, un toit, tu peux étudier, remercie Dieu. Cette pauvre femme aurait pu lui demander de la reconnaissance envers elle qui se sacrifie, mais non. Elle s’efface jusqu’au bout. Ce n’est plus une histoire édifiante, c’est une hagiographie. Au passage, elle aurait pu aussi dire : remercie la France, mais imagine-t-on dans notre cinéma, propos aussi nauséabonds.

Fatima porte son voile en toutes circonstances, y compris sur l’affiche du film et jusque dans la salle du Châtelet hier soir, par le truchement de son interprète Soria Zeroual. Le public ne semble pas du tout gêné de voir récompenser un film prétendument dédié à une femme qui lutte pour sa liberté et son indépendance, mais qui exhibe ce symbole de servitude, fût-elle volontaire. Au diable les contradictions, pourvu qu’on étale son anti-racisme d’opérette.

On a donc, hier soir, franchi un pas. Après le énième film à la gloire de l’immigré dont le cinéma français nous abreuve, première apparition d’une  femme voilée lors de la  cérémonie des César.

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Josette Gazu

Outre l’apologie visuelle du voile (je suis une femme et donc je rejette ce signe de soumission en rappelant que la cheika Mozah, épouse et mère d’émirs au Qatar, ne le porte pas, ni au défilé du 14 juillet ni à sa réception à l’Académie française!), j’ai été choquée par l’extrait de dialogue entre la mère s’exprimant en arabe avec sa fille, très européennisée. Il ne s’agit pas de pérenniser une langue régionale, comme le basque ou le breton!!!!!

zebrinette

votre commentaire en dit long sur votre famille politique ! Ce film est justement un frein aux personnes de votre genre ! Je regrette qu’il n’y ait pas plus de film traité sur la diversité française et sa richesse, car nous sommes tous et toutes in fine des fils ou fille de migrants ( breton, basques, corse , la France est une confédération d’états avec une culture et des langues différentes qui se sont uniformisées) , puis polonais, portugais, espagnol, maghrébins, africains (central et du sud), asiatiques… Ce que je regrette moi c’est le côté justement unilatéral du sujet et de nier l’autre partie des fils et filles d’immigrants qui sont eux nés dans des familles bourgeoises, eh oui il en existe et beaucoup !

Helvétius

Inutile de nous servir cette vieille imposture. Comparer les corses ou bretons, mais aussi nos amis d’origine polonaise, italienne, espagnole ou portugaise aux obscurantistes venus de l’autre côte de la Méditerranée, important leur religion stupide et malfaisante, est une sornette qui ne prend plus.

Helvétius

Le cinéma français célèbre l’infériorisation des femmes en invitant une australopithèque voilée sur la scène des Césars

Cavalier

Ce n’est que l’intelligentsia bobo branchée qui par snobisme rame à contre-courant de ce que pense les Français.
Samedi soir, je suis allé sur le site mobile du »Parisien », 55 commentaires sur 55 étaient négatifs au sujet de ce navet (Bio).
Donc pas de panique la colle ne sera pas sèche que l’étron ne sera plus à l’affiche.
La propagande Staffel tourne à plein régime, ça en est ridicule, caricatural, la ficelle est maintenant trop grosse, nous ne sommes pas dupes.

Elisa

Qui donc est surpris? C’est comme l’Eurovision, c’était couru d’avance. De la pure provocation et on ne doit pas se laisser aller à la haine!!? Mais jusqu’où les médias, les politicards vont-ils pousser le bouchon ?? Cherchent-ils réellement une guerre civile ?? Juste pour contrer le Front National ?? Et le Philippe Faucon est un collabo ou un opportuniste

Qui donc est surpris? C’est comme l’Eurovision, c’était couru d’avance. De la pure provocation et on ne doit pas se laisser aller à la haine!!? Mais jusqu’où les médias, les politicards vont-ils pousser le bouchon ?? Cherchent-ils réellement une guerre civile ?? Juste pour contrer le Front National ?? Et le Philippe Faucon est un collabo ou un opportuniste

plouc

Avant on avait les dialogues d’ Audiard et les Gabin , Lino Ventura , Louis Jouvet , Arletty etc etc et maintenant nous avons à la place Fatima et ses dialogues en arabe sous titrés en français !!!!!!
j’ ai mal à ma France !!!!!!!!

GZZ.40

La veille de la cérémonie,Fatima ,il me semble sur Europe 1 ,expliquait qu’elle désirait obtenir la nationalité française ,mais devait retourner dans son pays de naissance,le Maroc,pour effectuer la démarche…OR…cette brillante actrice avait « joué » dans un précédent film le rôle d’une prostituée…ce qui avait eu pour effet ,de fâcher « tout rouge » les gouvernants du Maroc ,lui promettant la prison en cas de retour au pays…
J’avoue avoir entendu cette interview d’une oreille distraite…
Si quelqu’un pouvait confirmer cette info….je suis preneur…

Jean Pavée

Je crois que vous confondez avec Loubna Abidar, nommée également aux Césars, mais pour Much Loved.
http://www.ouest-france.fr/culture/cinema/les-cesar/loubna-abidar-actrice-exilee-nommee-aux-cesar-pour-much-love-4058211

GZZ.40

Merci pour votre réponse..je me suis « planté »…j’ai vraiment écouté d’une oreille distraite…..

garric

Bravo Madame pour cet article clair, qui démonte parfaitement la mécanique indigente, édifiante et bien-pensante qui prévaut dans tous ces films produits d’une main et récompensés de l’autre par cette ‘gauche marrakech’ que vous évoquez à juste titre.
Derrière ces ‘productions’ ou plutôt ces commandes, ne pas oublier qu’on retrouve la commission d’avance sur recette aux mains d’un lobby, ce qui explique la carrière étonnante, du moins la filmographie abondante, de certains acteurs d’une insigne médiocrité tels P. Bruel..
Cette commission censée financer ‘l’exception cuturelle française’ promeut en fait un conformisme idéologique sur fond de copinage qui explique la nullité de la production française contemporaine.

fefe

Il y a belle lurette que je ne vais plus au cinéma voir tous ces films de propagande sur l’immigration. Cela me dégoute ! Je ne regarde plus que les films anciens Français ou autres où il n’y a pas d’africains ou d’arabes mais des gens bien de chez moi.
Si la France a été une terre d’immigration, elle ne l’était que pour des gens qui se conformaient à nos us et coutume et qui avaient un socle commun de civilisation, pas comme maintenant….

daniele

Tu as raison fefe et je fais pareil.

Je vais sur internet consulter le programme de télévision. Selon le film ou le téléfilm qui pourrait m’intéresser, je regarde le casting. Si j’y lis un nom à consonance arabe, je ne regarde pas. C’est simple et radical, ça m’évite des contrariétés.

Comme les amerloques qui ont obligation de faire jouer un quota de noirs dans leurs films, les français du 7eme art (enfin… ces intellectuels de gauche sont si arabisants !) se sentent-ils obligés de faire pareil ?

Enée

Déjà « Fatima » n’est pas un prénom français .
On veut absolument nous imposer ces musulmans arabes avec leur foulard en France alors que nous n’EN VOULONS PAS. C’est terrible!
En plus Algériens!…les Français ont la mémoire courte, pas tous fort heureusement, ni les Historiens, ni certains Algériens objectifs. La France leur a donné un pays riche (alors qu’il n’y avait RIEN), où elle a tout installé et en parfait état de fonctionnement. Ils ne voulaient plus des Francais…,Ils voulaient leur indépendance et ils l’ont eue.
La Fatima? mais que fait-elle ici, en France avec son foulard, elle doit rester dans le pays de ses ancêtres avec sa religion et œuvrer pour son pays si durement acquis paraît -il? Il faut rester LOGIQUE et dire STOP à toutes ces absurdités .

Miki

Qu’un film qui ne vaut rien et qui n’a rien à dire soit couronné par un prix français en France est peut être surprenant pour ceux qui attendent encore un classement en fonction de critères artistique et culturels, mais cela ne l’est absolument pas pour ceux qui ont l’habitude des manipulations politiquement correctes/ propagande toute- horizon pour le changement du peuple.
La question reste- est-ce qu’il y a encore des gens qui gobent tout ca ? Est-ce que ces mensonges, lavage de cerveau et manipulations marchent toujours ?
C’est devenu tellement omniprésent, banal et quotidien à la télé et au cinéma, que normalement les spectateurs devraient déjà être immunisés, non ?

gavroche

Le cinéma français

C’est le centenaire de la bataille de Verdun et aucun réalisateurs a fait un film sur le sujet ni maintenant ni avant.
C’est pourtant la bataille la plus célèbre de l’histoire de France et rien …
Juste un reportage colorisé sur France 2 suivit d’un débat , parmi les invités Philippe Torreton qui a joué dans capitaine conan un film qui se déroule aux Dardanelles
(faute de mieux).

Le cinéma français ne s’intéresse pas à son passé , il préfère Fatima , Dheepan ou Mustang.

Fatima, sacré meilleur film à la surprise générale.
Pour moi pas de surprise.

Le courage d’une mère qui a quitté un pays de merde ou il y a pas de boulot ou les femmes sont là juste pour faire à bouffer.
Elle a quitté son pays pour la France qui deviendra peut-être à son tour un pays de merde tout ça à cause d’une religion de merde.

m...a

le cinéma français est subventionné par l’état donc aux ordres du pouvoir et donc représente la voix de son maitre …c’est tout ! normal que les navets à la gloire de l’idéologie dominante soient récompensés ! aux citoyens d’aller voir les bons films encore projetés !

NADJAZA

Je ne me souviens pas d’avoir vu de film retraçant l’exode des pieds-noirs,leurs souffrances,leur difficultés pour survivre,moins bien accueuillis que des étrangers,quoiques Français depuis plusieurs générations.Pas de film à grand spectacle hormis des documentaires souvent orientés.
La mode actuelle est d’introduire la « dose »de ce qu’on sait,ne serait-ce que pour satisfaire une partie minoritaire de Français.Ou plutôt pour poursuivre le jeu de massacre des gouvernants.jbhjv

Paulus

Pourquoi continuer à s’étonner ?

jlriv

Notons tout de même que Faucon (dont la filmographie semble uniquement consacrée aux CPF maghrébins) n’a réussi à faire qu’un film de 79 minutes. Pas si inspirants que ça, les livres (sans doute très peu épais, mais, en France, ce n’est pas très original) des pauvres femmes de ménage maghrébines voilées et dignes. C’est sans doute pour ça, entre autres, que malgré les 10.000 étoiles décernées par leurs magazines préférés, les lecteurs de Télérama, les Inrocks et autres obs, ne se sont pas déplacés lors de la sortie du film en octobre (il faut quand même en avoir pour son argent, non ?) : le film a été très rapidement retiré de l’affiche. Il n’a eu que 66000 spectateurs, ce qui s’appelle un bide. Mais nos amis bobos vont pouvoir se rattraper, car ils ne manqueront pas d’avoir mauvaise conscience d’avoir négligé une oeuvre plébiscitée par les professionnels de la profession et feront amende honorale en allant voir ce chef d’oeuvre incontestable qui ne manquera pas de ressortir en fanfare. En attendant, ils se précipitent tous pour voir « Je ne suis pas un salaud » qui nous raconte l’histoire d’un des leurs qui a laissé accuser injustement un Ahmed d’un délit dont il n’était pas coupable (que voulez-vous ! même les bobos ne prêtent qu’aux riches… ). Déjà pré-sélectionné pour le César du meilleur film de l’an prochain ?

myster13

Merci d’avoir précisé le nombre de spectateurs tellement important que les salles se sont empressées d’arrêter la diffusion de ce truc. Et comme vous le dites, les pseudos critiques et autres collabos s’empresseront d’aller le voir ainsi que beaucoup de professeurs qui imposeront des séances de cinéma à nos enfants (primaires, collèges et lycées) pour « prouver » que ce film est un franc succès

pauledesbaux

les CESARS FRANCAIS , çà existe çà ? çà me rappelle une chanson de SARDOU « NE M APPELEZ PLUS JAMAIS FRANCE…… » Y A T IL ENCORE UN FRANCAIS DANS L AVION DU GOUVERNEMENT ,?signé paule di Malta

Titi26

Manipulation et propagande quand tu nous tiens
Le système socialope gauchiste fasciste aux commandes
Belle demonstration

arthur

A quand un film sur ce qu’endurent les Français qui se trouvent isolés dans des quartiers de non droit et doivent subir les moeurs des immigrés musulmans ?

Daniel Boutonnet

Excellente synthèse de ce que les bobos ultra gauchisants du cinéma français (et de la télévision) nous servent jusqu’à plus soif, le « courage, l’intelligence’ des immigrés, ou plus exactement de tout individu non blanc, face aux Français « de souche » qui soi-disant n’existent pas mais qui existent quand même lorsqu’il s’agit de les désigner comme racistes, incultes.

berber

«Ils» les traitres, font l’apologie de Fatima , mondialisation oblige , meme fabius «Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d‭’‬une jeune Française issue de l‭’‬immigration,‭ ‬ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République»

Detruire les nations , les identités ,asservir les peuples tel est le programme pour preserver l’hégémonie US ,la souveraineté supranationale , les lobbys et autres banquiers mondiaux ‭.
Ils utilisent des terroristes musulmans(façilement identifiables selon Bzrezinski) et ne visent que des sans dents

Comme Kissinger en Amérique latine laissant‭ ‬100‭ ‬000‭ ‬morts entre‭ ‬1975‭ ‬et‭ ‬1989.L’Opération Condor c’était en partie la terreur des dictatures,‭ mais c’est ‬ surtout‭ ‬le modèle néolibéral qui a été implanté avec des traités de libre-échange avec les États-Unis(une catastrophe) ainsi que l’implantation de plus de‭ ‬100‭ ‬bases militaires

Yves ESSYLU

Dans les années qui ont suivi 1968, « Libération », le torchon pseudo progressiste faisait la promotion de la pédophilie, maintenant c’est le cinéma des décérébrés par le marxisme qui fait la promotion de l’envahisseur islamique
il y a matière à épuration dans le cadre de l’article 35 de la constitution de 1793

La chienlit non merci

Tout est fait pour glorifier la religion de l’umps maçonnique.

matthieu

Il faut se reporter à la première République,à Robespierre,Couthon et Saint-Just en 93-94 pour anticiper la réaction du peuple français contre les 300000 ou 50000 collaborateurs mondialistes. qui entendent détruire notre Grande Nation en s’appuyant sur l’invasion musulmane.
En l’an 2 de notre République,nous sommes présentement en 224,environ 33000 ennemis de la France furent guillotinés et leurs têtes montrées au peuple.

pauledesbaux

mai 2017 pour la grande pendaison aux réverbères (? vous ensouvient-il jf?) si nous n’en n’avions pas assez nous creerons des fabriques……ou mieux encore sur des charriots de pailles promenant de villes en villages ces traites sur lesquels le peuple français trahi pourrait venir cracher sans modération… une idée riche encore (jf)signé paule diMalta

guy dupont

Votre commentaire n’est pas très clair, je n’ai pas de décodeur.

l\'Ancien du 11

Ce sont des maths de très haut niveau, dérivées du théorème de Pythagore…

jules brayotte

Il n’y a pas de quoi être fier ! Eliminons tous ceux qui nous gênent. C’est ce qu’ont fait nazis et communistes avec une efficacité toute robespierrienne.