Fête de Neymar au Brésil : c’est grave, docteur ?

Publié le 1 janvier 2021 - par - 7 commentaires - 734 vues
Traduire la page en :

Tiens, et si pour une fois on traitait d’un non-évènement absolu ?
Ça tombe bien, il y a a justement un qui vient mine de rien de se glisser entre la brève et le comptoir, il n’y a qu’à tendre les doigts…ça y est, attrapé.
Donc : Neymar da Silva Santos Junior, plus connu sous le raccourci Neymar, Brésilien à l’ État civil et footballeur à l’état rampant, a été passer le Reveillon (dans le texte) au…Brésil.
Ce qui reste somme toute empreint d’une certaine logique.
Fin d’année en famille, sinon tout part en vrille, comme ne l’a jamais écrit Paulo Coelho.
D’autant que, quitte à célébrer l’année moribonde et l’avènement de sa petite sœur, autant le faire sous des latitudes au climat propice. Et avec 27 degrés dans l’eau et dans l’air du côté de Rio, avouez que c’est tentant.
Quoique…peut-être qu’un autre paramètre est venu interférer dans les choix et décisions de l’Idole des Jaunes (et Verts) : et s’il s’était momentanément rapatrié dans un pays où il n’est pas interdit de s’amuser, ou, tout simplement, de vivre ?
Soyons clair : Pour ces fêtes de passage à l’an neuf, aucune giga-fiesta de rue comme il est de coutume, avec ses podiums peu avares en décibels, ses camelots proposant tout ce qui se mange, se boit, voire se fume, dans une effervescence populaire de bon aloi. Tout ça, proibido.
Selon la sage décision des gouverneurs d’État, maîtres d’œuvre en l’occurrence.
Mais pour le reste, ça reste. Comme « avant ».
Barzinhos et restaus ouverts à condition de respecter entre les tables une distance qui imperceptiblement s’amenuise avec les jours, plages parfaitement accessibles sans surabondance de chair dorée, sauf peut-être à Copacabana, le tout dans un esprit qui surprendrait celui qui tient le Brésilien pour un latino irresponsable et dépourvu de tout sens civique.
Non, les gens portent systématiquement leur masque dans tous les lieux fermés ou dès que se forme un attroupement, ou juste en déambulant dans la rue… alors que les flics ne font pas spécialement preuve de férocité pour appliquer des règles sanitaires qu’en fait personne ne connaît vraiment, vu qu’elles changent d’un moment et d’une commune à l’autre.
Et là, s’impose un petit bilan comparatif avec l’ Hexagone :
Globalement ; trois fois plus de cas positifs et de morts Covid au Brésil, pour…trois fois plus d’habitants. Match nul, donc.
Alors même que le système de santé y est (à raison) critiqué, et que les gestes barrière authentiquement nécessaires restent inapplicables pour les treize millions de résidents des favelas.
Le président Jair Bolsonaro aime bien la chloroquine, la presse brésilienne dans son ensemble n’aime pas Bolsonaro.
Donc la presse brésilienne n’aime pas la chloroquine.
Laquelle cependant reste prescrite librement.
Mais là n’est pas le propos.
Les mesures drastico-draconiennes que prend notre gouvernement adoré sont-elles de nature à endiguer le fléau, du moins à le ralentir ?
A l’aune d’une comparaison peut-être simpliste, le doute est largement permis.

Jacques Vinent

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
G.Le Maître

Le Bresil non confiné, un peu masqué, juste ce qu’il faut, c’est au 28 décembre:
916 décès “Classés Covid” par million d’habitants et en France c’est 955 par Million, Donc on peut en déduire que confinements et masques obligatoires partout ça ne sert à rien.
La Suède ni confinée ni masquée c’est 873/Million,
L’Allemagne un peu confinée c’est seulement 388/Million !
Mais en Allemagne ils soignent les malades à la Chloroquine….CQFD

POLYEUCTE

Pour tout dire, je me fous de Neymar ! Marre !

Pivoine

“trois fois plus de cas positifs et de morts Covid au Brésil”
Comme partout dans le monde, les chiffres sont exagérés.

Jacques VINENT

Pour le Brésil, probablement pas, Bolsonaro voulant au contraire minimiser la gravité de la situation

bati

Et Mr Vinent, vous pensez que les victimes du covid dans les favelas sont comptabilisés correctement? Bonne année à vous.

Decu de tout

Le neymar ne sait plus quoi faire pour faire parler de lui en plus d’être nul sur un terrain c’est vraiment un abruti.

Louis

Entre les mesures incohérentes de notre gouvernement et le QI de moineau de Neymar (ce n’est pas gentil pour les moineaux) inversement proportionnel au fric qu’il gagne on est mal barrés

Lire Aussi