Fin de vie : les toubibs s’en foutent de nos directives anticipées

J’ai été choqué d’apprendre qu’un homme qui ne voulait pas être débranché s’il se retrouvait un jour dans le coma va être débranché : « Fin de vie : le Conseil constitutionnel réaffirme le droit des médecins à déroger aux directives anticipées d’un patient »
https://www.lemonde.fr/sante/article/2022/11/10/fin-de-vie-le-conseil-constitutionnel-reaffirme-le-droit-des-medecins-a-deroger-aux-directives-anticipees-d-un-patient_6149369_1651302.html

Pourquoi la médecine nous demande-t-elle notre avis puisqu’elle n’en tient pas compte ? En est-il de même pour les dons d’organes ? Tu es donneur volontaire en France si tu n’es pas inscrit dans le fichier de ceux qui refusent le don d’organe. Mais comme une fois inconscient à l’hôpital ils font de toi ce qu’ils veulent, le doute est permis. Avec le manque de place et d’argent, ils vont être tentés de faire de la place et de prendre les bouts de toi qui peuvent encore servir. Il ne faut pas gâcher. Du coup tu as beau avoir refusé par écrit le don d’organe et avoir rédigé tes directives anticipées comme quoi tu souhaites être maintenu en vie même dans le coma, et bien il est possible qu’ils te vident de tous tes organes comme un poulet et te mettent dans un cercueil.

« La loi prévoit que l’équipe médicale, après une procédure collégiale, puisse passer outre si elles apparaissent « non conformes à la situation médicale » du patient »

Vous leur faites confiance après le fiasco de la gestion de la grippe du pangolin Covid-19 ?

« Rappelant par ailleurs qu’une telle décision n’était prise qu’à l’issue d’une procédure collégiale et qu’elle pouvait faire l’objet d’un          « recours en temps utile » de la famille ou de proches, le Conseil (constitutionnel) a conclu que la législation en vigueur ne méconnaissait « ni le principe de sauvegarde de la dignité de la personne humaine ni la liberté personnelle ».

Et au Conseil constitutionnel, vous leur faites confiance ?

Bon, à ce stade il serait plus honnête et sain que la médecine ne nous demande plus notre avis ni consentement ni ne nous fasse signer des tas de papier avant une opération. Nous sommes des mineurs pour eux, incapables de prendre des décisions. Que nos croyances personnelles nous poussent à refuser le don d’organe ou d’arrêter la vie, ils n’en tiennent pas compte. Eux savent, eux sont la raison, eh bien, qu’ils prennent le pouvoir et l’assument ici et dans l’après-vie ! Finis les papiers de consentement à remplir, finie l’hypocrisie.

Cet extrait de 2 minutes du journal de TVL résume le problème :

https://twitter.com/tvlofficiel/status/1591386167424983042

Nous sommes dépossédés de nos choix et cela énerve également les pro-euthanasie. Eux veulent qu’on les tue. Je préférerais que l’on leur donne de quoi se suicider. Cela en dissuaderait une partie qui, du coup, resteraient jusqu’à la fin naturelle de leur vie terrestre. Ils ont compris le piège. Aujourd’hui c’est un homme qui ne voulait pas être débranché qu’ils débranchent. Mais demain c’est celui qui voulait être débranché qu’ils vont maintenir en vie.

Quentin Neuf

image_pdfimage_print
13

28 Commentaires

  1. Les directives anticipées c’est comme le vote. Il faut qu’elles aillent dans le bon sens, sinon on passe outre.
    On peut se demander pourquoi on les demande. Comme on peut se demander pourquoi on vote.

  2. La majorité des médecins ont votés Macron !
    En conséquence la politique scélérate de Macron et ses vermines s’applique dans la médecine et les médecins qui s’y opposent sont ostracisés !

    • Ah bon?
      Vous avez vu cela où? A BFM…e WC, la voix de son maître?
      Je voudrais savoir comment « ils » peuvent savoir si tous les retraités et maintenant tous les médecins ont voté pour cette pourriture!
      Perso, je connais des jeunes ayant voté pour le minus, mais pas de retraités (même si je sais qu’il doit y en avoir, notamment les Alzheimer et certains ayant eu un effet indésirable au niveau comprenette, à cause de l’injection obligatoire pour aller à l’hosto ou au resteau), mais principalement des jeunes de 20 à 45 ans en majorité.
      Mais pas un seul médecin (et pourtant je connais des confrères parfois quelque peu incompétents)

  3. Je suis d’accord avec vous sur les abus de la médecine, mais il faut bien reconnaitre que lorsque la personne est morte on ne va pas maintenir le fonctionnement de son corps artificiellement pendant une éternité, tout cela engage un coût énorme aux frais des autres assurés sans avoir le moindre espoir d’un retour futur à la vie, il faut différencier un coma long d’un maintien en vie d’organes artificiellement sur un mort.

    • Vous savez la définition de la mort?
      Encéphalogramme plat!
      Dans le coma, ce n’est pas le cas et on sait que ceux qui sont dans le coma entendent, comprennent et, lorsqu’ils sortent de ce coma, sont capables de vous raconter ce que vous avez dit!

      Or, je n’ai jamais vu, pendant toute ma carrière une personne « morte » tenue artificiellement en vie.Encore mois « éternellement ».

      • MDR ! (enfin, presque, si le sujet le permettait). Vous n’avez pas dû fréquenter beaucoup de comateux… Faut arrêter de lire des trucs sur les expériences paranormales…

        Veuillez faire savoir aux profanes qu’il existe plusieurs états de coma… EEG plat en dehors de toute administration médicamenteuse… d’hypothermie… L’EEG plat doit être répété au moins deux fois à 4 heures d’intervalle…

        En 40 ans, je n’ai jamais entendu une personne sortie du coma (profond) venir raconter sa balade dans un tunnel avec une lumière blanche au bout, ni rapporter les propos tenus dans sa chambre (et ça, c’est tant mieux !)

      • Irea, l’encéphalogramme plat est la methode retenue par les americains pour definir une personne morte, en France c’est l’arret cardiaque.  » éternellement  » n’est qu’une image synonyme de très longue durée, ne cherchez pas la petite bête.

  4. Merci d’avoir mis le pied dans le plat !
    Non seulement jeme suis inscrite dans le ficher des personnes ne voulant pas donner leurs organes, mais j’ai glissé une copie de ce document dans mon porte feuille là où se trouve ma carte de sécurité sociale. Et sur tous les documents de santé : carte SS, carte vaccins, carte mutuelle, etc. j’ai mentionné au stylo que je suis contre le don d’organes.
    Pourquoi ? Parce que l’organe doit être retiré pendant que vous êtes ENCORE VIVANT !! Alors je ne sais pas comment ils s’y prennent, mais je ne veux pas qu’on empire mon agonie par les souffrances de l’ouverture du corps et la prise d’un organe vivant !!! Quand je vois comment on vous écrase les seins sans pitié lors de certains examens, je ne veux plus qu’on me touche. Il y a des gens dans le médical qui sont des pervers…

    • Euh… vous fantasmez, Madame ! Si votre cœur bat encore et permet l’irrigation de vos organes, votre cerveau est MORT, et sa mort est vérifiée par divers examens (et pas seulement par l’examen clinique) : EEG, Potentiels évoqués, artériographie, PET scan… Si effectivement il existe des pervers dans le corps médical, je vous rappelle que le prélèvement d’organes se fait par une équipe, et qu’il y est bien difficile de cacher des comportements déviants ! Vous avez (encore ?) le droit, Dieu merci, de refuser le don d’organes, mais ne le faites pas pour de fausses raisons !

      • j avais qd à moi accepté le don d organes mais voilà mnt tout est bon a foutre en l air avec mes cancers . alors j ai jeté les autorisations. même pour une greffe de reins il faut que le cancer soit guéri depuis 5 ans….

        (La modération : vous avez toute ma compassion, même si cela est dérisoire…)

      • Euh, lorsque le cerveau est mort, difficile que le cœur batte longtemps, voyez vous.
        Juste le peu de temps (quelques minutes)pour que le système nerveux autonome s’arrête à son tour.

        • Pfff ! Ce qu’il ne faut pas lire comme bêtises ! Je n’ai pas parlé du tronc cérébral… ni de l’activité respiratoire entretenue par une machine… Allez faire un tour en Réa…

        • IREA : vous avez parfaitement raison. J’ai mis les liens ci-dessous expliquant que vous avez totalement raison.
          Rosalie confond « état végétatif » et « mort cérébrale ».
          L’extraction des organes se fait en « état végétatif » où, sans réaction physique mais réaction cérébrale, on sent tout !
          Dans « mort cérébrale » très rapidement tout s’arrête y compris le cœur et donc l’irrigation des organes. Trop tard, l’extraction a eu lieu avant !!!

            • Peut-être…..!!!
              C’est quoi votre métier ?
              En attendant, j’ai l’impression de communiquer non pas avec une femme (qui serait une pro du médical) mais avec UN OURSIN !!!
              Lorsque vous faites tomber vos piquants, vous arrive-t-il d’être aimable, pédagogue, ou simplement rassurante avec vos patients ??? Vous êtes infirmière ou médecin ???
              C’est peut-être les effets du vaccin contre le COVID…

      • Merci Chamois !!
        Rosalie : habituellement j’aime bien vos commentaires, mais parler de « fantasmes » alors que je n’y connais rien en médecine, mais que je constate pas mal d’erreurs et de mauvais traitements choquants envers moi ou des personnes que je connais, donc que j’ai une trouille pas possible quand ces gens veulent me tripoter… c’est très mal venu !
        Expliquez gentiment les choses si vous êtes une pro du médical, mais ne parlez pas de « fantasmes », parlez de trouilles et d’expériences douloureuses mal vécues.
        Ceci-dit, il y a eu quelques rares très bons médecins, mais c’était avant… la merde actuelle !

        • Mon propos n’était pas d’être désagréable, mais je maintiens le mot. Car oui, cette peur d’être opéré alors qu’encore conscient relève du fantasme. (production de l’imaginaire).

          La trouille et les expériences douloureuses, oui, je comprends, car comme vous le dites, hélas, nous avons tous perdu confiance, et chaque jour sont portés à notre connaissance des cas de mauvais traitements, d’agressions sur des personnes vulnérables.

          Il y a pourtant encore de bons médecins, mais ce qui était caché avant est porté à la connaissance de tous… Ça s’appelle « l’information »…

          • Rosalie : vous êtes une pro du médical, oui ou non ?
            Et ma question ne consistait pas à vous demander de la littérature, mais à expliquer exactement ce qu’il en est lorsqu’on agonise et qu’on nous ouvre pour aller chercher un organe : cœur ou rein…??
            Etes-vous capable de l’expliquer ou ne savez-vous que critiquer, prendre les gens de haut, et vous perdre en verbiages qui ne nous intéressent pas ???
            J’ai toujours appris que le centre nerveux est le cervelet et que le cœur est dirigé par le cervelet qui commande tous les nerfs. Donc comme on vous l’a dit, si le cerveau est mort, comment voulez-vous que le cœur batte ??

            • Il ne faut rien attendre des autres, mais se servir par soi-même, donc pour ceux que ça intéresse, le lien vers les explications complètes de l’état végétatif :
              https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re-et-des-nerfs/coma-et-%C3%A9tat-de-conscience-alt%C3%A9r%C3%A9e/%C3%A9tat-v%C3%A9g%C3%A9tatif

              C’est manifeste qu’en cas d’agonie en phase terminale, le malade ressent tout jusqu’à la fin, mais ne peut pas bouger : le personnel médical en profite pour faire ce qu’ils veulent, le malade bientôt ne dira plus rien, alors à qui voulez-vous qu’il se plaigne ??
              Il y a des moments où je maudis la science.

            • https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re-et-des-nerfs/coma-et-%C3%A9tat-de-conscience-alt%C3%A9r%C3%A9e/mort-c%C3%A9r%C3%A9brale
              LA MORT CEREBRALE :
              « Mais finalement même à l’aide de moyens artificiels, tous les organes du corps s’arrêtent de fonctionner. Rien ne peut garder le cœur en action indéfiniment une fois que la mort cérébrale survient. »
              Donc pour retirer un organe, on le fait AVANT la mort cérébrale !
              Je n’y connais rien en médecine, mais j’ai compris que c’est lors de l’état végétatif que les organes sont retirés et non pas en période de mort cérébrale !!!
              Donc on est conscient, on souffre, mais on ne peut plus bouger !
              PUTAIN de dons d’organes….!!

            • Non, Fabiola, le cervelet ne « dirige » pas le cœur. Vous confondez avec le tronc cérébral. Si vos références en neurologie sont vos instituteurs, je comprends que vos idées soient confuses.
              Paul Girard, Bernard Schott, Guy Chazot, Bernadette Bady, Jean Courjon… C’est auprès d’eux que j’ai appris.
              Je ne prends personne de haut, mais j’évite d’intervenir sur des sujets que je ne maîtrise pas. Évitez donc de me lire si ce que je dis vous semble des verbiages. Mais achetez-vous donc un bon bouquin de neurologie. Faites et refaites des croquis d’anatomie, apprenez par cœur la physiologie et les explorations neurosensorielles, et revenez nous donner votre avis. En toute simplicité… ;).

          • J’ai trouvé un article qui reprend tous les cas d’état végétatif : « Elles ne peuvent pas parler, respecter des ordres, bouger les membres dans un but précis, ou bouger pour éviter un stimulus douloureux. »
            « Lorsque l’on demande aux personnes d’imaginer de bouger une partie de leur corps, ces tests ont montré une activité cérébrale appropriée à cette action (bien que les personnes ne puissent pas l’accomplir). »
            Ca signifie qu’elles comprennent ce qu’on leur dit, donc qu’elles ressentent la douleur mais ne peuvent plus bouger…
            NON NON NON NON NON et NON au don d’organes !!!

  5. C’est bien Fabius le président du conseil constitutionnel, non?
    Vous savez ? Celui de l’affaire du sang contaminé où il a donné l’ordre d’écouler les stocks de sang non traité pour désactiver le virus du SIDA…..
    Et oui ! C’est lui !

  6. On va faire du tourisme medicale pour echaper a cette mafia de tortionnaires .
    La russie a de bons professionnels.

  7. Pays des bisounours ou l’on est incapable de refouler des clandestins mais capable d’abréger la vie d’un patient contre son avis dûment enregistré. La France est devenue une république bananière. Pas de quoi pavoiser !

Les commentaires sont fermés.