1

Faut-il dissoudre le peuple suisse ?

Est-il vraiment correct d’interdire les minarets ?
1-Qu’est-ce que les minarets ? L’excellent Emile Littré, libre-penseur, les définit comme le « nom des tours des mosquées d’où l’imam appelle le peuple à la prière ». Un procédé publicitaire en quelque sorte. Un trouble anormal de voisinage au fond.
2-On ne voit pas trop ce qui rend ces porte-voix indispensables à la religion, comme le soulignent des musulmans croyants, soucieux de se distinguer des provocateurs.
3-La votation suisse dément les sondages… Et alors ? Le peuple a dit non et la Suisse respecte le choix du peuple. Il est certain que la Suisse n’appartient pas à l’Europe de Sarkozy-Kouchner, Barroso, … et des deux derniers malvenus dont on a oublié le nom. Dans l’Europe Sarkozy-Barroso, on s’assoit sur un référendum.
4- Le consensus libéraux-verts-sociaux démocrates est anéanti par le peuple. La place financière suisse va-t-elle subir le retrait des capitaux de Dubbaï, certes protégés par la charia de la finance, mais évaporés vers…seul Allah sait où ?
5-En France, le code de l’urbanisme et celui de l’environnement interdisent les édifications absurdes et provocatrices. Xavier Bertrand a expliqué qu’il n’était, peut-être, pas nécessaire de le réformer, mais qu’il fallait réfléchir… Coppé est scandalisé par les Suisses, d’autres aussi, de Kouchner à Hamon et Mamère.
Les Suisses ne se sont pas dissous dans la rente pétrolière. Pour les politiciens français précités, on ne peut pas dire : « pareillement » !
André Vianès
Avocat, économiste