Filoche, Véran, Taché, Médine : démagogues de compétition

Publié le 28 février 2021 - par - 7 commentaires - 574 vues
Traduire la page en :

Ah ! Filoche ! Au lieu de filer bas ras les sacoches, ce flibustier pied nickelé se met à faire du Mucchielli, en lissant les chiffres de la délinquance sur quelques siècles, alors qu’il s’agit bien moins de bégayer Hugo que de constater l’impossibilité d’une analyse standard du phénomène criminel aujourd’hui. Tant les conditions ne sont pas les mêmes qu’à la fin du XIXe siècle quand les “Apaches”, par exemple, et la bande à Bonnot faisaient le coup de poing  politique ou lorsque les immigrés italiens étaient considérés comme des “briseurs de salaires” ( Le temps des Italiens, p.17).

La délinquance d’aujourd’hui est bien moins “sociale” que théologico-politique en ce sens où un délinquant d’origine (nord) africaine se sentira légitime d’agir ainsi parce que tout est fait (tout ? Tout !) : enseignement, médias, déclarations gouvernementales et institutionnelles (celles d’un Macron et autre Taché par exemple) pour l’encourager à “venger” en quelque sorte ses supposés “ancêtres” autrefois colonisés. Jusqu’à remonter aux Croisades et à la Reconquista, oubliant, volontairement, que depuis les années 60 ces contrées considérées sont devenues indépendantes, que leur présence en Israël palestinisé par Rome était aussi une colonisation, de même qu’en Espagne.

Et que leurs parents ont plutôt subi ces dernières années le joug terrible de régimes corrompus jusqu’à la moelle mais issus de leur propre histoire bien plus complexe qu’un Médine ne le dit dans ses chants de “guerre” (le grand djihad préparant le “petit” car on n’affronte pas l’ennemi sans apprendre à se maîtriser, garder son sang froid). Comment “comprendre” par exemple le Mali si l’on exclut le fait Touareg et les manœuvres algériennes (ou pakistanaises en Afghanistan, au Cachemire, la Turquie au large de Chypre, la Chine dans les atolls du Pacifique) ? Ou comment saisir la lutte permanente entre nomades et sédentaires en Somalie ou en Centrafrique, si n’est pas perçu le jeu satanique des wahhabites en leur sein, finançant par ailleurs et un peu partout les groupes du narco-djihadisme qui sévissent aujourd’hui jusqu’en France, allant menacer le maire de Bron (près de Lyon) de décapitation.

Ces régimes corrompus sont certes encore  soutenus par les gouvernements successifs français, suppléés aujourd’hui par l’UE et par le régime corrompu post-maoïste ; mais cela ne peut justifier le fait de s’en prendre à tous ceux qui ne veulent pas baisser les yeux lorsqu’on les toise et qui ne considèrent pas que la pauvreté voire la misère soient des prétextes suffisants pour agresser, voler, violer, tuer.

N’en déplaise à tous ces faux rappeurs qui ne rappent que du mauvais fromage, fermentant les ferments de leurs rancœurs et autres frustrations, n’arrivant pas par exemple à admettre que leurs pays d’origine ont failli à relever les défis technologiques et civilisationnels. Lorsque l’on passe d’une culture orale et nomade à une sédentarisation dominée par les échanges symboliques scripturaux et la “séduction des apparences” (dont parlait énigmatiquement Baudrillard), et ce depuis des siècles, ce qui implique qu’ils devraient s’en prendre d’abord à eux-mêmes (tel que le fait d’avoir sacralisé leur Livre, expulsé la philosophie, Averroès enterré par Gazhali), il est si aisé pour tous ces démagogues de toujours dénoncer la paille dans l’œil du voisin et s’en contenter.

Tous ces frustrés et leurs démagogues devraient arrêter de prendre pour argent comptant l’idée fausse stipulant que “le” capitalisme n’aurait été possible “que” par le “pillage de la planète” opéré par l’Occident avide et blanc alors que la traite négrière dite aujourd’hui “orientale” (arabo-musulmane) était bien plus cruelle que la traite occidentale, que dans les mines de charbon anglaises et lorraines c’était plutôt des ouvriers “blancs” qui y laissaient leurs poumons. Aussi tous ces amalgames, raccourcis, et cette ignorance crasse qui devient de plus en plus dégoulinante de mépris pour toutes ces avancées sociales et politiques qui ont permis tout de même autre chose que cette stratification sociale de l’Ancien Régime ou de sa caricature en pis effectuée par le Régime soviétique et son “variant” chinois…

Et comment, justement, ne pas s’agacer à la vue par exemple d’un Véran qui s’était égosillé sur le fait qu’il aurait “vu un jeune de 28 ans en réanimation”, sous-entendant que “bientôt” (c’était il y a quelques mois déjà) de plus en plus de jeunes subiront cette situation, tandis que son maître Macron assénait, sans aucune autre preuve que des projections statistiques, le chiffre de “400 000” morts en octobre si l’on ne faisait rien ? Alors que l’ infectiologue Ioannidis vient de démontrer le contraire (écouter à la 17e minute par exemple) actant plutôt le fait qu’il fut complètement arriéré de croire que, sous le seul prétexte que ce virus n’était pas tout à fait “connu”, il était nécessaire de tout arrêter. Alors qu’il aurait mieux valu soigner en faisant déjà confiance aux médecins de ville, tout en restant en bonne santé par la nutrition et le sport. Or l’on a poussé plutôt le “prêt à emporter” de la restauration rapide et l’on a fermé les salles de sport jusqu’aux cours de danse des Conservatoires ces derniers temps.

Mais les démagogues continuent à pérorer que tout ceci se ferait “au nom de l’altruisme”, y compris la vaccination. Que le racisme serait uniquement d’origine blanche, que l’islam ce n’est pas l’islamisme, alors que l’inverse est vrai dans tous ces cas de figure : c’est plutôt en continuant à vivre que l’économie pourra dégager des marges à même de financer des structures médicales adéquates (à commencer par les traitements précoces qui marchent). C’est en admettant que toute société devient prospère lorsqu’elle est mue par cette dialectique complexe entre préservation des acquis et innovation dans les rapports sociaux. Au lieu de croire qu’il suffirait de repartir à zéro ou, sur un autre plan, de tout confiner pour que disparaissent inégalités, haines, virus alors que ce sont des maux permanents qu’il faut conjurer quotidiennement, du moins pour des personnes dignes de ce nom. En ce sens où il ne s’agit pas seulement de “vivre” ensemble comme “humains” mais d’être ensemble comme citoyens, hommes et femmes, et non pas cette (in)différenciation que les démagogues veulent nous imposer. Tel un Taché, et ses reflets du CNRS de l’ENS et de l’EHESS,  nous tournant et retournant avec leurs pincettes à éprouvette ou leur cimeterre d’opérette, mais qui peuvent s’avérer dangereux lorsqu’ils se “mettent en marche”.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Mantalo

Filoche n’éxistait plus. Dommage de le déterrer….

Prober

La décadence intellectuelle n’en fini pas de sombrer chez les “élus actuels “…Les débiles de haut niveau ont déjà une place d’honneur dans cette mafia.

Garde Suisse

Tous les tarés et autres repentants BLM etc ne savent sans doute pas qj’ il existe un décret daté du 1er août 1793 et une loi datée du 1er octobre 1793 ordonnant de brûler le territoire insurgé connu sous le nom de Vendée et de tuer immédiatement tout habitant pris les armes à la main ou convaincus de les avoir prises. Ces textes ne sont toujours pas abrogés malgré les demandes réitérées des élus Vendéens (ceux d’avant les LREM). Quel scandale si ces textes s’appliquaient à d’autres populations !

patphil

quatre insignifiants dont on parle beaucoup

anonyme

Mais leur démagogie crapuleuse inspire totalement la politique française.

Eric Pecaud

Filoche est une crapule..

ven85

communiste stoskiste,la pire des ordures,

Lire Aussi