Faut-il juger les juges ?

av juge burgaud

Faut-il juger les juges lorsqu’ils se sont trompés ou lorsqu’ils ont été désavoués ?

 

A la fin des années 70, près de 90 % de l’activité des juges était consacrée à la lutte contre la criminalité, la délinquance. Depuis 20 ans, de plus en plus de magistrats se veulent les « censeurs » de la vie politique, de la presse, et ce sont autant de moyens humains qui font défaut dans la lutte contre la criminalité organisée, la petite délinquance. Le « mariage de raison » (et non d’amour) qui prévalait entre les magistrats et les journalistes dans les années 80 a volé en éclat. Alors même que l’impartialité des juges est mise en cause, chaque jour. Certains juges ont même jeté le discrédit sur des commissaires de police efficaces, en reprochant à ces flics de terrain d’avoir « franchi la ligne rouge dans leurs recherches d’informations au sein du grand banditisme ». Mais, personne n’ose sanctionner, de manière exemplaire, les magistrats qui dérapent, à l’image de l’affaire d’Outreau.

Plusieurs magistrats se sont même interrogés sur l’indépendance de certains juges vis à vis de certaines religions (lire aussi http://ripostelaique.com/des-juges-francais-infeodes-a-certaines-religions.html ). La question méritait d’être posée, après que la Ministre de la Justice Christiane Taubira ait annoncé, le 27 avril 2015, aux journalistes accrédités auprès de son ministère, l’octroi de 2,7 M€ de crédits sur 3 ans
«destinés à mettre en place des formations à la laïcité pour les magistrats et les personnels des juridictions ».

 

La rentabilité domine aussi l’institution. Avec un management à la japonaise. Du coup, plusieurs magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre.

 

Au pénal surtout, mais aussi dans une moindre mesure au civil, les juges français ont un pouvoir plus important que leurs homologues des autres démocraties (en particulier les pays anglo-saxons de Common law), qui doivent s’effacer beaucoup plus souvent qu’eux, dans la prise des décisions, derrière des jurés populaires, qu’on ne trouve en France que dans les cours d’assises (encore dans celles-ci les juges professionnels ont-ils une influence importante, voire prépondérante, à en croire des confidences de jurés).

Ce constat est partagé par Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, qui enseigne l’histoire de la justice à l’université de Bourgogne depuis 1988 et est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre Histoire des juges en France, de l’Ancien Régime à nos jours est aux éditions Nouveau monde est meilleur qu’un diagnostic médical. 

av jugL’image du juge au XIX ème siècle : dépassée ?

 

L’auteur y décrypte les caractéristiques des magistrats en France. Il estime que les justiciables doivent être en droit de demander des comptes aux juges. Car le pouvoir des juges concerne le quotidien des procès, et donc le quotidien des Français.

Certes, les juges ont toujours été décriés, quels que soient l’époque et le lieu. La critique de la justice, et par conséquent des juges, était déjà très importante dans l’Antiquité : voyez Aristophane! Dès lors, pour Benoît Garnot, « La critique des juges n’a jamais cessé depuis. On a accusé les juges d’incompétence, de partialité, de concussion, de cruauté, d’insensibilité…, le plus souvent à tort (pas toujours cependant). Alors pourquoi une telle hostilité? Parce que tout procès fait au moins un mécontent, le perdant, et le plus souvent deux, quand le gagnant estime qu’il n’a pas reçu assez ou que l’autre n’a pas été suffisamment puni, ce qui est la réaction la plus fréquente.

 

« Après, il est très facile, mais trop courant, de reporter son mécontentement ou sa déception sur le juge. Quand en plus on se trouve, comme actuellement, en période de crise économique et sociale, les juges constituent des boucs émissaires idéaux… surtout quand des élus en rajoutent en contestant des décisions de justice… ».

 

Le plus gros problème demeure une judiciarisation de notre société Française, qui donne l’impression que les magistrats veulent se mêler de tout. Et Benoit Garnot a le mérite de rappeler « On oublie que les juges sont faillibles et ont droit à l’erreur, mais ils ont souvent du mal à la reconnaître… ». Et personne n’ose, à l’arrivée, sanctionner tous les magistrats qui ont commis des erreurs, qui ont ruiné des vies, qui ont massacré des enfances, qui ont détruit des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, en ordonnant ici une faillite, là une expulsion agricole, sans avoir vraiment pris le temps d’étudier le dossier.

 

Ces juges poursuivent leur carrière, un blâme administratif dans le pire des cas, une mutation dans les îles de la République lorsque l’affaire est moins grave mais alimente les médias.

 

Certains magistrats se placent sous la coupe du pouvoir politique, sous l’emprise de certaines loges maçonniques, ou prennent des engagement associatifs d’un tout autre plan, mais cela mériterait un trop long développement. S’ajoute à cela le recrutement et les carrières, au XIXe siècle et pendant une bonne partie du XXe siècle. Ce phénomène s’est atténué aujourd’hui pour les recrutements, mais beaucoup moins pour les carrières. Dans le traitement des affaires banales, qui constituent l’immense majorité du contentieux, la liberté des juges du siège est totale (évidemment dans le cadre de la loi et de la jurisprudence). La sujétion au pouvoir politique concerne surtout les magistrats du parquet, et de nombreuses affaires à connotation politique ou financière, qui s’avèrent souvent très médiatisées.

Les juges de l’ordre judiciaire sont-ils trop puissants en France ? Et que dire des juges constitutionnels, dont les décisions infirment de plus en plus souvent les lois votées par le Parlement ?

Dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », on a l’impression que certains serviteurs de l’Etat, dont les ancêtres se sont illustrés sur les champs de bataille, pour que «vive la France », tentent ici ou là de sauver le Pays réel, en incarnant cette laïcité et le sens de l’Etat que nous défendons.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

image_pdfimage_print

17 Commentaires

  1. La seule solution pour obtenir des décisions à la fois étudiées consciencieusement et dépourvues d’idéologie c’est de rendre les magistrats individuellement responsables comme le sont tous les professionnels indépendants

    • les juges ils ont une immunité qui les protège ,et ils sont syndiqué ,ils sont franc-maçon secte d’origine juif .
      et en plus ils ne connaissent rien de la vie ,ils sortent des écoles point barre et le reste ils ne connaissent rien .
      ils sont venu dangereux et incompétent ils ont sous l’influence de l’état ministère de la justice ils sont acheté .
      ils est grand temps que cela se retourne contre eux que les citoyens portent plainte contre eux
      se n’est plus adapté
      j’étais ambulancier mon employeur me devait de l’argent sur les transports effectué ils ne ma jamais payé .

      j’ai emmené l’affaire en justice le juge n’a pas regardé mon dossier ,il a jugé l’affaire sens regardé mon dossier s’est très grave ,comme mon employeur était franc-maçon et son avocat aussi je me suis retrouvé devant des juges franc-maçon j’ai tout perdu et rien gagné du coup j’étais tous pour ma pomme en claire le juge a tout annulé des deux partis
      s’est très grave

      • « ils sont franc-maçon secte d’origine juif » le fond comme la forme suffisent pour qu’on n’ait pas envie de lire plus avant…

  2. Je suis aide soignante en gériatrie, si j’oublie de bloques les freins d’un fauteuil roulant, que la personne tombe et ben ma tete elle tombe aussi. Histoire de dire que je suis responsable de mes actes parce que de moi dépend la sécurité des personnes que je soigne, LOGIQUE. Si je suis juge, que je décide de lacher dans la nature un criminel et qu’il va tuer a nouveau pourquoi je ne serait pas responsable?? De moi dépend la sécurité des personnes qui risquent de croiser la route de ceux que je décide de lacher??? Ben non…. pas là, c’est même impensable pour certains. Salopards!

  3. Il ne doit y avoir qu’un seul pouvoir : l’exécutif, élu par le Peuple. Pour éviter de futurs « murs des cons », de futurs Outreau et les dérives communautaristes et anti-laïques de futurs ministres taubiresques, le personnel judiciaire doit pouvoir être révoqué par des institutions de la République, jugé par de véritables tribunaux populaires aptes à condamner les fautes professionnelles, partisanes et anti-laïques commises par les magistrats, les avocats et leurs instances représentatives. « L’indépendance » du pouvoir judiciaire à l’égard de l’exécutif qui nomme les gardes des sceaux, sa « séparation » du pouvoir politique qui forme les magistrats dans « ses » écoles, ce sont des supercheries. Le laxisme antirépublicain actuel en faveur des délinquants islamistes, des malfrats récidiviste, les poursuites engagées contre les défenseurs de la Laïcité et du rationnel citoyen, les interventions directes de la justice dans la sphère politico-médiatique sont devenues intolérables.

  4. Il ne faut pas oublier que lorsqu’ils enlèvent leurs robes les juges sont des gens comme vous et moi ( je dis ça car ancien juge au tribunal de commerce de Marseille) Que ces juges peuvent se tromper ils ne sont pas infaillibles , malgré tous les « Dalloz » mis à sa disposition.Par contre , qu’ils soient justiciables comme les autres je dis oui , il n’y a aucune raison pour qu’un juge ne soit jugé à son tour pour faute grave, lourde etc…
    Je le répète , enlevez leur accoutrement de carnaval , ils font parti du commun des mortels.

    • Filochard, je souhaite pouvoir déposer plainte avec :

      1 – Constitution de JURES populaires et militaires DIRECTEMENT et UNIQUEMENT (c’est à dire sans passer par la case « juges » ou par l’état)

      2 – Déclarer l’ensemble de la magistrature INCOMPETENTE de FAIT !!

      Vos connaissances pourraient m’aider, merci d’avance pour votre réponse …

      • bref vous voulez faire la révolution parce que sinon vos intentions par ailleurs peu claires n’entrent pas dans les règles de procédures existantes

    • HUm, je trouve qu’ils se trompent bien souvent et que certains (« francs » maçons ?) sont même franchement sous influence.

  5. oui, il faut absolument pouvoir juger les juges et les sanctionner – Ils sont trop soutenus par leurs statuts, leurs syndicats et aussi le CSM – Conseil Supérieur de la Magistrature – les juges (AUSSI) sont totalement dé »responsabilisés et ils savent qu’ON ne leur dira rien même s’ils se trompent (volontairement, OUI PAS)

  6. A propos des juges, j’ai écrit ceci dans la plainte que je suis en train de constituer, contre le gouvernement actuel (et passés) de mémoire :

     » De plus, eu égard à la GRAVITE de la plainte, de la qualité et/ou du niveau de responsabilité des gens mis en cause, l’ensemble des juges doit être déclaré INCOMPETENT pour instruire cette plainte, et sans AUCUN recours de leur part possible… » en ce sens !

    Nous sommes en guerre, donc ce sont des tribunaux militaires et POPULAIRES qui sont EXIGES !!  »

    Bref, lire les informations sur http://www.quotidien.com – la FAILLITE nous (y) voila (ou presque)

    Je pense que quelqu’un, quelque part, a calculé à partir de quand l’effondrement aura lieu, car, dans le même temps, il provoquera la guerre éthno-religieuse, seule façon de :

    1 – Ne pas payer ses dettes (ruine globale des banques et OLIGARCHIES de tout type)
    2 – Commencer la réduction du nombre d’humains sur la planète

    Nous avons peu de temps, moins que nous le pensons…

  7. Une chose essentielle qui n’est pas dite dans cet article :

    La grande majorité des Juges, Avocats, et même commissaires de Police ou généraux de l’Armée, appartiennent aux réseaux Maçonniques, et ce comme bon nombres d’hommes politiques influents.

    Les membres de ces réseaux maçonniques partagent un même but : le « Grand Oeuvre » qui n’est rien d’autre qu’un « Universalisme Cosmopolite » à l’echelle mondial nécessitant la destruction préalable des Etats Nations, et s’apparentant à la construction d’une nouvelle « Tour de Babel ».

    La ou l’universalisme Chrétien cherche seulement à transcender les Coeurs sans jamais remettre en question l’existence des Nations, l’universalisme Maçonnique et son « grand oeuvre » cosmopolite, necessite quant à lui l’anéantissement des Nations et l’écrasement autant moral que physique de tout ceux qui tentent de s’y opposer.

    Nicolas Sarkozy : « Nous irons ensemble vers le Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer… »

  8. Au regard des commentaires: Faut pas non plus s’emballer avec la soi-disant infaillibilité du peuple
    Les juges non professionnels (tribunal de commerce, prud’hommes) sont loin d’être aussi exemplaires qu’ils le pourraient et le devraient
    Les différents domaines du droit sont devenus tellement complexes qu’ils impliquent des intervenants spécialisés, on se heurte alors au problème du nombre insuffisant de magistrats, d’autant plus que le droit des étrangers monopolise des moyens hallucinants en raison de la possibilité de réouvrir presque sans fin les dossiers aux frais des seuls contribuables
    Au delà de cette réalité, les termes des décisions sont souvent décourageants pour les avocats :
    – méconnaissance du dossier, je me souviens d’un président de Cour d’appel, qui ne voulait pas s’encombrer avec les pièces justificatives
    – « oublie » de certains faits de nature à contrarier le parti pris du magistrat (haine des entreprises, haine des FDS…)

  9. Que dire sur les juges ?
    J’ai vu six fois de près leur travail, pour des affaires peu graves heureusement .
    (Enfin, deux concernaient des tribunaux administratif pour des entorses très importantes au droit syndical).
    Affaires que je connaissais et où je connaissais la vérité. Pas de problèmes les juges se sont trompés les six fois et au moins pour trois par manque dramatique de perspicacité ou par malhonnêteté intellectuelle.

  10. Preumse ! Ça fait 30 ans que je le dis ( dès l’adolescence ). Mais je suis bien content que quelqu’un s’attèle enfin à en diffuser cette idée certainement multi-centenaire par écrit car il faudra bien qu’elle perce un jour ! Et si je voulais des droits d’auteur, je n’avais qu’à l’écrire moi-même…

    Aucun pouvoir ne doit s’exercer sans contre-pouvoir sinon c’est la dictature. L’expérience de Zimbardo ( voir le Zoom sur Audrey Jougla dans TV-libertés ) prouve que l’homme doté d’un pouvoir sur d’autres qui en sont prisonniers en abuse en des temps insoupçonnés des expérimentateurs par leur brièveté. C’est dans sa nature. L’impunité des juges est un scandale inter-galactique. Au nom de quoi seraient-ils décrétés irréprochables. C’est juste une folie !

  11. N’oublions pas la très forte incidence de la gauche judiciaire dans le malaise qui perdure.En 2002, Hervé Algalarrondo(rédacteur au service politique du Nouvel Observateur) a étrillé la gauche et la gauche judiciaire dans un portrait au vitriol intitulé »sécurité: la gauche contre le peuple; Robert Laffont)
    On trouve dans cet ouvrage tous les arguments des sites de réinformation d’aujourd’hui.
    extrait page 77
    « c’est le triomphe de mai:des magistrats vont jusqu’à déclarer la loi…hors la loi »
    Naturellement cette motion stupéfiante n’a été dénoncé par personne. »
    ces accusations ont par la suite été confortées par un autre ouvrage intitulé
    « le livre noir du syndicat de la magistrature ».Ce sont deux anciens magistrats
    qui décrivent dans le chapître « la citadelle vide » la même hostilité à l’égard de la loi.

Les commentaires sont fermés.