Feuilleton de la Mosquée de Saint-Germain (5) : le KGB est-il parmi nous ?

Publié le 9 janvier 2012 - par - 905 vues
Share

Êtes-vous déjà allés au marché de Saint-Germain en Laye ?… C’est un endroit formidable. Sur ce marché on se nourrit, on s’habille, on chine, on cancane abondamment et avec délice sur son prochain et on…s’informe. C’est ainsi que j’ai appris que plusieurs réunions privées se sont tenues ici, sur le sujet du terrain cédé à un prix dérisoire pour une mosquée concernant une soixantaine de musulmans, réunions organisées par des gens différents dans des lieux variés, parfois au même moment.

On me dit que dans la rue de l’une de ces réunions, plusieurs personnes, et les témoignages concorderaient, auraient repéré un individu qui notait tranquillement et sans état d’âme les numéros d’immatriculation des voitures des participants.

Est-ce vrai, ou non ? Dans les deux cas, c’est alarmant.

Si cela est vrai, où est-on ? On se croirait sous Staline et on attend comme dans le Moscou des années de terreur, les voitures qui vont, nuitamment, venir arrêter les Saint-Germanois qui se sont paisiblement réunis pour discuter de la loi française en général et de la loi de 1905 en particulier, et les envoyer manu militari au goulag. Faut-il préparer une petite valise ?…

Si c’est faux, cela montre à quel degré de paranoïa sont arrivés hélas les Français en raison de la stigmatisation d’idées que je ne nommerai même pas tellement j’ai peur : pauvres Français réduits à raser les murs à cause de leurs pensées qualifiées de « pathétiques » et « nauséabondes » et « rappelant les heures les plus sombres de notre histoire » par une partie de la classe politique française qui essaie ainsi de terroriser mentalement l’autre  : dans ce cas de figure on est également sous Staline. C’est aussi la terreur stalinienne.

Il n’y a peut-être pas eu de relève des numéros d’immatriculation, mais alors cette peur traduit la psychose des habitants devant le manque de démocratie actuel au niveau municipal et la puissance du politiquement correct en forme de chape de plomb mortelle, qui interdit de débattre et qui pousse même à traîner dans la boue ceux qui, par hasard, se le permettraient, ce que font sans vergogne les rares tenants du projet, élus ou non, vis-à-vis de leurs contradicteurs.

On se demande alors si quelqu’un est venu également relever le numéro d’immatriculation de l’imam Bajrafil, lors de sa conférence du premier avril dans une salle prêtée gracieusement par la mairie ? Cet imam qui est pour la charia, celui qui dit que les nations ne comptent pas car seul l’islam compte, celui qui dit que les musulmans devront s’imposer aux Français ! …A-t-on relevé son numéro d’immatriculation, et par la même occasion ceux des élus qui paraît-il étaient au premier rang pour lui donner leur caution ?…

Or il ne faut pas oublier que Bajrafil se réfère à Tariq Ramadan, avec lequel il complote pour renverser les gouvernements occidentaux et les remplacer par un gouvernement islamique : « L’objectif du jihad islamique consiste à éliminer les systèmes non-islamiques et à les remplacer par un système islamique de gouvernement. L’islam n’entend pas limiter cette révolution à un seul état ou à quelques pays; le but de l’islam c’est de provoquer une révolution universelle. », voir http://pointdebasculecanada.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=1341-le-jihad-de-tariq-ramadan-explique-par-ses-savants&catid=9&Itemid=103

A propos de Bajrafil une nouvelle question : la bande audio du site web de Bajrafil dans laquelle il disait que la charia est pour lui une évidence, a disparu de son site. Comme c’est curieux tous ces sites qui effacent leur documentation : les musulmans de Saint-Germain, l’association Mosaïque, et maintenant Bajrafil, ont effacé une partie de leurs pages. N’avaient-ils pas parlé de transparence ?…Mais sur le site de Bajrafil subsiste le lien vers Qaradawi, l’imam qui admire Hitler et voudrait bien tuer tous les Juifs de ses mains : http://www.youtube.com/watch?v=HStliOnVl6Q

Ce genre de réunion autour de Bajrafil n’est-il pas cent mille fois plus dangereux  que celle évoquée plus haut ? N’est-ce pas plutôt cela qui rappelle « les heures les plus sombres de notre histoire » ?…

A côté de ces appels au jihad, quel danger peut-on trouver dans la réunion d’une poignée de citoyens, certains paisibles retraités qui veulent juste que nos lois soient respectées (les non-retraités ont moins de temps, même s’ils se sentent également, je vous rassure, très concernés, et planifient de s’organiser rapidement) et qui se réunissent pour discuter des dangers qui les guettent.

Relever les numéros d’immatriculation est une pratique digne du KGB, qui révolte non seulement les personnes qui ont subi ces pratiques, ou cru par erreur les subir tant elles sentent leur liberté confisquée, mais choque aussi tous ceux, même les non-participants, qui ont été témoins de cette action ou des craintes de cette action. En effet la déclaration des droits de l’homme et du citoyen dans son article 10 établit que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions…pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » Or en quoi une réunion privée peut-elle troubler l’ordre public ?… Les voisins se sont-ils plaints ? Y-a-t-il eu du bruit et des cris ? Ont-ils essayé d’investir de force la mairie ? Ont-ils brûlé des drapeaux ou des voitures  ?…Rien de tout cela, bien sûr.

Par contre la venue d’un imam déterminé à remplacer nos institutions par d’autres, qui nous sont étrangères, ne cesse de faire du bruit ici, à Saint-Germain en Laye, et si jamais il y a eu un trouble à l’ordre public, ça a bien été celui-là, murmure-t-on.

« Le peuple français ne dérape jamais lorsqu’il s’exprime et lorsqu’il s’inquiète » dit Éric Zemmour à juste titre.

On a encore, en France, le droit de se réunir pour discuter. Surtout lorsque le droit d’expression des citoyens a été confisqué, comme dans ce cas précis où personne, à part quelques courtisans qui ont perdu de vue le bien public, qui n’ont en tête que leur intérêt particulier à très court terme, et qui semblent ne rouler que pour être élus ou réélus, personne n’a été consulté sur ce projet de mosquée au mépris de nos lois.

On ferait bien, avant de vendre la France au Qatar ou à tout autre, avant de faire venir des barbus en djellabas qui tiendront des prêches anti-démocratiques, des prêches de haine et d’exclusion, (car ce sont bien eux qui haïssent et excluent, et non nous) de méditer le troisième couplet de la Marseillaise :

         « Quoi ! des cohortes étrangères
         Feraient la loi dans nos foyers ! »

Mais qui, surtout parmi nos Zélites, connaît et chante encore la Marseillaise, aujourd’hui, en France ?…Samedi prochain, le maire de la ville présentera ses voeux à ses concitoyens : chantera-t-il ce couplet ? Les paris sont ouverts. Peut-être s’arrêtera-t-il sur la fin du second :

         « C’est nous qu’on ose méditer
         De rendre à l’antique esclavage ! »

Les rares habitants de Saint-Germain qui ne sont pas encore convaincus des dangers qui nous guettent, et il y en a encore même si on ne les compte plus que sur les doigts d’une seule main, feraient bien de méditer séance tenante les versets de cet hymne qui est,  encore, notre hymne national.

Sophie Durand

PS. Sur le marché de Saint-Germain on chuchote beaucoup que la construction de plus de 300 mosquées est prévue dans un avenir très proche, uniquement en région parisienne. Sans parler de la province. Chacun en tirera les conclusions qu’il souhaite…ou qu’il ne souhaite pas.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.