1

Filoche veut que des toubibs d’État rééduquent les non vaccinés

Débat surréaliste sur CNews, entre Gérard Mégarbane, covidiste responsables des réanimations à l’hôpital Lariboisière, et médecin de plateau, et Gérard Filoche, trotskiste reconverti au PS, par ailleurs inspecteur du Travail à la retraite.

Chose étonnante, Filoche se plaint que le passe sanitaire n’alimente les manifestations. Des révolutionnaires qui craignent que le peuple ne soit dans la rue, c’est étrange. Il explique surtout qu’il est contre la répression, mais pour la vaccination obligatoire, et qu’il faut que les médecins du Travail aient les moyens de convaincre les salariés récalcitrants qu’ils doivent se faire vacciner. Décodage : il faut que les fonctionnaires toubibs lavent le cerveau des travailleurs trop bien informés, et les « convainquent » de se faire piquouzer.

Il déplore que 2 millions de retraités ne soient pas encore vaccinés, et a cette phrase superbe : « il faut que le vaccin aille chez les travailleurs ».

Ce prétendu défenseur des salariés, qui milite par ailleurs, en période de chômage de masse, pour une invasion migratoire majoritairement musulmane, sans limite, n’a pas eu un mot quand les Français, dont les travailleurs, se sont vus privés de leurs droits les plus élémentaires, et notamment celui de travailler, et de se déplacer librement.

Naturellement, le fait que ce traitement génique ne soit pas un vrai vaccin, et que les travailleurs, comme les Français, puissent bénéficier de la liberté vaccinale, ne lui effleure pas l’esprit une seule seconde, car cela ne fait pas partie de son logiciel de pensée.

Il appelle la gauche à reprendre la rue, sur des bases sociales, se faisant ouvertement le complice de la dictature sanitaire de Macron, prise de court par les manifestations spontanées de tout l’été. Le pire est qu’il est sincère, et que Big Pharma, contrairement aux médecins de plateau, n’a même pas besoin de le payer pour qu’il relaie la propagande des grands laboratoires pharmaceutiques.