Filoche, pathétique sans-papier de la primaire socialiste

Publié le 30 décembre 2016 - par - 7 commentaires - 918 vues
Share

Gérard Filoche, malgré toute sa dévotion aux trotskistes, puis au parti socialiste, s’est vu refuser l’accès à la primaire socialiste par son pote Cambadelis, comme si il était un vulgaire sans papier… et qui lui a même dit « d’arrêter son cirque »… preuve que la fraternité de classe a ses limites….

Lui qui est habitué à grenouiller dans la politique depuis 50 ans, et qui sait donc parfaitement se faire inviter, n’en est pas revenu. Celle-là, on ne la lui avait encore jamais faite !

Quoi, il y a une surprise-party, et je ne suis pas invité ! On se moque de moi !

Et bien j’irai au tribunal et on verra ce qu’on verra !

Et au tribunal, il a vu. Le juge des référés lui a dit d’aller se rhabiller.

Pire, il l’a condamné à payer les frais d’avocat de son adversaire à hauteur de 3.000 euros !

Ça fait mal la vrai vie, pas vrai, Monsieur Filoche ?

Bien entendu, eu égard à l’enjeu qui est quand même de postuler par la suite à la présidence de la République, si Gérard Filoche avait vraiment un tant soit peu de vrai courage, d’envergure et d’épaisseur, il aurait pu faire appel de cette décision, et même aller jusqu’en Cour de Cassation s’il le fallait pour défendre ce qu’il estime être son droit.

Mais, voilà, pour ça, il fallait payer… et de sa poche…(a priori…).

Tant pis pour la présidence de la République, c’est trop cher….

Dans de nombreux discours, ce type a montré qu’il voue une haine aux chefs d’entreprise (soi-disant pour défendre les salariés). Comme Inspecteur du travail, cela devait être absolument abominable de le voir débarquer dans une entreprise.

Incapable lui-même de créer la moindre valeur, il préfère essayer de détruire celle créée par les autres, en prenant toujours un prétexte social (gauche oblige…) teinté de moralisme, en prétendant défendre « l’homme », les salariés…

Il n’a que faire des tourments, des peines, des doutes, des craintes, de ceux qui créent des richesses et de l’emploi, qui risquent leur patrimoine, qui prennent des risques, lui qui, au nom de sa propre morale, et des règles kafkaïennes des 3000 pages du Code du Travail, sans compter le Code de la Sécurité sociale, a passé sa vie à traquer la moindre faille, la lippe baveuse à la Arafat, afin, si possible de faire rendre gorge à tous ces cochons de patrons, de les saigner en les faisant condamner à une ou plusieurs des amendes et sanctions que comportent nos textes de loi.

Bref, ce type a passé sa vie à essayer de faire payer les autres mais quand il a dû sortir de l’argent de sa poche, il ne l’a pas supporté et a renoncé aussitôt à toute ambition présidentielle !

3 000 euros de condamnation, c’est tout ce qu’il a fallu pour le dissuader de faire appel et renoncer à toute ambition présidentielle ! Etre planqué et agir dans l’ombre comme on le lui a appris au parti, c’est plus facile…

Lui aussi ressemble à Jourdan dans le film Uranus.

https://www.dailymotion.com/video/xw3cvi_la-saloperie-communiste_news

C’est là qu’on voit où sont les hommes… les vrais !

Gérard Filoche, se révèle pour ce qu’il est. Un petit fonctionnaire trotskiste zélé, rancunier, jaloux de ceux qui réussissent, probablement motivé par une forme de revanche sociale dont on a l’impression à l’écouter qu’elle pourrait tourner au sadisme pur si on lui confiait les clefs du pays, eu égard à la bile haineuse qu’il a déversée tout au long de sa vie sur le patronat.

Il prétend ne s’en prendre qu’aux « très grandes entreprises » qui captent tout, mais il est fort probable, qu’il a dû œuvrer également dans pas mal de PME.

Fort de ses fonctions et des pouvoirs qu’il avait, j’imagine qu’il a dû prendre son pied en torturant pas mal de chefs d’entreprise, avec des demandes  et contraintes techniques et administratives toutes plus folles les unes que les autres.

Un type comme ça qui veut toujours plus de lois, plus de contraintes, plus de réglementation, s’il pouvait les coincer, s’il pouvait les faire pleurer, s’il pouvait les humilier, s’il pouvait les tracasser, s’il pouvait leur donner un ulcère, s’il pouvait les ruiner, s’il pouvait détruire leur entreprise, leur mariage, leur famille (car c’est souvent dans le même package…) ça devait lui faire plaisir. Et en plus, il devait être fier de lui ! (un peu comme sa collègue Anne Hidalgo, probablement).

https://www.youtube.com/watch?v=Pm0YMpTxUds

https://www.youtube.com/watch?v=mneAL1oSFuI

https://www.youtube.com/watch?v=t4ChR9hjFjE

Cette renonciation à être président de la République pour 3 000 euros, c’est la preuve qu’il n’est qu’un radin, un grippe sou, un petit monsieur, sans aucune envergure ni courage, juste bon à être fonctionnarisé à l’abri du moindre risque (surtout pour son argent manifestement).

Un type comme ça, mu par une telle haine du capital (qu’il soit petit ou grand quoi qu’il en dise) et du patronat, convaincu de représenter la justice et la morale, sûr de son droit, et de celui d’écraser les autres, sans jamais rien risquer en retour, qui débarque pour contrôler une entreprise : c’est une catastrophe. Une machine à saboter et à détruire l’intelligence, à briser les rêves, et les meilleures énergies du monde pour innover, créer et légitimement s’enrichir.

Il a dit expressément que quand Macron invite les jeunes à devenir milliardaires, c’est insulter la jeunesse (à 6 minute 30), « on ne peut pas être milliardaire et honnête » (sic !)… Merci pour les Pinault, Arnaud, Niels, et autres grands patrons qui ont créé des milliers d’emplois, et qui sont donc selon son schéma, intrinsèquement et ontologiquement malhonnêtes, sans compte les Steeve Jobs, et Elon Musk, Peter Thiel et autres créateurs de génie à l’étranger.

Son rêve est le cauchemar de tout entrepreneur ambitieux. Staline l’aurait adoré et l’aurait surement enrôlé dans la Tchéka.

Mais que, pour une fois ( !), on lui demande de payer, A LUI, et il arrête tout de suite les frais.

Sa fille qui est planquée à la Mairie de Paris, va manifestement perpétuer la lignée, comme l’a rappelé Jeanne Bourdillon.

http://ripostelaique.com/fille-de-gerard-lea-filoche-veut-aussi-imposer-une-primaire-a-cambadelis.html

Finalement, son « pote » Cambadélis a peut-être eu raison…

Albert Nollet

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Conophobique

Ça devient de plus en plus évident malheureusement.

jino

Je deteste filoche largement autant que vous mais votre discours dithyrambique et idolatre sur les grands patrons de multinationales qui seraient les grands créateurs de richesse et d’emplois montre votre mépris du peuple. Les richesses sont créées avant tout par ceux qui bossent , sans les ouvriers, les employés et les ingénieurs etc, vos patrons sauveurs du monde ne seraient rien. L’idéal et le but ultime de vos patrons «altruistes» est, si ils le pouvaient, de dégager des milliards de bénéfice en faisant travailler 2 ou 3 personnes.

Yala

Cela n empêche pas que Bernard Arnaud par exemple a créé 150 000 emplois

Il a bien entendu besoin des ouvriers et il le sait mais les ouvriers ont aussi besoin de lui car ils sont incapables de faire ce qu il a fait et ils ont aussi du boulot grâce à lui.

Conophobique

C’est quand les grands patrons n’ont plus besoin de leurs ouvriers et peuvent s’expatrier pour faire davantage de profits que vos certitudes « s’effilochent » sans jeux de mots.

Yala

Filoche ne vise pas que les grandes entreprises – il ment. Il vise à abattre tout ce qui ressemble à un patron qui pour lui est un exploiteur

De plus, il oublie de dire qu aujourd’hui en France, le meilleur moyen de devenir riche, c est de faire de la politique, ce qu il fait depuis toujours – il a évidemment plus de 3000 euros en économies

Yala

Il n y a aucun mépris du peuple à dire qu il faut aussi des patrons et des grands patrons qui soient des leaders, qui prennent de bonnes décisions pour créer de la richesse, des emplois et payer des impôts
Sans eux, grands ou petits, nous sommes ruinés et foutus

Conophobique

J’ai été patron, petit patron. Défendre les salariés reste utile et primordial pour la cohésion sociale, la cohésion de la famille, le droit au respect de chaque individu. Je vous rejoins en tous points.