Fiction : un putsch post-moderne pour en finir avec l’UE et l’invasion

Publié le 16 février 2017 - par - 7 commentaires - 1 297 vues
Share

Notre attention a été attirée par un livre intitulé « Waterloo 2015 », qui évoque de la fin de l’Union européenne. Un tel sujet ne pouvait que nous donner envie de rencontrer l’auteur d’un ouvrage aussi iconoclaste…

Riposte Laïque : Vous venez d’écrire une fiction « Waterloo 2015 – Vie et mort de l’Union Européenne – Fiction – Sur un Coup d’Etat Post-Moderne ». Avant de parler de ce livre, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Irnerio Seminatore : Je suis un enseignant universitaire, qui a enseigné à Paris, à Bruxelles et dans plusieurs autres universités. Mon intérêt et mon admiration vont à l’action et à l’anticipation d’événements politiques qui marquent notre avenir. En 2015, bicentenaire de la défaite de Napoléon à Waterloo, j’ai été frappé, comme la plupart des Européens, par l’invasion des migrants dans les Balkans et en Méditerranée, à cause de la décision d’ouvrir les portes de l’Allemagne prise par Madame Merkel. Ce bicentenaire a été ainsi marqué par une autre grande défaite, celle de la civilisation européenne. Ses conséquences seront, à mon avis, catastrophiques, pour la sécurité de l’Europe et pour sa civilisation, tant au plan démographique que culturel, comme l’a rappelé  Donald Trump.

Par ce livre, je veux alerter mes concitoyens sur trois grands dangers : l’islamisation du continent, l’inconscience des classes dirigeantes européennes et leur déconnexion de la réalité, et le vieillissement des populations, de plus en plus faibles et incapables de réagir. Mon ouvrage décrit cette situation et formule l’hypothèse d’une guerre civile ethnique et d’une spiralisation de la violence imposée par l’islam, les islamistes et par des masses de jeunes révoltés des banlieues citadines et des zones de non-droits. Les attaques répétées contre les policiers en France et partout ailleurs, les incendies des voitures, les dégâts matériels, les viols, les vols, le racket, la vente de drogues et stupéfiants constituent le carburant d’une révolte de ses migrants qui réclament, à corps et à cris, l’instauration de la Charia en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Suède, en Allemagne, en France et en Belgique.

Cette situation est intenable et risque de dégénérer à tout moment en une riposte armée, et pas seulement laïque, des jeunes de souche se réclamant d’un patriotisme européen. Le livre décrit cette hypothèse, bien ancrée dans le réel, qui est « rejetée » par les classes dirigeantes. Le Prince Sigmar, qui est le protagoniste de la fiction, est un personnage symbolique qui prend le flambeau de l’insurrection européenne, au nom d’une Reconquista du continent et d’un rejet de l’invasion. C’est le sens profond d’un Coup d’Etat Post-Moderne qui implique une prise de partie militaire et violente des armées européennes. A preuve, la police française, en révolte contre le pouvoir socialiste, a délégitimé le monde politique de gauche, corrompu et incapable. C’est pourquoi ils seront condamnés par collaboration pour le suicide de l’Europe, à la fin du livre, avec le chapitre intitulé « 2084 / Nuremberg Bis ». En ma qualité d’homme libre et sans allégeance politique, j’ai voulu porter témoignage sur la conjoncture politique de notre temps car, au-delà du Prince Sigmar, le vrai sujet du livre est l’Europe.

Riposte Laïque : En écrivant une fiction qui évoque un Coup d’Etat mettant fin à l’Union européenne, que recherchez-vous ?

Irnerio Seminatore : Définir une perspective différente de celle intégrationniste, autrement dit une Europe des Nations plus responsables et plus conscientes de ses responsabilités historiques, une Europe politique plutôt qu’une Europe technocratique, une Europe puissance plutôt qu’une Europe faible, impuissante et dominée par la puissance extérieure, « Hégémon ».

Riposte Laïque : Le héros de l’ouvrage s’appelle le prince Sigmar. Sans dévoiler votre livre, comment le décririez-vous ?

Irnerio Seminatore : Grand d’esprit, à la forte carrure, doué d’un ascendant physique et moral, un peu comme Burt Lancaster dans le film « Le Guépard » et interprétant le rôle du Prince de Lampedusa.
Riposte Laïque : Vous vous définissez comme un anti-Houellebecq. Pouvez-vous nous expliquer cela ?

Irnerio Seminatore : Michel Houellebecq décrit l’accession lente et presque indolore d’un président islamique à la suprême responsabilité de l’Etat français, par assouplissement moral, acceptation intellectuelle et accoutumance générale à une « dhimmitude » française. La conception de l’égalité a étendu la citoyenneté française à toutes les populations musulmanes vivantes en France, comme l’édit de Caracalla par la Constitution Antonine l’avait fait en 212 dans le Bas-Empire, accélérant la chute de l’Empire Romain en 476. Je refuse cette hypothèse car je considère qu’une bonne partie des Européens réagiront à cette islamisation sournoise et qu’ils prendront les armes pour l’éviter à la première occasion de révolte des banlieues et des villes.

Riposte Laïque : Vous évoquez, dans cette fiction la « Reconquista » de l’Europe, et donc la défaite islamique. Comment y croyez-vous vraiment, en dehors de ce livre ?

Irnerio Seminatore : Il y a deux vulgates intellectuelles, deux histoires, l’histoire médiatique et l’histoire réelle, en somme l’histoire underground. Je crois davantage à la seconde plutôt qu’à la première car elle constitue la surprise « stratégique » de chaque tournant historique. Cette surprise est, pour l’instant, limitée aux démentis des sondages électoraux. Les exemples fleurissent : le Brexit, Trump, les référendums hollandais, etc. Je crois, pour ma part, qu’il y a un potentiel « révolutionnaire » en Europe. Autrement dit, une confusion des genres mêlant insatisfaction et besoin de révolte multiple, politique, économique et sociale, de droite comme de gauche :  Politique : Siriza et Aube Dorée en Grèce, Podemos en Espagne, NV-A en Belgique, Parti pour la Liberté en Hollande, Parti des Vrais Finlandais en Finlande, les Démocrates de Suède , Alternative pour l’Allemagne,  Mouvement 5 Etoiles et Ligue du Nord en Italie, Droites extra-parlementaire en France, …

Économique : Aggravation de la Grande Dépression que nous vivons depuis 2008 et fragmentation de la mondialisation par un retour aux économies nationales.
Sociale : Crise de toute forme d’interventionniste étatique national ou supranational (Welfare-State/Union Européenne).

Cette partie de l’analyse des réalités est bien connue mais ce sont les ripostes et les conclusions qui sont les inconnues de la conjoncture. En effet, le système de représentation politique (la démocratie) ne peut intégrer qu’une partie de ces revendications et la caractéristique prééminente de la crise, en son aspect politique, prend la forme de quête générale, violente et donc révolutionnaire de solutions alternatives ou anti-système qui représentent la fusion de tous les aspects mentionnés.

Riposte Laïque : Vous évoquez également un procès bis de Nuremberg ? Vous rêvez donc de voir les traitres jugés ?

Irnerio Seminatore : Le jugement d’une crise de système est souvent la guerre, tribunal des peuples. « Nuremberg » est l’aspect symbolique de ce procès aux méfaits de l’histoire et à leurs coupables. « Nuremberg Bis » est le procès, pour l’heure symbolique, dressé contre un système qui a déçu les peuples sur tous les plans, civilisationnel, culturel, politique, économique et social. La sanction ne peut se limiter aux seuls changements politiques nationaux, ni aux alternances institutionnelles de la Commission, du Conseil et du Parlement, ni même aux crises institutionnelles dont le Brexit est un exemple.

Dans les moments de crises graves (guerre civile, guerre, conflit armé), tout se joue sur le plan symbolique. La figure du traître y est essentielle. La France a jugé le Maréchal Pétain, l’Italie a jugé Benito Mussolini, la Révolution Soviétique a jugé des Romanov, le pouvoir post-soviétique a jugé Gorbatchev et les tribunaux populaires de la révolution culturelle ont voulu faire justice de la faute « idéologique », l’embourgeoisement du parti communiste, etc. L’Union Européenne a pour l’heure comme seul tribunal de « l’histoire » sa désagrégation lente, voire son implosion. Le symbole du Brexit n’est pas encore un tribunal du peuple, ni un « Nuremberg » mais la fiction de ce livre « Waterloo 2015 – Vie et mort de l’Union Européenne – Fiction – Sur un Coup d’Etat Post-Moderne  » a le droit de juger autrement et de manière bien plus dramatique l’échec de l’Union Européenne.

Riposte Laïque : Pour revenir à la réalité de la vie politique, il va y avoir deux élections capitales, en Europe : aux Pays-Bas et en France. Deux candidats hostiles à l’Union européenne telle qu’elle est, Geert Wilders et Marine Le Pen, peuvent accéder aux fonctions suprêmes de leur pays. Finalement, l’UE ne pourrait-elle pas être vaincue démocratiquement ?

Irnerio Seminatore : Sur le plan démocratique, on peut seulement gagner ou perdre des élections et décider l’accession au pouvoir de l’un ou l’autre des candidats présidentiels. Mais, ça sera à ces candidats de négocier à Bruxelles les conditions d’une réforme ou d’une sortie de leur pays de l’Union. L’UE pourra subir, oui ou non, un affaiblissement considérable en cas de sortie et, par conséquent, un coup réel et surtout symbolique important, capable de la mettre à genoux vis-à-vis des opinions européennes et de la situation internationale. Dans cette hypothèse, la démocratie représentative influera sur l’importance et le poids de l’Union aux deux plans internes et supranationales. Mais, l’Union Européenne ne sera pas vaincue démocratiquement, autrement dit par le seul système de représentation politique, parce que le malaise est plus grave, plus profond et plus important par rapport aux attentes insatisfaites.

J’ai précisé la différenciation multiple des attentes et des besoins qui, même si la résolution de la crise actuelle reste confinée à la pure « Réforme », sa force, ses contradictions et ses antagonismes continuent de perdurer car ils sont à la fois nationaux et transnationaux. Le facteur d’implosion interne le plus dangereux, sociétal, sub- et inter-étatique est l’islamisme, les populations immigrés et non-intégrées, les jeunes et les masses des banlieues, les nouveaux arrivants, leur concentration et/ou dispersion dans les différents pays, les quotas que l’Union Européenne comme instance bureaucratique veut imposer à des gouvernements politiques nationaux légitimement élus et forts de l’appui populaire (voir Pologne, Hongrie, République Tchèque, Autriche, etc.).

La masse des mécontents ne s’exprime pas politiquement car l’élection même est une fiction qui représente seulement la masse des votants. En général, non supérieur aux 30% de la population. Je parle ici du peuple tout entier, des opinions nationales et européennes dans leur ensemble, des « populi minuti » de Machiavel, autrement dit de la masse prépondérante des Européens dont les manifestations sont, pour l’heure, le « silence », la grogne, la réaction épisodique et épidermique, l’inquiétude sociale, les préoccupations pour l’avenir, l’insécurité de tous les jours, le métro, le boulot, et le dodo qui n’est plus garanti, lui-même, et qui est source quotidienne de cauchemar.

Riposte Laïque : Comment peut-on se procurer votre livre, et à quelles conditions ?

Irnerio Seminatore : On peut commander le livre par internet (Amazon, FNAC, …) mais aussi auprès de l’Editeur (Godefroy de Bouillon – Paris, FR). Le livre est en langue française, comporte 386 pages et se vend au prix de 33 Euros. Il sera bientôt publié (février/mars 2017) à Leipzig en langue allemande et sera prochainement disponible en traduction italienne avant l’été.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
ROB

Je crois aussi que le livre Houellebecq, tout en donnant un dimension plus réelle au risque islamique, a figé l’immobilisme majoritaire et exacerbé béatement les rêves d’islamisation de l’Europe.

Chassaing Jacques

« Waterloo 2015 – Vie et mort de l’Union Européenne – Fiction – Sur un Coup d’Etat Post-Moderne ».
Ce n’est pas un ouvrage de fiction mais bel et bien la feuille de route et la planche de salut de la France, mieux : un Ordre n°1 qui devrait figurer en préambule des programmes des candidats présidentiels et emporter l’assentiment des quelque 6 200 officiers généraux de l’armée française. Les patriotes n’attendent que ça, à leur côté, et en armes. Quel dommage que cet article de RL ne suscite qu’aussi peu de nombre de lectures et de commentaires.

Fomalo

M.Seminatore répond bien aux questions de R.L. A propos de l’efficacité « démocratique » il objecte que.. »Le facteur d’implosion interne le plus dangereux, sociétal, sub- et inter-étatique est l’islamisme, les populations immigrées et non-intégrées, ….que l’U.E instance bureaucratique veut imposer à des gouvernements politiques nationaux légitimement élus et forts de l’appui populaire (voir Pologne, Hongrie, République Tchèque, Autriche, etc). » il a raison. Nous le savons.Mais, de même que l’affaire fillion les médias essaient de faire une affaire le pen. Alors le rappel continu « tous pourris » risque d’amener un 1er tour avec une forte abstention qui profitera à la gauche dont personne sauf ces non-intégrables ne veut plus.Triste de l’opinion de Jeff et de Wika , je répète « COURAGE »!!

Anne Lauwaert

les gens qui sont conscients de la situation n’ont plus envie d’attendre un Nuremberg demain, ils veulent un 1789 aujourd0hui…

Jeff

Mais, chère Anne, les gens réellement conscients de la situation sont, malheureusement, minoritaires. La quantité de « chances pour la France » résidant dans notre pays, ajoutée à celle de gaulois abrutis par les médias et à celle des politicards UMPS, fait que Macron, le candidat du vide et du fric, sera élu.
Si une vraie justice devait arriver et amener à faire comparaître tous les traîtres à la France, nous n’aurions pas assez d’arbres et de cordes !

Wika

Oui je pense également que le vote démocratique ne suffira pas entre les CPLF (chances pour la France) qui ont le droit de vote, ceux qui se bouchent le nez devant un parti patriotique et les idiots utiles qui adulent des candidats incompétents

siquet

L’élection du mois de mai permettra au français d’élire un président dont le projet correspondra à leur attente à savoir : – arrêt totale de l’immigration – assainir sur toutes les injustices sociales – sortie de l’OTAN et de l’union européenne – suppression de l’immunité du président de la république et des ministres – assainissement des banlieues repères de terroristes – renvoi immédiat des irréguliers dans leurs pays etc. Si ce président élu ne met pas en pratique ces dispositions nous irons droit vers une guerre civile – ce sera l’un ou l’autre inéluctablement.