1

Faux vaccins mais vraies victimes partout en France !

« Les gens que j’accuse, je ne les connais pas, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits malfaisants. L’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.»

Émile Zola

Je ne suis pas seul dans ce combat.

Reinfocovid est un site d’utilité publique tenu par des médecins et des universitaires.

Il liste d’innombrables victimes, leur âge, leur pathologie parfois fatale, et les régions où les crimes ont été commis. Parfois on lit entre les lignes l’identité des assassins.

Ce site est jugé tellement dangereux par le pouvoir que ses fermes à trolls ont créé des faux comptes éponymes sur FaceBook, maintenus en ligne malgré les protestations des usurpés, car ne troublant pas l’éthique élastique de Zucky.

Mais le déni des journaleux vendus des télés, le zèle des commis voyageurs des labos, et la dissonance cognitive des imbéciles piqués devenus recruteurs pour la secte, s’effondrent face à l’accumulation de preuves !

D’ailleurs pourquoi continuer à parler de vaccins ?

Puisque ce sont des expérimentations pseudo-thérapeutiques, testant les possibilités d’action de l’ARN messager sur les réponses de l’ADN modifiant les neurotransmetteurs pour mieux phagocyter les esprits faibles.

Quelques exemples des crimes des vaccinators serial killers

 Dans une procédure criminelle, lorsqu’on a affaire à des tueurs en série, on est conduit à faire un tri entre toutes les atrocités qu’ils ont commises pour ne relater à la Cour que les plus odieuses, les plus abominables, et celles pour lesquelles les preuves abondent.

Voici donc un échantillon du pandémonium macronardesque :

Il avait 18 ans et toute la vie devant lui, mais la pression des adultes, le jugement de la société, la peur du rejet, l’envie de « vivre libre » selon les critères sélectifs du tyran, ont eu raison de ses réticences.

Il est mort 48 heures après le vaccin.

Bouches-du-Rhône : Maxime 22 ans est décédé le 26 juillet quelques heures après avoir reçu une première dose de vaccin Pfizer. On évoque un choc anaphylactique.  De toute façon, les juges n’ont aucune formation médicale. Et les médecins sont obligés de dire que ça n’a rien à voir, s’ils ne veulent pas être radiés. Pour mémoire, les allergies ne font pas partie des motifs de dispense vaccinale.

Autre témoignage : « Ce fut d’abord la femme d’un confrère. À 43 ans, sportive, elle était en pleine santé et sans aucun problème. 48 heures après le vaccin, elle fait une poussée de fièvre. Elle décédera durant son transport à l’hôpital. Hier c’est mon père que le vaccin a tué. »

Dans les Landes à Cassen (il y a un patelin qui s’appelle comme ça !) un homme de 39 ans, sans antécédents médicaux, est mort moins de 48 heures après la deuxième injection de Pfizer. L’autopsie révèle une insuffisance cardio-respiratoire. Mais rien à voir avec le vaccin. C’est venu tout seul !

Une lycéenne de Gardanne fait un malaise dans son établissement scolaire. Transportée au centre hospitalier d’Aix-en-Provence elle y décède le lendemain. Quelques jours plus tôt, l’adolescente avait reçu sa deuxième dose de mixture Pfizer. Bien évidemment, il n’y a aucun lien de causalité entre ces deux événements.

Pourtant, selon les rapports de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui n’a rien d’une officine complotiste, les professionnels de santé ont constaté entre janvier et juillet 2021 plus d’un millier de morts en France parmi les personnes ayant subi des troubles de santé, peu après l’injection de l’un des quatre prétendus vaccins contre le Covid-19.

De son côté, l’Agence européenne des médicaments a ajouté le 9 juillet aux effets néfastes des vaccins Pfizer et Moderna, les myocardites et péricardites, que les médicastres téléguidés ont toujours niés. Et continuent à démentir contre des milliers  de témoignages de leurs confrères, en provenance de pays sans cenSSure. Car pour la vérité officielle : on ne peut pas mourir des mixtures pourries fourguées par les partenaires en affaires du dictateur. Ça ne se discute pas !

Et puis il n’y a pas que les morts. Les pseudo-vaccins ne tuent pas toujours, mais ils occasionnent de graves troubles de santé dont on évalue mal les séquelles futures.

Fièvre, fatigue, céphalées, allergies, quand la vaccination se passe à peu près bien. Maladies cardiovasculaires, paralysies, embolies pulmonaires, phlébites, AVC quand ça tourne au désastre.

Perturbations endocriniennes et dérèglement des neurotransmetteurs qui régulent l’humeur et la personnalité, pas toujours décelables immédiatement.

Là, on peut parler de millions de victimes.

La plupart atteintes de façon relativement légère, mais quid par la suite ? Les autres sont hospitalisées, certaines en état de grande détresse et en réa. Mais interdit au personnel médical d’aborder le sujet. Les prolixes sont virés, radiés et leurs diplômes déchirés. Un vaccin qui tue plus que la maladie, ça fait désordre ! Faut pas le dire !

Et on ne compte plus les cancéreux, les diabétiques, les cardiaques qui ont besoin de check up réguliers et de soins constants, auxquels on refuse l’entrée des hôpitaux s’ils ne sont pas vaccinés. Ceux dont on accélère ainsi le trépas ne sont pas décomptés dans l’hécatombe. Pas plus que les morts d’une grippe pangoline carabinée  parce que les prétendus vaccins ont anéanti leurs anticorps sans les remplacer.

Il y a même des médicastres (pas partout heureusement) qui te laissent crever devant la porte avec une appendicite aiguë, un phlegmon à la mâchoire ou une blessure hémorragique, si tu n’as pas le passe nazitaire. C’est totalement illégal. Mais, vu les lenteurs et coûts des procédures, les sacrifiés aux diktats du despote seront morts avant de faire valoir leurs droits.

En mai 2020 j’ai rencontré un pangolin maqué à une chauve souris

D’autant plus aisément que je vis sur une presqu’île où l’on continue à donner l’accolade aux copains et à faire des bises aux femmes.

« Comme les bonobos qui se massent le dos, on retrouve les gestes premiers, les gestes tendres faits pour se rassurer, si bons à prendre et à donner. »

https://www.youtube.com/watch?v=nhWPIOyCLYE

Loin des délires du transhumanisme, de la dictature sanitaire et de la psychose covidienne,  la muselière ne nous sert qu’à faire les courses à Carouf, dont l’entrée est filtrée par des nervis au QI de moineau.

La meilleure protection est dans les anticorps naturels

D’ailleurs il n’y a pas de vaccins contre la grippe pangoline si ce n’est de l’avoir déjà eue comme moi.

Je témoigne : première journée dans le coaltar. Les 2 suivantes fébrile et fatigué. Avec quelques bonnes suées. Mais pas pire qu’à écouter le dictateur pérorer. Puis un peu faiblard 3 jours de plus. Effets secondaires : perte du goût pendant 2 mois, entraînant abus du piment oiseau, je n’aurais peut-être pas dû.

J’avais alors près de 72 ans. Unique thérapie : ma version perso du punch tahitien. Plus goûteux que le Rivotril. Recette : 1/3 de jus de goyave et de citron vert, 2/3 de rhum local dans lequel on a fait macérer de la vanille.

Le covidus macronibus n’y résiste pas plus que les virus de la morosité, de l’ennui et des casse-pieds.

Les « taoté frani » (docteurs français) soignaient alors à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine. Plus tard, ils sont passés à l’Ivermectine. Le gouverneur colonial  et ses sbires avaient beau interdire ces remèdes, les « tinitos » (sino-ma’ohi) les faisaient venir du pays de leurs ancêtres.

J’en avais commandé, mais quand les médocs sont arrivés, j’étais déjà guéri. Je les ai offerts à des voisins. Qui les ont revendus à des Popaa.

Résultats : de janvier 2021 à juillet 2021, plus un seul mort covidé. Dès juin zéro hospitalisé, l’épidémie est alors considérée comme jugulée.

Fin juillet le dictateur rapplique avec sa clique. Considérant comme un affront personnel les 25 % de vaccinés (surtout des fonctionnaires et des militaires), il menace de virer le gouverneur colonial si celui-ci n’améliore pas ses statistiques.

Et l’épidémie repart de plus belle en même temps qu’une vaccination aussi forcée qu’inutile.

Si vous n’avez pas les méninges complètement abrasées par la propagande gouvernementale, vous pouvez en tirer vos conclusions.

On ne rigole pas avec l’ordre colonial restauré par Macronescu sous les tropiques !

Et si le docteur Théron fut un cas d’école de crime politique couvert par des mensonges d’État,  cela ne doit pas masquer les voies de fait exercées sur d’autres soignants, par d’anciens paramilitaires du GIP dissous, recyclés dans la sécurité privée.

Ceci dit, les Ma’ohi pour la plupart font confiance au tahua tahua, sorcier guérisseur, habile phytothérapeute, et aux remèdes ancestraux comme le kava, décoction du rhizome d’un poivrier local que les Popaa ont interdite.

Connu depuis 3000 ans, le kava ajoute à ses effets analgésiques, sédatifs et légèrement euphorisants, des vertus de neutralisation de toutes sortes de virus, et surtout l’activation des récepteurs NMDA (N-méthyl-D-aspartate) essentiels à la mémoire et à la plasticité synaptique. Ce que précisément bloquent les liens d’ARN messager trafiqués, provoquant de graves déficiences émotionnelles et intellectuelles.

Autres témoignages qui corroborent tout ce qui figure supra

Exilé volontaire aux antipodes, car je refusais de vivre dans une société en voie d’islamisation avancée, j’ai gardé des contacts avec la famille, les amis, et même quelques ex. Merci Skype.

Leurs témoignages se recoupent.

Les médecins de village ou de quartier à l’ancienne font rarement du forcing pour imposer les pseudo-vaccins. Même s’il y a quelques toubibs pleutres et bornés.

La majorité de mes contacts ont refusé les vaccins qu’on leur proposait. Quitte à aller voir un psychiatre et se faire mettre en congé pour grave dépression. Le temps que le paltoquet dégage.

Ceux qui ont fini par céder au chantage et ont subi  une injection, ils ont tous été patraques. Dans le meilleur des cas. Sinon alités quelques jours. Une cousine quadra est sortie du coma récemment mais on ignore si elle remarchera un jour.

Ceux qui hésitaient se sont informés sur les remèdes efficaces contre le corona et à présent, leur conviction est faite : toute cette panique orchestrée par des politiciens véreux et des journalistes vaseux n’est qu’une immense arnaque pour optimiser les super-profits de Big Pharma et accroître l’emprise du NWO sur les peuples.

Sans oublier les pourboires : Plus de 3 millions d’euros versés en un an au cabinet McKinsey pour des « études de stratégie » indiquant au dictateur les façons les plus sournoises de contraindre les Français aux piquouses, au mépris du Code de Nuremberg. Pure coïncidence, Victor Fabius est directeur-associé de cette boîte qui a organisé la campagne 2017 de Macronescu. 

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/